chapitre 21

- Où est-il ?

- Dans sa chambre, il s'est enfin endormi. Marmonna Rogue, faisant les cent pas devant son canapé dans lequel était assis Albus Dumbledore.

- Est-ce que vous savez si vous avez...

- Je ne crois pas. Mes souvenirs sont assez flous mais je suis presque certain qu'il a utilisé la magie pour me repousser bien avant que... enfin que je passe à l'acte. Heureusement.

- J'imagine qu'il est secoué. murmura Albus, l'air aussi fatigué qu'inquiet.

- Plus que secoué. Traumatisé. Tout ce que je souhaite c'est que la confiance qui s'est créée entre nous ne se soit pas totalement détruite.

Rogue continua à marcher de long en large, furieux.

- Il sait que vous avez agit contre votre volonté.

- Mais je l'ai tout de même en partie déshabillé et malmené. Il ne pourra pas l'oublier comme ça.

- Vous soupçonnez quelqu'un en particulier pour cet acte ? Un élève ? Questionna Dumbledore.

- Je ne sais pas trop.

Severus attrapa sur sa table de salon la tasse dans laquelle il avait bu son thé, un peu plus tôt.

- J'ai déjà retrouvé l'arme du crime. Sentez.

Rogue tendit la tasse à Dumbledore qui la prise et la porta au niveau de son nez.

- Du Dioz ? Marmonna-t-il tout en fronçant les sourcils.

- Exacte. Lança Rogue avec colère.  Le Dioz est une plante rare et dangereuse que l'on utilise uniquement dans le cadre de magie noire. J'ai du mal à croire qu'un élève puisse utiliser ce genre de magie. Il se serait agit de n'importe quelle autre potion j'aurais pensé à un élève mais là... de la magie noire, difficile d'y croire. Où un élève aurait-il apprit une telle chose ?

- Le jeune monsieur Malefoy peut être.

- C'est ce que j'ai pensé sur le coup, d'autant plus qu'il prend particulièrement plaisir à torturer Harry avec sa condition de Disciple et ses deux thèmes préférés sont mon droit de le battre et mon droit de le mettre dans mon lit. Mais le problème est que je connais très bien cette potion et je suis sur que je ne peux pas me tromper, il n'y en a qu'une seule de ce genre là qui nécessite l'utilisation de Dioz et elle n'est pas du tout à la portée d'un cinquième année.

- Mais un septième oui. Monsieur Malefoy a de bonnes dispositions en potions, avec l'aide d'un élève plus expérimenté il aurait pu la faire.

- Possible mais le Dioz ne peut être utilisé que le jour où la fleur qui procure ce liquide est cueillie. Par conséquent, je n'en possède pas dans ma réserve et la fleur de Dioz est peu commune. Mais toutefois on en trouve dans les profondeurs de la forêt interdite entre autre. Encore faut-il savoir la reconnaitre parmi les autres fleurs.

Dumbledore resta silencieux, songeur.

- Je ne suis pas certain qu'il s'agisse bien d'un élève. Ou tout du moins, je ne pense pas qu'il ait agit sans l'aide d'un sorcier adulte. Assura Rogue, le regard noir.

- Vous pensez à un piège de Voldemort ?

Rogue secoua légèrement la tête, songeur.

- Je n'en sait rien. Pourquoi le Seigneur des Ténèbres aurait-il fait une telle chose ? Quelle... utilité à me faire violer Harry à part... à part le plaisir de détruire psychologiquement cet enfant ? Je sais qu'il prend beaucoup de plaisir à torturer l'esprit de ses victimes, à le détruire, mais de là à se débrouiller pour manipuler quelqu'un pour introduire cette potion dans l'école et me la faire boire juste pour que je le viole me semble franchement peu crédible. Si le Seigneur des Ténèbres pouvait infiltrer si facilement ce genre de potion dans l'école pourquoi ne m'a-t-il pas tué ou mieux encore pourquoi n'a-t-il pas empoisonné Potter ? L'hypothèse d'un élève me semble plus plausible, surtout avec les rumeurs qui courent après Harry et moi mais j'ai du mal à croire l'un de mes élèves capable de faire une potion de si haut niveau. Donc du coup, je n'ai aucun suspect concret.

 

 

***

 


Le lendemain matin, Severus attendit patiemment qu'Harry se lève, pressé de parler avec lui, de le rassurer et surtout d'évaluer l'étendue des dégâts qu'il avait commis. Il se rappelait maintenant parfaitement la scène de la veille et bien que rassuré de ne pas avoir été trop loin avec le garçon, il ne cessait de s'en vouloir de l'avoir en partie déshabillé et si violemment maintenu contre la porte. Quelques instants de plus et il l'aurait fait, il le savait.

- Bonjour Maître. Murmura une petite voix du côté de la porte.

Severus sursauta légèrement et sortit de ses réflexions.

- Harry, te voilà. Viens prendre ton petit déjeuner.

Lentement, Harry alla s'asseoir à table devant le chocolat chaud qui lui faisait face.

- Tu as réussi à dormir ?  Questionna Rogue.

- Oui Maître, un peu.

Severus constata quasiment immédiatement que le gamin fuyait son regard. Alors qu'Harry amena son bol de lait chaud à sa bouche, le haut de ses poignets se découvrit, laissant apparaitre des bleus. Rogue se rappelait très bien avoir serrés ces derniers avec violence. Il se leva et il nota qu'Harry avait sursauté, renversant quelques gouttes de son chocolat. Il se rendit rapidement à son laboratoire et revint avec une pommade. Il prit alors une chaise et s'assit à côté de son disciple qui le regardait avec une certaine crainte.

- Fais voir tes bras, je vais arranger cela. Se contenta-t-il de dire.

Harry obéit et Rogue remonta les manches de son élève jusqu'aux coudes. Il appliqua avec soin la pommade cicatrisante et Harry sentit la douleur se dissiper quasi instantanément.

- Merci Maître. Murmura-t-il d'une voix docile.

- Harry, je regrette de t'avoir fait cela, vraiment.

Harry resta un instant silencieux observant son maître. Ce n'était pas son genre de présenter ses excuses, loin de là.

- Tu ne me crois pas ?  Questionna Rogue d'une voix calme, un peu surpris du regard de son Disciple.

- Si je vous crois Maître.  Répondit-il d'une voix un peu nerveuse.

- Harry... Souffla Rogue. Je sais que je t'ai fait très peur et que tu es très perturbé mais tu dois me croire lorsque je dis que jamais de la vie je n'aurais pu te faire une telle chose. Jamais. Et si cela peut te rassurer, je n'aime que les femmes, uniquement les femmes.

Harry soupira légèrement tout en affichant un vague sourire qui rassura Rogue. Si son Disciple souriait, c'est qu'il commençait à être rassuré. Harry de son côté se sentait contracté mais la sincérité et la douceur de Rogue lui montrait bien qu'il était ne mentait pas, il fallait donc qu'il passe au dessus.

- Je vous crois Maître, j'ai eu très peur... mais c'est fini maintenant.

- Je suis content de l'entendre.  Acquiesça Rogue.

Ce dernier se leva et reprit place face à son petit déjeuner.

- Maître, mais qui pourrait vouloir nous faire cela ?

- La question est bonne. Le plus plausible serait que se soit un élève mais la potion est trop complexe pour avoir été faite par un élève de ta classe.

- Je pense que c'est Malefoy.  Marmonna Harry tout en fronçant légèrement les sourcils.

- Cela on n'en sait rien, et je t'interdis de l'accuser sans preuve. Je mènerais mon enquête et crois-moi, je trouverais celui ou celle qui s'est cru si malin.

- En attendant, il est possible que... la personne recommence, n'est-ce pas, Maître ?

- Cela m'étonnerait. Du moins cela m'étonnerait que je me fasse avoir, maintenant que je connais la menace, crois-moi, je ne suis pas prêt de me faire avoir de nouveau. Tu ne dois pas t'inquiéter pour ça.

Harry acquiesça, songeur. Il savait pertinemment qu'il s'agissait de Malefoy, c'était forcément lui. Qui d'autre ? Qui serait aussi sournois ? Aussi maléfique ?

- Je veux que tu ailles prendre ta douche maintenant et après nous travaillerons un peu. Tu retourneras à Poudlard l'après-midi et tu pourras y retrouver tes amis.

- Bien Maître. Répondit Harry d'un ton obéissant, se levant immédiatement. Il se dirigea vers la porte et se stoppa au dernier moment. Rogue le regarda et lorsque son Disciple fit volte face, il fut certain de voir de la gêne sur le visage de ce dernier. Harry alla rapidement aux côtés de Rogue et à la surprise de ce dernier, il s'agenouilla à ses pieds et baissa la tête.

- Je vous demande sincèrement pardon d'avoir utilisé ma magie contre vous Maître même si... même si je ne regrette pas de l'avoir fait. Mais je vous demande pardon quand même, je sais que je n'ai pas le droit de faire quelque chose contre vous.

Harry se releva au bout d'une poignée de secondes et partit sans se retourner, un peu mal à l'aise, laissant un Severus Rogue surpris derrière lui.

 

 

***


- Il a fait quoi ?  S'exclama Ron tout en laissant tomber ses livres de cours sur le sol.

- Je t'en prie ne m'oblige pas à le redire.  Marmonna Harry, les joues un peu rougies.

- Je ne peux pas croire qu'il ait voulu faire une telle chose.  S'exclama Hermione tout en lançant un regard affolé à Ronald.

- Et il... il... il t'a...

- Non, j'avais tellement peur que j'ai fait de la magie et... il a été assommé.

Ron soupira de soulagement tout en se laissant retomber dans son fauteuil.

- Mais attendez je n'ai pas fini, il ne l'a pas fait comment dire... volontairement. On l'a ensorcelé. Enfin... quelqu'un a remplacé son thé par une potion.

-Quoi ? S'exclama Hermione, sourcils froncés.

-Quelqu'un voulait que Rogue soit prit d'un violent désir de me... de me... enfin tu vois. Il va mener l'enquête.

-Mais pourquoi quelqu'un ferait-il quelque chose d'aussi horrible et grotesque ! S'écria-t-elle avec incompréhension.

- Malefoy. Grogna Ron, le regard noir. C'est lui, ça ne peut être que lui. Ce sale rat !

- C'est ce que je pense aussi, qui d'autre sinon.

- Et qu'est-ce que tu vas faire ? Demanda Hermione à l'intention d'Harry.

- Il va le tuer voilà ce qu'il va faire ! S'exclama Ron.

- Je ne peux rien faire, mon Maître me l'a interdit.

Ron soupira tout en levant les yeux au ciel.

- Il m'a interdit de m'en prendre à lui sans preuve qu'il soit coupable mais il ne m'a rien interdit par rapport au fait de mener l'enquête ou de m'en prendre à lui si je trouve des preuves.

 

 

***

 


A la fin de la journée, Harry réalisa que, avec tout cela, il n'avait pas parlé à son Maître de ses rêves avec Voldemort. Le couvre feu allait bientôt sonner mais il estima que l'information qu'il possédait lui donnait le droit de sortir. Au pire, songea-t-il, il serait au bureau de Rogue avant l'heure du couvre feu, son Maître pourra le raccompagner après si nécessaire. Harry se rendit donc aux cachots d'un pas rapide. Il frappa au bureau de son Maître et il eut une légère inquiétude lorsque ce dernier ne l'invita pas à ouvrir. Si Rogue n'était pas dans son bureau et qu'Harry se faisait prendre dehors dans environ cinq minutes il se ferait assassiner. Au bout de quelques secondes la porte s'ouvrit sèchement. Le regard de Rogue tomba sur son élève et il se durcit alors instantanément.

- Qu'est-ce tu fais ici à cette heure là ?

- J'ai besoin de vous parler de quelque chose de très important Maître. Vraiment très important.

Rogue observa un instant Harry puis le laissa rentrer, le regard réprobateur.

- Alors dis-moi, qu'est-ce qui est si urgent ?

- C'est à cause d'un rêve Maître, que j'ai fait l'autre nuit.

- Et tu n'as pas imaginé qu'il serait possible de m'en parler pendant tout le temps que nous avons passé ensemble ce weekend ?

- Et bien... avec ce qui s'est passé... vous savez... j'ai oublié et maintenant que cela m'est revenu, je tiens à vous le dire parce que je pense qu'il s'agit d'une information importante Maître.

Rogue soupira, l'air agacé.

- J'écoute.  Finit-il par aboyer.

Harry déglutit et se lança dans une explication hasardeuse sur son rêve.

- Paris tu dis ?

- Oui, j'en suis certain Maître, c'était bien la tour Eiffel, mais par contre je ne sais pas si c'était à Paris même que cela s'est passé. J'ai vu la Tour sur la table mais je ne l'ai pas vu dehors.

Rogue acquiesça lentement, l'air songeur. Il jeta un coup d'œil à sa montre.

- Tu devrais être au lit. Je te raccompagne à ta salle commune.

 

 

***

 


Le lendemain matin, la journée débuta bruyamment. Dans les couloirs de Poudlard on pu entendre nettement la voix de Ronald Weasley ainsi que celle de Draco Malefoy. Ils étaient en train de se disputer, et le sujet était Harry Potter. Ronald semblait ne pas douter un instant de la culpabilité de son ennemi et il semblait fermement décidé à « tuer l'autre crétin ». Harry avait rappliqué en quatrième vitesse, ne croyant pas que Ron puisse être aussi stupide. Ils n'avaient aucune preuve qu'il s'agissait bien de Malefoy et Rogue allait être forcément furieux, il penserait forcément que c'était son Disciple qui avait demandé à son meilleur ami de régler ses comptes pour lui avec Malefoy. Et surtout, Harry ne voulait surtout pas que Ronald hurle devant des élèves que Malefoy était un salaud d'avoir voulu le faire violer ! Lorsqu'il arriva sur les lieux il fut surpris d'y voir un tel attroupement ! Il devait y avoir une bonne partie de l'école et tous étaient surexcités. Certains criaient même « battez vous ! Battez-vous ! ». Harry se fraya un chemin entre les élèves les poussant tous sans ménagement. Lorsqu'il arriva au niveau des deux sorciers Ron était assis sur Malefoy et lui cognait sur le nez. Tous les deux avaient le visage en sang, apparemment chacun avait autant donné que reçu de coups... L'espace de quelques secondes Harry resta complètement scotché devant la scène. Il n'avait jamais vu Ron aussi en colère. Au moment où Malefoy repoussa ce dernier d'un coup de pied Harry réalisa enfin qu'il devait les séparer et tout de suite. Il n'eut néanmoins pas le temps de faire quoi que se soit. De l'autre côté de la foule, face à lui, apparue son Maître, le regard plus noir et sévère que jamais. Harry aurait alors voulu rentrer sous terre. Rogue ne lui prêta pas la moindre attention, bien trop occupé à attraper Malefoy qui écrasait la main droite de Ronald avec son pied tout en lui décrochant un crochet du droit digne d'un joueur de boxe.

- Ça suffit ! Hurla Severus Rogue imposant chez la totalité des élèves un silence quasi religieux.

Un frémissement parcourut toute la foule et tous partirent en quatrième vitesse. L'effrayant maître des potions était à la hauteur de sa réputation comme toujours, rien que deux mots et tout le monde le craignait. Harry lui n'avait pas osé bouger, paralysé. Les deux sorciers bagarreurs eux s'étaient arrêtés en plein mouvement, tous les deux essoufflés.

- Non mais je rêve ! Hurla Rogue indigné. Bande de babouins sauvages stupides !

Il attrapa Ron par le bras de sa main droite et Malefoy de même avec sa main gauche.

- J'enlève 100 points à chacune de vos maisons ! Et si l'un de vous deux conteste petits idiots j'en enlèverais tellement qu'il faudra au moins une décennie à vos congénères pour rattraper votre insolence !

Rogue s'époumonait. Il hurlait tellement fort que l'on devait probablement l'entendre dans tout le château. Il semblait dans une colère folle, digne de celle dans laquelle il s'était retrouvé après qu'Harry ne soit pas rentré à temps après un dimanche passé chez Ron. A cette simple pensée, Harry trembla. Allait-il avoir des ennuis ? Son Maître allait peut être penser qu'il avait envoyé Ron casser la figure de Malefoy pour lui... si c'était le cas, il était un homme mort !

- Je vous emmène immédiatement chez le Directeur !

Juste avant de faire volte face, Rogue releva sont regard furieux droit devant lui, pile dans la direction d'Harry. Ce dernier sentit son cœur se stopper net.

- Et toi. Cracha-t-il. Suis-moi tout de suite !

Rogue partit en direction du bureau de Dumbledore tout en tenant fermement les deux élèves au point de les faire gémir de douleur. Harry marcha juste derrière eux, la bouche totalement close, le cœur battant la chamade. Rogue marcha d'un pas rapide, obligeant presque les trois élèves à courir derrière lui. Une fois arrivé au bureau du Directeur, Rogue ouvrit à nouveau la bouche après avoir fait brutalement volte face vers Harry, manquant de faire trébucher Ron et Malefoy.

- Tu m'attends ici et tu ne bouges pas d'un pouce. Ordonna-t-il d'un air tellement sévère et méchant qu'Harry n'imagina pas une seconde essayer de s'en aller.

- Oui Maître. Répondit-il tout de suite sans se soucier le moins du monde de nommer Rogue maître devant Ron et Malefoy tellement il était terrorisé.

- Harry n'a rien fait. Lança subitement Ron qui avait gardé la bouche parfaitement close depuis que Rogue était intervenu durant sa bagarre avec le Serpentard.

- On ne vous a rien demandé Weasley ! Cria Rogue tout en le fusillant du regard. Vous devriez vous soucier davantage de votre sort plutôt que de celui de votre ami ! Vous étiez prévenu monsieur Weasley, si vous agressiez une nouvelle fois un élève vous seriez renvoyé ! Dumbledore vous l'avait bien dit !

Harry écarquilla les yeux tendit que Ron baissait les siens, les joues et les oreilles rouges. Si Ron était renvoyé, il ne s'en remettrait pas, il ne pouvait pas perdre son seul véritable ami, il ne pouvait pas perdre l'un de ses deux meilleurs amis.

- Vous auriez pu espérer l'indulgence du Directeur mais en agressant encore une fois monsieur Malefoy vous avez ruiné cette chance. Au moins cela fera un insolent en moins dans cette école !

Harry croisa le regard de Ron au moment où Rogue se tourna vers la porte et il n'eut jamais vu tant de tristesse et de peur dans les yeux de son ami. Ils entrèrent dans le bureau du directeur et Rogue claqua la porte laissant Harry seul, mort de peur et d'inquiétude. Il se jeta presque sur la porte et colla son oreille sur cette dernière dans l'espoir d'entendre quelque chose. Au début, il n'entendit strictement rien mais au bout d'une minute il reconnu la voix de Malefoy, apparemment en colère.

- Ce taré m'a sauté dessus ! Je ne sais même pas pourquoi ! Il m'a dit « pourquoi tu as fait ça à Harry ? » Je lui ai dit « de quoi tu parles ? » et lui il m'a balancé son poing dans la figure ! Voilà ce qui s'est passé !

Au fond de lui, Harry sentit un peu de soulagement l'envahir. Le mot « viol » ne semblait pas être entré dans la conversation, peut être bien que Ron avait pensé que son ami ne souhaitait pas que toute l'école soit au courant de ce qui s'était passé ce week-end.

Durant quelques instants Harry entendit les voix de Ron et Rogue mais il ne comprit pas ce qu'ils disaient. Celle de Dumbledore rejoignit alors la conversation et Harry ne parvenait toujours pas à comprendre ce qui était dit. Le Directeur sembla parler un long moment et ce sans qu'aucune autre voix n'intercepte la sienne. A la fin de son discours dont Harry ne sut rien il entendit Malefoy parler à nouveau et ce d'une voix forte ce qui lui permit de comprendre.

- Heureusement qu'il est renvoyé ce cinglé ! 

Harry décolla brutalement son oreille de la porte et son cœur se serra violemment. Il se sentit mal, tellement mal. Ron se faisait renvoyer pour avoir voulu le venger. Quel idiot, songea Harry en son fort intérieur, il n'aurait jamais du faire cela... Ron ne méritait pas une telle chose, et que deviendrait-il sans lui maintenant. Harry secoua la tête avec colère. Non, c'était impossible... une telle chose ne pouvait pas se produire ! Il devait être en train de faire un cauchemar !

- J'espère même que sa baguette sera brisée devant tout le monde !

A ces mots Harry sentit les larmes lui monter aux yeux. Ron allait être renvoyé du monde de la magie. C'était impossible, Dumbledore ne pouvait pas faire ça ! Qu'allait-il devenir maintenant ? Qu'allait dire sa famille ? Harry sentit la tristesse le submerger et prendre le pas sur sa peur d'être puni par Rogue pour cette histoire. Cela n'importait plus maintenant, tout ce qui comptait pour lui, c'était de sauver Ron. Sans réfléchir, il entra en trombe dans le bureau sachant pertinemment que ce simple acte le conduirait à une punition cuisante de son Maître. Tout le monde se retourna vers lui et Harry fit tous les efforts du monde pour éviter le regard de son Maître qu'il sentait braqué sur lui. Il jeta un regard à Ron dont des larmes silencieuses roulaient sur les joues.

- C'est ma faute monsieur. Lança-t-il d'une voix forte tout en regardant le directeur.

Un silence s'imposa et Harry fut surpris que sa voix soit si sûre d'elle alors que ses jambes elles tremblaient comme jamais.

- Qu'est-ce que tu dis ?  S'exclama Rogue.

Harry lui jeta un regard craintif et il regretta tout de suite d'avoir croisé ses yeux remplis de colère, de rage. Par chance, Dumbledore lui fit un signe de la main pour le stopper.

- Que dis-tu là Harry ?

Harry tenta alors de ne pas se dégonfler. Il posa son regard sur Dumbledore tout en se jurant d'avoir le dernier mot, même si cela devait le conduire à la pendaison haut et court par son Maître.

- C'est ma faute si Ron a frappé Malefoy.

- Harry... Commença Ron, yeux écarquillés.

- Non Ron je t'en prie arrête. Tu ne mérites pas d'être renvoyé pour ma lâcheté.  Coupa-t-il sans le regarder, craignant de ne plus être convainquant s'il regardait son ami.  J'étais en colère monsieur.  Poursuivit-il tout en regardant Dumbledore. A cause... à cause de ce qui s'est passé l'autre jour avec mon Maître... vous savez... la potion.

Dumbledore acquiesça, l'air grave.

- Je savais que c'était Malefoy. Qui d'autre ? Je le connais, je sais de quoi il est capable, je connais sa haine pour moi. Selon moi il n'y a aucun doute, c'est lui. Expliqua-t-il tout en lançant un regard noir et accusateur à Malefoy (qui de son côté semblait un peu décontenancé voir même, un peu perdu).  Je voulais qu'il paye.

- Harry arrête ça tout de suite !  Commença Ron d'une voix inquiète et chargée de colère. Tu...

Mais Rogue lui aboya de se taire sans savoir qu'il empêchait Ronald de dire la vérité. Intérieurement Harry le remercia, les choses seraient plus faciles si Ron restait silencieux.

- Mon Maître m'avait interdit de m'en prendre à Malefoy monsieur. Il m'a dit qu'il s'en occuperait lui-même, qu'il retrouverait le coupable lui-même et qu'il veillerait à ce qu'il soit puni. Je n'ai pas obéit monsieur. 

 

Harry marqua une pause, hésitant à continuer, hésitant à se condamner une bonne fois pour toute. Il songea une seconde à Ron et sa décision fut immédiatement prise.

 

- Moi je voulais qu'il paye et maintenant. J'ai raconté à Ron ce qui c'était passé et je lui ai demandé de me venger. Ron n'était pas d'accord au début, à cause des ennuis qu'il avait eu avant mais je l'ai forcé.

- Comment l'as-tu donc forcé ? Demanda calmement Dumbledore, l'air un peu septique.

- Je lui ai dit que mon Maître m'avait interdit de faire quoi que se soit et que donc j'avais besoin de son aide. La voix d'Harry diminua en intensité, commençant à trembler et ses yeux s'imbibèrent de larmes qu'il ne laissa pas couler.  Je lui ai dit que s'il ne le faisait pas, j'irais lui casser la figure moi-même mais que je serais pris par mon Maître. Je lui ai dit que je serais battu et que ce sera de sa faute, que je lui en voudrais terriblement et que je prendrais chaque coup comme s'ils venaient de sa part. Je l'ai fait... culpabiliser monsieur. Alors... alors pour que je ne sois pas puni il a battu Malefoy pour moi. Il a été stupide de céder mais je l'ai forcé, il l'a fait par loyauté pour moi, il l'a fait parce qu'il est mon meilleur ami et que je lui ai demandé de me prouver qu'il était prêt à tout pour moi, il l'a fait pour me protéger. Harry se tue, gorge serrée.

- Non c'est faux il ment ! Hurla Ron tout en regardant Rogue et Dumbledore. Il dit ça pour me sauver du renvoi c'est tout vous ne devez pas le croire !

- Ron ça ne sert plus à rien maintenant, arrête.  Murmura Harry.

Il fallait que la scène s'arrête et vite car Harry ne tiendrait plus longtemps, il ne pourrait pas faire semblant encore plus d'une minute.

- Harry !  Hurla Ron tout en le regardant droit dans les yeux. A quoi tu joues tu vas te faire battre, arrête ça tout de suite !

Harry du alors faire tous les efforts du monde pour ne pas fondre en larmes.

- Après ce que je viens de te faire et ce que j'ai fait à Malefoy je l'aurais bien mérité. Souffla-t-il, lui-même surpris de sa facilité à mentir.

- Oh oui tu l'auras bien mérité ! S'exclama Rogue, fou de colère, faisant sursauter tout le monde dans la pièce. Dumbledore je pense que vous en avez terminé avec Harry, non ?

Albus acquiesça lentement.

- Monsieur Malefoy allez à l'infirmerie, monsieur Weasley restez, nous devons parler de votre avenir.

- Toi ! Cria Severus à Harry tout en le prenant par le bras. On va régler nos comptes.

Harry étouffa un sanglot. Rogue l'entraîna avec violence dans les cachots, n'hésitant pas à le malmener, même sous les yeux des élèves qu'ils croisèrent sur le chemin. Une fois dans le bureau Rogue ferma la porte à clé et jeta un sort de silence sur la pièce, comme à chaque fois où il le battait.

- Je suis vraiment déçu Harry ! Me désobéir délibérément et en plus essayer de ruser en utilisant ton ami ! Sans parler de ton arrivée fracassante dans le bureau du Directeur ! Tu m'as fait honte ! Tu es un mauvais, très mauvais Disciple ! Crois-moi, tu vas le regretter amèrement !

 

Commentaires (2)

1. Stéphanie 25/07/2013

J'ai entendu parler de votre site sur un forum et je dois dire que je ne suis pas déçu j'aime bien ce concept de fan fiction. Moi qui suis plutôt roman je dois que ça change et ça n'est pas pour me déplaire.

2. selene-fictions (site web) 08/11/2013

tant mieux! Mais le site est un peu à l'abandon. Si j'écris de nouveau ce sera publié sur fanfiction.net uniquement (sous le pseudo khalya) et pour les fics des autres, j'avoue avoir été assez refroidie par la fic de rogue master qui est pourtant une copine mais elle m'avais promis de ne pas laisser une fic inachevée sur mon site et voilà le résultat. Je pense donc je ne publierais plus pour d'autre. De plus la nouvelle interface de la partie administrateur du site ne me plait pas du tout, c'est devenue compliqué de publié et je n'ai plus le temps pour ça!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×