chapitre 20

 Lorsqu'Harry pénétra dans la salle commune des Gryffondors, il tomba nez à nez avec Ron et Hermione. Ces derniers se levèrent à son arrivée, inquiets.

- Harry.  S'exclama Hermione tout en le serrant dans ses bras.

          Harry, surprit, demanda si tout allait bien.

- On était mort d'inquiétude !  S'exclama cette dernière.

 Harry jeta un coup d'œil à Ronald qui acquiesça.

- Tu es parti à 14h et il est 22h passé. On était sur le point d'aller voir Dumbledore. Expliqua-t-il calmement.

 - Je regrette de vous avoir inquiété j'étais en train d'étudier avec...  Harry laissa sa phrase en suspens, évitant toujours le plus possible de nommer Rogue « maître » devant ses amis. Il désigna distraitement le portrait de la grosse dame du doigt.

 - Un dimanche ? S'exclama Ron. Tu n'étudies jamais le dimanche.

- Je sais.  Murmura Harry.  Quand il m'a appelé je pensais qu'il souhaitait me parler c'est pour cela que je vous ai dit que je n'en n'avais pas pour l ongtemps mais en fait il voulait étudier.

 - Pourquoi ? Questionna Ron.

 - Je n'en sais rien, je n'ai pas posé de questions. Avoua Harry qui savait combien il pouvait être néfaste pour sa personne d'être trop curieux face aux  décisions de son Maître.

        - Bon je propose que l'on aille se coucher maintenant que l'on sait qu'Harry va bien. Murmura Hermione tout en s'étirant.

        - Bonne idée. Ajouta Ron, l'air épuisé.

        - Hey, je suis désolé, vraiment. Lança Harry, sentant comme une pointe de mécontentement chez ses amis.

Ses amis lui sourirent et Harry se sentit rassuré de voir qu'ils n'étaient pas fâchés. Il en profita pour leur raconter qu'il avait enfin vu son Animagus ce qui n'alla pas sans rendre Ron jaloux de sa chance et Hermione jalouse de ses connaissances poussées sur le sujet.
Le lendemain, la journée débutait par un cours de soins aux créatures magiques avec Hagrid. Autrefois, Harry aimait beaucoup ce cours car il était donné par un professeur qui s'avérait être son ami et qui était particulièrement gentil et peu exigeant. Hagrid n'était pas du genre à crier ou à obliger ses élèves à être silencieux et immobiles comme Rogue par exemple. Il était même l'exact opposé de caractère du maître des potions. Le souci à l'heure d'aujourd'hui était qu'Harry n'était plus aussi libre qu'avant. Il était le Disciple de Rogue et tout le monde le savait. Malefoy le premier. Ce que Malefoy savait également, c'était trouver la faille chez les gens quelle qu'elle soit. Elèves, professeurs, il savait toujours s'y prendre. Il ne lui fallut pas longtemps pour décerner celle d'Hagrid, à savoir qu'il était incapable de faire preuve d'une quelconque autorité et il en profitait, au maximum. Ainsi, le cours d'Hagrid fut son cours préféré pour embêter le survivant. C'était durant ces cours qu'Harry devait supporter le plus d'insultes et de moqueries. Cela aurait été supportable, si Hagrid n'avait pas été si distrait que Malefoy ne puisse pas parler assez fort pour que tout le monde l'entende. Malheureusement, Hagrid était peu attentif aux murmures contrairement aux élèves de la classe qui eux, aimaient plus les murmures aux soins des créatures magiques. Alors qu'Hagrid se trouvait plus loin avec quelques élèves passionnés par son enseignement, Harry était en train de trier les feuilles comme lui avait demandé Hagrid pour nourrir les animaux qu'ils étudiaient aujourd'hui. Ce qu'il fit tout en entendant derrière Malefoy parler avec ses amis Serpentard, de lui, bien évidemment. A côté de cela Ron ne cessait de lui jeter des regards en biais, comme s'il s'attendait à ce que son ami pique une crise d'une seconde à l'autre. Harry trouvait ces regards insupportables, même s'ils venaient de Ron. De plus, Seamus était tout près avec Neville et Harry ne cessait d'avoir des pensées mauvaises pour lui, du genre « ba pourquoi tu ne rigoles pas avec eux toi non plus, t'en crèves d'envie je suis sûr ». Lorsque Malefoy éclata de rire pour la troisième fois depuis le début du cours, Harry sentit la colère le faire trembler, il jeta les feuilles et fit volte face.

- T'as rien d'autre à faire de tes journées ou quoi ?!  Cracha-t-il dans la direction de Malefoy.

Ce dernier le regarda et se mit à rire tout en marmonnant un « quoi ? Tu me parles ? »

- Oui je te parle, je te demande si tu n'as rien de mieux à faire de tes journées que de rire sans cesse de moi ? S'exclama-t-il avec colère tout en s'avançant vers Malefoy de quelques pas.

Malefoy se moqua de lui en riant ce qui l'insupporta d'avantage encore.

- Tu restes une source d'amusement sans fin Potter. finit-il par lancer, faisant rire ses amis.

- Tu es pathétique. Cracha Harry.  Franchement c'est vraiment triste tu sais, ça fait des mois que les cours ont reprit et on dirait qu'il n'y a rien d'autre qui puisse t'occuper que moi, moi et encore moi ! Tu veux un autographe ou quoi ?!

Quelques Gryffondors se mirent à rire, moqueurs, et Malefoy se renfrogna, fronçant les sourcils.

- Fais gaffe à ce que tu oses dire sale petit esclave.

Harry ouvrit la bouche mais à sa grande surprise, Ron s'interposa.

- Laisse tomber Harry, viens on va finir avec ces feuilles.

Harry resta silencieux un instant. Pour une fois, il avait le courage de dire ce qu'il pensait et d'exprimer sa colère ce qu'il n'avait plus souvent l'occasion de faire depuis qu'il était disciple et le fait que Ron le coupe ainsi dans son élan le frustra un peu bien qu'il savait pertinemment que son ami voulait simplement le ramener à la raison.

- Oui Harry laisse tomber. Se moqua Malefoy d'une voix mielleuse.

- C'est toi qui va laisser tomber. S'exclama Harry avec colère faisant un nouveau pas en avant.

Ron l'attrapa par le bras et Harry lui jeta un regard noir.

- Harry arrête. Murmura Ron. Tu vas avoir des ennuis si tu te bats avec lui tu le sais.

Harry sentit son cœur s'accélérer légèrement à la pensée de son Maître et de la réaction qu'il aurait s'il apprenait que son disciple s'était battu avec Malefoy, surtout après les ennuis qu'il avait eu déjà en début d'année. Bien que Ron avait parlé à mi-voix, Malefoy entendit très bien ce que ce dernier avait dit.

- Ba oui Potter si tu ne veux pas te prendre une bonne raclée je te conseille de te retourner et de te remettre à ton triage. Lança-t-il d'une voix moqueuse et amusée.

Harry serra les dents et resta un instant immobile partagé entre l'envie irrésistible de récupérer son honneur en explosant le pif de Malefoy et donc en prouvant que quoi qu'il en soit il faisait ce qu'il voulait, Maître ou pas Maître et la peur des conséquences de ses actes qui seraient automatiquement douloureux. La question était de savoir s'il se sentait capable d'accepter d'être battu pour avoir frappé Malefoy. Après tout, cela serait horrible, mais est-ce que ça ne vaudrait pas le coup ? Malefoy sembla surprit et Harry ne comprit pas pourquoi. A vrai dire, l'hésitation d'Harry se lisait très bien sur son visage et Malefoy était tout simplement stupéfait que le Survivant ne soit pas assez effrayé par l'idée de la colère de Rogue pour faire immédiatement volte face. Pendant quelques instants, il y eu un large silence autour d'Harry, tout ceux autour de lui attendant de voir quelle allait être sa réaction. Harry de son côté se sentait dans l'impasse, partagée entre colère et peur et ne sachant lequel de ces deux sentiments écouter le plus. Presque inconsciemment il fit un pas en avant vers Malefoy et tout le monde sembla stupéfait. Alors que son cœur était sur le point de sortir de sa poitrine et que la peur de son maître l'envahissait, il fit un deuxième pas en avant. Il était un Gryffondor et jamais il ne se découragerait. Quoi qu'il en soit. Il s'apprêta à défendre dignement son honneur quand il sentit d'un seul coup qu'on le tirait en arrière. Neville, Ronald et Dean l'avaient attrapé, pour le retenir.

- Vous n'allez pas vous battre tout de même c'est ridicule. S'exclama Neville.

Au fond de lui, Harry sentit une pointe de gratitude envers ses trois amis l'envahir. S'ils n'étaient pas intervenus il aurait sûrement fait une énorme bêtise. C'était comme s'il réalisait tout à coup qu'il s'était mit juste au bord d'un précipice et que ses amis l'avaient sauvé, in extremis. Ronald l'obligea à se retourner vers les feuilles avec une certaine fermeté jusque là inconnue et Harry sentit que ce dernier était à moitié mécontent. Bien qu'il se sentait tout à coup rassuré de ne pas avoir été jusqu'à se battre avec Malefoy et qu'il était content que tout le monde l'ai vu hésiter, prouvant que malgré tout il avait du cran, il se sentit un peu frustré d'avoir ainsi été stoppé en plein élan. Il l'aurait senti passer s'il avait fait une telle chose c'était certain, Rogue l'aurait tué, et il était clair que faire volte face était une bien meilleure idée mais il aurait été tout de même satisfait de refaire le portrait de son ennemi.
Le reste du cours se fit en silence. Harry n'osait plus ouvrir la bouche et Ron ne relevait même pas les yeux vers lui, apparemment mécontent. Lorsque le cours fut terminé, Ronald mit beaucoup de temps à ranger ses quelques affaires et Harry comprit tout de suite qu'il le faisait exprès pour se retrouver seul avec lui. Il ne resta rapidement plus que le trio d'ami.

- Tu nous laisses. Lança Ron à Hermione d'une voix tout juste aimable.

Hermione ouvrit la bouche d'un air choqué puis la referma d'un air indignée. Elle jeta à Ronald un regard noir digne de ceux de Sevérus Rogue et fit demi-tour. Harry la regarda partir, marchant d'un pas rapide et sec, visiblement en colère.

- A quoi est-ce que tu joues ? S'exclama Ron avec colère.

- Quoi ? marmonna-t-il innocemment.

-C'était quoi ce que tu nous as fait avec Malefoy ! Tu allais quoi, lui sauter dessus ?

- Tu as bien entendu ce qu'il me disait, il n'arrête pas de se moquer sans cesse.  Rétorqua Harry d'un ton plus sec, n'appréciant pas de se faire disputer par Ron.

- T'imagines un instant si avec Neville et Dean on ne s'étaient pas interposés ? Tu...

- Non mais je rêve, je te signale que tu ne m'as plus parlé pendant plusieurs jours parce que je ne me défendais pas face à Malefoy et maintenant que je le fais tu m'engueules ! Il faut savoir ! S'écria Harry avec incompréhension.

- Tu sais très bien que l'autre imbécile t'aurais trucidé ! S'exclama Ron

- Si par l'autre imbécile tu entends mon Maître oui je le savais et j'étais prêt à prendre le risque d'être puni. Rétorqua Harry.

- Quoi tu aimes ça alors ?!

- Bien sur que non !  S'emporta Harry. Ne dis pas n'importe quoi ! Je me suis juste dit qu'après tout même si ça aurait été horrible peut être que ça aurait valu le coup ! Si les gens voient que j'ai toujours du cran, si Malefoy le voit, peut être que tout le monde arrêtera de me juger !

- La seule personne qui doute de ton cran c'est toi. Cracha Ron avec colère. Je t'interdis de refaire une telle chose !

- Tu ne peux rien m'interdire du tout Ronald. Répondit Harry, le regard noir.

- Ecoute... Reprit Ron, la voix tellement calme tout à coup qu'Harry en fut déstabilisé. Je veux simplement te protéger de Rogue tu comprends, je ne veux pas qu'il te fasse du mal.

Harry observa quelques secondes Ron, un peu surpris.

- Je sais que tu veux me protéger et t'en remercie. Vous avez eu raison de m'arrêter et je vous en suis reconnaissant mais ne me crie pas dessus comme ça d'accord. Répondit-il d'une voix à son tour plus calme. Surtout que tu m'as déjà disputé pour ne pas me défendre de Malefoy je te signale, il faudrait savoir.

- Je... c'est juste que... Ron soupira, rougissant un peu. Tu te souviens de la fois où Rogue est entré dans la salle de potions quand on était en retenue ensemble ?

Harry rassembla ses souvenirs et la punition qu'il avait prit ce jour là lui revint parfaitement en mémoire.

- Oui. Et ?

- Rogue était furieux que tu te sois endormi en cours de Métamorphose. Quand il m'a viré de la classe... je suis resté dans le couloir et... et j'ai entendu... j'ai entendu... ce qu'il t'a fait. murmura-t-il.

Harry resta un instant silencieux, profondément mal alaise.

- Oh...

- Je... j'ai trouvé ça tellement... horrible... je...

- C'est pour ça que tu avais changé d'avis alors. Murmura Harry. Après ce soir là tu m'as pardonné pour les retenues de Rogue et tout ça, c'était parce que tu avais vu ce qu'il m'avait fait.

- Pas vu, entendu. Rectifia Ron d'une voix douce. Je... ce n'était pas par pitié. Expliqua-t-il tout de suite craignant que son ami interprète mal son comportement. Ce jour là j'ai compris que Rogue pouvait vraiment te faire souffrir et j'ai compris pourquoi tu lui étais obéissant et respectueux. J'ai réalisé combien tout ça pouvait être dur pour toi et j'ai aussi compris que tu avais des raisons de craindre Rogue et ses colères.

Harry resta quelques secondes muet, avant de briser le silence qui s'était installé entre eux deux.

- J'aurais préféré que tu n'entendes pas ça.  Murmura-t-il.

- Je sais. C'est pour cela que je ne t'avais pas dit que j'avais entendu, j'avais peur de te mettre mal à l'aise. Ecoute... je suis désolé ok, d'avoir écouté aux portes... d'avoir menti... et de m'être mit en colère tout à l'heure...

- C'est oublié.  Chuchota Harry.

Ron sourit faiblement, apparemment un peu mal alaise.
Les deux jeunes sorciers partirent en direction du château.

- T'allais vraiment lui mettre ton poing dans la figure ?  Finit par lancer Ronald en souriant.

Harry sourit à son tour.

- Je crois oui...

- L'autre jour tu m'as dit que tu préférais l'ignorer, que tu t'en fichais.

- Je sais mais... Harry soupira.

- Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?

- Je t'en ai pas parlé à toi et Hermione mais l'autre jour j'ai entendu des choses que je n'ai pas vraiment... aimé.

- Oh, vraiment ? Malefoy encore ?

- Non. Seamus.

- Seamus ?! S'exclama Ron. Ça m'étonnerait qu'il ait dit du mal de toi.

- Il a pas vraiment... dit du mal mais... enfin il disait des choses vraiment dures.

- Comme quoi ?

Harry soupira une nouvelle fois, un peu mal alaise.

- Il a dit qu'il comprenait que Malefoy pense que je ne sois qu'un esclave, ce genre de chose.

Ron resta un instant silencieux.

- Oh... mais il a peut être juste voulu dire... enfin...

- Oui je sais il disait simplement qu'il comprenait pourquoi Malefoy disait ça parce que... parce que je n'étais pas le Disciple de n'importe qui et que... il avait le droit de me punir et tout le reste. Il a dit qu'il ne me considérait pas comme un esclave mais que... il comprenait les rumeurs.

- C'était un peu vexant je comprends mais je suis certain que s'il savait que tu avais entendu, il s'excuserait tout de suite. Il se sentirait sûrement très mal.

- Mais il a dit autre chose, de beaucoup plus... vexant.

- Quoi ?

- Il s'est demandé si mon... si mon Maître ne... enfin tu sais... ne me... enfin ne me violait pas.

Harry rougit légèrement alors que Ron écarquillait les yeux, stupéfait.

- Vraiment ?!

Harry acquiesça.

- Ho... quel crétin celui-là.  Marmonna Ron.

- Un peu. Murmura Harry d'une voix douce.

- Ecoute je sais que tu réagis très mal à tout cela mais il faut que tu passes au dessus.

- Ce n'est pas possible Ronald. Je t'assure. C'est plus fort que moi je ne peux pas faire... semblant. »

  

***


Un peu plus tard dans la journée, Harry laissa de côté ses souvenirs vis-à-vis de Seamus. Il tourna la majorité de ses pensées vers l'image de son Animagus qu'il avait eu la veille. Maintenant qu'il savait quel animal sommeillait en lui il n'avait pas d'autre envie que d'aller plus loin, que de se transformer enfin une bonne fois pour toute et de savoir quel effet il aurait à être en chien. Sans s'en rendre compte, Harry sourit. Il avait une certaine fierté à se savoir un chien car Sirius en était un aussi. Pas le même, mais un chien tout de même. Il songea aussi qu'il n'avait pas donné de ses nouvelles à son parrain depuis un moment. Il lui écrit donc une lettre où il commença par s'excuser de son manque de nouvelle. Il lui assura ensuite que tout allait très bien pour lui et qu'il avait progressé dans la recherche de son Animagus qui s'avérait être de même nature que le sien.

 

***


Le lendemain Harry se leva fatigué. Les rêves autour de Lord Voldemort avaient refait surface. Il ne cessait de le voir en train de boire le sang d'on ne sait qui. A chaque fois, l'homme se retournait et semblait le fixer ce qui le tirait brutalement du sommeil, violemment même. Cette nuit son rêve s'était un peu modifié. Sur une petite table en bois, à quelques mètres du Mage Noir, était couchée une petite Tour Eiffel. Harry ne mit pas bien longtemps à faire le lien avec ce qu'il avait entendu en écoutant aux portes de son Maître. Rogue avait bien dit à Dumbledore que Voldemort était en France, pour des raisons qui lui semblaient inconnues. Il est clair maintenant que cela a un rapport avec ce sang que le Seigneur des Ténèbres semble trouver tout particulièrement à son gout.
Une fois les cours de la journée passés, Harry se rendit comme à son habitude au bureau de son Maître. Il avait l'intention de commencer par lui parler de ses rêves et de la Tour Eiffel qu'il avait vu bien que refaire allusion à son espionnage ne le tentait guère. Rien de mieux pour remettre son Maître en colère...

- Maître, j'aimerais vous parlez de quelque chose. Murmura Harry, poliment.

- C'est moi qui ait à te parler pour l'instant. Répondit Rogue sur un ton qui ne présageait rien de bon.

Harry releva les yeux vers lui et le regarda avec attention.

- Est-ce que je pourrais savoir de qui te vient la permission de parler à tout va ? Questionna Rogue tout en faisant un pas vers Harry.

- Je ne comprends pas Maître.  Murmura Harry tout en reculant légèrement, secouant la tête de gauche à droite.

- Alors laisse-moi t'expliquer. Je me suis rendu hier soir au Quartier Général de l'Ordre où j'avais de nombreuses choses à faire et tu n'imagineras pas ma surprise lorsque, à table, Black m'a parlé de toi et plus précisément de ton Animagus.

Severus jeta un regard brulant à son disciple qui frémit légèrement.

- Oh tu peux être content, il est très fier ! Cracha Rogue avec colère.

- Je...  Harry secoua la tête d'un air navré. Je suis désolé Maître je... je voulais simplement... j'ai écris à mon parrain et... et comme la découverte de mon Animagus était importante pour moi j'ai simplement... simplement voulu lui raconter. J'étais fier de mes progrès Maître, je n'ai pas pensé à mal je vous assure.

Severus observa quelques instants Harry, le regard sévère. Il constata sans difficulté que son élève était déconcerté. Il n'avait pas agit par insolence ou par sottise.

- Bien.  Lança sèchement Rogue. Je t'interdis de divulguer ainsi dans du courrier des éléments concrets et importants sur notre entrainement. C'est dangereux. Si ton courrier avait été intercepté par un Mangemort le Seigneur des Ténèbres sauraient que tu as ou auras bientôt la capacité de te transformer en un animal et tout cela n'est rien comparé à ce qui se passerait si c'était le Ministère qui l'interceptait. Je te rappelle que le courrier est surveillé. Gronda-t-il.

Harry se mordilla la lèvre avec remord et baissa lentement les yeux.

- Je vous demande pardon Maître.

Rogue ne répondit rien à cela et fit volte face, se rendant lentement vers son bureau. Harry releva les yeux et déglutit légèrement : vu comment avait commencé la journée il avait intérêt à se tenir à carreau s'il ne voulait pas avoir les plus gros ennuis du monde. Il décida donc de remettre l'explication de son rêve à plus tard. Alors que Severus Rogue prit une tasse son bureau d'où s'élevait la fumée d'un thé chaud, Harry se demanda combien de temps il devait attendre avant de parler de son rêve. S'il le disait maintenant Rogue risquerait de se remettre en colère mais s'il attendait trop il se mettrait également en colère car son élève ne se serait pas donné la peine de lui donner une information très importante tout de suite. Severus termina d'une traite son thé et fit face à Harry.

- Aujourd'hui, nous allons travailler le duel. Cela fait longtemps. Bien trop longtemps. Comme nous sommes vendredi soir, nous allons rentrer au Manoir, exceptionnellement. J'ai des choses à y régler. Nous reviendrons à Poudlard dimanche soir.

- D'accord... Murmura Harry, un peu surpris par le désir soudain de son Maître de rentrer.  Mais... Maître, mes amis vont s'inquiéter si...

- Tu leur enverras un hibou. Coupa sèchement Rogue d'une voix qui imposa le silence chez son Disciple.

Tout juste dix minutes plus tard, Harry et Rogue était au Manoir. Plus les minutes passaient et plus Harry se disait qu'il allait avoir des ennuis. A peine avait-il passé la porte du Manoir que Rogue lui ordonna d'aller dans sa chambre. En plus d'être surpris d'être envoyé dans sa chambre alors qu'il était venu pour étudier, Harry fut surpris par le ton qu'employa son Maître : sa voix était basse et distraite, totalement différente de d'habitude. Harry se passa néanmoins de commentaires et alla dans sa chambre. A peine un instant plus tard, Rogue montait à son tour à la chambre de son élève. Il claqua la porte derrière lui faisant sursauter Harry. C'est à cet instant que tout bascula. Rogue déboutonna d'un geste sec le haut de son pantalon.

- Il est temps que tu assumes complètement ta fonction.  Lança Rogue le regard noir.

Harry, qui était assis sur le lit, se leva avec stupéfaction, le regard apeuré.

- Maître...

- Tais-toi et déshabille toi. Ordonna Rogue.

- Quoi ? Mais non... je... Maître...

Rogue alla jusqu'à Harry et le prit par le bras avant de le jeter sur le lit avec violence. Il l'obligea à se mettre sur le dos et entreprit de défaire la ceinture qui tenait son pantalon. Harry posa ses mains sur celles de son Maître, tentant de l'arrêter.

- Non...

Rogue le gifla de toutes ses forces.

- Laisse-toi faire !

Harry se mit à pleurer, terrorisé.

- Maître je vous en supplie non... ne faites pas ça.

Rogue enleva la ceinture du pantalon d'Harry et dégrafa le bouton du haut avant de baisser la braguette du pantalon. A cet instant, Harry commença à se débattre de toutes ses forces, mêlant pleures et cris.
Severus se mit en colère et l'obligea à se lever. Il le plaqua contre la porte de la chambre et posa chacune de ses mains sur les poignets d'Harry qu'il maintint avec force contre la porte, à hauteur de sa tête. Harry coincé, tira sur ses poignets de toutes ses forces mais sans réussir pour autant à se libérer.

- Tiens toi tranquille ou je t'attache. Souffla Rogue à son oreille d'une voix étrange, dégageant une sorte de sensualité qui souleva le cœur d'Harry qui se mit à pleurer de plus belle.

- Oh je vous en prie Maître ne me faites pas ça ! Non ! Non pas ça...

Brusquement, Harry sentit une décharge le traverser et Rogue fut littéralement projeté en arrière. Il traversa toute la chambre dans les airs et termina son vol avec fracas contre le mur où se trouvait la fenêtre. Rogue s'effondra par terre, inconscient. Harry plaqua ses mains sur sa bouche, tremblant des pieds à la tête. Il fit un pas en avant vers son Maître mais s'arrêta brusquement, trop apeuré. Il choisit de sortir en courant, terrorisé. Il descendit les marches quatre à quatre et manqua même de tomber tellement ses jambes tremblaient. Il arriva à la porte d'entrée et découvrit qu'elle était fermée à clé. Tout en jetant des regards nerveux vers sa chambre il sortit sa baguette.

- Alohomora !

La porte resta parfaitement verrouillée.
Harry sentit son cœur s'arrêter. Il étouffa un gémissement et remonta en courant les escaliers. Il se réfugia dans la salle de bain, la verrouillant à l'aide d'un sortilège. Il s'éloigna ensuite lentement de la porte, jusqu'à ce qu'il soit stoppé par le rebord de la baignoire qui le fit sursauter. Il s'assit et plaqua ses mains sur ses yeux après avoir laissé tomber ses lunettes par terre. Après avoir sangloté un moment, son regard tomba sur le haut de son pantalon ouvert. Il sanglota une nouvelle fois avant de le refermer. Harry se laissa ensuite glisser contre le bord de la baignoire et s'assit par terre. Il ramena ses genoux contre son torse et y logea sa tête, essayant de se calmer. La scène semblait tellement surréaliste. Comment Rogue avait-il pu décider de lui faire ça ? Comme ça ? Si brusquement. Pourquoi ? Il n'avait pourtant jamais montré le moindre signe de désir envers lui... Harry eut l'impression que tout son monde était en train de s'effondrer. Toute la confiance qu'il avait bâtie sur Rogue était en train de s'effondrer et Harry réalisa sans difficulté que Rogue était devenu sa figure de référence, son seul père et sans lui, Harry n'était plus rien. Harry n'avait plus aucun repère, il était totalement effondré. Le pire était en train de lui arriver.

  

***

Severus Rogue reprit lentement connaissance. La première chose dont il eut totalement conscience, ce fut la douleur qui lui traversait tout le dos. Le maitre des potions ouvrit les yeux avec difficulté et regarda autour de lui. Il était dans la chambre d'Harry. Il se redressa avec inquiétude. Que s'était-il passé ici ? Une attaque ? Rogue se leva et tituba. Il ignora le vertige qui l'empara et chercha en vain du regard son Disciple. Il s'apprêta alors à l'appeler mais il fut prit d'un flash. La scène qui s'était passée dans cette pièce défila devant ses yeux et pour la première fois depuis bien longtemps, Severus Rogue sentit son cœur se serrer douloureusement.

- Oh mon dieu...  Chuchota-t-il les yeux écarquillés.

Il sentit un nouveau vertige s'emparer de lui et cette fois-ci cela n'avait rien à voir avec sa chute. Il eut la nausée à l'idée de ce qu'il avait fait. La scène était floue, incertaine et Rogue ne parvenait pas à se rappeler jusqu'où il avait été avant qu'Harry le repousse par magie. Alors qu'il s'inquiétait de ce qu'il avait fait à son Disciple, une autre idée vint intercepter celle en cours : où était Harry ? Rogue l'appela à plusieurs reprises sans que la moindre réponse ne se fasse entendre. Très vite, il tomba sur la porte verrouillée de la salle de bain.

 

***


Harry sursauta. Lentement, la porte se déverrouilla et Rogue entra. Harry se remit à pleurer et se redressa brusquement tout en faisant de vif signe de tête négatif. Rogue leva lentement la main vers son Disciple.

- Harry, Harry calme-toi, n'ai pas peur. Murmura-t-il d'une voix si douce qu'Harry fut persuadé qu'il n'était pas sincère et qu'il n'essayait que de le duper.

- Harry s'il te plait calme-toi. Murmura Rogue.

- Vous ne dites jamais s'il vous plait ! S'exclama Harry. Ne vous approchez pas de moi, je ne veux pas... non je ne veux pas.

- Je t'ordonne de te calmer ! S'exclama Rogue avec colère.

Harry s'immobilisa face au ton dur et habituel de son Maître. Plus calmement, Rogue reprit.

- Harry je n'ai pas voulu te faire de mal. Je t'assure. J'ai été manipulé. Quelqu'un a du me faire prendre une potion ou m'a jeté un sortilège.

Harry dévisagea Rogue, ne sachant que croire.

- Jamais je ne te ferais une telle chose. Assura Severus.

Pour la toute première fois, Rogue ne semblait pas masquer ses émotions ou tout du moins, pas totalement. Il semblait inquiet et son regard était brillant et comme... apeuré.

- Harry tu es mon fils, jamais je ne te toucherais ainsi.  Murmura-t-il.

Harry écarquilla légèrement les yeux, stupéfait. Son cœur s'emballa et il du faire tous les efforts du monde pour retenir ses larmes. Une immense vague de soulagement s'empara de lui et il plaqua ses mains sur son visage. Severus vit tout de suite au regard de son Disciple qu'il s'était calmé. Il s'avança lentement vers lui, avec précaution, et le serra dans ses bras pour la première fois.

Commentaires (1)

1. selisa 18/03/2012

j'adoree!!!!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×