chapitre 19

Harry jeta un regard craintif à son maître, voilà bien deux minutes qu'il n'avait pas dit le moindre mot. Peut être aurait-il du éviter de disputer son maître.

- Je... pardon. Bredouilla brusquement Harry à mi-voix. Je n'aurais pas du vous parler ainsi, je n'étais pas à ma place.

Rogue soupira.

- Ne t'excuse pas Harry. Murmura-t-il. Je comprends que tu sois en colère.

- Vraiment ? Chuchota-t-il.

- Attention je n'approuve pas que tu lèves la voix sur moi mais je comprends que tu sois en colère. Je n'aurais pas du prendre tant de risques c'est juste que je n'avais pas réalisé que si je me faisais tuer et bien... tu te retrouverais seul.

- C'est pourtant le cas.  Murmura-t-il d'une voix docile.

Un nouveau silence s'installa quelques secondes.

- Pourquoi Voldemort vous poursuivait Maître ?

- Qu'est-ce qui te fais croire que c'était lui qui...

- Je l'ai vu dans mon rêve.

- Dans ton rêve ?

- Oui, enfin je l'ai vu dans l'esprit de Voldemort. Je l'ai vu vous attaquer. Maître, pourquoi Voldemort vous poursuivait ?

- J'étais en mission pour Dumbledore. Il m'a surprit et j'ai du me battre contre lui. C'est un miracle que j'ai pu survivre.

Les jours suivants passèrent tranquillement. Rogue n'avait pas souhaité s'étendre sur son face à face avec le Seigneur des Ténèbres et Harry n'avait pas plus insisté que cela. Au final, il travailla tous les jours des deux semaines de vacances qu'il avait et n'eut même pas le droit d'aller voir Ronald chez lui le dimanche comme l'été. Rogue n'avait pas justifié son refus ce qui n'avait pas franchement plus à Harry mais ce dernier n'avait pas insisté encore une fois. Il étudia même le jour de noël. A vrai dire, Harry avait presque oublié au final que c'était les vacances de noël car Severus ne décorait pas sa maison et ne parlait pas de ce jour de fête. Le mardi de noël fut donc un jour presque normal où le mot « noël » n'apparut pas dans les conversations de la journée. Harry avait d'ailleurs trouvé cette journée étonnement triste. Noël était une journée merveilleuse en compagnie des Weasley et il regrettait beaucoup de ne pas avoir été avec eux. Le soir du 25 décembre, lorsqu'il alla se coucher, Harry souhaita tout de même un joyeux noël à son Maître et ce dernier lui répondit distraitement un « à toi aussi Harry ».

Les cours reprirent alors et Harry du écouter tous ses amis raconter leur fête de noël qu'ils avaient tous trouvée au combien merveilleuse. Etrangement, personne à l'exception de Ron et Hermione ne lui demandèrent comment s'étaient déroulées ses fêtes de noël. Sûrement était-il évident qu'Harry ne pouvait pas avoir passé d'agréables moments comme tous ses camarades. Les cours reprirent, lentement et Harry du supporter à nouveau les moqueries de Malefoy et cela semblait de plus en plus difficile. Il ne cessait de lui lancer des piques devant tout le monde, devant tous ses camarades de classe et cela commençait à être difficile pour lui car chaque fois qu'il avait l'impression d'être bien avec les autres, Malefoy veillait à lui rappeler qu'il n'était pas comme eux, que lui « appartenait à Rogue » comme il le disait si souvent, si facilement, si cruellement. Harry essayait tant bien que mal de se convaincre que cet imbécile disait n'importe quoi et qu'il était comme les autres. Un jour, au détour d'un couloir, Harry s'arrêta à l'appel de son propre nom. Il comprit très vite que personne ne l'appelait mais que l'on parlait de lui, et dans son dos. Il ressentit une pointe de mécontentement lorsqu'il reconnu les voix de Neville et Seamus.

- Je ne sais pas comment il fait pour supporter Rogue ! S'exclama Seamus.

Harry s'approcha discrètement et se cacha derrière une statue. Seamus était adossé au mur du couloir, mangeant goulument une barre de chocolat et Neville était assis par terre en face de lui, contre le mur en face de celui où se trouvait Seamus.
Neville haussa les épaules.

- Il n'a pas trop le choix je crois bien.

- A sa place j'aurais envie de mourir ! Tu te rends compte ? Etre obligé de servir Rogue, de lui obéir de... de l'appeler Maître ! Beurk ! Plutôt mourir.

Seamus afficha une grimace de dégout.

- Je crois qu'Harry n'a pas eu vraiment le choix là non plus. Répondit Neville. Et je ne crois pas que ce soit ça son plus gros problème en ce moment.

- Avec Malefoy tu veux dire ? Je trouve ça horrible ce qu'il fait mais en même temps cette histoire est énorme et c'est aussi une énorme perche pour Malefoy. Il n'a pas cherché bien loin, prétendre qu'Harry était l'esclave de Rogue même moi j'aurais pu l'imaginer.

Harry sentit son cœur s'emballer et il s'adossa au mur derrière lui, se détournant ainsi des deux garçons. Il entendit tout de même Neville protester.

- C'est méchant ce que tu dis. Chuchota-t-il. Harry n'a rien d'un esclave.

- Un peu quand même dans un sens non ? Enfin tu sais je ne dis pas que je vois Harry comme un esclave ce que je veux dire c'est que... on peut comprendre pourquoi Malefoy imagine ça non. Etre obligé d'appeler quelqu'un Maître, devoir se soumettre à tous ses désirs, lui donner le droit de faire ce qu'il veut de toi. Tu te rends compte, on dit qu'il le bat ? Il a le droit. Et en plus c'est un professeur de notre école, tout le monde le connait et ce n'est pas n'importe qui si tu vois ce que je veux dire. S'exclama-t-il.

Neville afficha une grimace mais ne trouva rien à rétorquer.

- Tu sais que Malefoy ne dit pas faux en parlant des viols et tout ça. Tu crois que Rogue lui fais des trucs ... ?

- Oh arrête t'es immonde ! S'exclama Neville tout en se relevant.

- Ba quoi j'imagine qu'il n'a pas de copine, c'est un mec, avec des besoins et tout.

- Tu dis n'importe quoi !

Neuville se mit en marche et Seamus le suivit. Tous deux s'éloignèrent.
Harry sentit les larmes lui monter aux yeux, profondément blessé. Il les essuya immédiatement.

- Ça n'apporte rien de bon d'écouter au porte je te l'ai pourtant dit. Chuchota une voix.

Harry sursauta et se trouva nez à nez avec Sevérus Rogue.

- Maître... Murmura-t-il tout en reniflant. Pardon je ne vous avais pas vu.

- Je sais. Répondit calmement Rogue. Est-ce que ça va ?

Harry releva les yeux vers son professeur, un peu surpris qu'il lui demande comment il allait. Il détourna les yeux tout en murmurant qu'il allait bien. Rogue soupira doucement et s'adossa au mur, juste à côté d'Harry.

- Je sais que c'est très difficile pour toi. Je regrette que tu ai surpris cette conversation entre deux de tes amis. Si tu m'écoutais aussi, et n'espionnais pas les gens, tu n'aurais pas ce genre de surprise. Murmura-t-il d'une voix douce qu'Harry n'entendait pratiquement jamais. Ce ne sont que des commérages. Il ne faut pas y prêter attention.

- C'est difficile. Répondit-il d'une voix tremblante, larmes aux yeux.

Rogue le regarda sans colère et soupira une nouvelle fois. A la grande surprise d'Harry, il le prit un instant dans ses bras. Le geste fut court mais Harry le trouva d'un grand, très grand réconfort. Néanmoins, il fut trop court pour chasser la peine de son cœur.

Les jours suivants, Harry évita Seamus et Neville de manière continuelle, ne voulant pas les regarder, ni leur parler. Il en voulait beaucoup à Seamus pour ce qu'il avait dit même s'il savait très bien qu'au fond Seamus n'avait pas pensé à mal, il avait simplement exprimé son avis, en pensant que le concerné n'entendait rien de ce qu'il disait. Mais toutefois, il avait dit ce qu'il avait dit et Harry était blessé. Profondément. Il n'avait pas de quoi en vouloir à Neville mais il ne parvenait pas à le regarder droit dans les yeux car il pensait automatiquement à la conversation qu'il avait surprise et le sentiment de malaise qu'il avait eu refaisait douloureusement surface alors il préférait l'éviter, lui aussi. Il n'avait pas soufflé un mot de la conversation qu'il avait surprit à Ron ni Hermione et il gardait cela pour lui, avec presque honte. 


***

Harry était assis, concentré sur l'appel de son Animagus qui semblait beaucoup se faire désirer. Harry avait beau faire de son mieux, ce dernier ne donnait pas signe de vie et le manque de patience au combien légendaire du maitre des potions était mise à l'épreuve. Ce soir là, il était 22h et c'était le dernier jour de la semaine. Harry était fatigué mais son Maître semblait avoir décidé que son disciple ne bougerait pas sans avoir fait un progrès. Quel qu'il soit. Après avoir ressentit quelques picotements étranges dans le corps, Harry eu une sorte de flash. Il fut tellement surprit qu'il étouffa un cri qui fit sursauter Rogue.

- Mais enfin qu'est-ce qui te prends ?!  S'exclama Severus, apparemment mécontent.

- J'ai vu un chien ! S'exclama-t-il. J'ai vu un chien !

Il resta un instant silencieux.

- C'est bien ?  Finit-il par marmonner tout en affichant une faible grimace.

- C'est plus que bien. Ajouta Rogue. Tu viens de voir ton Animagus.

Severus laissa entrevoir un très vague sourire et Harry renchéri par un sourire à pleine dents.

- Alors c'est un chien. Murmura Rogue apparemment plus pour lui-même que pour Harry.

 Il posa ses papiers sur son bureau et alla rejoindre Harry.

- Quel genre de chien ?

- C'était un Husky, blanc et noir, avec les yeux verts.

- C'était toi en d'autre terme. Ajouta Rogue.

Harry acquiesça d'un signe de tête net et franc, heureux.

- Je n'arrive pas à le croire. Chuchota-t-il.

- C'est bien, voilà un grand pas en avant. Tu vas pouvoir aller te coucher. Tu l'as mérité.

Harry acquiesça tout de suite.

- Mais... Maître, c'est bien comme Animagus ? Questionna-t-il, se demandant subitement si son Maître était déçu.

Rogue dévisagea un instant Harry avant de répondre.

- Oui, bien sur que c'est bien. Je suis fier de toi. Murmura-t-il.

Harry afficha un très large sourire.

- Merci Maître.

 Il s'inclina respectueusement ce que Rogue nota silencieusement comme une bonne manière de le remercier.

- Je te raccompagne à ta salle commune. Il est trop tard pour vagabonder seul dans les couloirs.

Severus Rogue et Harry marchèrent en silence dans les couloirs noirs et silencieux de l'école. Harry observait discrètement son Maître qui ne semblait pas d'humeur à parler. Il ne semblait jamais d'humeur et Harry n'osait jamais commencer une discussion avec lui, craignant qu'il prenne sa prise de parole comme insolente ou qu'il se fâche en lui demandant pourquoi donc il essayait de lui faire la conversation d'égal à égal. Ils arrivèrent au passage de la grosse dame dans le même silence qu'il était parti du bureau.

- Merci de m'avoir ramené Maître Murmura-t-il.

Rogue hocha simplement de la tête, l'air froid. Harry se demanda un instant s'il n'était pas fâché mais il ne voyait pas ce qui aurait pu le conduire à être ainsi entre l'instant où il avait découvert son Animagus et le moment où ils avaient passés le pas de la porte du bureau du maître des potions. Un peu mal à l'aise, comme à chaque fois, Harry s'inclina. Lorsqu'il se redressa il garda un instant les yeux baissés, comme toujours. Il se sentait généralement mal à l'aise de se soumettre ainsi, souvent, il se disait qu'il ne s'y habituerait jamais, tout simplement. Severus lui accorda un nouveau signe de tête et lui fit signe d'entrer dans sa salle commune. Harry prononça le mot de passe et disparut derrière la grosse dame après avoir jeté un dernier regard à son Maître.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site