chapitre 13.2

- Alors au fait, comment ça s’est passé dimanche dernier ? Tu n’as pas été très clair dans ta dernière lettre. Demanda Ron tout en ouvrant une tablette de chocolat.

Il tendit une barre à Harry qui la prit avec plaisir (ce n’est pas son Maître qui lui en offrirait…).

- Ça été horrible. Marmonna-t-il tout en croquant son chocolat. Il m’a fouetté. Ajouta-t-il à mi-voix tout en jetant un coup d’œil en coin à Ron. Ce dernier grimaça.

- Quel salaud ! S’exclama-t-il.

Harry sursauta légèrement, et regarda instinctivement la porte pour vérifier que le maître des potions n’était pas là. C’était comme si l’idée d’insulter Rogue avait été totalement banni de son esprit maintenant qu’il était son Disciple. Que prendrait-il s’il traitait son Maître ouvertement de salaud ? Il frissonna légèrement mais Ron ne sembla pas s’en apercevoir.

- Quel salaud. Répéta-t-il encore une fois tout en secouant la tête. Je ne sais pas comment tu fais pour supporter tout ça tu sais. 

- Je n’y arrive pas justement c’est bien ça le problème… enfin, ça été cette semaine, tout s’est plutôt bien passé. 

- Quoi Rogue a été sympa ? Questionna-t-il.

- Oui. 

- C’est possible ? Demanda-t-il tout en haussant un sourcil surprit. Harry sourit.

- Tu sais… il essaye vraiment d’être gentil avec moi, par moment. Enfin, il l’est. Quand je suis obéissant. 

- Ba oui il doit être content j’imagine quand il a le dessus sur toi. Lança Ron.

Harry prit un air songeur.

- Non… pas vraiment je… je crois vraiment qu’il a fait l’impasse sur tous nos différents des années précédentes tu sais. L’autre jour, il m’a dit qu’il veillerait sur moi à Poudlard, qu’il me protègerait si d’autres élèves s’en prenaient à moi. 

- Il a vraiment dit ça ? 

- Oui. Par moment je t’assure, il est vraiment gentil avec moi et même doux. 

- Qu’est-ce que tu entends par… doux ? 

Harry rougit légèrement.

- Ba tu sais… affectueux. 

- Quoi il te prend dans ses bras ? Ron éclata de rire mais cessa rapidement voyant que son ami ne partageait pas son fou rire.

- Non il ne me prend pas dans ses bras, mais des fois il pose sa main sur ma joue et… Harry effleura sa propre joue tout en pensant au geste de son Maître. Il la caresse, un peu. 

Ron resta un instant silencieux.

- Ne te moque pas s’il te plait, c’est quelque chose d’important pour moi. 

- Je ne me moque pas. Assura Ron d’un air sérieux. C’est que, Rogue… affectueux… ça me parait impossible et… et que toi tu aimes cela ça me semble encore plus délirant comme idée. 

Harry sourit une nouvelle fois.

- Ba tu sais, quand tu prends régulièrement des coups, tu apprécies les gestes doux. J’aime beaucoup quand il est gentil avec moi. Je préfère quand il est gentil.

- Je me doute. Acquiesça Ron. Il semblait légèrement décontenancé mais cela semblait logique aux yeux d’Harry. Il fallait être à sa place pour comprendre réellement ce qu’il ressentait, pour comprendre qu’une caresse pouvait être merveilleusement agréable pour lui.

- Alors si je comprends bien, ça va un peu mieux avec lui alors ? 

Harry acquiesça.

- Tu crois qu’il va vraiment te protéger comme il le dit ? 

- A Poudlard tu veux dire ? 

Ron acquiesça.

- Je ne considère pas que se soit un menteur, loin de là. Il fait toujours ce qu’il me dit, quoi qu’il arrive. Je suis certain qu’il veillera sur moi. En plus, lorsque nous avons discuté de cela, il l’a dit d’une manière et sur un ton qui semblait plus que sincère. Crois-moi, tu n’aurais pas reconnu sa voix si tu l’avais entendu. 

- Ba tant mieux alors. Il croqua un nouveau morceau de chocolat. Ça t’a rassuré ? 

- Un peu, oui. Mais je suis toujours inquiet. 

- Je comprends. Tu as reçu une lettre d’Hermione ? 

- Oh oui, elle était complètement paniquée. Acquiesça Harry tout en songeant à la lettre qu’il avait reçue d’elle la veille. Elle semble même plus inquiète que moi. 

- Les filles… Marmonna-t-il. J’en ai reçu une aussi, elle m’a fait promettre de bien m’occuper de toi le dimanche et de tout faire pour te remonter le moral. 

Harry sourit.

- Essaye de la rassurer d’accord. Je lui ai dit que j’allais bien mais elle ne semble pas me croire. 

- Tu ne lui as encore rien dit pour les mauvais traitements de Rogue ? 

- Non… mais elle le sait déjà quand même. 

Ron fronça les sourcils.

- C’est Hermione ! Lança Harry tout en haussant les sourcils. Elle sait tout sur tout et elle sait ce qu’elle la vie de Disciple. Elle sait que les Maîtres peuvent battre leur élève et elle connaît Rogue alors… 

- Elle t’a demandé s’il te donnait des coups ? 

-  Oui. Je ne lui ai pas répondu. J’imagine qu’elle va interpréter cela comme un « oui ». 

- Tu pourrais le lui dire clairement je pense… après tout tu me l’as bien dit à moi. 

- Oui, mais j’ai attendu de te voir pour que je puisse avoir une véritable discussion avec toi. Par lettre c’est… c’est une mauvaise idée. C’est impossible d’exprimer clairement les choses et elle va se faire des tonnes de films… enfin tu connais Hermione. Je préfèrerais avoir une véritable conversation avec elle. 

- Ba tu vas bientôt pouvoir alors. S’exclama-t-il avec un sourire.

- Ba septembre… c’est tout de même loin. 

Ron sourit et leva les yeux au ciel.

- Aurais-tu oublié quel jour est ton anniversaire ? 

Harry écarquilla légèrement les yeux : il avait totalement oublié.

- C’est quand ? 

Ron éclata de rire.

- Mon dieu, t’es incroyable. C’est mardi ! Maman voudrait que l’on fasse un repas. Quelque chose de simple, avec ou sans Rogue comme tu veux. Se serait le midi. 

- Il ne faut pas vous… 

- Mais si tu sais bien que maman ça lui fait plaisir. Ron lui sourit. Et puis tu as bien besoin de faire un peu la fête ! Tu crois pouvoir te libérer quelques heures mardi ? 

Harry se mordilla la lèvre.

- Cela m’étonnerait beaucoup. 

- Mais c’est ton anniversaire, Rogue peut bien comprendre. 

- Je ne pense pas que cela changera quelque chose, il me dira de le fêter le dimanche. On pourrait attendre, ça ne me dérange pas du tout tu sais. Alors si ta maman veut bien… 

- Tu pourrais au moins lui demander, non ? Demanda Ron. Ça serait bien de pouvoir le faire mardi. Après tout un anniversaire ça se fête le jour J ! Il afficha un nouveau sourire.

Harry se tue un instant se rappelant les règles de Rogue. Il lui avait interdit de pleurnicher pour aller voir Ron un autre jour que le dimanche et ce quelque soit la raison, même pour quelques minutes. Il avait même dit qu’il serait puni rien qu’en demandant de sortir en semaine. Harry hésita un instant, ne sachant pas s’il fallait raconter cela à Ron car ce dernier semblait plutôt remonté contre son Maître.

- Je vais essayer de lui demander. Mentit-il.

- Cool. 

OooooooooO

Ce soir là, Harry alla pour la troisième fois bouquiner au pied de son Maître. Toutefois, il ne parvenait pas vraiment à se concentrer sur sa lecture, songeant à son ami Ronald à qui attendait sa lettre lui disant s’il pouvait venir le mardi ou non. Harry ne savait pas trop quoi faire mais il avait dans l’idée de mentir à son ami, de lui dire qu’il avait demandé à Rogue et que ce dernier avait refusé catégoriquement. Après tout, Harry était pratiquement sûr qu’il dirait non et presque aussi certain qu’il serait puni. Il faisait tellement d’effort pour ne pas être à nouveau battu, il n’allait pas tout fiche en l’air maintenant.

- Quelque chose ne va pas Harry ? 

Harry sursauta.

- Non, je vais bien Maître. 

- Menteur. 

Harry jeta un coup d’œil en biais à son Maître qui semblait afficher un vague, très vague sourire.

- Tu es sur la même page depuis un temps indéfini. 

Harry ferma son livre.

- Que pensez-vous du mensonge, Maître ? 

Rogue sembla surprit par la question et il ne la cacha pas.

- Pourquoi me demandes-tu cela ? 

Harry haussa les épaules.

- Pour savoir  Maître, juste pour savoir. 

- Tu as fait une bêtise et tu m’as menti ? Demanda-t-il d’une voix calme.

- Non Maître, je n’ai rien fait de mal. Assura-t-il.

Rogue sembla rassuré.

- C’est mal de mentir. Tout le monde te le dira. Néanmoins, dans certains cas cela peut être la meilleure chose à faire… lorsque l’on sait que dire la vérité serait trop douloureuse pour la personne concernée par exemple. Enfin personnellement, je déteste que l’on me mente. Je te le déconseille d’ailleurs Harry. 

- Et vous mentez des fois Maître ? 

Rogue resta muet et Harry interpréta son silence pour un oui inavoué.

- Ton Maître agit toujours comme il le faut c’est tout ce que tu dois savoir. A qui es-tu entrain de mentir dis-moi ?

Harry s’apprêta à répondre qu’il ne mentait à personne mais il saisit l’opportunité de parler de mardi à son Maître, sans risquer d’être puni. C’était sa chance.

- A mon ami Ron. 

- Pourquoi lui as-tu mentit ? 

- C’est à propos de mon anniversaire Maître. 

- C’est ton anniversaire ? 

- Mardi Maître. La maman de Ron veut me faire une fête d’anniversaire. 

- C’est aimable de sa part. Lança Rogue sans paraître sincère.

- Ron insistait pour que je vous demande la permission de sortir le mardi bien que je lui ai dit que ce n’était pas possible, que je ne pouvais aller dehors que le dimanche. Il insistait encore alors je lui ai dit que je vous demanderais la permission mais je sais que je n’ai pas le droit, que vous me punirez si je vous demande le droit de sortir un autre jour dans la semaine… alors je pensais lui écrire une lettre en lui disant que je vous avais demandé et que vous aviez dit non. 

- Pourquoi ne pas avoir simplement dit que je t’avais interdit de me réclamer d’autres jours de sortit ? 

- Je… je ne veux pas qu’il s’inquiète trop pour moi et il pense déjà que… Il laissa sa phrase en suspend.

- Que je suis un monstre avec toi ? 

Harry acquiesça, légèrement inquiet de la réaction de Rogue.

- Peut être qu’il le pense parce que tu lui fais comprendre cela. 

Harry déglutit.

- J’essaye de lui montrer que ce n’est pas comme ça, mais… 

- Mais ma réputation me précède. Coupa Rogue d’un air indifférent.

- J’ai préféré ne pas lui donner une nouvelle raison de penser du mal de notre… relation. Harry grimaça légèrement, choisissant ses mots avec précaution, il ne fallait mieux pas énerver Rogue…

- Et bien tu peux arrêter de te faire du souci, je t’interdis de sortir mardi. Dis cela à ton ami. 

Harry resta un instant figé puis il baissa les yeux légèrement. Il avait réussit à parler de mardi mais il n’avait bien évidemment pas eu de permission de sortie… au moins il n’aurait pas à mentir à Ron.

- Merci Maître. Murmura-t-il.

OooooooooO

Mardi arriva. Harry passa une journée parfaitement normal, Rogue le fit travail comme n’importe quel autre jour. Il reçu plusieurs cartes d’anniversaire mais aucun cadeau, le laissant croire ainsi que dimanche il verrait Ron, Hermione, Hagrid, Sirius et Rémus. Le soir, Rogue vint le trouver à sa chambre.

 Je te souhaite un bon anniversaire Harry. 

Harry sourit, plutôt content que son Maître ne l’ait pas oublié.

- Merci beaucoup Maître. 

- Je voulais te dire, je ne serais pas là à ta fête d’anniversaire chez les Weasley. 

Harry acquiesça. Après tout ce n’était pas plus mal, il aurait été mal à l’aise d’appeler Rogue « maître » devant tout le monde et il n’aurait pas pu s’amuser comme il le voulait.

Severus lui tendit un sac en plastique.

- C’est pour toi. 

Harry surprit, prit le sac.

- Pour moi ? Répéta-t-il.

- Oui. Je ne suis pas pour les cadeaux et tout cela mais bon… tu es mon Disciple alors… je t’ai fait un petit cadeau. Un cadeau utile. 

Harry sourit tendit que Rogue semblait un peu mal à l‘aise.

- Merci beaucoup Maître. 

Il ouvrit le sac plastique et trouva un cadeau grossièrement enveloppé dans un papier journal. Il l’ouvrit et y trouva un livre intitulé « Les plus passionnants sortilèges de Défense Contre Les Forces Du Mal ». Harry afficha un large sourire.

- Je sais que c’est ta matière préférée. Tu trouveras des sortilèges vraiment intéressants dans cet ouvrage. Le genre que tu aimeras j’en suis certain… tout est expliqué de manière à ce que tu puisses les apprendre, essaye juste de ne pas les utiliser pour de… mauvaises choses. 

- Merci Maître c’est un cadeau magnifique. 

Harry lui lança un large sourire et Rogue fut satisfait. Harry jeta un coup d’œil au sac et remarqua que son livre cachait un autre paquet. Il se mordilla la lèvre et sourit encore d’avantage.

- Des sucreries… Murmura-t-il. Merci Maître, merci beaucoup. 

Rogue fit un signe de tête et sortit rapidement, comme mal à l’aise.

Harry ouvrit son paquet de bonbon et reconnu facilement les sucreries du village de Pré-au-Lard. Il n’arrivait pas à croire que Rogue lui ait fait un cadeau et il avait encore plus de mal à croire qu’il lui avait acheté des bonbons ! Si ça ce n’était pas de la gentillesse…

OooooooooO

Lundi matin arriva. Harry se leva à contre cœur, encore un peu endormit. Il s’habilla et jeta un coup d’œil à la montagne de cadeaux qu’il avait reçu la veille. Quelle magnifique journée… tout avait été parfait et il s’était amusé à merveille. Personne ne lui parla de sa condition de Disciple, pas même Hermione ce qui le surprit beaucoup.

Aujourd’hui, Harry allait commencer à vraiment apprendre à devenir un Animagus et il se sentait terriblement impatient ! Lorsqu’Harry monta à la salle de travail à l’étage il fut surprit de trouver Rogue à quatre pattes, dessinant des symboles étranges dans un énorme cercle. Pendant près d’une heure, Rogue lui expliqua précisément la procédure à suivre. Le secret des Animagi résidait dans une simple phrase en latin. Une seule phrase. Harry devait s’asseoir au milieu du cercle, jambes croisées, yeux fermés, mains sur les genoux et il devait simplement réciter cette phrase en se concentrant bien sur les mots qu’il prononçait.

- C’est tout ? Lança Harry surprit.

Rogue le prit par le bras et lui mit deux claques sur les fesses. Il le lâcha et le regarda d’un air noir.

- Pardon Maître, je voulais dire c’est tout Maître ? 

- Ne crois pas que se soit si simple. Répondit Rogue d’une voix sévère. Tu vas devoir faire ça pendant au moins deux heures sans pause et tous les jours. Tu dois réciter la phrase sans te tromper, sans t’arrêter. 

- Que se passera-t-il si je me trompe Maître ? 

- Rien, c’est comme si tu ne disais rien du tout. Cette phrase est une incantation elle devrait te permettre d’invoquer ton animal, il faut la prononcer des heures et des heures pour réussir à faire venir ton animal. Certain n’y arrive jamais. Je serais déjà satisfait si tu arrives à savoir quel est ton animal à la fin du mois. 

Harry lui lança un regard surprit.

- Tu ne croyais tout de même pas que se serait si simple. On ne devient pas Animagus comme ça. Tu vas devoir rester concentrer un maximum et faire attention à ce que tu dis. Si tu n’es pas concentré ou que tu fais des erreurs dans ta phrase c’est comme si tu ne disais rien du tout, ton animal n’entendra pas. 

- Comment je saurais quel est mon animal Maître ? 

- Tu le sauras c’est tout, tu le comprendras au moment venu. 

- Et pour… la transformation ? Maître. 

- Elle se fera toute seule, le jour où tu auras enfin réussi à invoquer ton animal. 

OooooooooO

La semaine fut éprouvante. Rogue le faisait travailler d’arrache pied et semblait de mauvaise humeur. Mauvaise humeur rime toujours avec sévérité lorsqu’il s’agit du Maître des Potions. Harry avait une tonne de travail et avait de plus souvent mal à la tête à force de rester concentrer des heures et des heures par jour pour invoquer son Animagus. Néanmoins, Rogue ne s’en souciait pas. Au contraire, il ne voulait même rien entendre.   

- Comment ça tu es fatigué ? Cracha Rogue.

Harry était à terre. Il était entrain de se battre en duel contre son Maître et ce dernier avait comme toujours largement le dessus mais là, c’était pire que tout.

- Tu es totalement à coté de la plaque ! Rouspéta Rogue. Tu te bats encore plus mal que d’habitude. Relève-toi immédiatement. 

Harry obéit, en nage.

Rogue lui jeta un sort et il n’eu même pas le temps d’esquiver.

- Tu fais n’importe quoi ! Cria Rogue, furieux. Tu feras quoi si tu te retrouves face au Seigneur des Ténèbres ça j’aimerais bien le savoir ! Comment as-tu fait pour lui survivre jusqu’à présent ? 

Harry trembla de colère.

- Je suis épuisé d’accord ! Ce n’est pas de ma faute ! Vous êtes trop fort pour moi et vous me faites trop travailler ! Cria-t-il.

Rogue le regarda d’un air plus que sévère.

- Maître. Ajouta-t-il d’une voix calme.

- Je m’en fou. Coupa-t-il sèchement.

Harry fut surprit de cette réponse. Rogue leva sa baguette mais il ne l’a dirigea pas vers Harry. Il pointa sa baguette sur la veille commode dans le coin de la pièce qu’Harry croyait vide vu son état. Une ceinture sortie et se plia en deux. Rogue marmonna une formule.

- Je te conseil d’être plus créatif qu’avec moi pour t’en débarrasser. Lança-t-il d’une voix dure.

Il fit volte face et quitta la pièce tout en claquant la porte. Harry sentit son cœur battre à tout rompre. La ceinture vola lentement jusqu’à lui. Il fit quelque pas en arrière et constata qu’elle n’était pas bien rapide. Néanmoins, lorsque celle-ci sembla prête à s’abattre sur lui elle fut nettement plus vive : alors qu’elle était face à lui, elle le contourna en une seconde et s’abattit sèchement sur son postérieur. Harry recula encore et deux secondes plus tard, il recevait un nouveau coup. Il attrapa sa baguette et tenta de repousser la ceinture sans succès. Celle-ci sembla même… se mettre en colère ! Elle lui donna trois coups d’affilés après cette tentative ratée.

Harry mit près de dix minutes à se débarrasser de cette maudite ceinture. Il l’avait carrément désintégrée ! Il descendit au salon, de mauvaise humeur et le corps endoloris après avoir prit des coups de ceinture un peu partout.

- Tu as fini ? Demanda Rogue d’un air quelque peu moqueur.

Harry lui jeta un regard noir et marmonna un « oui maître » tout juste audible.

 

Commentaires (1)

1. Charis 17/09/2009

Un de mes chapitres préférés! J'adore l'évolution des rapports entre Harry et Rogue! j'adore le coup de la ceinture ensorcelée!
Encore une fois merci de ne pas abandonner cette super fic!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×