chapitre 13.1

Severus serra les poings, furieux. Assit dans son canapé, il jeta un coup d’œil à la pendule. Cela faisait maintenant près de cinq minutes qu’il avait appelé son bon à rien de Disciple.

- La dernière correction n’a sûrement pas été si dure que je le pensais. Marmonna-t-il entre ses dents.

Et dire qu’il s’en était presque voulu de lui avoir donné des coups une deuxième fois. Severus soupira bruyamment et se leva, tout en crachant un « môme infernal ». Il monta les escaliers d’un pas rageur (« incapable d’obéir… il va m’entendre cet insolent… ») et ouvrit d’un coup sec la porte de la chambre.

- Si tu n’obéis pas quand je t’appelle il ne faut pas t’attendre à ce que je sois plus gentil et… Rogue stoppa sa phrase.

Durant l’espace d’une fraction de seconde, son visage exprima une certaine inquiétude mais la seconde d’après, toute trace de sentiment avait disparu.

- Harry ? 

Il entra dans la chambre et s’agenouilla auprès de son élève. Il le fit basculer sur le dos et vérifia si le garçon respirait toujours. Il respirait et son cœur battait, quoi que, un peu faiblement, mais cela restait correcte. Il passa sa main sur son front et constata que le gamin était brulant de fièvre. Severus retira sa main et frotta ses doigts : Harry était en nage. Il le prit dans ses bras et l’allongea sur son lit avec une certaine délicatesse qui aurait probablement surprit Harry. Severus descendit au pas de course les marches de l’escalier et alla à son laboratoire. Il farfouilla parmi ses potions tout en songeant que son Disciple aurait du lui dire s’il était malade. Il attrapa une fiole et remonta, légèrement inquiet : Harry n’avait pas semblé malade aujourd’hui, ni hier, une telle fièvre aurait du être précédée de certains symptômes… pourquoi n’avait-il rien remarqué ? S’il n’était même pas capable de voir quand son Disciple était malade c’est peut être qu’il n’était pas assez à son écoute. Il déversa le liquide jaunâtre dans la bouche de son élève et attendit lentement qu’il reprenne connaissance. Machinalement, il passa sa main sur la joue dans un geste presque affectueux. Se rendant compte de son geste, il s’arrêta et eu un vague sourire qu’il chassa presque aussi vite. Voilà qu’il s’attachait au gamin… Dumbledore le lui avait dit pourtant, il lui avait assuré qu’Harry était un bon garçon, un enfant attachant, mais il n’avait pas cru qu’il se laisserait avoir si facilement. Bien sur, il avait le don de le rendre fou de colère et son insolence lui donnait souvent des envies de meurtres mais néanmoins, il devait bien avouer que par moment il pouvait être vraiment mignon… il pouvait être comme Lily.

Rogue soupira et chassa ses pensées. Il fronça légèrement les sourcils.

- La potion aurait du avoir fait effet. Murmura-t-il.

Il posa à nouveau la main sur le front de son élève puis sortit sa baguette. Il serait plus prudent d’utiliser un peu de magie afin de savoir précisément ce qui lui arrivait. Peut être avait-il fait un malaise à cause du Seigneur des Ténèbres, Dumbledore lui avait parlé de cette cicatrice et du lien qu’elle créait entre les deux sorciers. Quelques secondes passèrent et Severus écarquilla légèrement les yeux lorsque le diagnostic tomba. Il soupira une nouvelle fois et s’assit lentement sur le bord du lit. Il caressa la joue du garçon.

- Harry, réveille-toi. Murmura-t-il.

Il soupira à nouveau et se leva. Il devait aller chercher un peu d’eau fraiche. En quittant la chambre, il marcha sur quelque chose. Il se baissa et ramassa le journal, se retrouvant face à la photo d’Harry. Il lu rapidement l’article et soupira d’avantage. Il posa le journal sur le bureau et sortit de la chambre. Il se rendit à la salle de bain, prit une bassine qu’il rempli d’eau fraiche dans laquelle il déposa un gant de toilette. Il retourna dans la chambre et posa la bassine près du lit. Il essora le gant de toilette et le passa lentement sur tout le visage d’Harry ainsi que sur sa nuque. Il le mouilla à nouveau, l’essora et le déposa sur son front. Il partit de la chambre et descendit à son laboratoire afin de préparer une potion appropriée à la situation.

                Une demi-heure plus tard, il remonta, sa potion à la main. Il entra dans la chambre, Harry était toujours inconscient. Il s’assit à ses cotés et retira le gant de toilette. Il laissa tomber quelques goutes de sa potion dans la bouche de son protégé.

- Cela devrait suffire. Murmura-t-il.

Il referma sa fiole, rinça le gant de toilette avant de le repasser sur le visage et la nuque d’Harry.

- Harry, réveille-toi. Murmura-t-il.

Fébrilement, Harry ouvrit les yeux. Il les referma presque aussitôt et les rouvrit quelques secondes plus tard.

OooooooooO

Il se sentait étrange, comme engourdit. Une sensation fraiche sur son visage lui fit beaucoup de bien. Il ouvrit les yeux et Rogue plaça ses lunettes sur le bout de son nez.

- Comment te sens-tu ? 

Harry fronça légèrement les sourcils, était-ce bien à Rogue qu’appartenait cette voix douce ?

- Maître ? Murmura-t-il.

- Je suis là. Est-ce que ça va Harry ? 

- J’ai mal au cœur… Chuchota-t-il. Il ferma les yeux et respira profondément. J’ai la tête qui tourne… je ne me sens pas bien…

- Du calme Harry, ferme les yeux repose toi, tout va bien. Je vais aller te chercher quelque chose pour que tu te sentes mieux. Tu as comprit ? 

Harry resta silencieux quelques secondes, peu habitué à cette voix si douce. Il finit par simplement acquiescer.  Rogue revint quelques instants plus tard et lui fit avaler une potion sucrée. Harry eu du mal à la boire mais une fois cela fait, il se sentit quasi instantanément mieux. Le mal de cœur était partit et les vertiges amoindris. Harry tenta de se redresser mais sa tête tourna brusquement.

- Non, reste allongé pour l’instant, laisse la potion faire effet. 

Rogue mouilla une nouvelle fois le gant de toilette et le passa sur le visage d’Harry qui se sentit légèrement mal à l’aise d’être soigné ainsi, néanmoins, cela était bien trop agréable pour qu’il se plaigne.

- Que m’est-il arrivé, Maître ? 

- Tu as fait une très grosse poussée de fièvre. Quelle est la dernière chose dont tu te rappelles ? 

Harry fronça les sourcils, tentant de rassembler ses esprits.

- Je… j’ai lu le journal et… et je crois que vous m’avez appelé Maître. Après je ne me rappelle de rien.

- C’est là que tu as du tomber dans les pommes. 

- Je suis malade ? 

- Tu dois m’appeler Maître. 

Harry regarda Rogue, surprit qu’il n’ait pas hurlé, surprit que le ton de sa voix soit toujours doux, même pour le réprimander.  

- Pardonnez-moi Maître. 

- Ce n’est rien. Tu es trop surmené, Harry. Entre la correction que tu as prit, ton entrainement, le stress et l’article dans le journal tu sembles te sentir mal… tu n’as pas supporté toutes ces choses qui sont arrivées sans doute beaucoup trop vite pour que tu puisses les accepter. Lorsque l’on subit… un stress trop important ou une peur trop grande il arrive que le corps réagisse ainsi… c’est sa manière à lui de… tirer la sonnette d’alarme. 

Rogue cessa de passer le gant de toilette sur son visage.

- Vous êtes en colère contre moi, Maître ? 

- Oui je suis en colère, mais c’est après moi que je suis fâché. 

Harry écarquilla les yeux, stupéfait.

- Nous avions déjà discuté et j’avais parfaitement comprit que tu avais beaucoup de mal à m’accepter en tant que Maître. J’ai essayé d’arranger ton mal être en te permettant de sortir mais je t’ai puni sévèrement et je n’ai pas songé à te surveiller. J’aurais du me douter que tu pourrais te rendre malade avec tout cela.    

Un silence de quelques secondes s’installa.

- Est-ce que ça va ? Finit-il par demander.

- Oui, Maître, je crois que je me sens bien maintenant. 

- Bien. Je suis désolé de ne pas avoir vu que tu te sentais mal Harry. 

Harry écarquilla les yeux, songeant que c’était vraiment étrange d’entendre Rogue s’excuser et que cela était d’ailleurs étrange car après tout, lui était le Maître alors, il faisait ce qu’il voulait.

- Je m’excuse parce que c’est mon travail en tant que maître de veiller sur toi et que j’ai apparemment mal fait mon travail. Expliqua-t-il.

Harry acquiesça doucement.

- Je sais que tu es très sensible à mes punitions. 

Harry déglutit et se contracta légèrement. Rogue le remarqua.

- Mais elles ne te sont données que pour des motifs valables tu le sais. N’est-ce pas ? 

Harry acquiesça bien qu’il ne le pensait pas sincèrement.

- Pourquoi dis-tu oui si tu ne le penses pas ? 

Harry observa Rogue d’un air légèrement surprit. C’est à cet instant qu’il remarqua que son Maître lui tenait le poignet, ayant ainsi parfaitement accès à son esprit.

- Je… je ne sais pas Maître. Murmura-t-il.

Rogue soupira, le garçon semblait toujours aussi perdu qu’avant…

- Les corrections sont là si tu es désobéissant ou irrespectueux. En sachant que l’insolence fait partie intégrante du manque de respect. Tu sais toujours pourquoi je te puni, je te le dis toujours. Si tu étais obéissant et respectueux, tu ne prendrais pas de coups.  Expliqua-t-il calmement. La dernière punition était extrêmement sévère je le sais mais on ne peut pas dire que je ne t’avais pas prévenu. 

- Je le sais Maître… Murmura-t-il tout en détournant les yeux.

- Pour la Gazette… je sais que c’est vraiment difficile pour toi d’accepter que tous tes camarades de classe et professeurs puissent savoir que je suis ton Maître mais crois moi c’est mieux ainsi. Etre Disciple est quelque chose de bien et tu le sais et eux aussi le savent. S’ils se moquent de toi parce que je suis ton Maître tu dois les ignorer et ils se lasseront ou tu dois m’en parler si tu préfères et alors je veillerais à ce que l’on te laisse tranquille. 

Harry releva les yeux vers lui.

- Tu crois vraiment cela ? 

Harry fronça les sourcils puis se rappela que Rogue avait la main posée sur sa marque… il avait intercepté quelques pensées qui exprimaient clairement une certaine crainte vis-à-vis des autres élèves, Serpentard en premier. Crainte d’être persécuté, constamment observé et voir même… malmené. Après tout Dudley l’avait toujours méprisé et parce qu’il le méprisait il se donnait le droit de le frapper ou de l’humilier constamment. Des élèves comme Malefoy allaient sûrement s’en donner à cœur joie à Poudlard une fois qu’ils sauront que l’élève qu’ils détestent le plus n’est rien d’autre que la propriété de Rogue et cela, il ne cessait d’y penser.

- Je ne laisserais personne te faire de mal à Poudlard. Je te protègerais, quoi qu’il m’en coute.  Expliqua Rogue, le regard déterminé.

Le cœur d’Harry fit un léger sursaut, surprit que Rogue puisse dire cela, surprit que quelqu’un puisse ainsi lui promettre de le protéger, de veiller sur lui.

- Harry, je suis ton Maître, c’est mon travail de t’enseigner la magie, de te donner une bonne éducation mais aussi de prendre soin de toi. En te prenant pour disciple, comprends bien que j’ai accepté de m’occuper de toi comme de mon propre fils. 

Harry sentit son cœur battre soudainement très fort et Rogue fut surprit de la réaction de son élève (bien qu’il le cacha parfaitement). Les mots de Severus l’avaient touché. A cet instant, Severus comprit qu’Harry était peut être un grand garçon, intelligent, capable d’agir en adulte et d’affronter des situations adultes mais que, émotionnellement, il était d’une immaturité impressionnante. Il avait tout du petit garçon qui avait désespérément besoin d’un adulte pour l’aimer.

Encore une fois, il avait eu tort, encore une fois son jugement avait été erroné, le Survivant n’avait sûrement jamais vécu comme un petit prince dans sa famille adoptive, il en était désormais convaincu. Il hésita une fraction de seconde, après tout, il n’était pas du genre affectueux ou très peu… néanmoins il accorda tout de même une caresse à son Disciple qui ferma les yeux.

Après quelques secondes, il se leva songeant qu’il était tant de se ressaisir, après tout il était quelqu’un de sévère et cruel. Même s’il voulait montrer à Harry qu’il tenait à lui désormais et qu’il veillait sur lui, il ne voulait pas que le garçon pense qu’en étant malade il pourrait s’attirer les tendresses de son Maître. Severus était enseignant et il connaissait bien les enfants (contrairement à ce que la plus part des gens pensaient) et il savait que s’ils trouvaient des moyens pour avoir les faveurs de leur professeur ils avaient tendance à les réitérer le plus souvent possibles et ce consciemment ou non. Il ne souhaitait pas qu’Harry tombe régulièrement malade parce que, inconsciemment, il savait que son Maître serait doux avec lui.

- Nous travaillerons tout de même cette après midi Harry alors repose toi encore un peu, avec la potion que je t’ai donné, tu devrais être en forme, donc tu n’auras pas d’excuse pour bien étudier. 

- Oui Maître. 

OooooooooO

L’après midi passa tranquillement, Harry étudia un livre sur les Animagi qui parlait de cas de sorciers qui avaient laissés leur animal se développer au détriment de leur coté humain au point qu’ils ne puissent plus se retransformer par la suite. La deuxième partie du livre n’eu pas le temps d’être lue mais elle concernait les effets secondaires des Animagus. Harry, très intéressé par le sujet, vint trouver Rogue après le diner. Comme toujours, il était assit dans le canapé, un verre d’alcool à ses cotés, le regard perdu dans ses souvenirs. Harry s’agenouilla devant lui et baissa la tête. Il s’était presque habituer maintenant, à se mettre à genou. Il resta silencieux, attendant que Rogue lui parle. Ce dernier sembla mettre quelques secondes à remarquer sa présence.

- Tu veux quelque chose Harry ? Demanda-t-il.

- J’aimerais continuer à étudier ce soir Maître. 

- Vraiment ? Questionna Rogue d’un air légèrement surprit.

Harry mit légèrement en avant son livre sur les Animagi qu’il tenait entre ses mains.

- Oui Maître, je voudrais lire la deuxième partie ce soir, si vous le voulez bien. 

Rogue acquiesça, plutôt content de voir son élève si assidu tout à coup.

- Je ne te dirais jamais non pour travailler Harry, tu peux bien sûr. 

- Merci Maître. J’aimerais bien… rester avec vous. Marmonna-t-il tout en rougissant légèrement.

Il avait tellement marmonné que Rogue ne comprit pas sa phrase.

- Comment ? 

- J’aimerais bien resté avec vous Maître, dans le salon. 

Severus resta silencieux, cette fois-ci réellement surprit. Harry se sentit légèrement mal à l’aise, il ne savait pas pourquoi, mais après la discussion un peu plus tôt et toutes ces choses si gentilles que lui avait dit Rogue il éprouvait l’envie d’essayer d’être plus proche de son Maître. Il avait vraiment été surprit que ce dernier lui dise qu’il voulait le protéger, prendre soin de lui, comme s’il était son fils et cela comptait énormément pour Harry.

- S’il vous plait, Maître. Ajouta-t-il, craignant de ne pas avoir été assez poli.

- Bien sûr, tu peux rester ici. Répondit Rogue d’une voix parfaitement neutre.

Harry afficha un vague sourire et le remercia. Severus l’observa un moment, vraiment surprit. Le gamin essaierait-il enfin de lui faire confiance et de l’accepter pour maître ?

Harry se releva et vint jusqu’au canapé, tout près de Rogue. Ce dernier s’apprêta à lui permettre de s’asseoir mais avant même qu’il ne dise quelque chose, Harry s’était à nouveau agenouillé. Il ouvrit son bouquin et se mit à lire. Severus l’observa un bon moment, n’en croyant pas ses yeux : venait-il bien de simplement s’approcher pour s’agenouiller à ses pieds ? Cette soumission soudaine était stupéfiante.

Rogue regarda Harry un long moment. Au début, il fut presque convaincu que son élève ne lisait pas une seule ligne de son livre et ce pour diverses raisons. La première était qu’il avait bien mit dix minutes à lire une page, la deuxième était qu’il semblait mal à l’aise, ses joues avaient rougies et sa respiration était saccadée. Il lui avait surement fallut beaucoup de courage pour venir ainsi à ses pieds. Cet acte de soumission devrait être récompensée songea-t-il.

Harry mit un bon moment à se concentrer sur son livre. Il savait que ce qu’il venait de faire était de la simple soumission et il n’y était pas du tout habituer. Néanmoins, il voulait essayer d’être un bon Disciple, tout comme Rogue essayait d’être un bon Maître. Il savait d’avance que ses problèmes ne seraient pas résolus pour autant, que les punitions tomberaient toujours et que son insolence prendrait forcement le dessus à l’occasion, mais s’il pouvait limiter les colères de Rogue et favoriser ses gestes et ses mots doux alors il était prêt à se soumettre. Du moins il voulait bien essayer.

OooooooooO

                La semaine se passa plutôt bien. Rogue concentra la majorité de son entrainement sur les cours d’Animagi et de Défense Contre Les Forces Du Mal, alors les choses ne pouvaient que bien aller. Harry ne réitéra qu’une seule fois l’expérience de venir le soir étudier auprès de son Maître et tout se passa bien, encore une fois. Le dimanche arriva et Harry eu le droit d’aller chez Ron bien qu’il fut menacé comme il se doit avant de partir.

- Ne me refais pas le coup de la dernière fois comprit. Lança Rogue d’une voix sévère.

Harry sentit une certaine irritation s’éveiller immédiatement en lui. Rogue n’avait pas râlé sur lui de la semaine alors tout s’était bien passé mais… dès qu’il le contrariait un peu, il n’avait plus envie de se soumettre, au contraire il avait envie de l’envoyer promener. Il se rappela ses promesses d’apprendre à être un bon Disciple.

- Oui Maître, je ferais attention. 

- Je l’espère bien Harry, tu sais pour le couvre feu. Je te préviens, tu seras puni plus sévèrement encore si tu n’es pas là à l’heure. 

- Oui Maître. 

Harry releva un regard noir vers Rogue auquel il répondit par un regard plus noir encore.

- Allez file, je ne veux plus voir ce regard insolent. 

Harry ne demanda pas son reste et partit immédiatement.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site