chapitre 12.2

Il traversa tout le jardin de Rogue rapidement et arriva au Manoir en quelques minutes. Il frappa à la porte et Severus ouvrit.

- Vingt minutes d’avance. Murmura-t-il.

- Bonsoir Maître. 

- Bonsoir Harry. 

Il le fit entrer et referma la porte.

- Me revoilà prisonnier… Songea-t-il.

Il chassa cette sombre pensée de sa tête et observa son Maître qu’il allait lentement s’installer dans le canapé. Harry su exactement à cet instant ce que Rogue attendait. Harry inspira lentement, s’approcha, alla face à lui et se mit à genou.

- Alors dis-moi, comment était ta journée ? 

- Merveilleuse Maître. J’ai passé une journée merveilleuse. Murmura-t-il.

- Ah oui ? 

Harry acquiesça. 

- Et qu’as-tu fait ? 

Harry fut surprit par cette question néanmoins il y répondit au mieux. Il hésita à lui raconter que Sirius était venu craignant que l’idée ne lui plaise pas néanmoins, ce dernier n’eu aucune réaction particulière à l’évocation de Sirius. 

OooooooooO

Le lendemain matin, Harry se leva de bonne humeur. Passer du temps avec son meilleur ami lui avait fait du bien, de plus, il savait qu’aujourd’hui il parlerait Animagus et cela lui plaisait énormément !

- Cette semaine, nous allons surtout parler Animagus. Je veux que nous parlions des risques, des règles que tout cela impose. 

- Des risques Maître ? 

- Etre Animagus ce n’est pas rien. Nous avons tous un animal particulier en nous, être Animagus c’est réveillé ce côté animal, lui donner une part de vie. Il devient… une partie de toi. Un animal à des besoins généralement, il a un instinct aussi et il est possible que la partie animale veuille prendre le dessus sur la partie humaine de la personne. C’est l’une des raisons qui fait qu’un sorcier ne doit jamais, dans une journée, passer plus de temps sous forme Animagus que sous forme humaine. Il y a un certain nombre de risques comme cela dont je tiens à ce que nous parlions. Pour les règles, elles concernent les interdictions que je te donnerais quand tu sauras être Animagus. Par exemple : interdiction de se transformer à Poudlard sans ma permission, surtout pour faire des bêtises sous peine d’avoir la plus belle correction de toute sa vie. Tu vois ce que je veux dire ? 

- Oui Maître, je vois. Murmura Harry d’une voix faible, le visage soudain blanc.

- Tout cela ne nous prendra pas plus de quelques heures mais je ne veux pas que ton entrainement des semaines à venir ne tourne qu’autour de ces leçons sur les Animagi. Tu as d’autres choses à étudier. 

OooooooooO

La semaine passa tranquillement. Harry continua ses cours sagement, évitant plutôt bien les ennuis. Il commençait à prendre l’habitude d’avoir Rogue pour Maître et devenir Disciple semblait presque plus simple maintenant. Du moins ça allait tant que Rogue ne se mettait pas en colère… Il eu a nouveau la permission de sortir le dimanche et Harry cru presque que la vie pouvait être agréable après cette semaine à rêver d’Animagus, cette semaine sans punition et l’idée de voir son meilleur ami toutes les semaines.

C’était même… un peu trop beau pour être vrai.

Le dimanche matin, Harry avait à nouveau rendez-vous au Terrier à 10h. A 8h, Rogue le fit réciter ses potions de la semaine. Le problème était que Severus était d’humeur exécrable ! Il le reprenait à chaque mot, chaque phrase, semblant trouver tout ce qu’il dit incorrecte même lorsqu’il ne se trompait pas. Il le fit réciter toutes ses leçons jusqu’à 10h pile. Lorsqu’il eu finit, Harry avait les mains plus douloureuses que jamais et les yeux rougit. Rogue n’accepta de le mener au Terrer uniquement a 11h car il souhaitait que son disciple se calme un peu. Il envoya un hibou à madame Weasley et Harry n’eu pas d’autre choix  que d’attendre 11h.

Une fois au Terrier, sa tristesse et sa colère contre son Maître se dissipa. La journée fut agréable encore une fois mais si Harry était assez fatigué aujourd’hui, cela était du à la semaine de travail acharné qu’il avait subi (afin que Rogue n’ai pas de motif pour le punir) et la matinée douloureuse qu’il venait d’avoir. L’après midi, Ron et Harry jouèrent au Quidditch durant des heures et des heures ! Le soir arriva, Harry mangea et monta avec Ronald à sa chambre. Ron se laissa tomber sur son lit.

- Je suis épuisé ! S’exclama-t-il.

Harry bailla bruyamment et acquiesça.

- Il nous reste deux petites heures, tu veux faire quoi ? Demanda Ron.

Après quelques minutes de discussion ils décidèrent de jouer aux cartes, mais malheureusement, trop exténués, ils s’endormirent.

- Harry ! Harry debout il est 22h15! S’exclama Ron.

Harry se redressa violemment et son cœur battit tellement fort qu’il cru le voir sortir de sa poitrine.

- Quoi ? 

- Je suis désolé, tu t’es endormit et… et j’étais entrain de somnoler et… et j’ai fini par m’endormir aussi ! 

Harry se leva en courant et attrapa sa baguette. Il descendit les marches quatre à quatre et trouva monsieur Weasley en bas.

- Ah Harry, je me demandais ce que tu faisais. 

- Je… je dois rentrer… je suis en retard. Dit-il d’une voix légèrement tremblante.

Harry remercia très rapidement tout le monde et serra brièvement Ron dans ses bras, comme pour se rassurer.

- Ça va aller ? Murmura Ron à son intention.

Harry ne répondit rien mais il ne pu s’empêcher de lui jeter un regard désespéré. Et Ron comprit.

Sur le chemin du retour, Harry marcha très vite, faisant presque courir monsieur Weasley. Son corps tremblait et il était terrorisé. Arrivé aux grilles, Arthur le regarda d’un air inquiet.

- Tu veux que je vienne avec toi Harry, que je lui explique ton retard. 

- Non, non merci monsieur Weasley, ça ira. Mentit-il tout en s’efforçant de chasser la terreur de son regard.

- Tu es sur ? Tu as l’air inquiet. 

- Non, non ce n’est rien, mais je dois y aller, merci pour tout monsieur Weasley, bonne nuit. 

- Bien, alors bonne nuit, Harry. 

Harry partit au pas de course sous le regard inquiet d’Arthur.

Ce fut totalement essoufflé qu’il arriva à la porte du Manoir. Il constat qu’il y avait de la lumière dans le salon. Il frappa à la porte mais personne ne vint lui ouvrir. Harry sentit les larmes lui chauffer les yeux mais il les retint. Il alla a la fenêtre et vit, à travers les rideaux, son Maître de dos, assit sur le canapé. Il frappa doucement au carreau.

- Maître, Maître c’est moi, c’est Harry. Je… je vous demande pardon d’être en retard… je… c’est un accident je vous assure. Avec Ron nous nous somme endormit… Maître s’il vous plait. 

Rogue ne bougea pas une oreille.

- Maître, s’il vous plait, je suis vraiment désolé. Je vous assure. 

Rogue se leva et le cœur d’Harry s’emballa. Severus se dirigea vers les escaliers sans même lui jeter un coup d’œil. Les bougies s’éteignirent et il monta à l’étage.

Cette fois-ci, les larmes s’échappèrent des yeux du Survivant.

- Maître ouvrez-moi s’il vous plait. Gémit-il.

Mais personne ne vint.

Il s’assit lentement devant la porte et se recroquevilla légèrement car il faisait froid. Il tremblait d’ailleurs, mais de peur.

La nuit fut longue, atrocement longue. Harry avait froid et très peur, peur de la punition qu’il allait subir. La pire de toute sa vie, il en était certain. Combien de coups allait-il prendre ? Combien de temps passerait-il dans le placard ? Ces simples pensées le faisaient fondre en larmes !

A 7h du matin, la porte du Manoir s’ouvrit sur un Maître des Potions au regard plus noir que tout. Harry sursauta. Il se mit immédiatement en position à genou et il baissa la tête après avoir mit les mains par terre à plat. Il n’aurait pas pu se soumettre d’avantage selon lui.

- Maître je vous demande pardon, c’était un accident je vous le jure. Je vous le jure Maître. S’exclama-t-il d’une voix tremblante.

- Debout. 

Harry frissonna, il n’y avait pas de compassion dans cette voix… larmes aux yeux, il se leva. Rogue lui fit signe d’entrer et il obéit.

- Avance jusqu’au canapé. Ordonna Rogue sèchement.

Harry obéit et les premières larmes s’échappèrent de ses yeux lorsqu’il vit posé sur ce dernier la maudite canne de son maître. Rogue lui lança un regard noir, remonta ses manches et s’assit.

- Qu’attends-tu ? Demanda-t-il tout en le regardant d’un air en colère.

- Maître… Gémit-il.

- Non je ne veux pas d’excuses, je ne veux pas t’entendre. Coupa-t-il. Tu savais ce que tu risquais. Baisse ton pantalon et ton sous vêtement. 

Avec des gestes lents et des mains tremblantes, il obéit. Il baissa son pantalon jusqu’en bas de ses chevilles et laissa tomber son boxer. Son tee-shirt trop long masquait sa nudité, lui laissant quelque peu de dignité selon lui.

- Et bien dépêche toi, allonge toi sur mes genoux comme un bébé puisque tu n’obéis pas plus qu’un bébé. 

Ses lèvres tremblèrent violemment et il monta, les joues rouges, sur le canapé. Il s’allongea sur les jambes de son Maître et serra les poings. Rogue releva son tee-shirt presque jusqu’à son cou, le faisant rougir d’avantage encore. Un premier coup tomba et Harry gémit faiblement. Il su immédiatement que c’était la main de Rogue qui venait de frapper et non la canne. Elle tomba encore, encore et encore jusqu’à ce qu’il se mette à pleurer. Ensuite, Rogue prit en main sa canne et le corrigea durement. La punition sembla durer des heures. Lorsqu’il eu terminé il ordonna à son disciple de se relever. Harry n’eu même pas le temps de remonter son pantalon car Rogue lui ordonna de se mettre à genou. Il obéit sans broncher, rabaissant simplement correctement son tee-shirt afin de cacher son corps au mieux.

- Maintenant tu peux t’excuser. 

- Je… Harry se tue, sa voix tremblait violement et sa respiration était saccadée. Je suis… désolé… Maître. Vraiment désolé… Maître… c’était… c’était… 

- Un accident oui je sais, j’ai entendu hier soir. 

- Oui Maître… 

- Un accident débile fait par un garçon stupide. Quand on sait que son Maître l’attend et que l’on est fatigué on rentre à la maison on ne s’endort pas stupidement chez ceux qui invitent ! Cracha-t-il avec colère. Tout ça pour passer plus de temps dehors, tu es ridicule ! Fiche le camp je ne veux plus te voir !

Harry se releva et remonta rapidement son pantalon sans même le refermer. Il monta en courant à sa chambre, pleurant. Une fois en haut il rebaissa son pantalon et son boxer car ils lui faisaient bien trop mal. Il s’allongea sur le ventre sur son lit et pleura un moment avant de se calmer, attendant simplement que la douleur ne parte. Ce qui n’arriva pas malheureusement.

A midi, il descendit à la cuisine et n’osa même pas entrée. Il attendit que Rogue le lui dise. Le repas fut prit dans un silence total et Harry mangea plus vite que jamais ne souhaitant qu’une chose : se lever car ses fesses ne supportaient plus d’être posée sur quoi que se soit. Il sortit dès que possible et remonta à sa chambre. Il se déshabilla de nouveau. Au bout de quelques minutes, sa marque le brûla. A contre cœur, il descendit au bureau de son Maître. Il sursauta en le voyant, sa canne à la main.

- Je t’avais prévenu que je te punirais sévèrement. Lança-t-il. Viens ici. 

- Maître… pas encore… 

- Silence. Lança-t-il tout en soupirant avec agacement.

Il le fit se déshabiller à nouveau et Harry n’arrivait pas à croire qu’il allait être fouetté une deuxième fois pour la même bêtise. Rogue lui demanda de s’appuyer sur son bureau et la correction débuta à nouveau. Dès le premier coup, Harry hurla. C’était comme si Rogue n’avait pas fait de pause entre ce matin 7h et maintenant, son postérieur était en feu. Cela ne sembla pas atteindre son Maître qui lui donna un deuxième coup. Les larmes arrivèrent immédiatement, impossible de les retenir, la douleur était insupportable. Harry avait l’impression que les coups étaient même plus forts car Rogue était plus libre dans ses gestes, ne l’ayant pas sur ses genoux. Dix coups tombèrent et Harry sentaient sa peau se déchirer, il hurlait et pleurait. Severus sembla satisfait et s’arrêta. Harry resta allongé, gémissant. Il sentit quelque chose de chaud couler le long de ses jambes. Rogue jeta presque la canne devant ses yeux et quelques goutes de sang tombèrent sur le bureau. Harry comprit alors qu’il saignait.

- Je pense que la leçon a été parfaitement claire là, non ? 

- Oui Maître. Murmura-t-il.

- Relève-toi. 

Harry obéit et grimaça.

- Tu vas aller à la salle de bain et te laver. Tu resteras blessé jusqu’à ce soir ce sera le reste de ta punition et je te soignerais plus tard. 

Harry monta à la salle de bain et prit une douche qui s’avéra douloureuse. Il tremblait tellement qu’il manqua de tomber dans la baignoire. Après s’être brièvement lavé, il se sécha n’osant même pas passer la serviette sur son derrière. Il alla devant la glace et regarda un peu l’étendu des dégâts… quelques fines coupures étaient parfaitement visible sur sa peau blanche et pale. Il grimaça, il venait vraiment de prendre une sacrée correction. Harry sentit ses mains trembler et son corps suivit le mouvement instantanément. Il inspira profondément, fermant les yeux dans le vain espoir de reprendre ses esprits. Quelques larmes inondèrent ses yeux mais il les retint. Il connaissait la peur pourtant mais là… elle le submergeait trop vite, trop fort, trop souvent… il ne parvenait plus à gérer. Rogue lui faisait peur, lui faisait mal dans son corps et dans sa tête.  

Ce jour là, Harry resta consigné à sa chambre. Au fond, il en fut plutôt content car il ne souhaitait pas se retrouver en la présence de son bourreau. Le soir, Rogue lui donna une potion qui avait pour but de faire cicatriser ses blessures.

- Je t’apprendrais à la fabriquer demain matin. Ce sera notre travail de la matinée. 

- Bien Maître. Murmura-t-il d’une voix faible. Merci Maître. 

Severus ne prononça pas un mot de plus et se contenta de quitter la pièce. Harry avala le liquide et se mit lentement en pyjama.

OooooooooO

Le lendemain matin, Harry resta très silencieux, ne voulant pas s’attirer les foudres de Rogue. La potion était complexe mais il s’en sortit plutôt bien et pour cela il se sentit fier. Lorsqu’il remonta à sa chambre avant le déjeuner il vit immédiatement qu’il avait reçu la Gazette. Il la prit immédiatement dans un geste nerveux et pu voir, en première page, son propre reflet. Son cœur loupa violemment un battement et il s’assit sur son lit, craignant de tomber.

La nouvelle est tombée il y a quelques heures. Harry Potter, plus connu sous le nom de Survivant, s’est rendu dans la journée d’hier au Ministère de la Magie. Motif ? Une déclaration. De quoi ? Difficile de savoir, l’information semblait bien gardée. Toutefois, après discussion, le mot « Disciple » survient dans la conversation. La nouvelle semble donc officielle désormais, depuis quelques jours, le jeune Survivant suit une formation individuelle de type traditionnelle.

La condition de Disciple, aujourd’hui presque disparue, était souvent donnée à de jeunes Apprentis sorciers au talent prometteur. Son but était simple, leur donner une formation stricte et de qualité ainsi qu’un accès privilégier aux hauts postes de la société. Toutefois, la formation d’un Apprenti n’a pas d’égale en matière de restriction. Le Disciple voit son éducation magique faite par un Maître ayant légalement tous les droits sur sa personne. En l’espace d’un siècle, les droits des Disciples n’a évoluée que très peu, le Ministère retirant simplement au Maître le droit de vie ou de mort sur son élève. La modification de cette règle en dit plutôt long sur la condition d’Apprenti. En effet, si un Maître se voyait en droit de tuer son disciple sans même avoir à rendre de compte à qui que se soit, on peu facilement estimer quel pouvoir il peut entretenir, même encore aujourd’hui, sur l’élève qui lui appartient. C’est d’ailleurs cette relation Maître / Disciple qui a fait régresser ce type d’apprentissage sur ces cinquante dernières années, apprentissage reconnu par le Ministère comme étant supérieur à celui enseigné par les écoles. Relation considéré souvent comme presque malsaine, poussant à l’assujettissement, à la soumission et à l’obéissance aveugle. De nombreux cas, autrefois, d’enfants maltraités ou violés furent rapportés, dégradant ainsi une formation qui aurait pu être considérée comme la meilleure à suivre.

Bien que rare de nos jours, le Disciple existe toujours. Harry Potter se voit porter ce titre désormais et de nombreuses questions semblent apparaître parallèlement. Pourquoi une formation ? Pourquoi cette formation particulière et ce à peine deux semaines après qu’Albus Dumbledore ait annoncé le retour de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcé-Le-Nom ? Retour quasi immédiatement démenti par le Ministre de la Magie. Dumbledore, considéré par beaucoup comme le plus grand des sorciers, semble croire au retour du plus puissant des Mages Noirs et, plus précisément, semble croire que Celui-Qui-A-Survécu ait encore un rôle à jouer, sinon pourquoi lui faire suivre un entrainement particulier ?

Beaucoup d’interrogations. Peu de réponses. Le Ministère affirme ne rien connaître des motivations d’Albus Dumbledore.

Une autre question mais dont la réponse ne nous est pas inconnue peut se poser. Qui est le sorcier ayant prit à sa charge le Survivant ? C’est un professeur de Poudlard, connu sous le nom de Sevérus Rogue, qui semble s’être approprié cette tâche. Les informations disponibles sur ce sorcier restent vagues, confuses… tout ce que nous savons, c’est que la formation du Survivant est entre ses mains et si Albus Dumbledore ne nous a pas menti sur les évènements produits lors du Tournois des Trois Sorciers, nous devons tous espérés que cette formation sera de première qualité. »

Harry stoppa sa lecture et posa le journal à côté de lui sans prendre la peine de lire les quelques lignes restantes. Voilà, tous savaient… il était définitivement perdu…

Harry sursauta et regarda son poignet devenu brusquement douloureux. Il soupira lentement. Il se sentait mal... trop de choses l’envahissaient… la correction de la veille, la déclaration au Ministère, l’article dans la Gazette… Il se leva et eu la sensation de flotter quelques secondes… sa vue se brouilla et il perdit brusquement connaissance.

 

Commentaires (1)

1. louloute.ma 07/12/2011

C nul y'a pas de yaoi


selene = On a jamais prétendu qu'il y en avait. Tu en trouveras plein sur ffnet.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site