chapitre 11

Rogue reprit son verre en main et avala une longue gorgée. Il posa son verre et se rendit d’un pas calme et assuré jusqu’à son laboratoire, ayant dans l’idée de fabriquer une potion. Il n’était pas fatigué. Il sortit quelques ingrédients de son armoire et se mit devant un chaudron, commençant sa potion. Après quelques minutes, il tourna d’un air songeur le mélange noirâtre. Ces derniers jours avaient été difficiles pour lui aussi et il était désormais définitivement convaincu que son père était le dernier des monstres… Lorsqu’il l’enfermait lui, dans cet horrible placard, il le laissait dedans une semaine. S’il y entrait le dimanche à 10h, il en ressortait le dimanche suivant à 10h. Rogue grogna et jeta quelques ingrédients dans son chaudron. Lui semblait plus faible apparemment, il n’avait pas réussi à enfermer le gamin si longtemps… au début cela avait semblé facile, le premier jour du moins, mais dès le lendemain, une fois la colère dissipée, il avait eu quelques… remords (bien qu’il n’aimait pas penser qu’il puisse avoir des remords pour quelque chose…). Il avait songé au fait que son disciple était assez perturbé en ce moment et puis surtout il avait réalisé que la chute de la potion était probablement un accident. Accident résultant des coups qu’il avait reçus… ses mains avaient du être engourdies et douloureuses…

- Mais il l’avait tout de même mérité, Songea Rogue.

Après tout il avait été terriblement insolent ! Et il était son Maître ! Jamais un Apprenti n’oserait parler ainsi à son Maître sans craindre la pire des corrections… et le gamin devrait l’apprendre ! A ses dépends s’il le fallait…

Severus rajouta quelques ingrédients supplémentaires à sa potion, songeant à nouveau à son père. Ce dernier avait toujours été terriblement sévère avec lui… cruellement sévère même… comment pouvait-il passer toute une semaine tranquille en sachant son fils enfermé seul là haut ? Severus se rappelait très bien avoir parfois attendu bien moins longtemps que Harry pour demander pardon et implorer qu’on le libère… mais peut être bien que lui, à la différence de son père, savait ce que l’on subissait dans ce placard… Son cœur s’était brusquement emballé lorsque, dans les escaliers, il avait entendu son élève le supplier de le libérer… il avait eu l’impression de se retrouver de nouveau âgé de huit ans, enfermé là dedans. A cet instant, il aurait voulu libérer Harry mais celui-ci aurait compris qu’en demandant grâce, il pouvait faire céder son Maître et il n’était pas question que le garçon pense une chose pareille !

Après quelques minutes, la potion était prête. A l’aide d’une sorte de louche il déposa un peu de liquide dans une fiole. Il remonta à sa chambre et se déshabilla avant de se glisser sous ses draps. Il avala la potion de sommeil d’une traite et s’endormit quelques minutes plus tard.

 

OooooooooO

 

Le lendemain matin, Harry eu le plaisir de trouver au saut du lit une lettre de son ami Ronald. Il la lu immédiatement, tenant à connaître sa réaction.

 « Harry,

Comment vas-tu ? Excuse moi d’avoir mit si longtemps à te répondre mais en fait… je ne savais pas quoi t’écrire. Je dois avouer que la lettre que tu m’as envoyée m’a pris au dépourvu ! Je n’arrivais pas à croire ce que j’y lisais ! J’ai d’ailleurs du la relire trois fois avant d’être certain d’avoir tout compris. Je ne sais pas trop quoi te dire a par que je pense à toi et surtout que je suis désolé pour toi.

Rogue ! Comment Dumbledore a-t-il pu te faire cela ? Tu as raison Rogue et lui te cache quelque chose cela me semble évident. Cela mit à part, j’espère sincèrement que tu vas bien, que Rogue n’est pas trop dur avec toi. Je me suis renseigné sur les conditions de vie des Apprentis et je dois avouer que je m’inquiète beaucoup. Rogue n’est pas monstrueux j’espère ? J’ai appris que papa et maman était déjà au courant par la même occasion mais ils ne m’avaient rien dit, considérant que c’était à toi de choisir à quel moment m’annoncer cette nouvelle. Dans tous les cas je reste complètement stupéfait par la situation et je n’imagine même pas à quel point  cela doit être horrible pour toi. Crois-tu que l’on pourra quand même se voir un peu pendant les vacances ? Je l’espère vraiment. Sinon raconte-moi tout, comment se passe ton entrainement ? Tu fais quoi ? C’est difficile ? Rogue te traite bien ? Sinon je voulais te dire que j’avais prévenu Hermione. J’étais tellement dans tous mes états à cette nouvelle… tu ne m’en veux pas ? J’imagine que tu comptais le lui dire, du moins je l’espère…J’attends de tes nouvelles avec impatience, bon courage.

 Amitié,

Ron. »

Harry afficha un vague sourire, plutôt content de la réaction de son meilleur ami. Il jeta un coup d’œil à son réveil et décida d’attendre le midi pour lui répondre, cela lui laisserai ainsi un peu de temps pour réfléchir à ce qu’il allait répondre.

Harry s’habilla et grimaça une fois encore en passant son pantalon. Il avait encore mal… Rogue avait été si dur avec lui… il frissonna et chassa ses souvenirs douloureux de sa tête. Une fois à la cuisine, Rogue l’invita à s’asseoir presque aussitôt qu’il s’était lui-même assit, ce qui était assez rare.

- Je veux que tu reprennes des forces Harry, alors mange bien surtout. 

- Oui Maître. 

- As-tu encore mal à ton arrière train ? 

Harry, qui était sur le point de mordre à pleine dent dans une tartine de pain inondée de confiture s’arrêta net. Il rougit et acquiesça.

- Parfait. 

Harry déglutit et regarda son Maître qui le fixait d’un air sévère.

- J’aime l’idée que tu aies pendant quelques temps le souvenir de ma punition. 

Harry resta un instant silencieux, scotché par la sévérité de Rogue.

OoOoOoOoO

Lorsque le midi arriva Harry remonta quelque peu déboussolé. La matinée avait été… pleine de surprises. Oui, pleine de surprises.

 Il alla s’asseoir à son bureau, grimaça sous le coup de la douleur toujours présente et prit un parchemin.

« Cher Ronald,

Comment vas-tu ? Moi bien, ta lettre m’a fait très plaisir. Je dois avouer que je craignais un peu ta réaction… je te remercie de t’inquiéter pour moi et tu as très bien fait d’en parler à Hermione, comme ça, je n’aurais pas à trouver le courage d’expliquer tout ce qui m’arrive une deuxième fois… car crois moi il en faut du courage !

En ce qui concerne ma vie ici… difficile de te raconter tout cela dans une lettre. Les choses ne se passent pas toujours bien, il est très sévère et mon entrainement très strict. Néanmoins, il arrive qu’il soit très gentil avec moi, vraiment très gentil. Cela me surprend toujours, mais c’est en grande partie ce qui me permet de survivre ici ! Le Manoir est magnifique est très grand ! Il y a aussi un grand jardin splendide. En m’y promenant j’ai découvert quelque chose qui devrait t’intéresser ! J’ai vu au loin derrière les collines le toit… de ta maison ! Tu peux le croire ça ? Nous sommes voisins ! Tu le savais ? Rogue me l’a confirmé donc je suis certain que  c‘est ta maison que j’ai aperçu. »

Harry marqua une pause et frissonna, jetant un coup d’œil à la porte. Il avait hésité un court instant entre dire « Rogue » ou « Maitre » dans sa lettre. Il savait qu’il devait dire « Maître » c’était évident. Depuis qu’il était devenu Apprenti, il avait perdu le droite de nommer le maître des potions par son nom mais il ne se sentait pas capable de sortir ce genre de mot en s’adressant à son meilleur ami, il trouvait cela humiliant. Il ne lui restait qu’à espérer que Rogue n’entrerait pas dans la chambre pendant qu’il écrivait sa lettre sinon… il risquerait bien de prendre une nouvelle correction digne de ce nom. 

«  Je dois avouer que l’idée de t’avoir auprès de moi m’a réconforté. J’ai même réussi à le convaincre de nous laisser nous voir ! Tu le crois cela ? » 

Harry marqua une nouvelle pause, cherchant bien ses mots. Il se souvenait bien que son Maître lui avait interdit de s’inviter chez son ami et il ne voulait pas risquer d’enfreindre une des règles de Rogue maintenant.

« J’ai la permission de sortir les dimanches donc je pense que nous pourrons peut être nous voir, bien que Rogue n’est pas des plus tolérants… j’espère du moins que l’on arrivera à passer un peu de temps ensemble.

En ce qui concerne mon entrainement, il se passe de façon mitigée. J’étudie principalement la Défense Contre Les Forces Du Mal, les Potions et la Métamorphose. Plus tard, je devrais faire des entrainements au combat.  Le plus difficile reste les cours de Potions, ils sont de la torture. Aujourd’hui j’ai apprit quelque chose de dingue. A partir de cette semaine, je vais apprendre à devenir un Animagus ! Il y a quelques avantages à être Apprenti au fond, je dois dire que je n’en revenais pas lorsqu’il m’a parlé de cela. Ce sont des cours qui vont me plaire je pense. L’idée d’être Animagus me plait beaucoup. Enormément même.

Demain normalement, je dois aller au Ministère. Rogue me l’a annoncé ce matin. Il souhaite me déclarer pour que ma condition d’Apprenti soit connue. Parait-il que cela m’accordera des avantages plus tard, dans ma vie professionnelle. Néanmoins j’ai dans l’idée qu’il souhaite aussi m’obliger à m’accepter en tant qu’Apprenti. Je n’aime pas du tout l’idée d’être déclaré, cette simple idée m’angoisse, surtout pour l’école. L’année à Poudlard va être abominable… il est certain que La Gazette va révéler l’information à tout le monde.

Voilà, je pense t’avoir dit le principal. J’espère avoir de tes nouvelles très bientôt.

Amitié,

Harry. »

Harry relu sa lettre, plutôt satisfait. Il la plia et l’attacha à la patte de sa chouette.

OooooooooO

Le lendemain matin Harry se leva à contrecœur. Il n’avait pratiquement pas dormit durant la nuit ne cessant de s’imaginer combien sa vie à Poudlard allait être abominable ! Les Serpentards allaient probablement passer la meilleure année de leur scolarité ! Draco le premier. Tous allaient savoir que Rogue était son Maître, tous allaient savoir qu’il avait tous les droits sur lui, tous, professeurs et élèves…

Harry descendit à la cuisine, le cœur battant la chamade. Il entra et trouva Rogue assit à table.

- Tu es tout juste à l’heure. Lança-t-il froidement.

- Je vous demande pardon Maître. Murmura-t-il.

Rogue soupira d’un air furieux avant de reporter son regard sur son assiette. Harry resta quelques secondes à la porte, songeur. Il avait une idée en tête mais celle-ci avait semblé nettement moins difficile à réaliser lorsqu’il était encore dans son lit. Il inspira profondément et avança lentement vers Rogue. Ce dernier releva la tête vers lui, apparemment surprit. Harry alla à ses côtés et s’agenouilla. Il posa ses deux genoux à terre et plaça ses mains dessus. Il baissa la tête afin de cacher son malaise.

- Maître, s’il vous plait. 

- Qu’est-ce qu’il y a Harry ? 

- Je… je ne veux pas aller au Ministère, s’il vous plait, Maître. 

- Harry cette discussion est très déplacée. » Répondit-il d’un ton sec. « Je ne t’ai pas demandé ton avis, je t’ai informé que je voulais de déclarer. 

- Mais… Maître vous ne pouvez pas me faire ça ! S’exclama-t-il tout en relevant la tête vers Rogue. Ma vie sera horrible à Poudlard ! Ce n’est pas juste. 

- Je n’ai jamais dit le contraire. Toutefois ma décision est prise. 

- Mais… 

- Silence ! Ordonna Rogue. Un mot de plus et tu seras puni. 

Harry serra les dents. Rogue pouvait être si dur parfois ! Il était là, entrain de lui demander quelque chose à genou et c’est à peine s’il l’écoutait… Harry se releva, furieux, et retourna à côté de sa chaise, attendant la permission de s’asseoir.

- Nous partirons après avoir mangé. 

- Oui, Maître, Répondit Harry à mi-voix.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site