Chapitre 10

Harry était allongé sur son lit songeur. Il était couché depuis déjà une heure, sans parvenir à dormir. Il se sentait très excité et sa tête était tellement pleine de pensées qu’elles allaient sûrement bientôt déborder de partout ! Il afficha un vague sourire à la pensée de son meilleur ami. Il n’arrivait toujours pas à le croire, il allait avoir le droit d’aller chez lui, tous les dimanches même ! C’était un magnifique cadeau que lui faisait Rogue et Harry lui en était très reconnaissant. Il aurait voulu écrire immédiatement à Ron, lui expliquer qu’ils étaient désormais voisins et qu’ils pourraient se voir de temps en temps mais il ne fallait mieux pas se relever après avoir été envoyé au lit… au risque de se faire attraper et sévèrement puni. De toute manière, songea Harry, Ron devrait bientôt répondre à sa lettre. Harry sentit son estomac se contracter légèrement. Bien qu’il tente de ne pas y songer, il était inquiet de la réaction de son ami. Après tout il venait d’apprendre que le professeur qu’il détestait le plus au monde venait de devenir le Maître de son meilleur ami… comment avait-il bien pu prendre la nouvelle ? Les pensées du Survivant dérivèrent lentement vers le Ministère. Il allait être déclaré. Harry déglutit. Tout le monde allait savoir… il allait vivre un enfer à Poudlard c’était évident ! Les Serpentards auront désormais une source d’amusement sans fin… et il était presque persuadé que des Griffondors seraient bien capables de se mettre dos à lui, pensant que Rogue l’ait corrompu ou quelque chose comme ça…  Quoi qu’il en soit, la situation allait être catastrophique et il se sentait déjà profondément mal alaise vis-à-vis de tous ses camarades. Il était stressé par la simple réaction de Ron, alors  celle de tous ses camarades de classes, professeurs… il devait absolument convaincre Rogue de changer d’avis !

Cette nuit là, Harry ne dormit que très peu. Il se réveilla très tôt, plus d’une heure avant le petit déjeuner. Il en profita pour revoir ses potions une nouvelle fois. Nous étions dimanche, et le dimanche il était interrogé sur tout ce qu’il avait vu dans la semaine.

OooooooooO

- Non sombre idiot ! Gronda Rogue. C’est trois pincées de Quinquina et une de cannelle ! 

Clac !

Harry gémit. Quatrième erreur depuis le début du cours, quatrième coups sur ses doigts…

- Trois pincées de Quinquina et une de cannelle. Répéta-t-il tout en grimaçant. Ensuite, mélangez, laisser reposer  trois quarts d’heure et tourner la potion dans le sens inverse des aiguilles d’une montre quatre tours. Voilà, la potion est prête.

Rogue fit un pas vers lui.

- Cinq, cinq tours. Se rattrapa-t-il.

Rogue lui lança un regard sévère avant de lui ordonner de réciter la potion en entière une nouvelle fois. Harry sentit son cœur battre encore un peu plus vite, craintif. Sevérus lui avait demandé de réciter les potions de toute la semaine et Harry les avait toutes bien révisées et bien rappelées à l’exception de celle d’il y a deux jours… potion qu’il avait gardé pour la fin dans ses récitations car c’était celle qu’il avait le plus de mal à retenir. Il parvint tout de même à ne pas faire d’erreur lorsqu’il du la réciter une deuxième fois.

- Je te le dis tout de suite, je ne suis pas satisfait. 

A sa grande surprise, Rogue frappa cinq coups supplémentaires sur ses mains. Harry gémit.

- Pourquoi vous avez fait ça !? S’exclama-t-il d’une voix mi craintive, mi furieuse.

En réponse, son Maître lui donna cinq coups de plus. Rogue posa sa canne sur son bureau et Harry laissa échapper quelques larmes, les mains très douloureuses.

- Viens ici. Ordonna Rogue. Il obéit et se plaça devant son Maître. A genou. 

Harry déglutit. Ne devait-il pas avoir le droit d’attendre d’être prêt ? Il observa Rogue un instant avant de baisser la tête, sans plier les jambes.

- Normalement tu aurais du te mettre à genou, sache le. Lança froidement Rogue. Les cinq coups à la fin de la leçon étaient là pour te punir d’avoir si mal retenu une potion. Tu la connaissais par cœur il y a deux jours et tu avais tout ton samedi soir pour la réviser. Et tu avais la possibilité de te lever plus tôt ce matin aussi. Le dimanche je veux un sans fautes, est-ce clair ? Sinon je dois considérer que même si le jour où tu as récité cette potion pour la première fois tu l’as récité sans faute tu ne la connais pas. Si tu me refais cela dimanche prochain, à partir du lundi suivant, tu prendras deux coups de canne pour une faute. Est-ce que c’est clair ? 

- Oui… Maître. Murmura Harry, légèrement tremblant.  

- Les cinq coups suivant étaient là pour te punir de ton insolence immonde ! Cracha-t-il. Puisque tu es d’humeur à m’agacer aujourd’hui, nous allons continuer à étudier les potions tout le reste de la matinée. 

- Oui… Maître. 

Harry suivit Rogue au laboratoire, vaguement démoralisé, les mains à vif.

- Tu vas faire la potion que tu as tant de mal à retenir. Les ingrédients sont tous dans l’armoire. Tâche de ne pas faire d’erreur. 

- Oui Maître. 

Rogue sortit et Harry se rendit à l’armoire. Il trouva tout de suite la cannelle en poudre et prit la fiole. Il ressentit une violente douleur à sa main et grimaça, lâchant brusquement la fiole. Elle se brisa dans un bruit sourd sur le sol, rependant son contenu par terre. A cet instant, Harry se sentit craintif et il réalisa que Rogue lui faisait vraiment peur maintenant.

- Qu’est-ce que… 

Le Maître des potions revint dans la pièce et afficha un regard méchamment noir à la vue de la fiole à terre. Il s’avança à grand pas vers son élève qui lui recula d’un pas, levant ses bras au niveau de son visage afin de se protéger des coups qu’il allait recevoir.

- Comment as-tu fait ton compte pour briser cette potion idiot ?! 

Harry baissa les bras et murmura quelques mots d’excuses.

- Ce n’est pas ce que je demandais ! S’écria Rogue.

- Arrêtez de m’hurler dessus comme ça ! S’exclama Harry, la voix tremblante de peur, les yeux noirs de colère. Vous me faites perdre tous mes moyens. 

Harry trembla violemment mais ne baissa pas le regard, voulant se prouver à lui-même qu’il avait encore le cran d’envoyer Rogue sur les roses.

- Je n’aurais jamais confiance en vous ! J’aurais peur c’est tout ! Vous ne savez que hurler ! 

Une gifle partie et Harry plaqua sa main sur sa joue.

- Hurler et frapper. Cracha-t-il.

Rogue écarquilla les yeux, ne croyant pas que le gamin puisse oser lui parler comme ça ! Et surtout qu’il puisse lui parler de manière si irrespectueuse. Il allait s’en souvenir ça c’est certain.

Sevérus l’attrapa par l’oreille et Harry eu alors la conviction qu’il allait prendre la plus belle correction de toute sa vie.

- Crois-moi jeune homme c’est la toute dernière fois que tu me parles sur ce ton avec ce regard là ! Lança Rogue, la voix tremblante de colère. Après tous les efforts que je fais pour toi ! Voilà comment tu me remercie petit ingrat ! Malgré tout mon temps que je passe à essayer de t’inculquer quelques notions afin de sauver ta misérable petite vie ! 

- C’est facile à dire tout ça… Gémit Harry, l’oreille endolorie.

- Ah oui ?! S’exclama Rogue tout en resserrant sa poigne.

- Je fais des efforts moi aussi ! Mais vous ne savez que crier et taper ! 

- N’ai-je pas été indulgent ?! N’ai-je pas toléré que tu ne te mettes pas à genou ! N’ai-je pas accepté que tu quittes le Manoir une fois par semaine ! Ne t’ai-je pas soigné après tes premiers coups ! Ne suis-je pas ton sauveur, celui qui fera de toi un sorcier capable de combattre le Seigneur des Ténèbres ! Hurla-t-il. Et malgré tout cela je devrais subir ton insolence ! Ton manque de respect ?! 

Harry n’osa rien répondre, ne sachant quoi dire. Rogue l’obligea à lui faire face et posa sa main sur son pantalon, décidé à lui faire regretter son comportement.

Harry sentit son cœur battre à toute vitesse et se dégagea.

- Non ! S’exclama-t-il mais cette fois-ci d’une voix apeurée.

Rogue l’attrapa par le poignet et prit sa baguette afin de s’aider d’un sort pour le déshabiller. Sans pouvoir y faire quoi que ce soit, Harry se retrouva le pantalon au niveau des chevilles. Le caleçon suivit et il rougit fortement. Heureusement qu’il portait un tee-shirt assez long, cachant sa nudité… Rogue s’assit à sa chaise de bureau et le força à s’allonger sur ses genoux. Harry tenta de se débattre mais Rogue le tenait fermement, l’empêchant de se relever. Il releva son tee-shirt et attrapa la canne afin de commencer à punir son élève ingrat.

Lorsque le premier coup partit, Harry étouffa à peine son gémissement. Il trouvait toujours les coups douloureux mais là, à même sa peau, c’était dix fois pire.

La correction sembla durer des heures pour Harry, au bout de quelques coups il commença à pleurer, regrettant déjà ses paroles. Rogue s’arrêta après dix coups, Harry pensait en avoir déjà prit beaucoup plus.

- N’as-tu rien à me dire ? Lâcha Rogue d’une voix dure.

Harry resta silencieux et au bout de quelques secondes, Sevérus débuta une nouvelle série de coup. Lorsqu’il eut fini, Harry était presque persuadé de plus avoir de peau sur l’arrière train.

- N’as-tu rien à me dire ? Répéta-t-il.

Harry qui pleurait maintenant à chaudes larmes.

- Je suis désolé… Gémit-il. Maître, je suis désolé. 

- Le penses-tu vraiment ? Tu regrettes ? 

- Oh oui je regrette... Sanglota-t-il. Je ne recommencerais plus… Maître, je suis désolé. Vraiment désolé. 

- Tu dis cela simplement pour que j’arrête la punition ! S’exclama Rogue.

- Oui c’est vrai Maître mais je suis vraiment désolé. Sanglota-t-il. Ne me battez plus… je sais que vous faites des efforts pour vous occuper de moi, je ne serais plus ingrat. 

- Tu me le promets ? 

- Oui… Maître… oui. 

- Bien. Rhabilles-toi. 

Harry respira profondément. Et se releva tout seul, humilié et endoloris. Il s’empressa de remonter son pantalon même si le tissu sur sa peau lui faisait un mal de chien.

Rogue se leva brusquement et prit son élève fermement par le poignet. Harry déglutit. N’avait-il pas été assez puni ? Qu’allait-il lui faire ? Rogue monta au deuxième étage et Harry songea qu’il allait sûrement être enfermé dans sa chambre. A sa grande surprise, Rogue l’emmena à l’étage supérieur, celui qu’Harry n’avait pas visité. Une fois en  haut des escaliers, il eu la surprise de voir devant lui un petit couloir, donnant sur une seule et unique porte.

- Ta baguette ! Ordonna-t-il tout en tendant la main.

A contre cœur, Harry la lui donna se retenant de lui demander ce qu’il comptait bien faire.

- Tâche de bien réfléchir à ton comportement ! Gronda Rogue.

Il tira Harry, ouvrit la porte, le jeta à l’intérieur, puis referma la porte à double tour.

OooooooooO

Surprit, Harry trébucha et tomba à genou. La respiration saccadée, il se releva et se tourna vers la porte. Il entendit le verrou se fermer dans un bruit sec. Harry sécha ses larmes et regarda autour de lui. Il plissa les yeux car la pièce était très sombre. C’était un placard. Un petit placard au plafond assez haut. Harry sentit son cœur s’accélérer tout en songeant qu’il ne pouvait pas encore subir la punition du placard maintenant qu’il n’était plus chez les Dursley ! Et pourtant si… il regarda autour de lui avec désespoir, plus apeuré qu’il ne l’aurait voulu. Il remarqua qu’en haut du mûr se trouvait une toute petite fenêtre haut de quelques centimètres et à peine plus large que haute. La lumière venait de là. Harry regarda le petit placard sous tous les recoins et ne vit ni interrupteur, ni verre d’eau, ni couverture. Rien. Il n’y avait rien sauf de la poussière et les ténèbres… Harry sentit les larmes lui bruler les yeux mais il les ravala. Il avait assez pleuré pour aujourd’hui, assez été humilié et assez été puni. Mais pas selon Rogue apparemment… combien de temps allait-il rester ici ? Il s’assit parterre et étouffa un cri de douleur avant de se redresser. Il finit par s’allonger sur le côté, espérant que son Maître se calme bientôt.

OooooooooO

Les heures passaient et il désespérait de voir revenir Rogue aujourd’hui. Il resta immobile, chaque mouvement lui rappelant douloureusement sa correction, et il observa le faible rayon de lumière qui éclairait le petit placard. Celui-ci diminua lentement pour finir par disparaître totalement. Cette nuit là, Harry n’eu jamais trouvé le temps aussi long. Lorsque les premiers rayons du soleil pénétrèrent le petit placard par la fenêtre, Harry se sentit soulagé, heureux de ne plus être ainsi plongé dans le noir. Il se sentait mal, terriblement mal. Etre ainsi seul avec ses pensées, des heures dans le noir et sans sa baguette qui plus est était horrible. Il se sentait dans l’insécurité. Il passa de longues heures à réfléchir, songeant à sa vie, à Voldemort, à Rogue… et à la douleur de son postérieur à vif.

Lorsque Sevérus daigna monter au troisième étage, il était déjà 14h. Il ouvrit la porte pour trouver son disciple allongé par terre, sur le côté. Harry cligna des yeux, la lumière les lui brulants.  Rogue ne prononça pas un mot. Le regard noir, il déposa un verre d’eau ainsi qu’un morceau de pain à terre avant de repartir, fermant la porte à clé derrière lui. Les lèvres d’Harry tremblèrent dangereusement et il du se faire violence pour ne pas fondre en larmes. La punition n’avait-elle pas assez durée ? N’avait-elle pas été assez sévère ?

OooooooooO

Deux jours passèrent. Deux pénibles journées. Harry était à bout de nerf, à bout de force. Affamé, il n’avait eu qu’un maigre repas par jour composé d’un verre d’eau et d’un morceau de pain le tout accompagné d’un regard noir de Rogue. Il en était arrivé au stade où il se demandait laquelle des deux punitions qu’il avait reçu avaient été la pire. Etre seul, dans le noir était abominable. Harry se sentait terriblement mal et n’avait rien d’autre à faire que penser… penser à sa nouvelle vie, à son Maître, à Voldemort, à ses amis loin de lui… Il restait la plus part du temps allongé. Lorsque Rogue lui apporta son repas ce troisième jour d’emprisonnement, il tenta de s’excuser mais Rogue ne l’écouta pas et partit sans se retourner.

Le quatrième jour Harry tenta toute la matinée de se convaincre que son calvaire se terminait. Rogue ne cessait de l’embêter avec son entrainement à faire et il n’allait pas le laisser enfermé ici indéfiniment ! Il allait sûrement sortir aujourd’hui. Sevérus lui apporta son repas.

- Merci Maître. Murmura-t-il d’une voix docile, bien décidé à sortir. Maître… je vous demande pardon pour l’autre jour. 

Rogue fit demi-tour, claquant la porte derrière lui. Harry resta bouge bé et les larmes inondèrent ses yeux instantanément. Il se redressa brusquement et alla frapper à la porte de ses deux mains.

- Maître ! Maître ! Je vous en pris laissez moi sortir ! Harry plaqua son oreille contre la porte. Etait-il encore là ? Pouvait-il l’entendre. Maître je suis désolé, laissez moi sortir, s’il vous plait. Il plaqua une nouvelle fois son oreille contre la porte mais n’entendit rien, pas le moindre bruit. Il allait passer encore de nombreuses heures ici apparemment. Il éclata en larmes.

- Maître… Sanglota-t-il. Maître… ne me laissez pas seul ici… Il se laissa glisser contre la porte, épuisé.

OooooooooO

Le soleil se coucha, plongeant Harry dans le noir total, encore une fois. Il frissonna. Quand son calvaire allait-il prendre fin ?! Il ferma les yeux tout en se jurant que dès que Rogue ouvrirait la porte le lendemain il lui demanderait pardon à genou ! Il avait voulu lui montrer qu’il avait du caractère, il avait voulu lui montrer qu’il était toujours libre de faire ce qu’il veut en d’autre terme il avait voulu jouer avec Rogue. Il avait joué à celui qui serait le plus fort, celui qui aurait le dernier mot. Harry avait perdu et il était prêt à le reconnaître. A genou même, si cela pouvait faire cesser cette punition insupportable.

Harry sursauta tendit que le bruit d’une serrure que l’on ouvre retentissait. La porte s’ouvrit laisser voir Rogue. Harry se redressa, le regard plein d’espoir.

- Allez viens, tu peux sortir. Murmura Rogue d’une voix étonnement calme.

Harry sortit sans quitter des yeux son Maître, partagé entre joie et inquiétude : devait-il s’attendre un autre châtiment ?

Rogue lui fit signe de le suivre et ils descendirent au salon en silence. La pièce était éclairée à la lueur de la cheminée. Sevérus alla s’asseoir dans le canapé et bu une gorgé d’un verre d’alcool qu’il s’était servit.

Harry déglutit, prenant son courage à deux mains. Il alla devant Rogue et s’agenouilla maladroitement. Il posa ses deux genoux à terre et déposa ses mains sur ses cuisses. Il baissa ensuite la tête, non pas par soumission mais plutôt pour masquer son trouble, son mal aise d’être dans cette position, face à celui qu’il nommait Maître.

Sevérus resta un instant figé. Le garçon était-il bien à genou ? Il jeta un coup d’œil à son verre d’alcool et le posa à terre, songeant qu’il buvait peut être un peu trop en ce moment. Il cligna des yeux et regarda son disciple.

- Regarde-moi, Harry. Murmura-t-il.

Le Survivant releva la tête et Sevérus pu voir deux yeux verts apeurés et tristes se poser sur lui.

- La leçon a-t-elle été suffisante ? Questionna-t-il d’une voix très calme.

- Oui Maître. Souffla-t-il. Je vous demande pardon pour tout ce que j’ai dit. 

- Je suis content que tu regrettes. J’imagine que ces longues journées dans mon vieux placard t’ont permises de réfléchir à ton comportement. 

- Oui Maître. 

- Qu’en as-tu apprit ? 

- Je… je regrette d’avoir été si insolent envers vous… et d’avoir dit toutes ces choses… je sais que vous n’étiez pas obligé de vous occupez de moi mais que pourtant vous êtes là et… et je sais que vous avez fait des efforts pour ne pas être toujours sévère… et je sais que je vous ai déçu. 

- Harry… Rogue marqua une pause et Harry trouva son regard étonnement doux comparé à d’habitude. J’espère ne plus avoir à te punir ainsi. Ne m’oblige pas à t’isoler à nouveau ainsi pour que tu remettes tes idées au clair. Ça ne me plait pas. Toutefois je recommencerais si nécessaire. 

Rogue marqua une pause tout en observant son disciple. C’est quatre jours avaient autant été une punition pour le Survivant que pour lui. Lorsqu’il était petit, son père le punissait souvent ainsi. « Cruelle punition » songea-t-il amèrement. Il détestait ce placard autant qu’il le craignait, mais il savait que là-dedans, on réfléchissait bien à ses bêtises et on les regrettait très, très vite !

- L’affaire est close d’accord. 

- Oui, Maître. 

Rogue se leva et baissa les yeux sur son élève. Il hésita puis, voulant soulager sa conscience, il tendit la main à Harry. Ce dernier sembla surprit mais finit par placer sa propre main à l’intérieur. Rogue l’aida à se relever et lui lâcha la main pour lui donner une brève caresse. Harry ne pu s’empêcher d’afficher un sourire, appréciant le geste, heureux d’être enfin libre.

- J’ai été déçu de ton comportement de l’autre jour, mais je suis fier de celui de ce soir. 

Harry se sentit vaguement rougir, pas encore habitué à l’idée de se mettre à genou au pied de quelqu’un…

- Merci Maître. Murmura-t-il à mi-voix.

- Il est 22h, tu dois aller au lit, nous aurons beaucoup de choses à faire demain. 

- Oui Maître. 

Harry se rendit aux escaliers et monta à sa chambre après avoir souhaité bon soir à son professeur. A sa chambre, il eu l’agréable surprise de trouver un verre de lait et des biscuits au chocolat posé sur sa table de chevet. Harry se mordilla la lèvre, fou de joie et se jeta presque sur son repas, remerciant intérieurement Rogue pour cette attention…

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site