chapitre 09

- Aie ! Ron !

- Désolé Mione...

- Vous allez la fermer ? grogna Harry

- Désolés Harry, murmurèrent Ron et Hermione

La cape les recouvraient à peine tous les trois et ils ne cessaient de se marcher sur les pieds.
Tous les trois mètres, Harry vérifiait la carte des maraudeurs.
Demi était toujours à la bibliothèque et n'avait pas l'air de vouloir en bouger. Elle était immobile et Harry l'imaginait sans mal, assise à l'une des tables, écrivant dans son bloc moldu, ou plongée dans un livre, cherchant un point confirmant ses théories pour avancer dans sa thèse...
Rusard était loin d'eux avec son horrible Miss Teigne.
Quand à Rogue, il semblait se diriger vers la salle commune des Serpentard, soit dans la direction opposée à la leur.
Récupérer ce journal allait être un jeu d'enfant.
Ils descendirent silencieusement les deux premiers étages menant à la tour des Gryffondor et durent patienter un moment le temps que les escaliers reviennent à leur place.

- tout est toujours ok Harry, chuchota Ron

- je regarde... lumos !

Harry scruta attentivement la carte. Rogue était dans la salle commune des Serpentard, Rusard courrait après Peeves à l'autre bout du château et Miss Teigne patrouillait dans un couloir.

- Miss Teigne et Rusard se sont séparés, soupira Harry

- L'un d'eux vient vers nous ? demanda Hermione d'une toute petite voix

- Non, pas pour le moment, Rusard a du souci à se faire avec Peeves et Miss Teigne farfouille dans les coins du premier étage de la tour nord. Allez ! on continue !

L'escalier étant enfin décidé à rester tranquille, ils descendirent trois étages de plus. Ils devaient à présent traverser tout le couloir du deuxième étage, afin de sortir de la tour et de rejoindre les escaliers menant au grand hall.

Absolument silencieusement, le trio se dirigea lentement le long du couloir glacé, priant pour ne pas rencontrer Mimi Geignarde, le fantôme hantant les toilettes des filles du deuxième étage qui avait un faible certain pour Harry.
La jeune fille était en effet peu réputée pour sa discrétion et Harry n'était pas certain à 100% d'être protégé du regard du fantôme par la cape d'invisibilité. Il lui semblait bien que Nick quasi sans tête pouvait voir a travers la cape de son père et si celui-ci le pouvait, Mimi le pouvait sans doute également.
La dernière chose dont ils avaient besoin était qu'elle se mette à hululer que personne ne l'aimait si Harry devait lui signifier qu'il n'avait pas le temps de roucouler avec elle dans les couloirs.

Harry attendit d'avoir dépassé les toilettes maudites d'une bonne vingtaine de mètres et d'être arrivés au niveau des escaliers pour consulter à nouveau la carte des maraudeurs.

Son regard se porta d'abord sur les cachots afin de vérifier que Rogue y était toujours. Celui-ci semblait être retourné dans la salle de potion.
Puis il regarda autour de leurs trois noms collés les uns aux autres en haut des escaliers et son cœur manqua un battement.

- merde, murmura t il

- langage Harry, protesta machinalement Hermione

- quoi, demanda simultanément Ron

- Miss teigne... elle est en train de monter les escaliers, elle arrive droit sur nous

- Oh Merlin, gémit Hermione

Harry jeta un coup d'œil rapide à la carte.

- ok, pas de panique, venez...

Suivant le mouvement impulsé par Harry, ils longèrent le couloir du deuxième étage jusqu'à la classe de métamorphose, là, ils remontèrent au troisième étage et avancèrent jusqu'à la tour nord.
- voila, sourit Harry, il n'y a plus qu'a redescendre au rez de chaussé, on passe devant l'infirmerie et on y sera.

- Ok, soupira Ron, venez allons y, j'ai hâte d'être à nouveau dans la salle commune !

Harry acquiesça sans répondre ne voulant faire culpabiliser Hermione davantage qu'elle ne devait déjà être en train de le faire.

Paniqué par la présence de Miss Teigne si proche d'eux, Harry avait omis de vérifier la position d'Argus Rusard. Il n'avait donc pas vu que le vieux cracmol avait été, pendant quelques secondes, tout proche d'eux.

Le concierge avait entendu des chuchotements mais il n'avait pas réussit à en trouver l'origine. Persuadé, à juste titre, que des élèves enfreignait le règlement, il se mit en quête du professeur responsable des rondes de nuits.

Il croisa le dit professeur dans les escaliers menant au Hall d'entré tandis que celui-ci remontait des cachots.

- professeur Rogue, haleta t il, des élèves rodent dans les couloirs...

- En êtes vous sur ? demanda Rogue en fronçant les sourcils

- J'ai entendu leurs chuchotements mais je n'ai pas réussi à les voir

Rogue soupira de manière inaudible : des rodeurs dans les couloirs ? Des rodeurs invisibles dans les couloirs ?

- Harry, grogna t il pour lui-même.

Sans un regard pour Rusard, il prit vivement la direction des cuisines, persuadés que c'était là que son fils se rendait.
A mi chemin il hésita... Et si Harry avait eu un autre cauchemar ? Peut être se rendait il tout simplement à l'infirmerie... il fit aussitôt demi tour et fonça vers le domaine d Mme Pomfresh.

Harry, Hermione et Ron allait atteindre l'infirmerie quand Harry les stoppa d'un geste. Il alluma sa baguette et jeta un coup d'œil sur la carte.

- Harry ? demanda Hermione en voyant son ami pâlir brusquement

Ron arracha la carte des mains tremblantes d'Harry et regarda lui-même ce qui avait effrayé son meilleur ami.

- merde, grommela t il

- quoi ? insista Hermione, sans s'attarder sur le langage du rouquin

- Rogue arrive vitesse maximum

- Prenez la cape et filez, siffla Harry

- Quoi ? Non, Harry ! protesta Ron

- On a pas le choix, il sera la dans quelques minutes, on n'est pas assez rapide à trois sous cette cape. Prenez la cape et la carte, moi je file à la bibliothèque. Je récupérerais ton journal et je demanderais à Dementia de me couvrir.

- Mais Harry... tenta Hermione

- Pas le temps de discuter ! Filez ! Ordonna Harry en sortant de sous la protection de la cape avant de se mettre à courir vers la bibliotheque.

Espérant que Ron et Hermione avaient eu le temps de ficher le camp, Harry se glissa dans le domaine de madame pince et colla son oreille contre le battant.
Quelques secondes plus tard, il entendit le pas rapide de son père passer devant son refuge et entrer dans l'infirmerie.
Il tourna les talons et s'enfonça dans les rayonnages, à la recherche de Dementia.
Il la trouva debout dur une chaise, en train d'essayer d'attraper un livre rangé tout en haut des étagères, dans la section histoire.

- Dementia ?

La jeune femme sursauta et manqua de tomber de son perchoir.

- Harry ! Tu es fou, tu as failli me faire tuer ! Qu'est ce que tu fiche ici ?

- Pas le temps de t'expliquer, faut que tu m'aide, père va arriver d'une seconde à l'autre.

- Mais...

- Demi s'il te plait...

Demi dévisagea l'adolescent qui jetait des coups d'œil nerveux vers l'entrée de la bibliothèque. Les cheveux encore plus en bataille que d'ordinaire et le souffle court, il avait le regard de celui qui venait de faire une énorme bêtise. Elle se demanda brièvement si elle avait bien fait de quitter la France, de divorcer et de venir vivre à Poudlard... mais elle ne put résister bien longtemps au regard implorant d'Harry

- Ok, capitula Dementia, briefe moi rapidement

- Hermione a oublié un truc important ici, son journal, je suis venu le chercher mais père est dans le coin, il va venir ici, c'est certain...

Tout en parlant, Harry fouillait dans la pile de livre posés sur le chariot de rangement. Il mit la main sur le journal d'Hermione au moment même où la porte de la bibliothèque s'ouvrait. Avant qu'il n'ait le temps de réagir, Demi le poussa à une table et lui souffla :

- Reproche-moi l'heure et suis-moi !

Harry acquiesça et haussa le ton

- Dementia ! tu ne veux pas accélérer ?

- J'ai presque fini, répondit la jeune femme

- Ca fait une heure que tu dis ca ! J'aurais mieux fais de rentrer tout seul.

- Le couvre feu avait sonné ! Tu te serais fait prendre !

- Peut être mais je serais en train de dormir là, pas de t'attendre, grogna Harry, priant silencieusement pour que leur mise en scène marche

- J'ai vraiment presque fini ! promit-elle

Dans l'ombre Severus leva les yeux au ciel... combien de fois avait il déjà entendu cette promesse ? J'ai presque fini et j'arrive étaient les deux phrases clef de Dementia. Phrases qui étaient en soi des mensonges. Il s'avança dans les rayonnages et jeta un coup d'œil sur son fils.
Harry, assis a une table, la tête posé sur les bras, suivait Dementia d'un regard noir et avait l'air d'être à deux doigts de s'endormir sur place. A deux doigts... si ce n'était son regard un peu trop brillant et son souffle un peu trop court.

Severus sortit de l'ombre et interpella Harry

- Ca commence bien ! Les cours reprennent demain matin et tu enfreins déjà le règlement !

Harry sursauta et manqua tomber de sa chaise, le tout manquant un peu trop de naturel pour être crédible, mais Rogue ne fit aucune remarque.

- Je...

- Ah tu ne vas pas t'y mettre hein ? l'interrompit Dementia, nettement plus crédible que son frère, j'ai dis et je confirme, j'ai presque fini !

- Ce qui ne répond pas à la question : qu'est ce qu'Harry fiche ici ?

- Il fallait qu'on discute... répliqua Demi d'un ton sec et on n'a pas vraiment regardé l'heure. Quand le couvre feu à sonné, Harry voulait retourner à sa salle commune en courant mais je lui ai dit qu'il valait mieux que je le raccompagne. J'allais le faire d'un instant à l'autre...

Il fallut a Severus toutes ses années d'espionnage et de maitrise de soi pour ne pas se laisser submerger par un fou rire bien compréhensible : d'un instant a l'autre avait pour Dementia la même signification que la saint Glinglin des moldus.
Le maitre de potion se contenta de soupirer de manière audible avant de secouer la tête.

- Harry reprend les cours demain Dementia, Et tu ne souhaites pas bâcler ton travail pour terminer plus rapidement. Je vais le raccompagner moi-même.

Sans rien ajouter il fit un signe de tête pour intimer à Harry de le suivre et tourna les talons. Harry s'empressa de lui emboiter le pas après avoir fait un clin d'œil rapide à sa sœur : Rogue avait marché ! Et le journal d'Hermione était en sécurité au fond de sa poche.

Dementia leva les yeux au ciel après avoir entendu la lourde porte se refermer sur les deux hommes de la famille. Voila qu'elle passait encore pour l'écervelée de service ! Comme si elle avait pour habitude d'être toujours en retard !
Attendez un peu qu'elle raconte ça à Sirius... Quoi que, réflexion faite, Sirius semblait partager la croyance populaire qui voulait de Dementia Rogue Parker Johnson soit totalement incapable d'utiliser une montre. Ce sale cabot était capable de se moquer d'elle ! Elle résolue de ne rien dire et se remit dans un soupir à ranger les livres sur les étagères.

Dans le couloir, Harry peinait à maintenir l'allure de Rogue. Ils croisèrent Rusard qui sembla cruellement déçu lorsque Rogue lui affirma qu'Harry n'était pas le rodeur qu'il avait entendu puisque celui-ci n'avait pas quitté la bibliothèque de la soirée.

Hormis les quelques mots échangés avec le concierge, Severus ne prononça pas un mot de tout le trajet jusqu'à la tour des Gryffondor.
Arrivé devant la Grosse Dame, Harry contourna son père pour se placer devant le tableau. Il allait prononcer le mot de passe quand il se sentit saisi par le bras et plaqué contre le mur le plus proche. La main gauche appuyée sur le mur, juste a coté de son visage lui interdisait toute tentative de fuite. Rogue saisi alors son menton de la main droite pour le forcer à la regarder.

- Est-ce que tu me prends réellement pour un imbécile ?

- Je...

- Tais-toi ! Je ne veux pas t'entendre, je veux que tu m'écoute attentivement. Arrête d'essayer de jouer au plus malin Harry parce que tu vas réussir à t'attirer des ennuis plus gros que toi. Puisque tu veux jouer au plus fort, je durcis ma position ! Les escapades nocturnes dans le château te vaudront également une correction puisque la perspective de copier des lignes ne te garde pas dans ta salle commune. Je me fiche totalement d'être obligé de te flanquer une raclée chaque jour de l'année si cela doit te contraindre à obéir ! tu te fatigueras avant moi ! Est-ce que je me suis bien fait comprendre ? ou est ce que je dois commencer à te corriger tout de suite ?

- Non... je veux dire oui... j'ai compris...

- Tu en es sur ? Je devrais peut etre m'en assurer...

- Non ! c'est promis ! Je resterais dans ma salle commune !

- Bien... et maintenant disparaît !

Rogue le propulsa vers le tableau en le tenant pas le col de pull et attendit qu'Harry soit entré dans la salle commune pour regagner ses quartiers.

Harry entra presque en courant dans la salle quasiment déserte des Gryffondor. Il s'appuya au mur pour reprendre ses esprits et calmer les battements de son cœur.

- Harry ? demanda Hermione d'une toute petite voix

Il leva un regard noir sur elle, hésitant un instant à étriper purement et simplement sa meilleure amie. Puis il se ravisa et lui adressa un petit sourire. Apres tout, il était le seul à blâmer ; Ron lui avait proposé de rester là, de ne pas s'exposer inutilement à une punition et il avait voulu jouer au brave, montrer qu'il se fichait totalement des règles de Rogue... et il avait échoué lamentablement.

- Tiens, dit il en sortant le journal de sa poche, mais je te préviens si tu l'oublie encore une fois j'irais personnellement l'offrir a Malefoy !

- Oh merci Harry ! Merci merci merci ! Je ferais attention c'est promis!!! Allons-nous coucher! Demain on a métamorphose juste après la botanique et MacGo nous tuera si on s'endort sur la table !

Les garçons secouèrent la tête et montèrent à leur dortoir. Harry raconta rapidement à Ron ce qui s'était passé, sans omettre les menaces de son père mais lui fit promettre de ne rien dire à Hermione.

- Sinon, argumenta t il, il faudra que je lui présente une autorisation écrite de Rogue pour respirer.

Ron eut un sourire sans joie et alla se coucher sans répondre. Harry soupira, maudissant intérieurement Rogue et Dumbledore d'être venu mettre leur grain de sel dans sa vie.
Il se coucha à son tour et s'endormit aussitôt.

 

***

 

- Très bien, vous allez à présent me changer cette plume en merle...La formule est au tableau... Allez-y !

Harry eut un soupir et se frotta les yeux avant de remettre ses lunettes et de tenter la métamorphose.
A ses cotés, Ron semblait également se demander ce qu'il fichait là.

- Très bien Miss Granger ! Vous avez compris le principe. Maintenant essayer de nous faire un merle plutôt qu'un pigeon.

Harry et Ron jetèrent dans un bel ensemble un regard absolument noir à leur amie. Hermione avait dormi aussi peu qu'eux. Alors comment se faisait il qu'elle ait l'air de sortir d'une cure de sommeil alors qu'eux deux avaient l'impression de ne pas avoir dormi depuis des semaines ?

Les deux garçons se regardèrent et Ron haussa les épaules d'un air fataliste avant de retourner à sa plume.
Harry fit de même bien qu'il lui semblait impossible de se concentrer.

- Psitt ! hey ! Potter !

Harry essaya d'ignorer le bruit persistant, se demandant pourquoi MacGonagall n'intervenait pas, puis il craqua et se tourna vers celui qui l'appelait...

- Qu'est ce que tu veux Malefoy ?

- Tu crois que vous partagerez la même chambre à Sainte Mangouste avec le vieux Dumby ?

- Quoi ? grogna Harry

Malefoy déplia un morceau de journal et en montra le contenu à Harry. Une photo d'Harry, l'air hagard, prise l'an passé à la sortie du labyrinthe s'étalait en première page. Le titre « Dumbledore a-t-il contaminé de sa folie le jeune Potter ? » clignotait agressivement au dessus de son image s'effondrant sur le sol et criant silencieusement.

Harry se détourna, bien décidé à ne pas provoquer de bagarre, il avait assez d'ennuis comme ça avec son père. Il serra les dents en entendant le ricanement moqueur de Malefoy dans son dos et la seconde suivant il avait devant lui un petit tas de plumes fumantes et nauséabondes.

Le professeur MacGonagall accourut vers lui.

- Je crois que vous avez mis un peu trop d'intensité dans votre sort Monsieur Potter. Essayer de vous concentrer un peu plus.

- Oui, professeur, soupira t il

A ce moment précis un sifflement joyeux se fit entendre et toute la classe vit un merle s'envoler de la table d'Hermione pour aller se percher sur l'armoire au fond de la salle.

- Bien Miss Granger, s'écria le professeur, 20 points pour Gryffondor pour cette métamorphose parfaitement réussie et en un temps record ! Les autres vous vous entrainerez pour le cours d'après demain. Et vous me ferez tous trente centimètres de parchemins sur les règles de métamorphoses animales. Si vous avez le moindre problème, n'hésitez pas à demander de l'aide ! N'oubliez pas que vous présentez vos BUSEs à la fin de l'année et j'attends de chacun de vous une réussite parfaite à l'examen de métamorphose.

Les élèves sortirent en silence du cours.
A peine arrivé au bout du couloir, Ron soupira.

- Je sens qu'on va en entendre parler toute l'année ! On a déjà eu droit au speech sur les BUSEs en botanique tout à l'heure, maintenant pareil en métamorphose... ca va être pareil dans toutes les matières ?

- C'est normal Ron, c'est une année cruciale ! Les BUSEs sont l'examen le plus important de notre scolarité, encore plus important que les ASPICs. Les professeurs veulent juste être certain que tout le monde a bien compris a quel point il est important pour notre avenir de réussir ce passage.

- Pour moi ca veut surtout dire une chose : on va crouler sous les devoirs ! grogna Ron, têtu.

Avant qu'Hermione ne réponde, Harry s'empressa de leur rappeler qu'ils avaient cours de Défense contre les forces du mal avec Ombrage et qu'ils feraient bien de se dépêcher.

- Vous avouerez quand même, insista Ron, que notre emploi du temps craint aujourd'hui ! métamorphose, défense et potion... rien que ca...

- Au moins ce sont des cours simples... on aurait pu avoir double cours de défense et double cours de potion...

- Mouais grogna Ron, bien décidé à ne pas se dérider.

Ils arrivèrent devant la salle de défense juste avant Ombrage et s'installèrent à leurs places habituelles.
Le professeur Ombrage remonta lentement l'allée jusqu'au bureau professoral, dévisageant patiemment les élèves.
Elle s'arrêta au niveau de Malefoy en fronçant les sourcils

- Votre nom jeune homme ?

- Draco Malefoy

- Oh, répondit elle avec un sourire, ses traits se détendant immédiatement, je me disais bien que votre visage ne m'était pas inconnu. Vous ressemblez de façon étonnante à votre père. Lucius est un excellent ami.

Elle reprit son chemin sous le sourire satisfait de Malefoy qui se rengorgeait. Elle s'arrêta également devant Harry et le dévisagea quelques secondes, un sourire moqueur aux lèvres. Elle ne fit cependant aucun commentaire et reprit son chemin jusqu'à son bureau ou elle s'assit majestueusement.

- Bien, bonjour les enfants

Seul le silence lui répondit.

- J'ai dis bonjour les enfants, répéta t elle d'un ton sec, je ne tolérerais pas l'impolitesse.

- Bonjour professeur, marmonnèrent les gryffondors

Leur manque d'enthousiasme passa inaperçu sous les voix claires et hautes des Serpentard.

- Puisque nous n'avons qu'une heure devant nous, nous allons consacrer ce cours à l'exposition des règles. Les règles, mes enfants, permettent de devenir des adultes responsables. Vous savez déjà qu'à la fin de cette année scolaire, vous passerez un examen capital, communément appelé les BUSEs, ce qui signifie Brevet Universel de Sorcellerie Elémentaire. De votre succès à ces examens dépendra votre avenir.

Ron frappa son front sur le bureau.
Le professeur Ombrage marqua un temps d'arrêt, balayant la salle des yeux.

- Les nouvelles directives du ministère sont de vous permettre de réussir ces examens en toute sécurité. Et nous allons nous y employer. Je serais très désappointée, l'année prochaine, si certains d'entre vous n'ont pas au moins un Effort Exceptionnel à leur examen de défense.

- L'année prochaine, intervint Dean Thomas, mais les professeurs ne reste qu'un an en défense, le poste est maudit.

- Ttt ttt ttt! Dans ma classe, M. Thomas, on lève la main avant de prendre la parole. Cette histoire de malédiction est une superstition et j'ai bien l'intention de vous le prouver en étant toujours là l'année prochaine. Les divers professeurs que vous avez eus ne sont restés qu'une seule année car ils n'étaient pas compétents... un loup-garou... une vedette de magazine... un mangemort déguisé...seul le regretté professeur Quirell a laissé un grand vide dans cette école...

- C'est sur qu'il nous manque le professeur Quirell ! Intervint Harry d'une voix moqueuse, c'était un bon professeur ! Je me demande pourquoi il est parti ? Ah oui ! Il avait Voldemort collé à l'arrière de la tête !

- Votre main M. Potter ! Une règle simple que je viens d'énoncer ! Pour en revenir aux cours, nous allons étudier la théorie de chacun des sortilèges qui pourra vous être demandé aux BUSEs, si vous étudiez bien la théorie, vous pourrez exécuter parfaitement le sort lors de l'examen.

Parvati Patil leva la main

- Oui Miss ?

- Patil...Vous voulez dire qu'on ne va pas pratiquer ces sorts pendant l'année ?

- Vous n'en aurez pas besoin. Le ministère estime que la théorie est suffisante afin de garantir le niveau de sécurité que l'on est en droit d'espérer dans une école.

Les élèves s'entreregardèrent.

- Mais, commença Harry

- Votre main ! M. Potter...

Harry soupira de façon audible et leva immédiatement la main. Dolorès Ombrage le regarda un instant avant de se détourner de lui et de reprendre son discours.

- Je disais donc...

- Comment va t on se défendre ? la coupa rageusement Harry

- Votre main ! Je vais tout de même vous répondre M. Potter. Vous défendre ? Auriez-vous peur d'être attaqué dans l'enceinte de notre école ?

- Si on considère que j'ai failli me faire bouffer par un basilic il y a deux ans... Et ma main était levée...

- Ne soyez pas insolent ! Quant à cette histoire Monsieur Potter, elle a été étudiée par notre ministère. Malheureusement nous n'avons pas trouvé assez de preuve pour garder le coupable derrière les barreaux.

- C'est vrai que le ministère est réputé pour chercher des preuves, riposta amèrement Harry.

- Mais, continua Ombrage sans relever l'intervention, je peux vous assurer que cette école est de nouveau sure et que vous ne risquez absolument rien.

- Et dehors ? s'énerva Harry

- Dehors ? mais il n'y a aucun danger dehors, M. Potter

- Non, répliqua ironiquement Harry, juste Voldemort.

La majorité de la classe eut un long frisson à l'instar du professeur.
Dolores Ombrage se leva lentement les yeux fixés sur Harry et contourna son bureau pour se retrouver face à la classe. Un sourire hypocrite se dessina sur ses lèvres.

- Mes enfants, que les choses soient bien claires dans vos esprits. Certaines personnes, en mal de publicité et de célébrité, se sont servies du drame affreux qu'à été la mort accidentelle de Mr Diggory pour vous faire croire des sornettes. Il n'y a aucun mage noir qui vous attend à l'extérieur. Il n'y a aucun groupe armé et occulte qui pourrait chercher à vous nuire.

- Ben tiens, siffla Harry, exaspéré, malgré les coups de coude que lui donnait Hermione

- Je ne tolérerais pas l'insolence Monsieur Potter, piailla Ombrage d'une voix suraigüe


Elle toussota pour reprendre contenance et repris de sa voix douce de grand mère.

- Mes enfants, si qui que ce soit s'amuse à vous effrayer en vous promettant milles dangers, vous ne devez surtout pas vous laisser impressionner. Vous devez venir immédiatement m'en parler et je mettrais un terme à cette mascarade macabre.

- Votre comportement est criminel, s'emporta Harry, vous leur faites croire que tout va bien et quand ils vont sortir ils vont se retrouver plongé au milieu de la guerre sans y être préparés ! Pourquoi vous ne les emmenez pas vous-même à Voldemort !?

- Celui dont on ne doit pas prononcer le nom est mort Monsieur Potter ! Il n'est revenu que dans votre esprit dérangé et dans les manigances d'un vieux fou pour s'emparer du pouvoir !

- Vous racontez n'importe quoi ! Il est revenu ! Il a tué Cédric ! J'étais là ! Je l'ai vu !


Ombrage sembla sur le point d'exploser de fureur mais elle se contint. Elle retourna posément derrière son bureau et s'assit. Elle croisa les mains et appuya délicatement son menton sur celles-ci.
Puis elle fit un sourire serein et calmement annonça :

- Retenue, monsieur Potter.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site