chapitre 05

Dementia s'étira de tout son long et se pencha hors du lit pour regarder l'heure : 10h30. Ah... quand même... Son père avait du noter son absence...
Pas plus perturbée que ça à cette perspective qui aurait fait frémir Harry de terreur, elle bailla sans faire un geste pour se lever.
Un bras musclé l'attira contre le corps encore chaud qui se trouvait à ses cotés.

- Bien dormi ?

- Hmmm oui, ronronna t elle

- Tu as vu l'heure ? Tu ne devrais pas rentrer ?

- Tu es en train de me fiche à la porte !

- Non, répondit l'homme avec un petit rire, je ne veux pas que tu t'attires des ennuis voila tout.

- Hmm des ennuis, j'en ai déjà... peu importe

Elle se tourna vers son partenaire et commença à l'embrasser, doucement d'abord, puis plus fougueusement.
Très vite, il répondit à son étreinte et elle sut qu'elle aurait encore un peu plus de retard.

45 minutes plus tard, appuyée sur le torse de son compagnon, elle suivait d'un doigt léger les tatouages de ce dernier. Elle rit doucement, lui faisant hausser un sourcil interrogateur.

- Je me disais que le proverbe moldu est tout à fait exact...

- Quel proverbe ? demanda t il

- Les ex taulard font vraiment des merveilles au lit !

Il éclata de rire. Il redevint toutefois sérieux très vite.

- Je ne suis pas sur qu'on ait eu une bonne idée...

- Tu n'avais pas l'air de t'en plaindre il y a cinq minutes

- Je suis sérieux Demi, j'ai le même âge que ton père.

- Ce qui fait en fait moins de vingt ans d'écart.

- Moui....vu sous cet angle...

- On s'en fiche, non ? Ce qui compte c'est qu'on s'amuse bien. Je sors d'un divorce pénible et toi on ne peut pas dire que la vie t'ai fait des cadeaux, alors pourquoi est ce qu'on va aller se pendre la tête ? La vie est courte.

- C'est ta philosophie ?

- C'est ma philosophie, oui.

- Toi et ta philosophie allez me manquer quand tu seras à Poudlard.

- Sirius, je ne suis pas une élève j'en sortirais autant que je le voudrais.

- Tu prendras soin d'Harry

- Tu sais bien que oui

- Servilus... pardon, Rogue a tendance à être d'une sévérité un peu extrême...

- Arrêtes de t'inquiéter... Donne-moi plutôt une bonne raison de rester un peu plus longtemps...

Sirius gémit d'un air mélodramatique avant de prendre un air faussement résigné et de la faire basculer sur le lit, se plaçant au dessus d'elle, prêt à honorer sa réputation d'ex tombeur de Poudlard et d'ex taulard.

***

Harry n'osait pas poser de question à son père. Dementia n'était toujours pas rentrée, ni n'avait donné de signe de vie. Le déjeuner s'était déroulé dans la même ambiance lugubre que le petit déjeuner.
Hermione et Ron n'allaient pas tarder à arriver. Du moins Rogue n'avait pas annulé leur venue.
Assis sur son lit, Harry lisait son livre de DCFM. Un coup bref fut tapé à sa porte et Rogue entra.

- Demi est rentrée ? demanda Harry

- Non, mais ce n'est pas pour ça que je suis là. Je veux te parler de la journée d'aujourd'hui. Tes amis vont venir, comme prévu. Mais les règles ne changent pas. Tu me demande la permission pour aller où que ce soit, vous ne sortez pas du parc et tu n'oublie ni de me nommer père, ni de me manifester le respect que tu me dois.

- Oui père.

- Amis ou pas, je n'hésiterais pas à te corriger, même devant eux.

Harry déglutit avec difficulté en acquiesçant. Il savait que Rogue était sérieux. Qu'il n'hésiterait pas une seconde à l'humilier devant Ron et Hermione. Où était Dementia quand on avait besoin d'elle ?
Il se jura de garder son calme, de ne pas s'emporter et surtout, surtout, de ne pas répondre à Rogue, sous aucun prétexte.
Satisfait de la réaction de son fils, Rogue redescendit au laboratoire, afin de méditer sur les différentes tortures qu'il pourrait faire subir à cette saleté de gamine une fois qu'il lui aurait remis la main dessus.

A 14h précise, Ron et Hermione arrivèrent. Harry s'empressa d'aller leur ouvrir.
Il fut aussitôt envahit sous une touffe de cheveux bruns qui lui donnait des coups tout en le serrant dans ses bras.

- Hermione ? Calme-toi... Je vais très bien...

- Tu étais où ?

- Chez Dean.

Ron leva les yeux au ciel et poussa Hermione sur le coté avant de serrer brièvement son ami dans ses bras.

- Ça va vieux ?

- Oui, je suis content de vous voir.

- Où est le professeur Rogue ? demanda Hermione

- Dans son labo...

- On devrait aller le saluer, viens Ronald

- Euh Hermione... Je ne sais pas... il n'est pas de bonne humeur, protesta Harry

- C'est la moindre des politesses Harry

Soupirant, Harry alla taper à la porte du laboratoire, suivi de ses amis.

- Entrez, répondit Rogue d'un ton sec

Harry ouvrit lentement la porte.

- Père ?

- Dementia est rentrée ?

- Euh, non père. Hermione et Ron voulaient juste vous saluer et je voulais vous demander l'autorisation d'aller dans le parc

- Jeunes gens, les salua Rogue avec un signe de tête en réponses à leurs timide « bonjour professeur », oui vous pouvez aller dans le parc, dit il en se tournant vers Harry, mais viens me prévenir en cas de problème.

Harry hocha machinalement la tête, s'attirant un regard noir de Severus

- Oui père, s'empressa t il de répondre avant de refermer la porte.

Les trois amis se rendirent dans le parc, après un détour par la bibliothèque où Hermione, la bouche ouverte, avait choisit un livre pour s'occuper lorsque les garçons joueraient au Quidditch.
Pour l'heure, ils s'installèrent contre un arbre pour discuter des derniers évènements.

- Père, demanda Ron un sourcil levé

- Je n'ai pas le choix Ron

- Oui je m'en doute, mais ça fait bizarre. Tu vas devoir l'appeler comme ça en cours aussi ?

- Je sais pas, il ne m'en a pas parlé. Et je n'ose pas lui demander.

- Pourquoi ? Au pire il t'enverra balader, répliqua Hermione

Harry leva les yeux sur elle sans répondre. Ils comprirent instantanément que le pire, chez Rogue, était bien pire que les mots.

- Putain de merde, jura Ron entre ses dents, s'attirant un regard noir d'Hermione.

- Bon, on parle de quelque chose de moins morbide, demanda Harry, un sourire crispé aux lèvres

- Bien sur, s'empressa de répondre Hermione

Ron acquiesça mais son regard était très clair. Il disait à Harry : si tu as besoin de parler, n'hésite pas, je suis là.

- Harry, demanda Hermione, c'est qui Dementia ?

Harry eut un vrai sourire.

- Quelqu'un qui ne va pas tarder à avoir les pires ennuis de la terre. C'est la fille de Rogue.

- Rogue a une fille ? Qui a été assez folle pour lui faire une gamine ? railla Ron

- Je ne sais pas, c'est un secret encore mieux gardé que la pierre philosophale. Cela dit elle me rappelle quelqu'un. Mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus.

- Et elle est où ? demanda Ron

- C'est toute la question, répondit Harry, soudain inquiet, elle n'est pas rentrée au manoir hier soir. J'espère qu'il ne lui ait rien arrivé.

- Arrivé quoi à qui ? demanda une voix enjouée derrière eux.

Les trois amis sursautèrent et se penchèrent pour regarder derrière l'arbre.

- Tu vas te faire assassiner, remarqua Harry avec un sourire soulagé.

- Il a remarqué mon retard ?

- Si tu tiens à la vie, ne lui parle pas de retard, se moqua le jeune homme. Quand on est en retard quelque part, on y vient quand même.

- Présente moi tes amis au lieu de dire des bêtises, s'amusa la jeune femme en se laissant tomber à coté d'Hermione.

- Ron et Hermione, je vous présente Dementia, ma future défunte sœur.

Dementia lui fit une grimace. Ils discutèrent un moment. Puis les garçons firent une partie de Quidditch, laissant les filles entre elles.
Un orage d'été éclata, les obligeant à rentrer précipitamment.
Harry et Ron entamèrent une partie d'échec, tandis qu'Hermione se blottissait dans un fauteuil avec son livre.
La porte du labo claqua et les pas de Rogue retentirent dans le couloir.

- Aie, commenta Harry

Severus entra dans le salon et eu un mince sourire en les voyant installés.

- Je venais voir si tout allait bien. Excellent choix Miss Granger, dit il en voyant le titre du livre d'Hermione

- Salut pa', claironna Dementia du coin de la pièce où elle buvait son thé.

Rogue sursauta et se tourna vers elle.

- Tu vas bien ?

- Evidemment

- Tu n'as rien ?

- Que voudrais tu que j'aie ?

- A part des ennuis, chuchota Harry avec une pointe d'angoisse, nettement moins amusé maintenant que la réalité les rattrapait, s'attirant un regard froid de Rogue et un moqueur de Dementia

- Bien... Labo... tout de suite !

Dementia haussa les épaules et se dirigea calmement vers le labo de son père sous le regard inquiet et effrayé d'Harry.
Rogue lui emboîta le pas et la porte du labo claqua sur eux.
Dementia se pencha sur le bord du bureau. Elle eut le bon goût de prendre un air désolé.
Rogue claqua la porte du labo de toutes ses forces avant de poser une main dessus et de fermer les yeux.

- Tu es en colère, fit remarquer Dementia

- Crois tu ? répliqua t il sèchement

Il se tourna vers elle, le regard dur.

- J'attends tes explications

- Je suis passée voir Marc

- Toute la nuit ? Tu me prends pour un cracmol ?

- Ne hausse pas le ton, protesta t elle sur un ton froid

- J'attends une réponse, cria Rogue

- Je ne suis pas Harry ! Tu ne m'impressionnes pas !

- Réponds !

- Il voulait le nom de ma mère ! Hurla Dementia

Rogue referma la bouche, ravalant sa fureur devant le regard flamboyant de sa fille.

- Oh

- Oui, oh, papa ! Et dès qu'il a vu le nom : surprise ! Il m'a laissé partir... comme les autres !

- Demi

- Combien encore ? Combien d'hommes vont prendre la fuite ? Combien d'écoles vont me refuser ? hein ? Combien de portes vont se fermer devant moi ?

- Dementia !

- Non, vas y, dis moi, combien de temps vais-je vivre avec toi parce qu'on refuse de me vendre quoi que ce soit du moment que l'on sait quel sang coule dans mes veines ?

- Ca ne te donne pas le droit de disparaître en me laissant me faire un sang d'encre.

- J'ai 19 ans passés. Je me suis mariée deux fois. J'ai pris mes responsabilités ! Quand as-tu pris les tiennes ? C'était responsable de me laisser venir au monde ?

- Je ne te permets pas...

Dementia le repoussa violement sur le coté et sortit du laboratoire, Rogue à sa suite. Ils se retrouvèrent dans le salon, où se trouvaient toujours, Harry, Ron et Hermione.

- Alima !

Le petit elfe apparut aussitôt.

- Oui maîtresse Demi ?

- Soit un amour et prépare moi quelques affaires, apporte les moi où tu sais et emballe les autres pour les envoyer à Poudlard.

Alima disparut aussi vite qu'elle était arrivée. Dementia raviva le feu d'un geste de sa baguette et ouvrit un pot sur la cheminée. Elle jeta un peu de poudre dans l'âtre et les flammes devinrent vertes.

- Qu'est ce que tu fais ? demanda Rogue

- Je ne suis plus une enfant à surveiller, papa. J'ai grandi sans que tu t'en aperçoives. Je suis désolée si tu te sens coupable de ne pas avoir été assez présent pour m'élever mais ta culpabilité n'est pas mon problème.

- Et que comptes tu faire

- Ne te fais pas de soucis. Tu vois je te préviens. Je ne rentre pas ce soir. Ni demain. Ni probablement les autres jours. On se verra à Poudlard dans un mois !

Avant de laisser qui que ce soit émettre une objection, elle entra dans la cheminée et jeta une poignée de poudre de cheminette.

- Chaudron baveur !

Elle disparut dans un tourbillon. Les flammes vertes vacillèrent un instant puis le feu reprit sa couleur orangée.

Le silence retomba sur la pièce. Harry, blanc comme un linge regardait alternativement Rogue et la cheminée comme s'il attendait que Demi réapparaisse et éclate de rire en disant qu'elle les avait bien eu.
Ron et Hermione fixaient le sol sans rien dire.
Rogue sembla soudain sortir de sa torpeur et leur jeta un regard froid.

- Fichez moi le camps de là. Allez dans la bibliothèque ou dans ta chambre Harry.

- D'accord, murmura celui-ci en se levant

Rogue le saisit par le bras et le retourna face à lui, lui arrachant un gémissement de douleur.

- D'accord ?

- Père ! D'accord père ! pardon !

Le maître des potion le propulsa vers les escaliers et se servi rageusement un whisky pur feu avant de se laisser tomber dans le fauteuil.

Les trois adolescents allèrent se réfugier dans la chambre d'Harry.
Au bout de quelques minutes, Hermione brisa le silence

- Fais moi voir ton bras Harry.

Le jeune homme remonta la manche de son pull en grimaçant. Malgré l'épaisseur des vêtements, une marque rouge barrait son bras et on pouvait voir qu'elle commençait déjà à former un bleu.

- Il a une sacrée poigne, murmura Ron

- Va mouiller ça avec de l'eau froide Ronald, dit Hermione en lui tendant un T-shirt propre.

Ron s'exécuta aussitôt. Hermione pressa doucement la main de Harry en signe de réconfort.
Dès que Ron fut revenu avec le linge mouillé, elle l'appliqua sur le bras d'Harry. La fraîcheur soulagea immédiatement la douleur.

- Qu'est ce qui s'est passé ? demanda Hermione

- J'ai oublié de l'appeler père, soupira Harry

- Non, je veux dire avec Dementia. Comment ils en sont arrivés à se hurler dessus ? Et à ce que Dementia s'en aille ?

- Je sais pas.

- Et on s'en moque, s'écria Ron, bon sang Hermione ! Il s'en est prit à Harry ! Physiquement ! Et pour rien, parce qu'il n'a pas eu le dernier mot avec sa fille ! Harry il faut prévenir Dumbledore.

- Dumbledore ne fera rien Ron

- Tu n'en sais rien.

- Il est déjà au courant. Et il ne fait rien. Il m'a ramené ici après ma fuite alors qu'il savait ce qu'il s'était passé et ce qui allait m'arriver...

Ron et Hermione restèrent sans voix.

- Et Sirius ? demanda Hermione d'une toute petite voix

- Il est au courant aussi.

Hermione serra Harry dans ses bras.

- Il va se calmer, Harry. J'en suis sure. Tout va bien se passer.

- Et puis vieux, ma mère a déjà décrété que tu devais rester chez nous souvent, elle va en parler à Rogue. Ne t'inquiète pas.

Harry leur sourit.

- Je ne m'inquiète pas ! Mais je me demande où est Dementia.

- Elle à du aller chez une amie, tenta de le rassurer Hermione. Ou prendre une chambre au chaudron baveur.

Harry acquiesça d'un air songeur, sans perdre totalement son regard inquiet.

 

***


Sirius ouvrit la porte pour tomber nez à nez avec une Dementia trempée comme une soupe.

- Oh ! Une poule mouillée !

Sa tentative de plaisanterie tomba à plat quand il vit les yeux de Dementia.

- Tu as pleuré.

Ce n'était pas une question. Dementia ne chercha pas à le détromper.

- C'est Harry ?

- Non, il va bien

- Alors quoi ?

- Je me suis disputée avec mon père.

Sirius du se mordre l'intérieur des joues à s'en faire pleurer pour ne pas rétorquer qu'à son avis il était impossible de ne pas se disputer avec Rogue.
Après tout on parlait d'un type égocentrique, égoïste, plongé jusqu'au cou dans la magie noire, qui croyait avoir toujours raison...
Il retira sa veste à la jeune femme.

- Tu vas commencer par te sécher et boire quelque chose de chaud. Je vais demander à Kreatur de te préparer une chambre. Bien que si j'ai mon mot à dire, tu seras très bien dans la mienne...

Dementia esquissa un demi sourire. Sirius aboya quelques ordres à Kreatur qui s'exécuta en grommelant comme à son habitude.
Sirius conduisit la jeune femme à la cuisine, l'assit d'autorité a coté du poêle allumé et lui servit un chocolat chaud en deux coups de baguette.
Dementia regarda le contenu de sa tasse d'un air septique sans le porter à ses lèvres.

- C'est bourré de calories ton truc

- Bois Demi, soupira Sirius

Avec une grimace éloquente, Dementia avala une gorgée du chocolat.

- Sirius...

- Ta chambre sera bientôt prête, tu n'as pas besoin de m'expliquer quoi que ce soit

- On s'est disputé assez violement. J'étais en colère que Marc ait accepté le divorce sans broncher.

- Ce n'est pas ce que tu voulais, demanda Sirius en fronçant les sourcils

- Si, répondit Demi, mais pas comme ça. Pas parce que je le dégoûte...

- Qu'est ce que tu raconte ?

- Marc a appris quelque chose. Quelque chose me concernant. Et dès qu'il l'a su, il n'a plus rien voulut avoir à faire avec moi.

- Tu te fais des idées Demi.

- Je ne peux pas rester ici sans...

- Sans quoi ?

Dementia sembla réfléchir quelques instant et prendre une décision. Les larmes commencèrent à couler sur ses joues.

- Il faut que je te parle Sirius... A propos de mes origines
- Je suis au courant

- Je sais que ça vas te faire un choc mais... quoi ?

- Demi, soupira Sirius, je suis de la même promo que ton père et je me souviens parfaitement du jour où elle a débarqué dans la grande salle pour te coller dans les bras de Rogue. Tu es resté une semaine à Poudlard. La seule semaine de notre scolarité où on lui a fichu la paix. On avait presque pitié de lui... Tu avais une de ces endurances dans les hurlements...

- Donc tu savais

- Oui

- Et ça ne te fait rien

- Non

Dementia resta silencieuse un moment, digérant l'information. Elle aurait du s'en douter... Tous ceux qui étaient à Poudlard à cette époque devaient être au courant de l'affaire.

- Alors, intervient Sirius, la tirant de ses réflexions, que vas-tu faire ?

- Tout de suite ? Dormir. Demain Harry est invité à déjeuner chez les Weasley et mon père m'a cédé sa place. Ensuite j'irais passer une semaine en France chez maman Isa et oncle Charlus.

- Le couple qui t'a élevée ?

- Y a-t-il quelque chose que tu ignores ?

- Que veux tu, je suis un génie !

Le génie se prit un coussin en travers de la figure.

 


***

 


Le lendemain, Dementia transplana au manoir. Harry faisait ses devoirs dans la bibliothèque.

- Salut !

Il fit un bond spectaculaire et se tourna vivement vers elle.

- Tu es revenue !

- Non, je passe juste te prendre pour aller déjeuner chez les Weasley, comme prévu

- Je ne sais pas s'il sera d'accord, murmura Harry en baissant la tête, il n'est pas de très bonne humeur.

- Va le chercher s'il te plaît.

Harry soupira et se dirigea vers le laboratoire avec l'air d'un condamné se rendant à son exécution.
Il frappa doucement à la porte.

- Entre !

- Père, Demi est venue me chercher pour le repas chez les Weasley.

Rogue interrompit son travail et monta au salon, suivit d'Harry.

- Où étais tu ?

- Peu importe. Veux tu que j'accompagne Harry du coté moldu cet après midi ?

- Volontiers. L'argent moldu est dans mon bureau.

- Bien. Alors nous y allons. Au fait, je pars en France ce soir.

- J'aurais du m'en douter, marmonna Rogue, j'aurais de la chance si je ne reçois pas une beuglante d'Isabelle. Quant à toi, dit-il à Harry soudain sévère, tiens toi correctement et obéis à ta sœur si tu ne veux pas être à nouveau puni.

Harry hocha la tête. Rogue fit un pas en avant et le jeune homme recula précipitamment contre Demi.

- Père. Oui père, s'empressa t il de répondre.

Dementia fronça les sourcils mais ne dit rien. Elle récupéra l'argent moldu et entraîna Harry dehors pour transplaner à quelques centaines de mètres du terrier.

- Ça va Harry ?

- Hmmm, marmonna le jeune homme

- A ce point ?

Harry haussa les épaules, fataliste.

- Tu étais où ? demanda t il

Dementia hésita une seconde

- Tu peux garder un secret ?

- Bien sur, s'indigna t il

- Chez Sirius.

- Non !?

- Si.

Harry retrouva instantanément le sourire. Son parrain et Demi ! C'était génial. Rogue en ferait une attaque s'il l'apprenait. Et s'il faisait une attaque, Demi aurait sa garde. Et il vivrait avec Sirius... Il secoua la tête, il se laissait emporter par son imagination... Rogue n'était pas encore mort...

- Donc tu vas rester chez lui, réalisa t il soudain, tu ne rentres pas au manoir ?

- Non, je vais une semaine en France. Ensuite une semaine à new York voir des créateurs de mode pour le journal. Ensuite il ne restera que 15 jours avant la rentrée des professeurs, on se retrouvera à Poudlard. Je viendrais pour ton anniversaire la semaine prochaine, avant de partir à New York.

Harry sourit. Apres tout, Rogue allait bien finir par se calmer et il suffisait qu'il se tienne tranquille. Peut être s'il lui demandait de l'aide pour son devoir de métamorphose...

Dementia le tira de ses pensées en lui signalant qu'ils arrivaient au terrier.
Ils avaient à peine mit un pied dans la cours que Mme Weasley sortit de sa cuisine et se précipita sur Harry comme un missile à tête chercheuse.
Elle le serra dans ses bras à l'étouffer.

- Harry, mon chéri, tu vas bien ?

- Oui madame.

- Tu es sur ? Il te nourrit suffisamment ?

- Oui madame, répondit Harry tandis que Demi dissimulait son fou rire derrière une soudaine quinte de toux.

Madame Weasley se tourna vers la jeune femme, le visage soudain vide de toute expression.

- Dementia, bonjour.

- Bonjour, madame Weasley

Harry fronça les sourcils. Madame Weasley, d'ordinaire si avenante avec tout le monde, était aussi froide avec Demi qu'elle ne l'avait été avec Hermione l'année précédente lorsqu'elle avait cru les horreurs de la gazette.
Il n'eut pas le temps de poser de questions à Demi, Ron et Hermione lui avaient sauté dessus.

- Tu vas bien Harry, demanda Hermione dès qu'ils furent seuls

- Oui, la rassura t il, tout va bien

Il mourrait d'envie de leur raconter pour Demi et Sirius, mais il n'osait pas le faire sans l'accord de la principale concernée.

A table, Dementia proposa à Ron et Hermione de les accompagner du coté moldu. Hermione envoya un hibou à ses parents pour leur demander l'autorisation.
Mrs Weasley refusa tout net que Ron les accompagne. Les protestations du jeune homme et les supplications de Harry et Hermione n'y changèrent rien.

En fin d'après midi, Dementia donna le signal du départ et Harry et Hermione, qui avait reçu une réponse positive, se préparèrent à partir.

- je te ramènerais des trucs moldus, promis Hermione à Ron qui boudait et refusait d'adresser la parole à sa mère.

Dementia les fit transplaner au chaudron baveur et ils sortirent dans le Londres moldu.

- Bon, on cherche des jeans, des T-shirts, des pulls... où on va ? demanda Demi

- A Londres, le meilleurs endroit pour ça, c'est Harrods, c'est sur Bromptom Road, décréta Hermione.

Au bout de quelques minutes de marche, ils entraient dans le complexe de magasins.

- Bon, chacun sa vie et rendez vous ici dans une heure, décida Demi

Harry, qui avait craint que les filles ne le conseillent sur ses achats fut soulagé de voir tout le monde s'éparpiller.
Une heure plus tard, ils se retrouvaient devant les caisses.
C'est sans surprise qu'Harry constata qu'Hermione avait acheté des livres, mais aussi un cardigan pour elle-même et une écharpe et un assortiment de friandises pour Ron.
Harry avait prit 4 jeans, 6 Tshirts, 3 chemises, 2 pulls et des sous vêtements.
Enfin Dementia avait acheté une robe et un manteau pour elle-même, deux jeans et trois chemises pour homme et un livre intitulé « je suis grognon mais je me soigne ».
Harry haussa un sourcil interrogateur.

- Un cadeau pour papa, expliqua t elle

Harry pali très nettement, ayant l'impression que cette histoire allait encore lui retomber dessus.

- Jolies chemises, se contenta t il de dire

- C'est pour Sirius, il peut difficilement aller faire les boutiques...

Les yeux agrandis par la surprise, Hermione articula silencieusement « Sirius et Demi ? »
« Je t'expliquerais » répondit Harry sur le même ton.

Dementia paya les achats, malgré les protestations d'Hermione, et ils reprirent la direction du chaudron baveur.

- Quelqu'un a besoin de quelque chose sur le chemin de traverse ?

- Non, répondirent en cœur Harry et Hermione.

Dementia ramena d'abord Hermione puis transplana chez Sirius avec harry.

- Tiens Black ! De quoi ressembler à quelque chose, lança malicieusement Dementia en jetant le paquet à Sirius.

Ce dernier sourit en l'embrassant avant de se tourner vers harry.

- Alors ? Il y a eu carnage au manoir Rogue ?

- Et attends de voir le livre, soupira Harry

Sirius piqua un vrai fou rire en lisant le titre et se désespéra de ne pouvoir voir la tête qu'allait faire son vieil ennemi.
Après une bonne heure, Dementia embrassa une dernière fois Sirius.

- A dans une semaine !

- Amuse-toi bien.

De retour au manoir, elle offrit le livre à son père et s'empressa de fiche le camp avant qu'il n'ait le temps de l'ouvrir.
Apres avoir lu le titre, Rogue jeta un regard froid à Harry qui leva les deux mains en signe de défense.

- J'ai essayé de la dissuader !

Rogue haussa les épaules et jeta le livre sur le canapé.

- Tu as trouvé ce dont tu avais besoin ?

- Oui père, merci.

Harry hésita une seconde.

- Père ?

- Oui ?

- Demi a proposé à Ron et Hermione de nous accompagner mais madame Weasley a refusé de laisser Ron venir. Et elle était bizarre avec elle. Qu'est ce qu'elle a contre Demi ?

- Je ne sais pas Harry

Et Harry eut à cet instant la certitude que son père lui mentait.

- Montes ranger tes affaires, ordonna Rogue qui sembla soudain bien plus âgé et fatigué que ses 34 ans.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×