chapitre 21

Sans attendre la réponse de Ron, Harry dévala les escaliers menant à la salle commune. Le rouquin s'élança à sa suite et le rattrapa au moment où il s'apprêtait à franchir le portrait.

- Attend ! Harry, qu'est que tu fiches !

- Dumbledore ! Il faut prévenir Dumbledore, gémit Harry

- mon vieux, répondit Ron, il est 3 heures du matin, le directeur n'est pas dans son bureau a cette heure ci. Il vaut mieux prévenir la vieille MacGo ou Rogue, ou Demi...

Harry se raidit au nom de Rogue mais acquiesça à celui de Demi. Il remonta en courant à son dortoir, sans se soucier d'avoir réveillé en sursaut Seamus, Dean et Neville.
Pendant que Ron expliquait la situation à leurs camarades de dortoir, Harry étudiait frénétiquement la carte.

- Y'a personne, gémit il

- comment ça y'a personne ?

Ron lui arracha la carte des mains et la parcourut à toute vitesse. Il dut se rendre à l'évidence, Ni Minerva MacGonagall, ni Albus Dumbledore, ni Demi ne semblaient être présents dans le château.

- Rogue est dans ses quartiers, constata t il

- Je ne peux pas y aller.

- quoi ?

- Il ne veut plus me voir. Il a dit que si j'y retournais il me battrait.

- On n'a qu'à aller chercher quelqu'un d'autre !

- Et qui ? Tous ceux qui savent pour Sirius sont absents. Les autres le livreraient probablement au ministère.

- pas sans en parler à Dumbledore, objecta Ron

- On ne peut pas prendre ce risque. On n'a pas le temps d'attendre.

- Ecoute, allons voir Rogue. Je viendrais avec toi, ajouta t il en voyant Harry secouer la tête, on lui expliquera la situation.

- Il ne nous écoutera pas. Il va me punir, m'enfermer et refuser d'écouter et Sirius restera en danger...

Harry regarda sa baguette, posée sur la table de nuit. Il n'hésita qu'un quart de seconde. Sirius était tout ce qu'il avait et il était à ses yeux bien plus un père que celui que la loi considérait comme tel.

- J'y vais.

- hein, sursauta Ron, où ça ?

- au ministère. Je vais chercher Sirius.

- Harry...

- non Ron, la seule façon de m'en empêcher ce serait d'aller prévenir Rogue. Et tu sais ce qu'il me fera ?

Ron hésita une seconde, scrutant le regard déterminé de son meilleur ami.

- Je vais chercher Hermione, soupira t il

- fais vite, souffla Harry.

Protester ne lui vint même pas à l'esprit, il savait Ron aussi têtu que lui, et il éprouvait un certain réconfort à l'idée de ne pas partir seul.

- Harry ?

- oui Dean ?

- Ecoute, on n'a pas tout comprit, sur Sirius Black, le fait qu'il soit innocent et tout ça... mais on a confiance en toi mon vieux, alors on voudrait venir t'aider.

- ça va être sûrement dangereux...

- Si tu sais qui est revenu, répliqua sombrement Neville, tout va devenir dangereux...

Harry acquiesça et les remercia. La porte s'ouvrit à nouveau sur Ron, suivit de Parvati et Hermione.

- Harry, murmura la jeune femme, tu es sur de vouloir y aller ? Je pourrais aller chercher Rogue toute seule...

Harry secoua la tête. Et Hermione capitula. Elle venait d'avoir la même conversation avec Ron et ils en avaient conclu tous deux qu'Harry se mettrait en danger seul s'ils essayaient de prévenir son père. Ils préféraient de loin l'accompagner.

- Parvati vient avec nous. Lavande est à l'infirmerie et Ron n'a pas réussi à réveiller toute la tour en hurlant Hermione du bas des escaliers...

La remarque d'Hermione n'arracha même pas un rictus à Harry et Ron n'eut pas même le cœur de protester.

- On est donc sept, constata l'adolescent. Comment on va là bas ?

- Si on arrive à sortir de Poudlard sans se faire prendre, il suffira d'appeler le magicobus, soupira Hermione.

Harry se pencha et saisit une bourse pleine d'or. Il regarda la carte et constata, sans surprise vue l'heure tardive, qu'il n'y avait plus ni préfet, ni professeur qui rodaient dans les couloirs du château. Le passage de la sorcière borgne était libre d'accès.

- Venez, je sais comment rejoindre Pré au lard.

- Harry !

- quoi !

- On se retrouve tous en bas dans cinq minutes. On ne va pas aller là bas en pyjama. Habillez-vous chaudement, pas de cape, ça risquerait de nous gêner.

Les filles se précipitèrent dans leur dortoir pour se changer tandis que les garçons s'habillaient rapidement.
Moins de cinq minutes plus tard, après un dernier regard sur la carte des maraudeurs, le groupe d'adolescents sortis silencieusement et se dirigea vers le couloir où se trouvait le passage secret vers pré au lard.
Ils n'eurent aucun mal à l'atteindre et se glissèrent silencieusement dans le passage, Harry fermant la marche, les yeux fixé sur la carte. Il ne rangea celle ci qu'une fois a l'abri du souterrain.
Une dizaine de minutes plus tard, plus silencieux que jamais, les adolescents pénétrèrent dans la cave de honneyduke.

- Comment on va sortir d'ici, paniqua Harry à voix basse

- alohomora, souffla Hermione

- tu es sure ?

- oui, le propriétaire habite au-dessus du magasin, ils ne pourront pas détecter le sort.

- mais la trace ?

- Harry ! Fais-moi confiance. Tu veux vraiment qu'on parle de comment fonctionne la trace maintenant ?

- non. Vas-y.

Hermione attendit que tout le monde soit sortit du magasin et referma soigneusement la porte, avant de lever sa baguette pour appeler le magicobus qui apparut quelques minutes plus tard dans un affreux craquement.
Ils se hâtèrent de monter et Harry leur fit signe d'aller au fond du bus.

- Salut Stan, 7 allers pour Londres, rue Gaterway s'il te plait.

- Ca marche ! Alors ? On fait le mur.
- Oui, intervint Hermione, avec Ombrage au château, on a besoin de décompresser.

- pas moi qui critiquerais, marmonna le jeune homme en empochant l'argent que lui tendait Harry en échange des billets.

Harry et Hermione rejoignirent le reste du groupe au fond du magicobus et se cramponnèrent de leur mieux tandis que ce dernier accélérait brusquement.
Le magicobus fit deux arrêts (l'un a Birmingham et l'autre à Liverpool) avant que Stan n'annonce :

- prochain arrêt : Londres

- Ce doit être un dérivé du transplanage, marmonna Hermione

- on s'en fout, grogna Ron

- Je me déstresse comme je peux, siffla la jeune fille sans lever les yeux vers son ami

Sans prévenir, le magicobus pila net et les adolescents furent projetés au sol dans un enchevêtrement de bras, de jambes et de pieds de chaises.

- Londres, annonça calmement Stan, récoltant un regard noir des passagers.

Harry descendit le premier, suivit de tous ses camarades.

- Amusez-vous bien, lança Stan en jetant un regard d'envie à la discothèque devant laquelle il venait de déposer le groupe d'adolescent.

Harry lui fit un sourire factice et le groupe attendit que le magicobus disparaisse pour s'éloigner des abords de la discothèque.

- Hermione? C'est loin d'ici?

- non, si Ron ne s'est pas trompé de rue, on est juste à coté.

- non, je ne me suis pas trompé, soupira Ron, mon père m'a déjà emmené par l'entrée des visiteurs parce qu'il trouvait ca marrant. La rue a un nom bizarre, je ne l'aurais pas oublié.

Hermione hocha la tête et indiqua un boulevard transversal à Harry. Le groupe d'adolescent s'y engagea et suivirent Ron et Hermione jusqu'à une cabine téléphonique.

- C'est là.

- la? Demanda Harry d'un ton sec, tu te fous de moi Ron?

- tu t'attendais à quoi, riposta le rouquin, à une pancarte: ministère de la magie, moldus fermez les yeux???

Harry grommela quelque chose d'incompréhensible tandis que Ron donnait une série de chiffre à Dean.

- On ne rentrera pas tous dans la cabine. Harry, Hermione, Parvati et moi allons passer en premier ; Des qu'on est descendu, entrez dans la cabine et composez ces numéros. On vous attendra en bas.

Dean acquiesça et Ron rejoignit Harry et les filles dans la cabine. Ils étaient un peu serrés mais les filles étaient petites et fines et Harry lui-même n'était pas bien grand.
Ron tendis le bras par-dessus la tête de Parvati et composa les 6 numéros qui ouvraient le passage vers le ministère.

A peine le numéro composé, la cabine descendit sous terre, tel un ascenseur, laissant à la surface une cabine identique. La descente fut brève et les quatre adolescents se retrouvèrent très vite dans le hall désert du ministère.

- c'est bizarre qu'il n'y ait pas de garde, murmura Harry

- Des gardes ? Pourquoi faire ? demanda Ron. C'est la nuit...

Harry haussa un sourcil incrédule et jeta un regard à Hermione qui haussa les épaules. Ce n'était pas vraiment le moment de débattre du manque de rigueur des sorciers en ce qui concernait la surveillance des bâtiments publics...
Dean, Neville et Seamus descendirent à leur tour.

- Vous en avez mis du temps ! grogna Harry

- On a du attendre qu'un groupe de moldu passent...et comme ils étaient bourrés, ça a prit un certain temps, expliqua Neville.

- bon, coupa Hermione avant qu'Harry ne réponde vertement à leur ami innocent, où doit-on aller Harry ?

L'adolescent se mordit les lèvres d'un air nerveux.

- Harry, insista Hermione

- Attend...Attend...Attend, psalmodia l'adolescent en pressant ses doigts contre ses tempes. Oui je sais, s'écria t il. Quand j'ai vu Sirius, il était dans une pièce très sombre, je ne distinguais rien d'autre... mais juste avant j'étais dans le hall avec le dallage noir. Celui ou on est passé pour le stage...

- Le département des mystères, affirma Ron

- Allons-y

- Essayons de ne pas faire de bruit, chuchota Hermione, inutile d'ameuter tous les mangemorts.

Les adolescents acquiescèrent et s'élancèrent à la suite d'Harry et Ron. Ils ne mirent que quelques minutes à arriver au département des mystères. Harry avança prudemment le long du couloir sombre, l'oreille aux aguets.

- C'est vraiment très silencieux, murmura anxieusement Neville

- Ouais, renchérit Seamus, ils ne devraient pas être si discrets... Ils sont censés être seuls...

- Ils sont peut être reparti, hésita Dean, après tout le temps qu'on arrive...

- La ferme, grogna Harry, ne songe même pas à avancer l'idée que Sirius puisse être mort.

- Ce n'est pas ce qu'on a dit, tempera Hermione, mais il faut être conscient qu'il y a un risque qu'ils soient partis....en emmenant Sirius...

Harry lui jeta un regard en biais mais ne répondit pas, se contentant d'accélérer le pas. Au fond du couloir se dressait une seule porte. Une porte d'un bois sombre, si sombre qu'on aurait presque pu croire qu'il ne s'agissait que d'un trou ouvrant sur les ténèbres.

Sans aucune prudence, Harry s'élança à travers l'ouverture, suivis précipitamment par ses camarades.
Ils se trouvèrent aussitôt dans une pièce obscure. La porte derrière eux se referma et ils furent plongés dans une obscurité si profonde qu'il semblait que rien ne pourrait percer les ténèbres.
Pas un bruit, excepté celui de leurs propres respirations saccadées, ne se faisait entendre.

La baguette tendue fermement devant lui, Harry fit quelques pas, se dégageant doucement de la pression d'Hermione sur son bras, ignorant la protestation étouffée de la jeune fille.

- Sirius ? Murmura t il, la gorge nouée par l'angoisse

Pas de réponse.
Il fit quelques pas en arrière, tendant une main derrière lui.

- Hermione ?

- ici.

- On n'y voit rien, soupira Ron

- Un lumos nous exposerait trop, souffla Hermione, autant se mettre un affiche : tirez ici !

- On sait, souffla Seamus

Un bruissement de tissus se fit entendre, si discret que si Harry n'avait pas été à l'affut du moindre bruit, il ne l'aurait probablement pas remarqué.

- Sirius ? répéta t il

La salle fut brutalement illuminée, obligeant les adolescents à plisser les yeux pour réadapter leur vue à la lumière soudaine.
Harry se sentit pâlir. En face de lui se trouvait une dizaine de mangemorts, cagoulés et armés, frémissants d'impatience de ramener ce qui était pour eux une proie de choix devant leur maitre.

- ou es Sirius ? Demanda l'adolescent d'une voix qu'il tenta de rendre le plus ferme possible.

Il frissonna lorsque l'une des silhouettes encapuchonnées éclata d'un rire familier.

 

***

 

Sirius poussa un grognement de douleur en tentant de se relever. Il porta une main à son visage et grimaça en sentant sous ses doigts le liquide poisseux qui maculait son front.
Il réussit à se mettre tant bien que mal sur ses jambes et se sentit chanceler.
Il se rattrapa à ce qu'il crut identifier comme une étagère et tenta de reprendre son souffle. Une vive douleur lui vrilla le crane tandis qu'il sentait le sang lui couler dans les yeux.

Il promena son regard autour de lui, tentant de percer l'obscurité, regrettant plus que tout l'absence de sa baguette.

Depuis combien de temps était-il-là? Combien de temps avait il perdu connaissance?

Dans l'obscurité complète, un rai de lumière attira son attention. Il semblait se trouver des kilomètres au dessus de lui.

- Je suis là, cria Sirius, pas certain que sa voix porterais jusqu'à ce qui semblait être la porte. Viens m'aider!

La porte s'ouvrit d'un coup et Sirius eut un mouvement de recul qui faillit bien le réexpédier au tapis et dans les pommes.
Il déglutit d'appréhension quand une silhouette familière se découpa dans le carré de lumière.

- Espèce de crétin!

La voix furieuse lui vrilla le cerveau et la lumière s'alluma. La jeune femme dévala les escaliers menant à la cave, sa baguette à la main.

- fais voir, ordonna t elle d'un ton sans réplique.

Sirius grimaça quand elle repoussa les cheveux et découvrit la plaie qui ornait son front.

- J'hésite entre te soigner ou t'achever, siffla t elle, il faut vraiment être stupide pour descendre dans la cave, dans cet escalier branlant, vermoulu et glissant, dans le noir, sans même prendre ta baguette pour éclairer ton chemin!! Tu aurais pu te tuer!

- Je cherchais les décorations de noël, avoua t il d'un air piteux

- les décora... s'étrangla Dementia. Sirius! On est en juin!

- Je suis persuadé que Kreattur y a sciemment planqué ma montre à gousset...

Dementia leva les yeux au ciel et soigna la blessure d'un coup de baguette furibond avant de se lever et de remonter à l'étage suivie par Sirius.

- Il faut que je retourne à Poudlard. Je dois travailler un peu sur ma thèse.

Elle ramassa son sac et se dirigea vers la porte. Sirius la saisit par le bras et la retourna vers lui.

- tu m'aimes?

- non, grogna t elle d'un air furieux

Il la rapprocha de lui et murmura à son oreille:

- tu es sure?

- o...oui, protesta t elle d'un ton boudeur

Il l'embrassa, d'abord légèrement, puis plus profondément, la laissant essoufflée.

- je repose la question: tu m'aimes?

- je te déteste, sourit elle avant de l'embrasser à son tour

- tu es sure? Demanda t il en laissant descendre sa main plus bas que la décence ne l'y autorisait

- Il faut que j'aille bosser...murmura t elle

- vas-y, répondit-il sans pour autant retirer sa main.

- Sir...Sirius....

- tu m'aimes?

- je t'aime...

- parfait...répondit il d'un ton satisfait en se redressant. Travaille bien ma chérie...

Dementia ouvrit des yeux ronds...

- salopart!

Sirius éclata de rire et Demi ne put s'empêcher de rire à son tour. Sirius s'approcha d'elle et l'embrassa tendrement.

- trêve de plaisanterie: va bosser. Je t'aime.

Dementia lui rendit son baiser en se serrant dans ses bras.

- A demain mon amour, murmura t elle avant de sortir et de transplaner à pré au lard.

Sirius eut un sourire vaguement amusé en contemplant la porte qui venait de se refermer. Cette fille allait le tuer. Il n'avait jamais eu envie de quelqu'un comme ça, en permanence... Même son nom, il se plaisait à se le répéter en boucle: Demi...Dementia... Dementia Rogue... Sirius perdit instantanément le sourire. Il ne fallait pas pousser...

- Rogue, grogna t il, d'un air dégouté avant de sursauter en voyant la tête du dit Rogue apparaître soudain dans la cheminée

- Black?

- Putain, Rogue, tu veux ma mort? Demanda Sirius, une main posé sur sa poitrine. Non ne répond pas, grogna t il avant que son ennemi ne puisse ouvrir la bouche.

- Je n'ai pas de temps à perdre avec tes enfantillages, Black, siffla Rogue. Je viens de recevoir ceci.

Un morceau de parchemin s'envola a travers la cheminée et Sirius l'attrapa au vol pour le lire.

" Professeur, Harry a vu VSQ détenir Sirius au ministère. On part là bas. Harry panique. Il ne veut rien entendre. Pas le temps de vous expliquer. Dépêchez-vous je vous en prie. HG"

- VSQ? Demanda Sirius perplexe

- Tu connais beaucoup de monde avec ces initiales la? Grogna Rogue

Sirius se sentit pâlir.

- Attend, Harry est parti au ministère parce qu'il croit que Voldemort me retient prisonnier?

- De toute évidence...

- Mais il va bien voir que le ministère est vide...

- Oui sauf si sa vision est un piège que lui a envoyé Voldemort.

- Oh merlin... Il faut aller là bas!

Rogue n'essaya même pas de convaincre Sirius qu'il était trop dangereux pour lui de se rendre au ministère ou il serait une cible à la fois pour les aurors et pour les mangemorts.

- Prévient Lupin et Kingsley, se contenta il de dire, je contacte Dumbledore.

Sirius acquiesça et sitôt que la communication avec Rogue fut coupée, il plongea la tête dans la cheminée en hurlant le nom de Remus.

 

***

 

Il connaissait ce rire. Il ne l'avait entendu qu'en de rares occasions, mais il était persuadé de savoir qui se cachait sous le masque et la capuche de mangemort.
"Savoir c'est pouvoir" répétait sans cesse Dementia lorsque Harry se plaignait de la voir toujours fouiner dans les affaires de Rogue.
Elle n'avait pas tort, se dit il, peut être le mangemort en face de lui serait il déstabilisé de voir qu'il connaissait parfaitement son identité.
Cela lui donnerait un avantage dans la bataille qui n'allait pas tarder à se déclarer.
Il leva fermement sa baguette et la pointa en direction de la silhouette en face de lui, aussitôt imité par ses camarades.

- Qu'est ce qui vous fait rire Malefoy?

Le rire s'étrangla légèrement dans la gorge de son vis-à-vis. Ainsi qu'Harry l'avait prévu, l'homme ne s'était pas attendu à être reconnu. Mais, au grand désappointement de l'adolescent, Lucius Malefoy reprit aussitôt contenance.
Il se débarrassa de sa capuche d'un geste sec et fit disparaître son masque d'argent d'un mouvement rapide de sa baguette.

- Bien vu Potter, siffla t il avec un sourire froid, je n'aurais donc pas à m'encombrer de cet uniforme inconfortable. Pour répondre à votre question, regardez donc autour de vous... N'avez-vous pas l'impression de vous trouver en... comment dire... mauvaise posture?

Il fit un mouvement ample de sa canne, pour désigner l'ensemble des mangemorts se trouvant derrière lui, sans toutefois quitter Harry de son regard d'acier.
A sa gauche, une silhouette plus menue éclata d'un rire aigue et Harry grimaça. Lucius Malefoy lui fit un clin d'œil presque complice avant de réprimander sa partenaire d'un air paternel.

- Voyons Bella, nous ne voulons rendre sourd personne, n'est ce pas?

Il tira d'un air joueur sur la capuche noire, libérant une masse de cheveux noirs. La mangemort retira elle-même son masque d'un coup de baguette et jeta un regard amusé sur Harry. Un regard voilé de folie. De toute évidence, Azkaban n'avait pas amélioré la santé mentale de Bellatrix.
Harry sentit Neville se tendre derrière lui et il tendit instinctivement le bras pour empêcher son ami d'avancer, faisant redoubler le rire hystérique de la mangemorte.

- Oooohhh ! Bébé Potter veut protéger bébé Longdubat ? Comme c'est mignon !

Harry lança un regard noir à la mère de sa sœur mais s'efforça de ne pas répondre à ses provocations.
Derrière lui, il devinait, plus qu'il ne le sentait, Neville trembler de rage. Il entendait un chuchotement continu en provenance d'Hermione sans savoir si elle récitait les propriété des ingrédients de potions qu'elle avait apprit depuis la première année, pour ne pas paniquer ou si elle exhortait Neville à garder son calme.
A sa gauche, Ron s'était porté à sa hauteur, refusant de laisser son meilleur ami seul en première ligne.
Parvati n'avait pas lâché Hermione depuis qu'ils étaient entrés dans le ministère, son angoisse la poussant à faire front avec la seule autre fille présente dans l'aventure.
Un peu en retrait, Seamus et Dean, baguettes prêtes à entrer en action, les traits tendus, ne quittaient pas les silhouettes sombres des yeux.

Lucius Malefoy observait tranquillement les adolescents, ne semblant pas le moins du monde se sentir menacé par les 7 baguettes pointées vers lui et ses acolytes. Avec son calme inébranlable, il aurait pu tout aussi bien se trouver dans le bureau du ministre, prêt à prendre le thé.

- Potter, s'exclama t il soudain, comme s'il venait de penser à quelque chose, Il n'est pas utile de blesser qui que ce soit, vous savez ?

- Ah non ? Vous renonceriez à un joli massacre, ironisa Harry

Lucius Malefoy eut un sourire poli tandis que Bellatrix éclatait à nouveau de son rire suraigu.

- Venez avec nous, Potter, continua l'aristocrate, venez avec nous sans faire d'histoires et vos amis pourront partir sans dommages.

- ben voyons, marmonna Dean dans le dos d'Harry

- On y croit, cracha Seamus au même moment

- Hors de question, S'exclamèrent Ron et Hermione d'une seule voix.

- Plutôt mourir que d'abandonner Harry, déclara Neville, dardant son regard noir sur les bourreaux de ses parents.

Parvati ne dit rien, mais Harry sentit sa main tremblante s'agripper à son pull. Il compris aussitôt que la jeune indienne était trop effrayée pour prononcer le moindre mot mais partageait toutefois l'avis de ses camarades.

- Il me semble avoir parlé à Mr Potter, siffla le mangemort sur le ton d'un professeur réprimandant des élèves turbulents. Voulez vous être responsable de la mort de vos amis ?

- Ce n'est pas lui qui nous menace de sa baguette, riposta Ron

Malefoy lui jeta un regard noir et sa main se crispa sur sa baguette. Harry retint un sourire en entendant Hermione murmurer « il ferait perdre son calme a n'importe qui ». Il reporta son attention sur le père de Draco et haussa les épaules avec une fausse désinvolture.

- Je crois que nous allons décliner votre offre.

- Tant pis pour vous Potter.

- Il faut bien que vous bossiez un peu pour satisfaire votre maître. Voldemort n'est pas capable de faire ses courses lui même ?

Toutes les personnes présentes furent parcourues d'un long frisson à l'entente du nom interdit.

- Comment ose tu... murmura Bellatrix avant de se mettre a hurler comme une démente. Comment oses-tu prononcer son nom ?

- parce que lui, il ne pisse pas dans son froc, hurla Neville, oubliant par la même occasion que lui même n'avait jamais réussit à le prononcer.

Bellatrix sembla sur le point de faire une crise cardiaque tellement son visage se congestionna de fureur. Repoussant violemment Lucius sur le coté, elle brandit sa baguette vers l'adolescent et hurla :

- Endoloris !

- Protego !

Hermione avait réagit au quart de tour. Son protego explosa lorsque le doloris le frappa mais le sort d'Hermione avait ralentit le rayon d'une seconde. Une minuscule seconde qui suffit pourtant à Neville pour se jeter au sol.
Folle de rage, Bellatrix se tourna vers Hermione.

- Tu as osé, sale sang de bourbe ! Tu crois pouvoir contrer un de mes sorts et y survivre ?

Seules les années d'expérience au combat de Bellatrix, que la quinzaine d'année passée à Azkaban n'avait pas su émousser, lui permirent d'éviter de justesse l'Impedimenta que lui avait jeté Ron, qui n'avait pas supporté de la voir invectiver ainsi Hermione.

Ce le fut l'élément déclencheur. Autant pour une mission facile, rapide et sans accroc, aurait pu dire Lucius. Les sorts fusaient de tous les cotés ; les adolescents compensant par leur agilité et leur rapidité leur manque d'expérience.

Aucun sort n'avait encore atteint sa cible, dans aucun des deux camps.
Tous les combattants avaient été éparpillés dans la bataille, au grand dam d'Harry qui aurait préféré que ses camarades et lui fassent front commun contre l'ennemi. Il lui semblait qu'ils étaient ainsi plus vulnérables.

Au fond de la salle, Ron combattait contre un mangemort probablement débutant qui ne faisait pas une brillante performance.
L'adolescent roux vit du coin de l'œil Hermione recevoir un sort cuisant en plein ventre.
Fou de rage, il lança un sort de saucissonnage sur la parodie de mangemort qui lui faisait face et courut au secours de sa bien-aimée.
Hermione se releva péniblement, en s'appuyant sur le bras de Ron qui venait d'envoyer, dans un sursaut d'énergie, son assaillant au tapis. Cote à cote, les deux adolescents reprirent le combat.

Plus loin à droite, Neville et Seamus se défendaient tant bien que mal contre une Bellatrix déchainée.
Ils se contentaient de lancer des protego quasiment inutile, la mangemort envoyant doloris sur doloris dans leur direction et ne devaient leur salut qu'à leur capacité à plonger à terre au dernier moment pour éviter les rayons du sort.

De l'autre coté de la salle, Parvati se démenait comme un beau diable, donnant du fil à retordre au mangemort qui tentait de la maitriser. Se sachant tout juste moyenne en défense contre les forces du mal, elle faisait pleuvoir une pluie de petit sortilèges inoffensifs sur son adversaire, ce qui, bien que ne le blessant pas, lui compliquait sérieusement l'existence. Sort de chatouille, rictusempra, chauve-furie, sort d'allongement temporaire des cheveux, sort de maquillage... L'homme en face d'elle essayer de voir l'enquiquinante adolescente et tentait des incarcerem à l'aveuglette a travers la masse de cheveu qui ne cessait de pousser et l'aveuglait.

Non loin de la, Dean était en plus fâcheuse posture. Deux mangemorts l'avaient pris en tenaille et il lançait protego sur protego. Sa chance était que les mangemorts ne pouvait utiliser l'avada kedavra, seul sort faisant l'objet d'un repérage immédiat au sein du ministère, et qu'ils semblaient trop novice pour oser lancer un doloris. Toutefois l'envoi répété du sort de protection l'épuisait et il ne se faisait aucune illusion...Il ne tiendrait plus bien longtemps.

Enfin, près de la sortie, se tenait le combat le plus acharné. Harry faisait face à Lucius Malefoy qui avait laissé tomber son masque d'indifférence et de mondanité et avait à présent un regard orageux.
Il ne supportait pas, mais alors pas du tout que cet arrogant adolescent lui tienne tête.
Il avait tenté de l'immobiliser par un incarcerem mais Potter avait riposté d'un protego suivit d'un expelliarmus qui avait bien faillis le désarmer. Il n'avait conservé sa baguette qu'in extremis avant de lancer un sortilège de brulure vers son adversaire. A sa grande contrariété, Potter s'était jeté au sol et le sortilège n'avait fait que l'effleurer, ne lui causant pas plus de désagrément qu'un sortilège cuisant de deuxième année. Par contre le sortilège de jambencotton l'avait atteint en pleine jambe et il avait perdu un temps précieux pour jeter le contre sort, laissant à Potter le loisir de reprendre à la fois son souffle et une distance de sécurité raisonnable
Malefoy commençait à perdre patience. Il était un mangemort que diable! Et père d'un adolescent! Il n'allait certainement pas se laisser tenir la dragée haute ainsi encore longtemps.

Harry sentait qu'il fatiguait. Ses sorts lui semblaient moins puissants. Il entendit vaguement Hermione pousser un cri, plus loin, et résista à l'envie de se tourner dans cette direction pour s'assurer que sa meilleure amie s'en sortait. Un instant d'inattention lui serait fatal. Malefoy ne laisserait passer aucune occasion, et s'il était encore debout après plusieurs minutes de combat, il ne le devait qu'à sa rapidité et sa jeunesse.
Mais il ne se faisait aucune illusion. A terme, l'expérience l'emporterait sur la rapidité; le savoir-faire sur la jeunesse.
Etait ce ainsi qu'allait finir le survivant? Qu'allait penser tous les gens? S'en voudraient ils de ne pas l'avoir cru alors qu'il clamait le retour de Voldemort? Où se contenteraient-ils de considérer le fait qu'Harry était mort en tombant dans un piège grossier? En voulant sauver un évadé d'Azkaban condamné pour meurtre qui plus est.
Le seul réconfort qu'il trouvait en cet instant était que selon toute vraisemblance Sirius n'avait jamais mis les pieds au ministère.

Il trébucha en évitant un sort et s'écroula sur le sol manquant de perdre sa baguette. Ce moment de flottement suffit largement à Malefoy pour reprendre l'avantage.
Le mangemort aurait pu lui jeter un incarcerem et ordonner le repliement des troupes avant de transplaner avec son prisonnier auprès de son maitre mais il voulu avant donner une petite leçon à Potter pour lui avoir tenu tête.

- Endoloris!

Harry eut l'impression qu'on lui plantait des aiguilles dans tout le corps, qu'on le rouait de coup, qu'on le brulait avec une flamme, que son corps était congelé lentement... Il entendit quelqu'un hurler et eut envie de lui crier de se taire tant ce hurlement décuplait sa douleur avant de réaliser qu'il sortait de sa gorge.
Il se cambra violement en arrière, se tordant sur le sol dans l'espoir d'en chasser la douleur.
Il voulait supplier Malefoy d'arrêter.
Même dans ses pires cauchemars, il ne se rappelait pas que le doloris faisait aussi mal. Il sentit les larmes couler sur ses joues et sentit qu'il n'allait pas tarder à perdre le contrôle de sa vessie et à s'humilier définitivement devant ses amis et ses ennemis.

- Impedimenta!

Malefoy fut soudain projeté en arrière, si violement qu'il heurta le mur, à près de 5 mètres de là.
Harry sentit la douleur s'évaporer aussitôt, comme s'il un interrupteur avait été éteint. Il sentait confusément qu'il avait encore mal, mais plus autant. La douleur était diffuse, comme des dizaines de courbatures, ou comme lorsqu'il sortait d'une punition de Rogue.

- Prend toi en à quelqu'un de ton âge!

La voix était sèche et froide, bien loin de celle à laquelle il était habitué mais il la reconnu sans peine. Il se redressa et se retourna vivement.
Sirius.
Et derrière lui, son cœur en manqua un battement, son père...

 

***

 

Dementia s'étira, satisfaite. Elle venait de finir son plan de travail. Une bonne chose de faite, se dit elle.
Elle reprit sa plume et lu la première ligne de son parchemin: Faire un plan de travail.

Parfait, se rengorgea t elle en rayant cette première ligne. Elle raya aussitôt la ligne suivante: rayer les actions déjà effectuées.

Elle reposa le parchemin avec un sourire amusé. Elle avait déjà fais deux choses de prévues; Si cela ne méritait pas une petite pause avec un bon thé et le dernier numéro de My Fair Which, le magasine de mode américain que lui avait envoyé une de ses amies, elle ne s'appelait plus Dementia Rogue Parker Johnson!

Pensivement, elle griffonna dans la page des mots croisés: Dementia Rogue Parker Johnson Black. Mouais, grimaça t elle, un peu long... Carrément trop long même. Elle raya le nom et écrivit en dessous: Dementia Rogue Black... bof... Dementia Black Rogue... Elle grimaça... Ce n'était franchement pas génial et en plus elle était bonne pour entendre son père s'en plaindre jusqu'à la fin de ses jours. Elle tenta Dementia Rogue épouse Black...Et pourquoi pas Madame Sirius Black se demanda t elle en pouffant.
Elle leva les yeux au ciel et arracha la page. Celle-ci se déchira à moitié dans la diagonale. Demi avait écrit dans tout les sens si bien qu'il ne resta que deux mots inscrit manuellement dans les restes intact de la grille de mot croisés: Dementia Black.

- adjugé, murmura t elle.

Au diable son père. Les femmes prenaient le nom de leur mari depuis la nuit des temps! Ce n'était pas parce que la loi ne l'y obligeait plus qu'elle devait s'en priver!

- Dementia Black! Dementia Black! Chantonna t elle, ravie

Un tapotement insistant à la fenêtre attira son attention et elle s'empressa d'aller ouvrir au hibou qui attendait dehors.

- salut facteur !

Le hibou lui lança un regard impassible, l'air aussi impénétrable à son humour que Severus. Demi leva les yeux au ciel et lui arracha quasiment la missive avant de le chasser d'un geste de la main.

- Allez zou ! Pas de pourboire ! Ca t'apprendra à tirer une tête d'enterrement.

Elle s'installa confortablement dans le fauteuil de son père, celui dans lequel il lui avait expressément interdit de s'asseoir, près de la cheminée allumée. Il faisait encore frais dans les cachots.

Elle décacheta le parchemin et l'ouvrit. Elle marqua un temps d'arrêt en reconnaissant l'écriture familière.
Elle hésita un instant à ne pas lire la lettre et à la remettre à son père, mais celui-ci était absent quand elle était revenu de chez Sirius et elle n'avait aucune idée de où il était, ni de quand il reviendrait.
Elle était par contre sure d'une chose, malgré l'angoisse qui lui étreignait le cœur, elle ne supporterait pas de rester dans l'ignorance bien longtemps. Elle serait bien aller trouver Minerva pour qu'elle lise la lettre pour elle mais la vieille femme était allé rendre visite à une amie souffrante et ne rentrerait pas avant le lendemain.

- Allez ma vieille, murmura t elle, ne soit pas aussi trouillarde!

Elle entama la lecture de la missive. Au fur et à mesure que ses yeux descendaient le long du parchemin, ses joues, pourtant déjà pales, perdaient leur couleurs.
Elle relu deux fois la missive avant de la froisser et de la jeter d'un geste rageur dans le feu mourant.
Sans regarder la lettre se consumer, elle se leva et ouvrit le secrétaire paternel. Elle en sortit un bloc de parchemin, de l'encre et une plume et commença à écrire.
Sa main se crispait malgré elle et plusieurs fois elle fut obligée de cesser d'écrire et de plier et déplier les doigts pour lutter contre les crampes. A deux reprises, elle manqua de transpercer le parchemin.
Lorsqu'elle eut fini elle cacheta la lettre et monta en courant à la volière. Essoufflée, elle regarda autour d'elle mais n'arriva pas à repérer Nexus dans la multitude d'oiseau présente. Elle siffla, en vain.
Elle repéra Hedwige dans un coin, facilement reconnaissable, étant le seul oiseau présent à Poudlard à arborer la couleur blanche des chouettes lapones.
Elle s'approcha de la chouette qui la regarda d'un air interrogatif.

- Salut Hedwige, sourit Demi, J'ai une lettre à envoyer en France mais je n'arrive pas à mettre la main sur Nexus. Tu voudrais bien me rendre service?

Hedwige leva aussitôt une patte, signifiant son accord pour emmener la lettre de la sœur de son maitre à bon port.
Harry n'écrivait pas beaucoup de lettres et la petite chouette s'ennuyait. Les autres volatiles la tenaient à l'écart à cause de son éclatante blancheur et un peu de distraction était la bienvenue.

Demi contempla la chouette jusqu'à ce qu'elle ait disparut au loin et repris la direction des cachots.

Désœuvrée, elle s'amusa à mélanger tous les livres de la bibliothèque, savourant d'avance la tête que ferait son père lorsqu'il découvrirait que ses précieux ouvrages ne se trouvaient plus à la place qu'il leur avait alloués.

Elle n'avait aucune envie de travailler sur sa thèse, ni de retourner à la bibliothèque aider Madame Pince.
Elle passa un coup de cheminée rapide à la rédaction du magazine pour s'assurer qu'il n'y avait aucun problème de dernière minute. Régla quelques menues disputes au sein de l'équipe et se retrouva tout aussi vite à se tourner les pouces dans son fauteuil. Elle tenta d'appeler Sirius, mais il ne répondit pas. Elle en conclu que Kreattur devait faire des courses et que Sirius devait prendre soin de Buck, toujours installé dans le grenier.

- Je rappellerais plus tard, murmura t elle

A défaut d'autre chose, elle se pencha dans la cheminée et cria:

- bureau de Zoé Finnefois!

Son amie leva la tête, une trace d'encre sur le nez, un crayon sur l'oreille, des chutes de tissus posés un peu partout autour d'elle, et lui fit un grand sourire.
Demi ricana. Que diraient les sorcières qui s'arrachaient les modèles de son amie si elles apprenaient que la jeune styliste était aussi brouillonne et désordonnée ?
Zoé riposta en jetant un mètre ruban dans la direction de son amie. Les deux filles entamèrent aussitôt une conversation passionnée sur les nouvelles tendances de la prochaine saison de la mode.
Soudain Dementia cessa de rire et prit un air grave.

- Zoé... Il faut que je te dise quelque chose... Je crois que je vais me marier... Avec un sorcier !
Sachant que cette dernière précision impliquait qu'il n'y aurait plus de divorce, Zoé poussa un grand cri de joie et envoya valser tous ses croquis en levant les bras au ciel en signe de victoire.

- ok, regarde un peu ta robe de mariée !

- Ma robe ? Quelle robe ? Je sais depuis seulement quelques jours que je vais peut être me marier !

- Ma chérie, ça fait des lustres que j'attends que tu trouve celui qu'il te faut ! J'ai épuisé des dizaines de parchemins mais j'ai trouvé la robe parfaite ! Elle attendait seulement que tu te décide.

Dementia resta quelques secondes interdite. Puis elle haussa les épaules et décida de se laisser gagner par l'enthousiasme de sa meilleure amie.

- Allez fais voir !


***

 

Harry retint un gémissement en voyant Sirius heurter le mur derrière lui. Mais le maraudeur se releva aussitôt, lançant un sort dans la foulée et désarmant son adversaire.
L'animagus jetait de fréquent coup d'œil à Harry qui protégeait Hermione, Parvati, Seamus et Dean, tous légèrement blessés, avec l'appuie de Ron et Neville.

Un peu plus loin, Rogue était en train de régler son compte à l'un des mangemorts n'ayant pas ôté sa cagoule, l'air de savoir parfaitement à qui il avait affaire.
Il jetait des sorts dont Harry n'avait jamais entendu parler et l'adolescent soupçonna que son père se battait avec les armes de ses ennemis.

Maugrey et Tonks avaient fais prisonniers deux mangemorts et les attachèrent solidement avant de les trainer dans un coin et de se jeter de nouveau dans la bagarre.

Remus et Kingsley faisaient front contre trois mangemorts qui bien que débordant de férocité avaient du mal à viser juste et ne réussissaient pas à atteindre leurs cibles.

Lucius Malefoy avait reprit ses esprits et s'était aussitôt jeté sur Sirius de nouveau.

Bellatrix avait entamé un âpre combat contre Severus, enrageant de ne pas réussir à lui régler son compte une fois pour toute.

- Tu vas crever sale traitre, cracha t elle

- Traitre, ironisa t il, je n'ai jamais cru en cette cause Bellatrix, je ne vous ai rejoins que parce que tu menaçais de m'enlever Demi!

Bella faillit s'étouffer de rage, sachant pertinemment que Severus disait vrai. Il avait travaillé pour le Seigneur des Ténèbres mais il n'avait jamais cru en lui. D'ailleurs dès qu'il en avait eu la possibilité, il avait commencé par éloigner Dementia du manoir du Lord, puis il avait officiellement changé de camp.
Poussée par la colère, Bellatrix lança un sort que Rogue n'eut pas le temps de contrer. Il fut projeté contre le mur et resta un instant sonné. Bellatrix leva sa baguette et cracha:

- Avada...

- impedimenta!

La mangemort vola sur plusieurs mètres mais réussie à ne pas lâcher son arme. Elle tourna ses yeux furieux vers la personne qui l'avait empêchée de mettre un terme à la vie de son ancien amant. Ses yeux se plissèrent de rage en découvrant Tonks, sa nièce maudite, la preuve vivante de la trahison d'Andromeda.
Rapide comme l'éclair elle pointa sa baguette et hurla:

- Avada Kedavra!


***

Sirius venait de mettre Lucius au tapis d'un expelliarmus bien placé. L'aristocrate blond était cette fois assommé pour un bon moment se dit il.
Il se tourna brièvement vers les adolescents, pour s'assurer qu'ils n'avaient pas été blessés.
Il fit un clin d'œil complice à Harry. Au même moment il vit du coin de l'œil Tonks envoyer valser Bella dans les airs. Il s'avança pour prêter main forte à sa cousine mais il était trop loin pour avoir une chance d'arrêter Bellatrix. Voyant les intentions de la mangemort, il poussa la jeune femme au sol et leva sa baguette. Le sort qu'il s'apprêtait à lancer mourut sur ses lèvres alors qu'il recevait de plein fouet le rayon vert en pleine poitrine.

Commentaires (12)

1. claire 09/12/2009

très bon chapitre!tu n'as pas à t'en faire pour les fautes, on comprends très bien!en tout cas, la tu me laisses sur ma faim!bonne continuation!

2. brigitte 09/12/2009

dis tu ne vas pas tuer sirius hein et demi elle va etre beaucoup trop triste allez soit genereuse ne le tue laisse les etre heureux stplait stplait STPLAIT


big bisous

3. darkfessee 09/12/2009

non pas sirius, Harry ne pourra pas survivre à sa mort, sa vie compliquer avec Rogue sera encore pire sans se soutient moral et affectif. pitié qui soit pas mort, sinon Rogue ne pourra pas faire de crise de folli en apprent pour elle et Sirius

4. RogueMaster 09/12/2009

Aaaaaaaah! C'est trop trop trop cruel de s'arrêter là!!! Trop horrible, je veux absolument la suite ^^ lol, c'est trop frustrant!

Magnifique chapitre, cela fait vraiment plaisir de te retrouver ma chère Selene avec cette suite géniale! Pauvre Demi, je suis malade d'avance pour elle... et pauvre Harry! Je me demande à quel point Rogue va être en colère que son fils soit partit sans rien lui dire mais bon... Rogue devrait quand même sérieusement se poser des questions : si son propre fils préfère affronter Voldemort plutôt que d'aller voir par peur de lui c'est grave!

Hâte de lire la suite vraiment!

Bisous!

5. claire 10/12/2009

Roguemaster, tu as trop raison!rogue a de quoi s'inquiéter la!hihi!encore merci pour ce chapitre!!

6. RogueMaster 10/12/2009

^^ ba je trouve quand même que Rogue devrait avoir un véritable "choc" en réalisant que son fils craint tellement d'être battu par lui qu'il préfère affronter le mal en personne ! Et puis surtout, il devrait réaliser en plus de tout cela, que la peur qu'il provoque chez son fils est extrêmement dangereuse. En fonçant directement au Ministère, Harry a mit sa vie (et celles de ses amis!) vraiment en danger et c'est à cause de Rogue qu'il s'est mit dans cette position. Alors non seulement il préfère affronter Voldemort que d'aller demander de l'aide à son père mais en plus il préfère mettre sa vie en danger! Rogue n'a pas de quoi être fière de lui en tant que père...

Enfin c'est mon avis, nous verrons bien ce que Selene va nous raconter au prochain chapitre XD! N'est-ce pas Selene? Un piti indice?^^ Oh alééé siteplé :)

7. claire 10/12/2009

je suis tout à fait d'accord avec toi, sur rogue et sur le petit indice que sélène devrait nous donner!(se met à genoux et supplie)

8. Nancy 10/12/2009

Oh m***e Demi ! Qu'est ce qu'elle va faire sans Sirius ?

9. Marie-Claire 14/12/2009

je le reviewe un peu tard mais pourtant ça me plait même si comme JKR tu es pas gentille d'avoir tué Sirius.
Je pensais que tu le ferais pas, à cause des projets de Démi, mais, tu l'as fais.
Sinon voir, tous les Gryffondor soudés, est intéressant.

10. brigitte 25/12/2009

desolé de te voir malade pour ces fétes j'espère qu tu te remettras vite je t'envoie pleins de bisous pour noel et un bon retablissement a tres bientot

JOYEUX NOEL ET BONNE FETES DE FIN D ANNEE

BISOUS

11. RogueMaster 25/12/2009

Juste un petit message pour vous souhaitez à tous un très joyeux noel ! A toi ma chère Selene et à tous ceux qui ont la gentillesse de nous lire lol !

Bisous à tous !

12. Elisha 21/06/2010

Séééééééllllllllllèèèèèèèèènnneeee!!!!!!
T'as pas le droit de faire ça! x'(
Pas Sirius!
Tous le monde mais pas Sirius!
Même Hary s'tu veux...
PAS SIRIUS!!!!!!!!!

Sinon super chapitre... Mais j'ten veux à mort...
PAS SIIIRIIUUSSS! *coeur qui se broit, se pleurt se meurt...*

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site