chapitre 20.2


- Tu es sérieux ?

- Oui Hermione, pour la quatrième fois, oui je suis sérieux. Il a vu ce que me faisait Ombrage par legilimencie et il a vu rouge. Il m'a dit qu'il s'occupait de tout.

- Il ne risque pas d'avoir des ennuis ? Je veux dire Ombrage peut renvoyer tous les professeurs, non ?

- Je ne sais pas, avoua Harry, Je crois que... je crois qu'il serait capable de me retirer de Poudlard.

- Dumbledore ne laisserait pas faire cela, protesta Hermione.

- Il n'aurait pas le choix, Poudlard n'est pas obligatoire et Rogue a le droit de faire ce qu'il veut, répondit Ron en soupirant.

- En plus il a les connaissances suffisantes pour me faire la classe.

- Et il te laisserait sûrement revenir quand Ombrage partira.

Harry secoua la tête en soupirant.

- Vous avez conscience qu'on se fait des films pour rien ? Il a pas encore été viré, il ne m'a pas encore retiré de l'école. Alors si on faisait une partie de monopoly histoire que Ron ait son quart d'heure de gloire.

- Hey ! protesta Ron tandis qu'Hermione se mettait à rire en se levant pour aller chercher le plateau de jeu.


***

Au petit déjeuner, le professeur Ombrage jetait des regards noirs au professeur Rogue. Son regard se noircit encore plus lorsqu'elle vit Dementia, splendide dans une robe vert d'eau au corset assez moulant et à la jupe asymétrique, très différente des robes noires ou bleues foncées qu'elle s'efforçait de porter à Poudlard.
La jeune femme s'assit et, sans un regard vers ses collègues, se servit une coupe de salade de fruit et un verre de thé.

- Que faites vous ici, Miss Rogue, grinça le professeur de défense.

- Comme vous pouvez le constater, je prends mon petit déjeuner, Dolores.

- Vous avez été renvoyée, piailla Ombrage, faisant se tourner de nombreuses têtes vers elle, vous devriez avoir déjà quitté le château.

Rogue fronça les sourcils. Qu'est ce que c'était que cette histoire ? Quand Dementia avait elle été renvoyée ? Elle ne l'était pas la veille et elle ne l'avait quitté que pour aller retrouver ses amies, ou plus probablement son flirt du moment...
Harry à la table des Gryffondor était devenu livide, constata-t-il. La perspective du départ de Demi devait le terrifier et le culpabiliser.

- Vous devriez attendre le courrier, Dolores, ensuite nous discuterons de cela, dit calmement la jeune femme en se servant du thé.

- Il n'y a rien à discuter, jeune fille. Vous aller quitter ce château immédiatement.

- Attendons le courrier Dolores, croyez-moi, vous n'apprécieriez pas de vous donner en spectacle et il se trouve que plusieurs amies journalistes m'attendent à ce moment même aux grilles de Poudlard. Nous devons nous rendre à un séminaire ce matin, lança-t-elle espièglement à Minerva McGonagall.

- Espece de petite... hmmm... très bien, attendons le courrier si cela vous fais tellement plaisir, mais vous quitterez le château juste après.

- Tout cela me semble parfait, répondit la jeune femme en faisant un clin d'œil confiant à Harry.

Pendant une dizaine de minutes, un silence pesant tomba sur la grande salle. Dementia était la seule qui prenait tranquillement son petit déjeuner tandis que la grande majorité des élèves et la quasi-totalité des professeurs restait en attente de la suite des évènements. Dolores Ombrage, elle, étouffait de rage et se contentait de fusiller la jeune femme du regard. Elle l'aurait bien fait jeter dehors mais elle ne voulait pas de ce genre de publicité.

Très vite le silence de la grande salle fut troublé par les bruissements d'ailes des dizaines de hiboux qui apportaient le courrier. Un immense grand duc d'un noir profond se posa devant la grande inquisitrice et leva une patte majestueuse pour lui permettre de décrocher la lettre qui y était accrochée.

- Tiens, vous avez du courrier, Dolores, s'exclama Dementia, exagérant une expression de surprise sur son visage.

La vieille sorcière lui jeta un regard acide et décacheta la lettre en crachant.

- Je crois que le courrier vient d'arriver. Au revoir Miss Rogue, conclu-t-elle.

Dementia se contenta de sourire en portant son verre de thé à ses lèvres.
Sur un dernier regard noir, Dolores déplia le parchemin et se rengorgea en reconnaissant l'écriture de Cornelius Fudge.

« Dolores,

Je sors à l'instant d'un rendez-vous extrêmement pénible qui me pousse à vous poser la question suivante : Avez-vous perdu la tête ?
Vous venez de renvoyer Dementia Rogue ? Dementia Rogue !!
Avez-vous la moindre idée des dégâts que vous avez causés ? Cette jeune femme est l'unique nièce de Lucius Malefoy ! Il est venu me voir et laissez-moi vous dire qu'il était furieux !

Le renvoi de Dementia Rogue ne fait pas parti de vos attributions ! Elle ne fait pas partie du corps enseignant. Ce n'est qu'une aide bibliothécaire. Vous ne devez pas voir en elle une employée, mais une jeune femme qui aide la bibliothécaire tout en préparant sa thèse. Une jeune femme journaliste ! Et nièce d'un des plus importants donateurs de notre campagne.

Vous allez immédiatement lui signifier sa réintégration accompagnée de vos plus plates excuses. Et tachez d'être convaincante !

Je suis extrêmement déçu Dolores ! Lucius Malefoy parle de nous retirer son soutien financier ET politique ! Est-ce que vous vous rendez compte de la catastrophe que cela représente ?
Je commence à me demander si je n'ai pas commis une erreur en vous faisant confiance.

Et qu'est ce que c'est que cette histoire de plume ? Amelia Bones est venue me voir. Elle était elle aussi furieuse et voulait savoir si j'étais au courant. Elle m'a montré un courrier de Severus Rogue qui envisage de porter officiellement plainte contre vous au nom de son fils. Je vous ai demandé de museler le gamin, le mettre en retenue, le priver de quidditch, lui interdire les sorties à pré au lard... mais de la torture physique ? Sous le nez de son propre père ?
Une enquête va être menée, Dolores, les parents d'élèves seront prévenus et les élèves interrogés !
Je ne peux pas vous soutenir ! Vous avez accumulé les erreurs et les folies !

J'ai déjà assuré à Amelia que vous ne seriez pas à Poudlard l'année prochaine !
Nous allons devoir parler de votre avenir au sein du ministère !

Cornelius Fudge
Ministre de la magie. »

Toute la salle eut la surprise voir le visage du professeur de défense passer du rose au rouge avant de blanchir de plus en plus jusqu'à une lividité quasi cadavérique.
Sa lecture finit elle se tourna vers Dementia et balbutia :

- Espèce de petite.... Petite... peste ! Vous...vous...vous m'avez court...court-circuitée ? Comment avez vous... comment ?

- Dois-je en déduire, claironna Demi d'une voix assez forte pour être entendue de tous, que tonton a eu une petite conversation avec le ministre ?

La jeune femme finit tranquillement son thé avant de plonger un regard froid dans les yeux de sa collègue et de lâcher d'une voix polaire.

- Je vous avez prévenu, Dolores, pour vous attaquer à moi, vous n'avez pas la carrure.

A la table des professeurs, tous avaient un petit sourire amusé. Seul Rogue fronçait légèrement les sourcils depuis qu'il avait comprit que Malefoy avait été impliqué dans l'affaire.

Dans la salle, les élèves n'avaient pas tout compris mais ils étaient ravis de voir le professeur détesté aussi désemparée. Draco, lui avait compris, d'après les dires de Dementia, que son père était intervenu. Harry de son coté semblait plongé dans l'incertitude : Dementia restait ou partait ?

- Vous pouvez rester à Poudlard, vous vous en doutez.

- Et mon père ?

La question provoqua un certain remous. Personne, pas même le principal concerné, n'était au courant du renvoi du professeur de potion.

- Sûrement pas, piailla Dolores, sure de son droit, Je maintiens le renvoi de votre père !

- Parfait, répliqua sèchement la jeune femme, je pars donc aussi. Et je m'assurerais d'expliquer personnellement à Cornelius que votre proposition de réintégration s'accompagnait d'insultes si graves à mon encontre que je n'ai pas pu accepter.

- Le ministre ne vous croira jamais !

- Tout le monde ici vous a entendu me qualifier de petite peste. Et la présence à mes coté de Lucius Malefoy vous ôtera toute chance de vous expliquer. Quand nous en aurons terminé avec vous, Cornelius ne vous recevra même plus.

Dolores sembla sur le point de s'étouffer de rage mais elle n'avait pas le choix. Elle se leva, drapée dans le peu de dignité qu'il lui restait et lâcha d'une voix grinçante avant de sortir :

- Très bien, vous restez ! Tous les deux.

La salle explosa en une valve d'exclamations joyeuses, à l'annonce de l'annulation officielle du renvoi de Dementia. Bien que quelques Serpentard aient l'air sincèrement heureux de le voir rester, Severus n'avait pas le moindre doute quant à l'origine de l'explosion de joie des élèves. Dementia avisa la lettre de Cornelius, oubliée sur la table et s'en empara. Elle la parcourut et un immense sourire se dessina sur ses lèvres. Elle tendit sans un mot le parchemin à Albus qui le lut à son tour avant de le faire circuler parmi les professeurs.
Albus leva les bras et le silence se fit immédiatement.

- Mes enfants, je suis navré que pas un de vous n'ait eu assez confiance en moi pour venir me dire le contenu des punitions que vous infligeait le professeur Ombrage. Je comprends toutefois les raisons de votre silence, ajouta-t-il en regardant Harry droit dans les yeux. Il apparaît, à la lecture de la lettre du ministre que celui ci ignorait cette pratique et a expressément interdit à Mme la sous-secrétaire d'état d'en faire usage. Vous êtes donc autorisé lors des retenues que vous pourriez avoir à effectuer sous sa garde, à refuser de vous prêter à cet exercice et à prévenir immédiatement un professeur. Je puis également vous apprendre que le ministre a relevé Mme Ombrage de ses fonctions pour l'année prochaine. Elle n'effectuera donc pas de second mandat à Poudlard.

Le directeur se rassit et termina son petit déjeuner tandis que les élèves acclamaient bruyamment la nouvelle.

- Bien, déclara Dementia en se levant, puisque je ne suis plus renvoyée, je vais retourner dans l'antre de Mme Pince, l'aider pour ... ooohhh, gémit elle, l'inventaire, j'avais oublié... Je ne me suis pas battue pour la bonne cause !

Elle disparue en un tourbillon de volant avant que quiconque ne réponde. Son départ fut salué par les applaudissements de la totalité des élèves.

Harry, Ron et Hermione se rendirent en cours. Harry avait retrouvé le sourire. Ses ennuis étaient enfin terminés.
La journée se passa dans un calme parfait, les élèves étant trop heureux pour faire le moindre chahut et les professeurs étant plutôt enclin à la clémence.

A 18h, Harry se rendit à la grande salle, expliquant à Hermione que Rogue lui avait demandé de ne plus se rendre aux retenues du crapaud. Il devait tout de même se dépêcher, expliqua-t-il, car il avait un cours d'occlumencie avec son père à 19h30.

A l'heure dite il descendit dans les cachots. Il se figea derrière la porte de son père, sans oser frapper ou entrer, des cris furieux s'échappant du bureau.

- Totalement inconsciente, hurlait Rogue, Tu es allée au manoir Malefoy ! Sans prévenir personne ?

- Tu n'insinues tout de même pas que tante Narcissa ou oncle Lucius m'auraient fait quoi que ce soit ? répliqua sèchement Dementia

- Et qui te dis que tu ne serais pas tombé sur ta mère au détour d'un couloir ?

- Et bien j'aurais dit salut man' et puis voilà ! Tu crois quoi ? Qu'elle va me lancer un avada ? Ou qu'elle va me trainer pied et poing liés aux pieds de Tu-sais-qui ? Il est évident qu'elle veut me convaincre d'épouser sa cause ! Me convaincre ! Pas me forcer !

- Tu ne sais pas de quoi elle est capable !

- A qui la faute ? Rien ne t'empêchait de me parler d'elle ! cracha Demi. Et puis la question ne se pose pas ! Ombrage a perdu la tête et j'avais besoin d'oncle Lucius pour m'opposer à elle !

- Et les hiboux ? C'est pour les hippogriffes ?

- Une lettre n'aurait jamais suffit à le convaincre et tu le sais très bien ! Bon sang quel est le problème ? Je ne risquais rien et tu le sais !

- Le problème c'est que tu es redevable à Lucius ! C'est un pacte avec le diable que tu as passé !

- Ca suffit, s'exclama la jeune femme qui commençait à perdre patience. Je n'avais aucune envie de laisser Ombrage s'en tirer aussi facilement après ce qu'elle a fait a Harry ! Oncle Lucius avait les cartes en mains pour lui infliger une belle humiliation publique et en plus il ne l'aime pas. J'ai fais ce que j'avais à faire ! Tout comme toi, tu as décidé d'écrire à Amelia Bones pour déposer une plainte contre Ombrage !

- Ce n'est pas pareil, protesta Severus.

- Ben tiens !

Dementia se laissa tomber dans le fauteuil en croisant les bras.

- Tu te fais trop de soucis, papa. Je suis une grande fille. Lucius a le sens de la famille quoi que tu en dises.

- Je doute que Miss Tonks pense la même chose que toi.

Dementia haussa un sourcil interrogateur.

- Elle est, au même titre que toi, la nièce de Lucius ; crois-tu qu'il lèverait le petit doigt pour elle ? Andromeda est pourtant la sœur de Narcissa, tout comme Bella.

- Elle a été renié il y a des années ! Il n'a jamais côtoyé Tonks !

- Andromeda a été reniée pour avoir épousé un moldu. Il me semble que tu as commis le même crime à leurs yeux !

Dementia haussa les épaules.

- Je suppose que le fait que je les épouse et les largue tout aussi vite leur laisse penser qu'il ne s'agit que d'un jeu pour moi. Ou alors on peut considérer qu'oncle Lucius est très doué pour ignorer les faits qui ne l'arrangent pas.

- Ne vas plus là-bas... demanda Rogue d'une voix plus calme.

- Très bien, concéda Demi, je n'irais plus. Je les verrais au restaurant sur le chemin de traverse. Cela te convient-il ?

- Pas tout à fait, mais je m'en contenterai.

La jeune femme se leva et épousseta sa robe.

- Il faut vraiment que j'y aille. J'ai rendez vous à 20h chez une amie.

Severus jeta un regard sur la pendule qu indiquait 19h45 et fronça les sourcils. Harry était en retard.
Il raccompagna la jeune femme sur le pas de la porte et haussa un sourcil surprit en découvrant l'adolescent assis dans le couloir.

- Je n'ai pas osé vous interrompre, expliqua Harry en se levant, la discussion avait l'air euh... mouvementée.

- Tout va bien, le rassura Demi avant de s'évaporer dans le couloir.

Harry haussa les épaules, pas tout à fait rassuré. Rogue avait l'air énervé, plus proche de tuer quelqu'un que du calme olympien qu'il affichait quand « tout allait bien » pour reprendre les termes de sa sœur.
Il ne savait pas pourquoi mais il avait un mauvais pressentiment. Il le sentait très mal ce cours d'occlumencie.

- On peut peut-être reporter à demain, murmura-t-il.

- Surement pas, le rabroua sèchement son père, allez, au boulot.

« Ca commence bien » pensa l'adolescent en refermant la porte du bureau.

- Bien, reprit Severus toujours aussi sèchement, ne perdons pas de temps. J'espère que tu as fait consciencieusement tes exercices.

Sans laisser le temps à Harry de répondre, il sortit sa baguette et la pointa vers l'adolescent en prononçant la formule rituelle.
Surpris par l'attaque brusque, Harry n'eut même pas le temps de tenter de lever ses maigres barrières d'occlumencie et, sans qu'il ne puisse rien y faire, les souvenirs envahirent son esprit.


« Rogue ferma son livre d'un geste sec et se leva.
- Passons à table, dit il sévèrement
Harry déglutit avec difficulté.
- Dépêches-toi Harry ! Nous avons perdu suffisamment de temps !
- Comme si c'était moi qui avait lu pendant trois quart d'heure, marmonna-t-il.
Rogue leva les yeux sur lui.
- Je te demande pardon ?»


« - Merci madame, dit Harry en prenant un cookie.
- Bon, lui dit son camarade une fois que sa mère fut sortie de la chambre. J'ai compris pourquoi tu as foutu le camp. Mais pourquoi ici ?
- Je n'ai pas envie qu'on me retrouve trop vite. Chez Ron ou Hermione on m'aurait repéré et chez des sorciers...
- Ils auraient prévenus Dumbledore. Compris ! C'est quand même un sale coup ! Rogue ! T'as pas de chance vieux !
- Ouais tu l'as dis.
- Enfin, tu peux rester ici tant que tu veux...
- Merci Dean.
On tapa à la porte et madame Thomas entra.
- Nous allons passer à table. Harry, ta cousine ne voit pas d'inconvénient à ce que tu restes ici ?
- Non, madame, répondit Harry. Quand elle a su qu'un des mes amis habitait ici, c'est elle qui me l'a proposé. Si ça ne vous dérange pas bien sur.
- Pas du tout. Allez ! A table !»


«- Nous allons trouver un endroit tranquille pour transplaner.
- Vous me ramenez là bas ?
Dumbledore ne répondit pas.
- Et si je ne veux pas ?
- Je crains que tu n'ais pas le choix Harry.»

Rogue interrompit la connexion et soupira d'un air agacé.

- Tu te moques de moi ?

- Mais non, protesta Harry, Je n'ai pas eu le temps de me protéger !

- Oh bien sur, cracha Severus, nous allons envoyer un hibou au Seigneur des Ténèbres. Que dirais-tu de : Veuillez avoir l'obligeance de me prévenir préalablement à l'invasion de mon esprit, je vous en serais infiniment reconnaissant. Pourquoi ne pas prendre le thé un après midi afin de convenir des dates et heures qui nous arrangeront le mieux. Cordialement. Harry Potter. Alors ? Tu en penses quoi ?

- Ce n'est pas drôle, marmonna Harry.

- Ah non ? Alors bon sang, fais un effort ! ! ! On y retourne ! Legilimens !


« Hermione appliqua un linge mouillé sur le bras d'Harry.
- Qu'est ce qui s'est passé ? demanda t-elle.
- J'ai oublié de l'appeler père, soupira Harry.
- Non, je veux dire avec Dementia. Comment ils en sont arrivés à se hurler dessus ? Et à ce que Dementia s'en aille ?
- Je sais pas.
- Et on s'en moque, s'écria Ron, bon sang Hermione ! Il s'en est prit à Harry ! Physiquement ! Et pour rien, parce qu'il n'a pas eu le dernier mot avec sa fille ! Harry il faut prévenir Dumbledore.
- Dumbledore ne fera rien Ron.
- Tu n'en sais rien.
- Il est déjà au courant. Et il ne fait rien. Il m'a ramené ici après ma fuite alors qu'il savait ce qu'il s'était passé et ce qui allait m'arriver...
Ron et Hermione restèrent sans voix.
- Et Sirius ? demanda Hermione d'une toute petite voix.
- Il est au courant aussi.
Hermione serra Harry dans ses bras.
- Il va se calmer, Harry. J'en suis sure. Tout va bien se passer.
- Et puis vieux, ma mère a déjà décrété que tu devais rester chez nous souvent, elle va en parler à Rogue. Ne t'inquiète pas. »


«- Alors ? Demanda le rouquin en s'allongeant dans l'herbe.
- Alors quoi, répliqua prudemment Harry.
- Harry, je t'en prie, pas à moi, soupira Ron, quand Rogue est entré dans notre salle commune hier soir tu étais aussi nerveux que Miss Teigne entourée de loup garous. Alors je suis inquiet...
- Tu n'as aucune raison d'être inquiet, riposta Harry d'une voix qu'il espérait ferme.
Ron se redressa vivement, apparemment indigné de la réponse de son ami.
- Aucune raison d'être inquiet ? Moi je trouve que quand je te vois trembler comme une feuille en présence de Rogue alors que tu as combattu Quirell en première année, le Basilic en deuxième, Pettigrow en troisième et tu-sais-qui en personne l'année dernière, après avoir au passage fait la course avec un Magyar et fait trempette avec des strangulots, je trouve qu'au contraire j'ai d'excellentes raisons d'être inquiet. Bon sang Harry, mais qu'est ce qu'il t'a fait ?
- Rien, assura Harry, rien que tu ne sais déjà. Sérieusement, ajouta t il devant l'air septique de Ron. Mais il m'a interdit de me battre, il a juré que si je me battais, il me flanquerait une autre correction et j'ai un peu perdu mon sang froid avec Malefoy dans le train. Tu parle de ce qui est arrivé, mais j'étais dans le feu de l'action, et crois moi ça fait une sacrée différence. Là je dois juste rester passif et immobile en serrant les dents en en attendant qu'il décide d'arrêter de frapper.
- Il ne t'a frappé que deux fois n'est ce pas ? Tu me le dirais sinon ?
- Oui, promis Ron, je te le dirais.
Ron soupira mais ne répondit rien. Il se contenta de se laisser retomber en arrière, se servant de sa cape comme coussin.
- Mouais, en tout cas, ca va être mortel cette année...
- Pourquoi tu dis ca ? demanda Harry, perplexe.
- Ben si on ne peut plus faire nos sorties nocturnes, nos blagues... et en plus si j'ai bien compris, va falloir bosser... je veux dire plus que d'habitude... ca va être gai...
- Oui bon, je vais pas non plus devenir un deuxième Hermione !»


«Harry stoppa net. Hermione se tourna vers lui les sourcils froncés.
- Harry ? on va être en retard...
- Peux pas... souffla le jeune homme d'une voix rauque.
Hermione ouvrit la bouche pour protester mais Ron la prit de vitesse, prenant sa décision en un éclair.
- ok. Retourne te coucher. Tu en as besoin. Je lui dirais que tu ne te sentais pas bien.
Harry tourna aussitôt les talons et fila sans demander son reste.»


- J'abandonne ! Je perds mon temps, s'énerva Rogue, Tu ne fiches rien !

- Ce n'est pas vrai ! J'essaie ! Mais je n'y arrive pas ! Vous ne m'expliquez rien ! Vous me hurlez dessus mais à part ça...

- Ca suffit Harry ! gronda Rogue, irrité par le ton qu'employait l'adolescent, je ne peux pas t'expliquer mieux que ce que je l'ai fais ! Il faut que tu trouves un moyen personnel de me bloquer. L'esprit ne fonctionne pas comme une simple formule ! Tu dois trouver ta propre technique !

- Oui et bien je n'y arrive pas !

- Et bien il va falloir que tu te débrouilles ! Le seigneur des ténèbres n'attendra pas que tu sois prêt !

- Il s'appelle Voldemort ! Hurla Harry. Voldemort ! Voldemort ! Allez y dites-le ? Quoi vous n'êtes pas capable de prononcer un simple nom ? Vous n'êtes qu'un lâche.

La gifle le prit par surprise et le jeta au sol. Severus tremblait de rage. Il se pencha et le releva par le col de sa chemise.

- Dehors ! Fous-moi le camp ! Jusqu'à nouvel ordre ! Tu ne viens plus à l'appartement, tu ne viens plus en potion, ca ne servira à rien, nous n'allons faire que des révisions, rien que tu ne puisses bosser dans ton coin avec un bouquin, tu ne mets plus les pieds à l'appart... Jusqu'à nouvel ordre ! Présente toi devant moi avant que je ne t'y autorise et je te jure que ou qu'on soit, devant qui que ce soit, je te remets la même correction qu'au début de l'année scolaire ! Et cette fois, je ne te soignerais pas ! Vu ?

Terrorisé Harry hocha frénétiquement la tête. Rogue le propulsa dans le couloir et lui claqua la porte au nez.
Sans demander son reste, l'adolescent, courut sans s'arrêter jusqu'à ce qu'il soit en sécurité dans la tour de Gryffondor.
Ron et Hermione furent choqués de la réaction du maitre des potions. Hermione surtout était outrée qu'il interdise le cours de potion à Harry, les BUSEs étant dans moins de deux semaines. Elle promit à Harry qu'elle l'aiderait à réviser une dernière fois pendant le week-end.

Après une longue partie de trivial poursuit sorcier, ce qui permit aux garçons de réviser sans s'en rendre compte et surtout de détendre Harry, le trio capitula et alla se coucher.
Harry s'endormit presque aussitôt, épuisé physiquement et nerveusement.

Le rêve débuta de manière tout à fait normale.

Harry se trouvait dans le hall du ministère de la magie. Il reconnu l'étage du département des mystères. Il était passé par cet étage lorsqu'il avait fait son stage d'apprenti auror. Il reconnaissait sans peine le dallage noir.
Il avançait le long du couloir et tout devenait de plus en plus sombre. Il n'y voyait qu'à trois pas. Il se trouva très vite nez à nez avec une porte. Il regarda par dessus son épaule, hésitant à la franchir et sursaute en voyant qu'un mur s'était dressé juste derrière lui, ne lui laissant d'autre alternative que de pousser la porte.
La pièce dans laquelle il entra était tout aussi sombre que le couloir. Cela ressemblait à une cave, il pouvait distinguer des étagères de bois sombre. Il perçut un mouvement sur sa gauche et se dirigea vers la source.
Il retint un cri de surprise en tombant nez à nez avec Sirius, le visage couvert de sang. Il retint son souffle, horrifié, contemplant le sang qui coulait sur le côté gauche du visage de son parrain.

- Je suis la, cria Sirius, viens m'aider !

- Sirius, gémit Harry.

La scène devint noire et soudain le visage de Voldemort envahit le champ de vision de l'adolescent.

- Trop tard ! Tu arrives trop tard, Potter, comme toujours...

Harry se réveilla en sursaut. Il regarda autour de lui et soupira de soulagement en constatant qu'il se trouvait dans son dortoir.
Son rêve lui revint par vague et la nausée l'envahit. Il sauta hors de son lit et se précipita sur Ron qu'il secoua de toutes ses forces.
Le rouquin ouvrit un œil vitreux et se redressa brutalement en voyant un Harry hystérique à son chevet.

- Quoi ? Harry qu'est ce qu'il y a ?

- Sirius, arriva à prononcer Harry d'une voix rauque. Voldemort a Sirius !

Commentaires (8)

1. RogueMaster 17/02/2010

Mdr !! Enorme cette deuxième partie !!! Alors là, la mère Ombrage va s'en souvenir !! Elle est trop dans la mouise et c'est bien fait pour elle !!!

J'ai vraiment adoré cette partie, encore plus que la première. Je me suis demandé dans quoi tu allais nous embarquer pendant un instant avec tous ces renvoies !!! ^^

Je continue ma lecture Xd


Ohoh ! Et hop là, encore une couche pour Ombrage !!!

ohoh ça devient grave intéressant ! Tu es sadique de nous laisser la dessus ^^. Bon là il est 2H20 du matin et je suis naze et peu productive niveau commentaire ! Je reviendrais plus tard t'en laisser un mieux, bien plus développer oki ^^?

Bon en tout cas, j'ai adoré ce nouveau chapitre du début à la fin ! :D

Gros bisous!

2. Fan-Fictions-Infos 17/02/2010

Depuis un petit bout de temps je lis ta fictions ,elle et , super , ( je dirais même généralissime ! )

La personnalité des personnages , les hauts et les bats , les petite phrase qui pique remplie de sarcasmes .

La rébellion d'Harry , n'empêche au fur a mesure que je lis cette fic , je m'aperçois que même le manque de confiance qui il y as parfois, ils sont quelque part , de plus en plus soudée ( du moins sur certain points ) .

C'est avec un plaisir immense que chaque jour je venais lire deux ou trois chapitre selon le temps que j'avais .

Je nais qu'une hâte de pouvoir lire la suite !

J'espère que tu vas te rétablir assez vite ( d'après ce que j'ai compris en lisant les commentaire )

P.S : Il y as t-il un moyen d'être prévenus de la suite ??

Bisou
Saba

3. Brigitte 17/02/2010

c est rigolo tu as en tout point le même caractère que moi quand mon PC ne veut pas marcher (ce qui est souvent le cas malheureusement)

a bientot
bizzzzzzzzz

j adore ta fic j adore demi son caractere est a la fois volcanique et femme enfant toutefois elle fais une ennemie redoutable n'est ce pas ombrage
voyons maintenant la suite j'espère que tout va bien se passer pour sirius

bisous



au fait je te souhaite un rétablissement pour ta grippe moi je l'ai encore j'ai un mal de crane a me taper la tète contre les murs une horreur et j'adore mon lit alors j'espère que toi tu vas mieux
allez bon courage et a bientot

big bisous

4. Morphée 17/02/2010

Aaah, et l'humiliation se poursuit, ce propage à tous les professeurs, toute la grande salle x) Trop classe !
Par contre Rogue à raison, c'est super dangereux ce qu'elle à fait... Je suis sûre que Bellatrix va vouloir l'attirer par le biais de Lucius s'il le faut... ou pire... et si elle se retrouvait piégée et obligée de prendre la Marque? brrrr... Non merci... Alala Rogue s'inquiète, et à juste titre. Moi aussi.

Ce qui n'est pas bénéfique pour Harry, malheureusement. 24 heures de gentillesse et d'attention, Rogue pouvait-il faire plus? x) Remarque qu'il doit fort s'inquiéter du danger que court Démentia avec Voldemort alors du coup pour Harry aussi... Normal. Pff, pas facile la vie de parent !
Harry devrait s'entrainer le soir à vider son esprit. IL DEVRAIT bordel ! la preuve tout part en couille le chapitre suivant...

Alala, début des catastrophes. Le chapitre et toujours aussi bien mené. <3


Et voilà, voilà , LA, tout ce qui avait était mise en place au début se brise. Harry Bordel ! Bon okay Rogue est impatient, mais c'est parce qu'il est INQUIET !! (Bon, et puis si il lui expliquait clairement ce qu'il risque s'il n'apprends pas?!)
Et là franchement Harry ! mais c'est vraiment qu'il inconscient doublé d'un sacré ingrat ! Provocation, toujours de la provocation, tssss....
Rogue a bien réagi. Fout le camp le môme. Même si ça va poser des problèmes à cause du rêve... Rêve qui ma foi m'inquiète beaucoup; que va devenir Sirius dans tout ça? Va-t-il mourir? *pitié non* Harry va-t-il foncé comme un griffondor sans cervelle et sans prévenir personne? Peut être au moins Démi ! J'espère qu'elle aura l'occasion de voir Sirius et et comprendre que ce n'est qu'une manigance ! et qu'Harry apprendra mieux l'oclumencie !
J'espère vraiment que Sirius s'en tirera vivant et Démi aussi, et qu'elle aura pas de problèmes critique avec sa mère... (*mais sur quelle planète tu vis ma pauvre? les bisounours c'est à coté !* xD)

Okay, t'assure carrément, je te fais confiance. Bravo pour le ficelage de ce chapitre, excellent, et ton style, et les petites remarques piquantes et ton inspiration fantastique !


Et puis j'aime pas quand tu es malade, j'espère que tu es complètement guéri maintenant ! je t'ai soutenu moralement de loin... C'était une migraine? J'ai lu "Le droit de vivre" il y a 5 mois et c'était très touchant. Je voudrais que tu n'en aies jamais. Bisous, reposes-toi bien. <3

On attendra le temps qu'il faudra pour la suite ! =D

Wahou, ce serait immeeeeennnnnnce d'avoir un chapitre toutes les deux semaines ! T'as dû prendre vachement d'avance !
Bah en tout cas bravo pour ton travail, t'es (réellement) trop forte. J'ai hâte de savoir la suite.

J'espère que tu va bien, santé, moral, tout ça tout ça =)
Pleins de Bisous,
Morphée.

5. cam 17/02/2010

vite la suite viiite

6. Vaneyssa 17/02/2010

Coucou ! Je viens de lire ta fic & je ne sais pas comment m'exprimer qur celle ci!
Elle est vraiment superbement bien écrite, je t'envoie toutes mes félicitations.
En éspérant avoir la suite très bientôt, continues come ça c'est super.

7. claire 17/02/2010

encore un excellent chapitre!décidément la relation harry\rogue n'est pas de tout repos!merci encore!

8. sevy 17/02/2010

Génial, comme d'habitude, Harry n'arrive pas à "y arriver", faut dire qu'avec Rogue, il est toujours angoissé !! Et Sirius va-t-il mourir encore une fois ? Vivement la suite et bon rétablissement.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site