chapitre 20.1

Dementia laissa Harry dans le hall devant la grande salle. Elle lui fit un clin d'œil avant de s'engouffrer dans le couloir menant à la bibliothèque. Harry retint un sourire amusé devant l'air désespéré qu'affichait la jeune femme en se rendant vers le lieu de son supplice.

Le jeune homme leva les yeux au ciel et prit la direction de la tour de Gryffondor. A son grand soulagement il ne croisa ni le professeur Ombrage, ni Rusard, ni aucun Serpentard. Il rencontra quelques Serdaigle qui le saluèrent, Cho Chang qui s'empourpra en lui souriant timidement puis encore quelques élèves qu'il vit à peine, l'esprit toujours focalisé sur la belle asiatique.

Il entra enfin dans la salle commune et lança son sac dans un coin de la pièce.

- Tiens un revenant.

Il sursauta au son de la voix familière de Ron.

- Salut... bonnes vacances ? demanda-t-il d'un ton enjoué.

- Si on excepte les lamentations d'Hermione sur le pourquoi du comment tu es parti en vacances sans prendre la peine de nous dire au revoir...

- Je vous ai envoyé une lettre pour vous expliquer, protesta Harry, indigné.

- Oui, railla Ron, trois lignes qui n'expliquent rien.

Le rouquin sortit un parchemin plié de sa poche arrière et lu le contenu à voix haute.

« Salut les gars, »

- D'ailleurs, commenta Ron, Hermione a vachement apprécié le « les gars »...

« Désolé de ne pas passer vous dire au revoir mais mon père sera trop occupé demain pour me mener chez Sirius, il m'y a donc déposé ce soir. Passez de bonnes vacances, on se revoit à la rentrée. »

- Je la voyais nettement plus longue, marmonna Harry.

Ron leva les yeux vers son meilleur ami, soudain bien plus sérieux.

- En temps normal je me serais juste dit que j'allais te botter les fesses des que je te mettrais la main dessus pour t'être tiré sans prendre la peine d'écrire un mot décent ou de passer dire au revoir, mais étant donné les circonstances...

- Les circonstances... grogna Harry qui sentit sa gorge s'assécher.

Il n'avait pas envie de s'attarder sur le sujet. Il savait que Ron ne le jugerait pas, pas plus qu'Hermione d'ailleurs, et même s'il avait conscience d'être allé bien trop loin dans l'insolence avec son père, il était sur que ses amis ne lui jetteraient pas la pierre.
Mais il n'avait pas envie d'en parler. Il n'avait pas envie d'expliquer à Ron qu'il avait reçu une nouvelle correction et que celle ci avait été pire que les précédentes. Pas tant en terme de douleur, car la correction à la canne qu'avait provoqué Ombrage avait été bien plus douloureuse, mais il savait qu'il avait déçu Sirius et Dementia. Même si, contrairement à la jeune femme, l'animagus ne lui avait fait aucun reproche, il avait vu le regard de son parrain lorsque celui ci avait congédié Rogue.

Il soupira imperceptiblement mais cela n'échappa pas à son ami.

- Harry ? demanda t il d'une voix tendue, Est ce qu'il t'a...

- Ron, coupa l'adolescent ; je suis désolé, j'aurais du vous écrire une lettre plus longue, mais tout va bien ok ?

Son ok sonnait plus comme une demande désespérée que comme une affirmation mais Ron acquiesça. Si Harry ne voulait pas en parler, il ne le forcerait pas.

Hermione entra et ses sourcils se froncèrent en apercevant Harry. Se transformant aussitôt en missile à tête chercheuse, elle fonça vers le jeune homme. Ron leva les yeux au ciel et intercepta la jeune femme. Elle lui lança un regard noir et il secoua la tête. Hermione soupira mais capitula immédiatement.

- Prêts à reprendre ? Se contenta-t-elle de demander avec un sourire un peu forcé.

- Pas vraiment, répondirent les garçons en cœur, ce qui eut pour effet de déclencher un fou rire qui détendit enfin l'atmosphère.

Harry monta relativement tôt à son dortoir contrairement à ses habitudes. Ce n'était pas tant qu'il avait sommeil, mais il voulait éviter qu'Hermione ne trouve le courage de l'interroger. Il savait qu'il ne résisterait pas face à ses deux amis.

Il ferma les yeux, bien décidé à ne parler à personne et à faire semblant de dormir. A force de simuler le sommeil, il finit par s'endormir pour de bon.

Le lendemain matin, le trio enchaîna la matinée et le repas de midi sans croiser le professeur Rogue. Harry fixa quelques secondes la place vide à la table des professeurs avant de secouer la tête et de reprendre sa conversation avec Ron.

A 14h, Hermione dut littéralement les traîner vers le cours de défense contre les forces du mal. Harry, surtout, traînait les pieds, ne cessant de répéter qu'il avait un mauvais pressentiment.

Hermione lui répondait qu'il se faisait des idées tout en le tirant derrière elle. Ron lui, était frappé du même pressentiment qu'Harry mais Hermione lui lança un regard noir, lui interdisant de faire part de ses angoisses à voix haute. Elle avait le même pressentiment que les garçons mais comme elle savait bien qu'il était inenvisageable qu'Harry se mette à sécher les cours de défense dès qu'il avait le sentiment que quelque chose pouvait mal se passer. Elle préférait de loin essayer de l'aider à rester calme plutôt que de le paniquer encore plus en abondant dans son sens.

Les garçons s'assirent à contrecœur au fond de la salle de défense tandis qu'Hermione prenait place derrière eux, aux cotés de Neville. Le professeur Ombrage fit son entrée quelques secondes plus tard.

- Bonjour les enfants !

- Bonjour professeur, répondit l'ensemble de la classe d'un ton morne.

La replète petite sorcière darda un regard froid sur Harry et dit d'une voix faussement enjouée.

- Je n'ai rien entendu Monsieur Potter...

- Bonjour professeur, répondit Harry à contrecœur après avoir reçu un coup de pied discret de Ron.

La sorcière le fixa quelques secondes, les yeux plissés, avant de faire demi-tour vers son estrade.

- Ca commence fort, murmura Ron, récoltant un regard inquiet de son ami.

- Silence ! ordonna Ombrage, sans s'adresser à quelqu'un en particulier, vous pouvez fermer vos livres et ranger vos baguettes. Nous devons aujourd'hui parler des BUSEs et, bien sur de ce j'appelle l'après-BUSEs.

Elle contourna son bureau d'un pas tranquille et s'assit sur sa chaise avant de reprendre.

- Je n'accepterai dans ma classe l'année prochaine que les personnes qui auront obtenu un optimal à leurs buses. Certaines personnes ayant obtenues un effort exceptionnel pourront être acceptées sur étude de leur dossier scolaire. Qui dans cette classe a l'intention de conserver cette matière pour les aspics ?

Plus de la moitié des élèves levèrent la main. Ombrage émit un petit rire perlé et s'exclama.

- Monsieur Potter ? Pourquoi diable voudriez-vous continuer cette matière ?

- Un aspic en défense est nécessaire pour devenir auror, professeur, répondit Harry en serrant les dents pour ne pas s'énerver.

- Auror ? Les élèves aurors sont choisis par le ministre, monsieur Potter, et croyez-moi, connaissant votre propension au mensonge et à l'insubordination, jamais Mr le ministre ne validera votre candidature.

- J'espère bien que cet incompétent ne sera plus ministre le jour ou je postulerais pour l'école d'auror, siffla Harry, perdant patience et arrachant une exclamation horrifiée à Hermione dans son dos tandis que le professeur verdissait de rage.

- Comment osez-vous, Potter ? Ce n'est plus de l'insolence, c'est de la trahison !

- Fudge est un politicien, riposta sèchement Harry, un politicien qui risque bien de ne pas être réélu des que les gens se rendront compte qu'il ne fait rien d'autre que nier l'évidence ! Espérer qu'un autre sera élu à sa place n'a rien à voir avec une trahison !

- Taisez-vous ! couina Ombrage, manifestement hors d'elle, je ne veux plus entendre un mot sortir de votre bouche ! Plus un seul mensonge ! Plus une seule calomnie ! Vous viendrez en retenue ce soir Monsieur Potter ! Et tous les soirs de la semaine ! A 18h !

- Il y a le repas à 18h professeur, murmura Hermione.

- Taisez-vous Miss Granger. 18h Potter ! Prenez tous vos livres ! Chapitre 10 à 12 !

Devant la fureur évidente de leur professeur, aucun élève n'osa protester de quelque manière que ce soit et tous ouvrirent leur livre au chapitre indiqué.
A la fin de l'heure, elle leur fit signe de sortir d'un geste sec.

Harry s'éloigna a grand pas dans le couloir, furieux et inquiet. Dementia, qui était en train de discuter avec le professeur Flitwick sur le pas de sa classe, leva un sourcil interrogateur vers lui.

- Retenue !

- Encore ! s'exclama la jeune femme. Qu'est ce que tu as encore fais ?

- Rien, grogna Harry, j'ai juste espéré que le ministre ne serait pas réélu, mais apparemment je n'ai pas plus le droit d'avoir une opinion ici qu'ailleurs.

- Quelle heure ta retenue ? demanda Demi sans relever les accusations de l'adolescent.

- 18h.

- A l'heure du repas ?

- Peu importe. Prévient père. J'étais censé avoir un cours demain soir mais bon... Ca va encore me retomber dessus.

- Très bien soupira Dementia, j'irais le voir.

Sans répondre, Harry s'engouffra dans la salle de sortilège et prit place, les dents serrées. Hermione et Ron le suivirent en soupirant.
Il ne desserra pas les dents de tous le cours de sortilège, ni des deux heures d'histoire de la magie qui suivirent.
A 18h, il se rendit à la salle de défense se répétant en boucle l'ordre de rester calme pour ne pas envenimer les choses.
Lorsqu'il entra dans la salle, le professeur Ombrage ne leva même pas les yeux vers lui et désigna la table du menton.

- Vous connaissez la chanson, Potter.

- Que dois-je écrire, professeur ?

- Je ne dois pas manquer de respect à l'autorité.

Harry ne répondit pas et commença à écrire, les dents serrés, le moins vite possible afin de ralentir au maximum l'écoulement de sang de sa main gauche.
Ombrage ne le laissa partir qu'à minuit.
Il remonta lentement à la salle commune, les dents serrées, essayant de faire abstraction de la douleur.
Ron était seul dans la salle commune, endormis sur le canapé, où il avait visiblement tenté de l'attendre le plus longtemps possible. Hermione avait dû aller se coucher en élève sage qu'elle était mais Harry ne put retenir un sourire reconnaissant en voyant un bol d'essence de murlap posé sur la table basse à coté de Ron, ce qui prouvait qu'elle avait pensé à lui avant de renoncer à l'attendre plus longtemps.
Il plongea la main dans le liquide jaunâtre avec un soupir de soulagement avant de sortir ses livres et une pile de parchemin et d'attaquer ses devoirs de métamorphose et de potion.

La journée du lendemain se passa dans le calme, Harry étant trop épuisé après une nuit presque blanche pour alimenter une quelconque conversation. Rogue ne lui adressa pas une parole pendant le cours de potion ce qui énerva et soulagea à la fois l'adolescent.

Le soir il se rendit à sa retenue, dormant a moitié et, sans attendre l'ordre de la sorcière, il saisit la plume enchantée et commença à écrire.
A 19h, Ombrage l'interrompit, alors qu'il arrivait de plus en plus difficilement à retenir les larmes de douleur et de rage qui lui brûlaient les paupières.

- Vous pouvez partir Monsieur Potter. Votre père vous attend dans son bureau pour discuter avec vous de cette nouvelle retenue... Je n'ai pas pu lui refuser le droit de sévir par lui même...

Harry déglutit et prit la direction des cachots. Voilà, on y était, son père avait décidé de punir réellement pour l'attitude qu'il avait eue en présence de Sirius.
Il se sentait tellement fatigué qu'il n'était pas sûr de réussir à supporter une nouvelle punition made in Rogue comme disait Seamus.
Malgré la lenteur de sa démarche, il ne tarda pas à se retrouver devant la porte du bureau de son père et se résolut à frapper.

- Entre.

La voix de Rogue était sèche mais dénué d'agressivité. Harry entra dans le bureau et posa ses affaires sur une chaise, jetant de fréquents coups d'œil en coin au maitre des potions.
Rogue s'appuya contre son bureau les bras croisés et leva un sourcil interrogateur vers Harry qui déglutit avec difficulté.

- Si j'ai bien compris, commença-t-il d'un ton sévère, tu ne voteras pas pour Fudge une fois majeur...

Harry eut un mouvement de surprise et Rogue eu un demi sourire amusé. Il tendit le bras vers l'adolescent.

- Approche.

Méfiant, le jeune homme obéit, prêt toutefois à sauter en arrière si son père tentait de le frapper, bien qu'il sache qu'il n'avait aucune chance d'éviter une punition ainsi.
Mais Rogue se contenta de vérifier sa température en posant une main sur son front.

- Tu as dormi cette nuit ?

Harry hésita avant de secouer négativement la tête.

- Bon, soupira Severus, nous n'allons pas travailler très longtemps. Je sais que tu es fatigué et je te promets d'y aller doucement, mais je te préviens tout de suite que je ne veux pas revoir la même attitude qu'avant les vacances. Suis-je clair ?

- Oui père, murmura Harry, tout de même soulagé de la tournure des événements.

- Parfait. Nous allons travailler une petite demi-heure. Ensuite tu remonteras à ta salle commune pour te reposer. Je t'ai fais préparer un sandwich, tu pourras manger avant d'aller te coucher.

Harry esquissa un sourire reconnaissant. Severus sortit sa baguette.

- Allez. Respire à fond. Vide ton esprit. Un, deux, trois, légilimens !

" - De la provocation gratuite ! Voilà ce que c'était, hurla Dementia.
Sirius, un sourire moqueur aux lèvres, tapota légèrement l'épaule de son filleul avant de sortir de la pièce.
- Dégonflé, murmura la jeune femme, et toi, reprit elle d'un ton furieux, n'espère même pas ma compassion pour la raclée que tu viens de prendre, parce que j'aurais pu te la mettre moi même !
Harry détourna le regard, ses yeux se remplissant instantanément de larmes, faisant retomber immédiatement la colère de Demi.
- Harry, soupira-t-elle en tendant les bras, je sais que tu es fatigué, énervé et que l'apprentissage de l'occlumencie n'est pas facile, mais il faut vraiment que tu te contrôles.
L'adolescent hocha la tête avant d'enfouir sa tête dans le cou de la jeune femme et de la laisser le serrer contre elle. "


" - Harry, il va vraiment falloir que tu te calme.
- Je sais.
- Tu ne pas continuer à provoquer Severus ainsi. Qu'est ce qu'il te prend ? Tu n'as jamais agi comme ça.
- Je suis désolé, répondit le jeune homme en détournant le regard.
- Ce n'est pas à moi qu'il faut le dire "

La connexion s'interrompit et Harry détourna immédiatement les yeux, mal à l'aise. Rogue secoua la tête d'un air amusé.

- Je pourrais parier que tu aurais préféré ne traiter qu'avec moi sur ce coup là.

- C'était vrai, murmura Harry de manière à peine audible.

- Quoi donc ?

- Que je suis désolé.

- Si l'on considère qu'il s'agit là d'excuse, tu peux également considérer qu'elles sont acceptées.

Harry hocha la tête, toujours aussi mal à l'aise. Il ne put empêcher un bâillement, ce qui fit sourire Rogue.

- Allez, une dernière fois et je te libère. Un, deux, trois, légilimens !


" Harry soupira en voyant un T griffonné rageusement dans le coin supérieur droit de la copie.
- Un problème, monsieur Potter ? demanda Ombrage d'une voix faussement mielleuse.
- Non professeur, répondit le jeune homme en serrant les dents."


" - Tu dois le dire à Dumbledore, Harry, décréta Hermione d'un ton sec.
- Il s'en fiche ! Regarde, il laisse Rogue faire ce qu'il veut...sans réagir...
- Ce n'est pas pareil Harry. Dumbledore est coincé par la loi... mais là tu dois...
- Ca ne sert à rien je te dis, la coupa Harry.
- Tu dois le dire à Rogue, intervint soudain Ron.
- Pardon ?"


" - Il faut que tu le dises au professeur Rogue, Harry, attaqua Hermione à peine installée à la table des Gryffondor pour le petit déjeuner, comme elle le faisait chaque matin depuis qu'elle avait découvert les blessures recouvrant la main de son ami.
- Change de disque Hermione."


- Qu'est ce que tu dois dire à Rogue, demanda le professeur en fronçant les sourcils, sitôt sortit de l'esprit d'Harry.

- Rien, répondit un peu trop précipitamment le jeune homme.

- Harry...

- Rien du tout, je vous jure, répéta l'adolescent avec un début de panique dans la voix.

Severus ne réfléchit qu'un quart de seconde avant de lever sa baguette et de crier.

- Legilimens!


" - Bien Monsieur Potter, vous allez me faire des lignes. Vous trouverez ici un parchemin et une plume. Vous n'aurez pas besoin d'encre. Ecrivez : je ne dois pas dire de mensonge.
- Combien de fois, demanda Harry d'une voix résignée.
- Nous verrons cela...
Harry commença à écrire et les mots qu'il écrivait en rouge vif sur le parchemin se gravèrent sur le dos de sa main gauche.
Il serra les dents et continua à écrire sans proférer la moindre plainte."

Sans qu'Harry ne sache comment il avait fait, Rogue fut violemment expulsé de son esprit et dut reculer de trois pas pour ne pas perdre l'équilibre.

- Qu'est ce que c'était que ça, siffla t il, visiblement furieux.

- Je... je sais pas, balbutia Harry, se méprenant sur la colère de son père, je ne sais pas comment j'ai fais, je vous jure.

- Fais-moi voir ça, ordonna Rogue, faisant un pas en avant.

Aussitôt, et sans réfléchir, Harry fit volte face et se précipita vers la porte, dans l'évidente intention de fuir sans demander son reste.
Rogue le rattrapa en deux enjambées et le saisit par le bras.

- Harry ça suffit, je ne plaisante pas et ça n'a rien d'un jeu, montre moi ça.

L'adolescent commença à paniquer et se débattit proférant des excuses sans queue ni tête. Rogue le saisit par la nuque pour le calmer.

- Harry! Harry, bon sang, arrête ! Calme-toi !

Il maintint la pression sur la nuque de l'adolescent jusqu'à ce que celui ci cesse de se débattre, plus par fatigue que parce qu'il avait retrouvé son calme. Il retourna le jeune homme face à lui, notant au passage les larmes contenues qui brillaient dans les yeux de l'adolescent.

- Montre-moi, répéta-t-il calmement.

Vaincu, Harry hocha la tête et tendit la main, celle-ci tremblant légèrement. Severus remonta la manche du pull et grimaça en voyant les fines coupures où les phrases « je ne dois pas dire de mensonges » et « je ne dois pas manquer de respect à l'autorité » se mélangeaient. Severus leva les yeux vers son fils qui évitait son regard en se mordant les lèvres.

- Regarde-moi Harry.

L'adolescent ferma les yeux un instant, comme pour retenir ses larmes et croisa enfin le regard de son père.

- Depuis combien de temps ça dure ?

- Depuis que... vous savez... la fois ou...

Harry déglutit et lui jeta un air suppliant, n'ayant aucune envie de reparler de la sévère correction qu'il avait reçu au début de l'année. Rogue hocha la tête.

- Pourquoi tu ne m'as rien dit ?

Harry détourna la tête sans répondre. Severus soupira. La réponse était évidente. Harry n'avait pas confiance en lui. Il avait pensé que soit il se moquerait de lui en lui disant qu'il n'avait que ce qu'il méritait, soit il se mettrait en colère.

- Harry, je ne t'ai pas adopté uniquement pour user de mon autorité. Je suis également censé te protéger mais je ne peux rien faire si tu me caches des choses pareilles. Il est absolument hors de question que je laisse qui que ce soit, et encore moins cette vieille folle, te torturer de la sorte. Je ne veux plus que tu te rendes à la moindre retenue de sa part. Si elle te met à nouveau en retenue ou si elle te demande des explications, tu lui dis que tu obéis à mes ordres et tu t'en vas. D'accord ?

Harry se contenta d'hocher la tête, la gorge trop serrée pour parler. C'était un tel soulagement de savoir que quelqu'un savait. Quelqu'un qui allait s'occuper de tout.

Rogue passa une main dans ses cheveux et pressa doucement la main sur sa nuque en signe de réconfort.

- Monte te reposer. N'oublie pas ton sandwich. Je suppose que tu sais déjà que l'essence de murlap fait des merveilles ?

Harry hocha la tête.

- Bien, alors va. Je m'occupe de tout.

Harry hocha de nouveau la tête et prit la direction de son dortoir, le sandwich entre les mains. Il ne réalisait pas vraiment ce qu'il venait de se passer. Il avait hâte d'en parler à Ron et Hermione.

Resté seul, Severus inspira et expira à fond plusieurs fois. Une fois qu'il se sentit suffisamment maître de lui même, il sortit des cachots et prit la direction du bureau de Dolores Ombrage.

***

- Vous vous oubliez Severus, fit Ombrage d'une voix mielleuse, vous oubliez à qui vous parlez.

- Je ne crois pas. Je m'adresse à un professeur qui torture un élève.

- Le décret d'application n°23 stipule que les professeurs ne peuvent en aucun cas remettre en cause l'autorité de...

- Je ne suis pas la au titre de professeur Dolores, alors arrêtez vos simagrées. Je suis là en temps que parent d'élève.

Il fit un pas en avant et la minuscule sorcière sembla se ratatiner davantage.

- Si j'apprends que vous avez, de quelque manière que ce soit, à nouveau blessé mon fils, je vous jure que pas un ministre sur cette terre ne pourra vous protéger. Me suis-je bien fait comprendre ?

Sans attendre la réponse de la « grande inquisitrice, Severus fit volte face et sortit avant de perdre son sang froid et de la coller au mur d'un sort de son invention. Il l'entendit piailler dans son dos un : « vous êtes mis à l'épreuve » rageur.
Il résolut d'écrire immédiatement au ministre et à Amelia Bones, la nouvelle présidente du mangenmagot, depuis qu'Albus en avait été évincé, afin de déposer une plainte officielle contre Dolores Ombrage, afin de couvrir ses arrières.

Il redescendit vers ses appartements et en ouvrit violemment la porte, faisant sursauter Dementia qui somnolait dans un fauteuil.

- Tu étais au courant ? aboya-t-il.

- Non, protesta la jeune femme avant de froncer les sourcils, attends.... au courant de quoi ?

- Harry !

- Quoi Harry ? Qu'est ce qu'il s'est encore passé, soupira-t-elle.

Severus soupira et entreprit de raconter les derniers événements à sa fille, sans oublier sa récente mise à l'épreuve.

- Tu me fais marcher, s'exclama Demi en se redressant sur son siège.

- J'ai l'air de plaisanter ?

- Mais pourquoi il n'a rien dit ? Au moins à moi, s'il avait peur de te parler.

- Je ne sais pas Dementia. Je me plante une fois sur deux avec ce gamin. Toujours est-il qu'Ombrage sait désormais que Harry n'est pas seul.

- Oui génial, maintenant tu vas te faire virer...

- Je n'ai jamais aimé enseigner, la provoqua-t- il, et puis j'ai des économies...

- Et quand tu n'en auras plus ?

- Tu m'entretiendras... Ca vaudra pour...

- ...Le laboratoire de Beauxbâtons que tu n'as toujours pas fini de payer, je sais, soupira Dementia. Bon, on ne pourra rien faire ce soir et je préfère laisser Harry tranquille. J'ai des copines qui m'attendent, mentit-elle, je file.

Elle embrassa rapidement son père sur la joue et sortie avant qu'il ne décide de lui poser des questions.
Elle monta immédiatement jusqu'au bureau de Dolores, tentant de contrôler sa fureur. Elle frappa sèchement à la porte et se força à attendre l'invitation à entrer qui ne tarda pas à retentir.

- Bonsoir Dolores, lança-t-elle sèchement en entrant dans le bureau.

- Dementia, asseyez-vous très chère, que puis-je pour vous ?

- Me dire qu'elle mouche vous a piquée ? Qu'est ce qui vous a pris ?

- Tout ceci ne vous concerne pas, ma chère.

- Il s'agit de mon frère !

- Depuis quoi ? Pas tout à fait un an ? Dementia, ne soyez pas ridicule !

- Peu importe depuis combien de temps il fait partie de la famille, le fait est qu'il en fait partie. Vous ne croyez pas qu'Harry a suffisamment souffert sans qu'une folle furieuse n'en fasse sa tête de turc ?

- Je ne vous permets pas, jeune fille !

- Me permettre ? Vous outrepassez vos fonctions Dolores ! Et vous le savez ! Je me demande ce que le ministre peut penser de cela. Je doute qu'il accepte de mettre en péril son précieux poste et c'est exactement ce qu'il va se passer quand les parents apprendront vos méthodes. Ce que mon magazine se fera un plaisir de rapporter !

- Ca suffit, hurla Ombrage, perdant son sang froid. Vous allez préparer vos affaires et quitter ce château ! Vous êtes renvoyée ! J'aurais du savoir que le sang qui coule dans vos veines ressortirait à un moment donné ! Vous pourrez faire savoir à votre père qu'il peut préparer ses paquets également. Je déclenche sa semaine de préavis ! Je ne veux plus voir un seul Rogue dans ce château !

Dementia se leva calmement et se dirigea vers la porte.

- Renvoyée ? Je ne pense pas... Vous devriez apprendre à mieux choisir vos adversaires, Dolores. Et croyez moi, dans le cas présent, vous ne faites pas le poids !

Dementia releva la tête et sortit dignement sans écouter les hurlements d'Ombrage, qui lui ordonnait de revenir immédiatement.
Elle enfila la cape qu'elle avait gardée posé sur son bras pendant l'entretien et sortit rapidement du château. Elle se dépêcha de passer de l'autre coté des grilles et soupira à la pensée de sa soirée avec Sirius, qui tombait à l'eau. Elle était sure que l'animagus comprendrait mais cela ne lui remontait pas le moral. Elle sourit en se rappelant que bientôt, Sirius et elle vivraient ensemble et que ce genre de contretemps n'aurait alors plus aucune importance.
Elle transplana, se concentrant sur sa nouvelle destination.
Elle remonta rapidement l'allée menant à l'imposante demeure qui se dressait devant elle et actionnant le lourd heurtoir de bronze en forme de serpent.
Un petit elfe de maison à l'air épuisé vint aussitôt lui ouvrir.

- Miss Dementia. Pilie est contente de voir Miss Dementia, Miss. Pilie va annoncer Miss Dementia.

Le petit elfe n'eut pas le temps de remplir son office. Une voix claire s'éleva des escaliers de marbre.

- Dementia, ma chérie, je suis si contente de te voir.

Demi sourit et serra contre elle la femme qui lui ressemblait tant.

- Tante Cissy ! Pardonne-moi de ne pas être venue plus tôt. Oncle Lucius est-il là ? J'ai un problème à lui soumettre.

- Tu le trouveras dans son bureau.

- Merci.

Dementia monta rapidement les marches et se dirigea sans hésiter vers la porte close qui se trouvait en bout de couloir. Elle frappa deux coups rapides.

- Quoi ? aboya une voix sèche.

- Oncle Lucius ? demanda-t-elle en entra dans la pièce.

- Dementia, s'exclama-t-il en se levant avant de venir à sa rencontre et de poser un baiser sur son front.

- Ce n'est pas une visite de courtoisie, j'en ai peur. J'ai un gros problème et j'aurais voulu avoir des conseils.

- Je t'écoute, lui assura Lucius en désignant un fauteuil de cuir près de la cheminée avant de prendre place dans le fauteuil jumeaux de celui-ci.

 

Commentaires (2)

1. Morphée 17/02/2010

Géant !! Énorme ! J'adore carrément ce chapitre, il est extra ! et plus j'ai plein de chose dire, un pour chaque sous parties !

Alors, celle-ci doit être ma préférée; Rogue a été la crème des crème avec Harry ! *_* Alors que j'étais en colère contre Harry dans le 19 là Rogue arrange tout ! (Evaeliane aurait-elle fait des miracles sur son comportement? ^^) C'était si beau... A part contre j'ai été assez satisfaire de voir Démi et Rémus (surtout Démi en fait ^^) - Rabrouer Harry =) J'aimerai beaucoup que Harry fasse davantage confiance en Rogue, qu'il reconnaisse qu'il l'apprécie... ça ne peut plus durer, ça fait quand même 1 an qu'il vivent sous le même toit !!

Et j'ai aussi absolument adoré quand Harry s'insurge contre l'incapacité du ministre, c'est tellement cool xD Ombrage qui pète un câble, et le commentaire de Rogue qui résume bien l'affaire : "Si j’ai bien compris, commença-t-il d’un ton sévère, tu ne voteras pas pour Fudge une fois majeur..."

Un quart de chapitre magistrale, bravo. =)

Une deuxième partie largement aussi convaincante que la première ! Aha, Ombrage, Cassée !! bien fait, prends-toi ça !! >=D Mwahaha, fabuleux Démi, fabuleux ! Alors là ils ont pas fait ça à moitié ! >=)
Et j'aime encore la réaction de Rogue qui, une fois de plus est une crème avec Harry; il va même jusqu'à porter plainte !! Bien bien, là si Harry se rend pas compte qu'il compte pour Rogue !! >=( Aaaah, et il a bien engueuler face-de-crapaud =) Démi aussi, évidemment ! Démi, démesure, impertinence... Woow, j'l'adore trop...
J'adore le passage avec Lucius, il est bien arrangeant le tonton x)

2. RogueMaster 17/02/2010

hey ! ça fait super plaisir de voir la suite en ligne !! C'est vrai qu'Harry devrait un peu se calmer avec Rogue lol mais ça m'a l'air en bonne voie on dirait. Ombrage est toujours aussi insupportable! Pas étonnant qu'Harry pète un cable à chaque fois...

Encore une fois les cours particuliers de Rogue lui donne accès à quelques secrets de son fils et ce n'est pas une si mauvaise chose pour cette fois-ci.

Je lis la suite ^^

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×