chapitre 19.2


- Harry!

- Hermione?

- Tu veux bien accélérer? On va finir par arriver en retard... Et je suis sure que tu ne veux pas arriver en retard au cours du professeur Ombrage!

Harry soupira mais allongea le pas, conscient qu'Hermione avait, une fois de plus, raison. Ils entrèrent en silence dans la salle de défense parmi les derniers. Le professeur Ombrage constata avec satisfaction qu'elle n'avait pas besoin d'ordonner à la classe de ranger leur baguette, pas un élève n'ayant prit la peine d'en sortir une. Ils avaient tous, en revanche, Potter compris, sortit une plume, du parchemin et le livre ridicule qu'elle leur faisait étudier.

- Chapitre 12 jeunes gens. Vous lisez une première fois en silence. Puis vous le copierez trois fois pour bien le retenir. En silence!

Chaque étudiant s'exécuta. Y compris Potter. Lui qui ne perdait jamais une occasion de soupirer, de souffler, de lever les yeux au ciel, en bref de lui montrer par tous les moyens à quel point il méprisait son enseignement, gardait les yeux baissés sur son manuel et obtempérait en silence.
Dolores observa les élèves studieusement penchés sur leur parchemin et savoura quelques secondes le seul bruit de la plume grattant le papier et celui des pages tournées.

- Je suis ravie de voir, monsieur Potter, que vous vous êtes décidé à rentrer dans le rang.

La mâchoire de l'adolescent se contracta mais il ne répondit pas.

- Je vois que les retenues avec votre père portent leurs fruits...

Harry releva brusquement la tête et s'exclama

- Quoi?

Ombrage se racla sévèrement la gorge et Harry se reprit à contre cœur.

- Excusez-moi, je voulais dire: qu'avez-vous dit professeur?

- Les retenues... avec votre père... enfin Monsieur Potter, pensiez-vous vraiment que votre père n'allait pas m'en parler? Les enfants désobéissants doivent être punis et Severus pense qu'il est de son devoir de le faire afin que vos professeurs ne perdent pas leur temps libre avec vous.

Ombrage eut un petit rire satisfait et remonta sur son estrade. Harry recommença à écrire, la mâchoire toujours contractée, appuyant si fort sur la plume qu'il transperça le parchemin en plusieurs endroits.
Ron et Hermione échangèrent un regard inquiet avant de se remettre, eux aussi, au travail.

 

***

 

Harry frappa deux coups secs et entra sans attendre la réponse de son père. Celui ci haussa un sourcil désapprobateur mais ne fit pas de commentaire, se contentant de désigner la chaise placée au milieu de la pièce.
Harry s'installa sans un mot. Il était furieux. Furieux contre Dumbledore de l'avoir fait adopter par Rogue, furieux contre Sirius de ne pas s'y être opposé, furieux contre Ombrage de l'avoir une fois de plus humilié devant ses camarades et plus que tout, furieux contre Rogue de n'avoir pas inventé une autre histoire que d'hypothétiques retenues pour justifier les séances d'occlumencie. La seule qui échappait un tant soit peu à sa colère était Dementia...et encore...après tout elle allait bien l'abandonner pour aller vivre avec SON parrain, non ? Quant à ses amis... qu'ils restent donc avec leurs petites familles parfaites et qu'ils lui fichent la paix... Il se savait injuste, mais en vouloir à la terre entière le soulageait de sa colère en quelque sorte.

- Bien, commença Rogue, qui avait remarqué l'état d'esprit de l'adolescent, j'espère que tu as fait tes exercices, nous allons pouvoir commencer...

Harry se souvint vaguement que Dementia lui avait conseillé de faire part à Rogue de ses difficultés avant de commencer quoi que ce soit, mais il était bien trop furieux pour lui parler. Aussi, se contenta t il de hocher la tête.

- A trois, reprit Rogue, implacable, un, deux, trois, Legilimens !


"- Sur le toit ? gronda l'oncle Vernon
- Oui, confirma le directeur de l'école primaire. Il prétend ne pas savoir comment il s'est retrouvé là haut. Mais nous ne pouvons pas laisser un élève prendre de tels risques, vous le comprenez...
- Parfaitement.
L'oncle Vernon serra la main du directeur et indiqua d'un signe de tête aux garçons de se diriger vers la voiture. Arrivé devant celle ci, il laissa d'abord monter Dudley avant de lancer une taloche bien placée derrière la tête de son neveu.
- Trois jours sans manger, annonça-t-il, corvées doublées ce week end !
Sans rien ajouter, il le poussa à son tour dans l'habitacle et démarra, souriant d'un air indulgent en voyant dans le rétroviseur, Dudley bourrer son cousin de coups de poing. "

"- Cet infâme petit crapaud ! s'emporta la jeune femme, quand je pense que je lui ai donné les meilleures années de ma vie !
- Tu n'es mariée que depuis neuf mois, soupira Rogue
Sa fille se contenta de lui jeter un regard noir. Rogue leva les yeux au ciel en s'adressant à Harry.
- Remarque que le premier n'avait tenu que 6 mois...
- Oui ben comme quoi tout augmente et pas que le prix des chaudrons, grogna Démi en rendant son verre vide à Harry.
"

La connexion s'interrompit. Surprit que tout s'arrête si vite, Harry leva un regard incertain vers son père et eut un mouvement de recul en le découvrant fou de rage.

- Je n'ai même pas besoin de forcer ! hurla le sorcier.

- Je n'y arrive pas, murmura Harry

- Il est évident que tu n'as pas fait les exercices que je t'ai demandés !

Le sorcier avança de quelques pas vers l'adolescent qui recula précipitamment.

- Je dois faire quoi ? Hein ? Dis-moi Harry ? Comment est-ce que je dois réagir ? Je dois te punir ? Te flaquer la correction que tu mérites ?

Harry ouvrit la bouche pour répondre mais s'arrêta net, il sentait la colère monter en lui et il savait que s'il perdait son sang froid, il donnait une raison à Rogue de le punir. En même temps s'affola-t-il, il semblait évident que le professeur de potion n'allait pas tardait à le punir quoi qu'il dise et quoi qu'il fasse.

Alors que Severus allait se remettre à hurler, la porte du bureau s'ouvrit précipitamment et Demi se glissa à l'intérieur.

- Je peux savoir ce qu'il vous prend, siffla-t-elle, papa on t'entend depuis le bout du couloir ! Les sorts de silence, tu connais ?

Sans laisser le temps à son père de répondre, et avisant le regard effrayé d'Harry, elle ajouta :

- Il vaut mieux arrêter là. Dans l'état de nerfs où vous êtes, vous n'arriverez à rien.

- Ta sœur a raison, concéda Rogue de mauvaise grâce, revient après demain même heure. Et cette fois, fais tes exercices ! Dehors !

Dementia tendit une main vers son frère l'incitant à la suivre et l'entraina jusqu'aux appartements de son père, plus précisément dans sa chambre qu'elle verrouilla d'un sort bien placé.

- Respire Harry.

L'adolescent essuya les larmes de rage qui perlaient de ses yeux d'un geste brusque.

- Je voudrais voir Sirius, soupira-t-il.

Dementia eut un instant d'hésitation puis passa une main dans les cheveux en bataille de l'adolescent.

- Et bien... Les vacances de pâques commencent dans quelques jours... Tu voudrais aller les passer chez Sirius? Tes amis ont prévu de rester au château, non?

- Ca ne les dérangera pas, affirma Harry. Mais je pourrais? Je veux dire il voudra?

- Je vais lui demander ce soir, mais je n'ai pas l'intention de lui laisser vraiment le choix. Avec Ombrage au château, il préférera de toute façon te savoir ailleurs.

- Je voulais dire Sirius, murmura Harry.

Dementia fronça les sourcils.

- Je ne prendrais même pas la peine de répondre à une question aussi stupide, répliqua-t-elle, la douceur de sa voix démentant ses paroles, Sirius veut toujours de toi, c'est évident.

- Il veut peut-être rester seul avec toi.

- Chéri, quand tu es à l'école on a plein d'occasion d'être seuls, et de toute façon si Sirius devait faire un choix entre toi et moi, il ne réfléchirait pas un quart de seconde... Ce serait toi...ça sera toujours toi.

Elle regarda la pendule.

- Allez tu as encore largement le temps de remonter à ton dortoir. Reposes toi. Et surtout ne te prend pas la tête. Je vais arranger ça avec papa.

Harry lui fit un sourire fatigué et sortit rapidement de l'appartement avant de risquer de croiser son père.
Resté seule, Dementia se demandait si elle devait parler à Sirius des angoisses d'Harry concernant leurs relations. D'un coté qui mieux que l'animagus pourrait rassurer l'adolescent? D'un autre coté, elle savait que Sirius serait profondément blessé de savoir qu'Harry entretenait de tel doute sur les sentiments de son parrain à son égard. Elle résolut de discuter à ce sujet avec l'adolescent une nouvelle fois avant d'en faire part à Sirius, peut-être ne s'agissait-il que d'un moment de fatigue, une réaction peut-être aussi à la colère de son père, Harry ne pensait surement pas un mot de ce qu'il avait dit, se convainquit-elle.

La porte de l'appartement s'ouvrit sur son père et juste avant que celui ne la referme sur un "oui oui" agacé, elle put entendre le portrait qui se plaignait.

- Je compte sur vous! Elle ne fait vraiment aucun effort et vous conviendrez qu'il est particulièrement pénible de l'entendre écorcher à tout bout de champs les noms magnifiques que comporte le panel d'ingrédients de...

La fin de la phrase se perdit dans le claquement de la porte et elle fit un petit sourire contrit à son père. Celui-ci haussa les épaules en marmonnant un "ça lui passera" indifférent avant de s'installer dans le fauteuil face à sa fille et de commander du thé à Baker qui s'exécuta aussitôt.

- Papa?

- C'est ce que prétendent les bruits de couloir, répondit-il distraitement tout en ouvrant le dernier numéro de son mensuel de potion.

- Je me disais qu'il serait peut être bien d'éloigner Harry du château pendant les vacances.

Rogue reposa son magazine et leva ses yeux noirs vers Dementia sans répondre. Encouragée par son silence, la jeune femme poursuivit:

- Avec madame je-vois-la-vie-en-rose-mais-y'a-que-moi dans le coin, je crois qu'il a besoin de souffler un peu.

- Tu penses rentrer au manoir avec lui?

- Je pensais le laisser aller chez Sirius.

Rogue se renfrogna en s'exclamant

- Encore!

- Comment ca encore? La dernière fois c'était pour Noël. Et je pense que Harry sera plus disposé à reprendre correctement les cours... tous les cours... s'il peut passer du temps avec son parrain. Je pourrais en toucher deux mots à Sirius pour qu'il lui parle.

- Je n'ai pas besoin de ce sac à puces pour élever mon fils!

- Mais ton fils a besoin du sac à puces!

Rogue leva les yeux au ciel.

- Très bien, si tu penses que c'est important, je l'y conduirai samedi matin. De toute façon je suis bien d'accord sur le fait qu'il vaut mieux qu'Harry quitte le château. Je ne peux pas moi-même m'absenter, étant donné que plusieurs élèves de serpentard ont décidé de ne pas rentrer chez eux pour les vacances... Quant à toi, est-ce une impression, ou on ne va pas beaucoup te voir?

- J'ai délaissée pas mal d'amies ces derniers temps, répondit évasivement Dementia avant de se lever et de souhaiter bonne nuit a son père avant qu'il ne décide de pousser plus loin son interrogatoire.

 

***

 

- Demain je te conduirais chez ton parrain, annonça Rogue alors qu'Harry venait de déposer son sac dans un coin du bureau pour leur troisième leçon d'occlumencie.

Le jeune homme hocha vaguement la tête sans répondre. Il était ravi d'aller chez Sirius mais il le savait déjà, Dementia l'avait coincé entre deux couloirs pour le lui annoncer. Et il en voulait encore trop à Rogue et à ses méthodes d'enseignement pour faire un quelconque effort.
Il vit du coin de l'œil son père lui jeter un regard sévère mais il fit comme s'il n'avait rien vu. Il savait que ce n'était pas très malin de le provoquer ainsi mais c'était plus fort que lui.

- Très bien, déclara Rogue, voyons si tu te décides à faire quelque chose de convenable aujourd'hui.

Harry soupira de manière parfaitement audible, ce qui fit froncer les sourcils à son père, et sortit sa baguette.

- Legilimens!


"- Tu te moques de moi ?
L'adolescent fit non de la tête, sans desserrer les dents
- La plupart des questions sont de première année, reprit Rogue sévèrement, tu as intérêt à te reprendre car tu ne mettras pas le nez dehors tant que tu n'auras pas correctement rempli ce parchemin !
- Quoi ? explosa Harry, sortant de son mutisme, vous êtes malade ? Je ne vais pas passer mon été à faire des potions ! Je suis nul en potion et ça m'est parfaitement égal. Je n'ai pas l'intention de travailler dans ce domaine ! Ce n'est pas parce que je vis avec vous que je vais être comme vous ! Je n'ai aucune intention de devenir sinistre, aigri et graisseux !"

"- Bon, lui dit son camarade une fois que sa mère fut sortie de la chambre. J'ai compris pourquoi tu as foutu le camp. Mais pourquoi ici ?
- Je n'ai pas envie qu'on me retrouve trop vite. Chez Ron ou Hermione on m'aurait repéré et chez des sorciers...
- Ils auraient prévenus Dumbledore. Compris ! C'est quand même un sale coup ! Rogue ! T'as pas de chance vieux !
- Ouais tu l'as dis."

"Harry repoussa violement Malefoy, qui serait tombé à la renverse si ses deux amis n'avaient pas été à quelques pas de lui et ne l'avaient rattrapé au dernier moment. Puis, oubliant les menaces de Rogue, sans réfléchir une seconde aux conséquences, il dégaina sa baguette et la pointa sur le Serpentard qui s'empressa d'en faire autant."

"- Harry... Même moi je me tiendrais à carreaux si ma mère était à Poudlard. Et pourtant tu sais comme moi qu'elle hurle beaucoup mais qu'elle ne lèvera jamais la main sur moi... Mais Rogue en revanche...
- Ecoute, le coupa Harry rageusement, je ne vais pas devenir docile et silencieux juste parce que Rogue a la main leste. Je n'ai pas peur de lui, vu ?!"

"- Tout va bien Harry ?
- Oui prof.... Euh Remus, se reprit Harry à qui Remus avait déjà demandé à plusieurs reprises de l'appeler par son prénom.
- Tu es sur ?
- Oui... il vous a dit ?
- Dit quoi ?
- Je suis sous votre responsabilité en son absence. Il vous demandera si je vous ai bien obéis.
- Tu ne m'a jamais désobéis Harry, je ne vois pas pourquoi ça commencerait aujourd'hui et de toute façon, je n'ai pas l'intention de lui faire un rapport..."

"- J'ai trouvé, cria-t-elle en jetant les cartes devant elles ce qui eut pour effet de les faire exploser, faisant pousser un cri de surprise à Harry
- T'as trouvé quoi ? marmonna-t- il
- Papa !
- Et bien ?
- Tu n'as rien remarqué d'étrange ?
- Euh attend... il était sarcastique, sec, de mauvaise humeur, il sortait du laboratoire... non, rien d'anormal..."

Rogue leva le sort d'un mouvement de la baguette et toisa froidement l'adolescent qui lui faisait face.

- Je vois que quand le chat n'est pas là...

Harry détourna le regard en haussant les épaules. Severus fronça les sourcils en l'entendant murmurer quelque chose qui ressemblait fort à : "Il s'attendait à quoi?"

- Je te demande pardon? Siffla Rogue.

Ce gamin commençait sérieusement à l'agacer.

- Rien, cracha Harry.

- Répète, aboya Rogue, faisant sursauter l'adolescent.

Furieux d'avoir eut une telle réaction, celui-ci répondit sèchement, commençant à perdre son sang froid:

- Vous vous attendiez à quoi ? Vous croyiez quoi, que parce que Dumbledore m'oblige à vivre sous le même toit que vous j'allais faire comme si je vous avais toujours apprécié? Ou respecté? Ajouta-t-il plus bas.

- Tu commences à m'énerver Harry! Cria Rogue qui commençait effectivement à perdre patience. J'ai été gentil avec toi malgré l'évident manque de travail dont tu as fait preuve mais ne me pousse pas à bout!

- Bien entendu! C'est de ma faute! Tous les élèves sont nuls en potion, et moi je suis nul en occlumencie mais tout est de notre faute! Ce n'est pas du tout parce que vous êtes le plus mauvais prof de Poudlard! Même Lockhart était un bon prof à coté de vous!

Severus pâlit légèrement sous l'insulte.

- Ça suffit Harry, cracha-t-il, je ne tolérerais pas l'insolence gratuite! Je te conseille de te calmer immédiatement si tu ne veux pas que je m'énerve.

- Ben tiens, riposta Harry, hors de lui, c'est quand même vachement pratique hein? A la moindre critique, hop, on donne un ordre! Ça doit aider à se regarder dans la glace! Quoi que vous n'êtes plus à ça près!

Rogue resta un quart de seconde interdit; il serra les dents pour empêcher la colère qui l'envahissait de prendre totalement le contrôle de ses actes. Il déboucla sa ceinture d'un geste sec et la plia en deux.

- Très bien... Puisque c'est ce que tu cherches...

Harry eut un mouvement de recul alors qu'il palissait légèrement.

- Quoi? Un problème? Pour reprendre tes termes: tu t'attendais à quoi?

- Je...

- Pourquoi recules-tu? Tu n'as pas peur de moi n'est ce pas? Finissons-en! Retire-moi ce T-shirt!

Harry resta interdit quelques secondes, ne s'attendant pas à ce que Rogue retourne ainsi ses souvenirs contre lui.

- Harry je ne me répèterais pas, menaça Rogue, faisant un pas en avant.

Harry, toujours furieux, arracha son T-shirt, plus qu'il ne l'ôta et le jeta à terre en lançant à son père un regard de défi.
Rogue désigna le bureau d'un geste sec.

- Prend appuie la dessus!

Harry releva la tête mais ne bougea pas. Severus franchit la distance qui les séparait en deux pas et gifla violement l'adolescent qui chancela et serait tombé si le maitre des potions ne l'avait pas saisi par le bras dans la foulée pour le propulser contre le bureau.

- J'ai dis: prend appuie!

Harry se redressa légèrement, prenant effectivement appuie sur le bureau où la poussée de son père l'avait presque jeté à plat ventre. Il entendit Rogue s'approcher et il serra les dents tout en crispant sa prise sur le rebord du meuble.
Bien qu'il s'y soit attendu, le premier coup le fit sursauter. Il réussit néanmoins à ne pas gémir. Il tint bon pendant quelques dizaines de secondes avant qu'un coup plus sec que les autres ne lui arrache un grognement sourd. Rogue le saisit alors par l'épaule et le força à se retourner.

- Ca t'a suffit ? Ou tu en veux d'autres ?

- Qu'est-ce que je disais... murmura Harry en grinçant des dents. Vous êtes incapable de vous faire respecter alors vous frappez !! Vous avez fait que ça depuis que vous m'avez adopté, parce que vous ne savez rien faire d'autre ! Demi a eu de la chance d'être débarrassée de vous pendant 12 ans.

- Parfait, cracha Rogue, tu l'auras voulu.

Il le retourna fermement face au bureau et abattit la ceinture encore et encore, plus sèchement qu'au début. Il était bien décidé à ne pas céder, ne pouvant tolérer l'insolence dont avait fait preuve l'adolescent, qui, il en était persuadé, n'était pas décidé à reconnaître ses torts ou même à montrer le moindre signe de faiblesse.
En effet, ce n'est qu'une quinzaine de minutes plus tard qu'Harry craqua et éclata en sanglots, signifiant par la même à son père que la punition avait atteint son but. Rogue lui donna une dizaine de coups supplémentaires avant de le relever sèchement.

- Rhabille-toi! Dementia te portera tes affaires chez Black! Je n'ai aucune envie de perdre mon temps avec toi, j'ai mieux à faire demain que te servir de chauffeur!

Harry ne protesta pas, pas même pour signifier qu'il n'avait pas dit au revoir à ses amis. Ce n'était surement pas le moment. Il savait que Ron et Hermione comprendraient s'il se contentait de leur envoyer un mot. Il grimaça en remettant son T-shirt; le contact du tissu sur son dos étant douloureux.

Sans un regard pour lui, Rogue sortit du bureau et Harry se hâta en silence derrière lui jusqu'à sortir du château, au delà des barrières anti transplanage.
Aussitôt son père lui saisit brutalement l'épaule et transplana dans la ruelle non loin du square Grimmaud. Toujours de son pas vif, il rejoignit la maison de Sirius et frappa sèchement à la porte.
Quelques secondes plus tard, Sirius ouvrait, visiblement étonné.

- Rogue? Harry? Je ne vous attendais pas avant demain midi, déclara-t-il en ouvrant les bras à son filleul.

Il fronça les sourcils en voyant les yeux rougis de l'adolescent mais avant qu'il ne puisse en faire la remarque, Rogue prit la parole.

- J'ai à faire demain. Voila pourquoi je te le mène aujourd'hui. Fais tes exercices d'occlumencie, ordonna-t-il a Harry d'un ton sec, nous reprendrons les cours dès la rentrée.

- Pourquoi? Cracha Harry, faisant sursauter Sirius qui ne l'avait jamais entendu s'exprimer ainsi. Ce n'est pas comme si vous étiez foutu d'enseigner quelque chose!

- Harry! Protesta l'animagus.

Rogue ignora Sirius et levant la main, gifla sèchement l'adolescent. Celui porta la main à sa joue et riposta.

- Vous ne voulez pas m'en mettre une autre pour la route? Ca ne va pas vous manquer de ne pas me frapper pendant quinze jours?

Furieux, Rogue fit un pas en avant, faisant sursauter Harry qui était moins sur de lui qu'il ne le laissait paraitre. Il leva la main à nouveau mais Sirius s'interposa.

- Ça suffit! Rogue tu ferais mieux d'y aller.

Rogue soutint un instant le regard ferme mais pour une fois dénué d'agressivité de son meilleur ennemi. Il y lut de la détermination mais aussi de l'incompréhension et de la réprobation. A l'évidence, Black n'avait pas apprécié l'attitude de son filleul. Rogue ne se faisait toutefois aucune illusion. Il gèlerait en enfer avant que Sirius ne sévisse avec le garçon, mais peut être éviterait-il de saper complètement son autorité... ce qui était mieux que rien.
Il était de toute façon d'accord avec l'animagus, il valait mieux qu'il s'en aille avant de perdre complètement son sang froid, ce qui finirait probablement par le pousser à en venir aux mains (ou à la baguette) avec l'ancien prisonnier. Pas qu'il eut peur de Black, mais Harry risquait d'être prit entre deux feux, et il ne voulait pas en arriver la.
Deux semaines de coupure, comme disait Dementia, serait sans doute plus que bénéfique pour eux deux. Il salua sèchement Sirius et se retira, sans un regard pour son fils.

Sirius referma la porte, plus perturbé par l'attitude de son filleul qu'il ne voulait bien l'admettre.

- Je peux savoir ce qui t'as prit? Demanda-t-il calmement à l'adolescent.

- Tu ne va pas t'y mettre, grogna ce dernier.

- Harry, répondit-il sur le même ton, faisant un pas vers le garçon avant de se figer net, devant le mouvement de recul instinctif de ce dernier.

- Harry, reprit-il doucement, tu ne penses tout de même pas que je...

Sirius se tut, incapable de finir sa phrase. Harry eut un profond soupir en passant ses mains sur son visage avant de relever la tête et d'esquisser un sourire triste.

- Non, bien sur que non. Sirius je suis désolé, c'était stupide de reculer mais...

- D'accord, d'accord, le coupa l'animagus avant de le serrer brièvement dans ses bras. Et si on allait s'installer dans le salon? Tu pourrais m'expliquer ce que voulait dire tout ce cirque? Parce que personnellement je suis aussi largué que quand Demi me parle de mode.

Harry eut un petit rire qui sonna faux et prit la direction du salon. Sirius leva les yeux au ciel dans une prière muette à James.

- Et je dois faire quoi là? Bon sang, mais où est Lunard quand on a besoin de lui? C'est lui la voix de la raison! Lui qui arrive à faire des reproches sans blesser qui que ce soit...

Il soupira encore et emboita le pas à son filleul.

Quelques minutes plus tard, Harry lui avait tout raconté et, bien que Sirius détestait avoir à l'admettre, Rogue n'avait pas eu tout à fait tort. La méthode ne lui plaisait définitivement pas mais il devait bien avouer que si Harry avait été sous sa garde et lui avait parlé ainsi, il se serait retrouvé consigné dans sa chambre avec interdiction de ne serait-ce que jeter un coup d'œil vers son balai. Une gifle peut-être, s'il avait vraiment perdu son calme.
Sirius était contre les châtiments corporels, il en avait bien trop souffert durant son adolescence rebelle pour pouvoir les cautionner et encore moins les appliquer. Il mourrait d'envie de donner une potion anti douleur à Harry mais il se retint, se disant qu'il donnerait ainsi l'impression d'approuver l'attitude insolente du jeune homme, ce qui était loin d'être le cas. Il se résolut d'attendre l'heure du coucher. Ainsi Harry assumerait les conséquences de ses actes mais n'aurait pas à souffrir inutilement durant plusieurs jours.

Maudissant encore une fois Remus d'être absent, Sirius prit une grande inspiration pour entamer LE sermon du parrain mécontent.

- Harry...

Mais quand les yeux verts, où subsistaient encore quelques traces de larmes, se levèrent vers lui, reflétant l'incertitude qui habitait le garçon, il ne put se résoudre à le blâmer. Il ne se rappelait que trop bien ce que signifiait être seul contre un homme ayant toute autorité, sans aucun espoir de s'échapper, ni personne pour vous soutenir...

" Sirius se laissa tomber sur son lit et ferma les yeux. Trois semaines. Plus que trois semaines avant de retourner à Poudlard, de retrouver les maraudeurs, de retrouver James. James... son ami, son frère. Il n'avait pourtant pas pu se résoudre à lui raconter ce qu'il se passait derrière les portes closes de la noble maison des Black. Il savait que James serait horrifié, furieux, même fou de rage... Il le plaindrait, il ferait des plans absurdes pour le tirer de la, il s'inquiéterait... et au final, rien ne changerait, parce que malgré toute la volonté de James, malgré tout l'amour fraternel qu'ils se vouaient l'un à l'autre, malgré le caractère de leader qui caractérisait si bien le gryffondor, il ne pouvait rien contre la loi. Et la loi disait que Sirius appartenait à Orion Black pendant encore une année entière. Il fêtait son anniversaire le 25 aout. Il lui restait donc encore trois mois à passer entres les griffes de son père... 2 semaines a noël, deux semaines à pâques, deux mois d'été...sans compter les trois semaines qui le séparait de la rentrée de Poudlard.
Alors il n'avait rien dit. Il suffisait largement que James sache qu'il n'aimait pas passer les vacances dans sa famille. Il n'avait pas besoin de détails.

-Sirius ! aboya son père en rentrant dans sa chambre, le faisant sursauter.

-Oui, père ?répondit Sirius d'un ton résigné.

-Habille-toi, nous sommes conviés chez les Lestranges.

Orion Black sortit aussitôt son ordre lancé. Il ne doutait pas une seconde de l'obéissance immédiate de son fils.
Sirius poussa un profond soupir avant de se préparer et de descendre rejoindre ses parents dans le hall. Son père l'avait bien averti, il était hors de question que Sirius leur fasse honte. Il paierait très cher la moindre incartade.

Mais Sirius était Sirius. Il n'avait pas pu s'empêcher de réagir vivement quand sa cousine, cette pimbêche de Bellatrix lui avait fait une remarque sur ses fréquentations. Il avait riposté en se servant de la rumeur qui disait que la jeune femme était enceinte... alors qu'elle n'était pas encore mariée avec Rodolphus Lestrange et que tout le monde savait que celui-ci prenait très à cœur le respect de la tradition qui voulait qu'on ne touche pas sa future épouse avant la nuit de noce... Bellatrix allait donc ramener un petit bâtard dans la noble maison des Lestrange, s'était-il enquit avec un sourire moqueur, faisant s'étouffer de rage la jolie brune. Il n'avait pas tardé à s'emporter et à dire très clairement ce qu'il pensait des idées de sa famille sur le sang pur.
Livide de rage, son père s'était excusé en son nom et l'avait fait transplaner chez eux, directement dans son bureau, apanage du maître des lieux. Il lui avait hurlé de monter immédiatement dans sa chambre.
Quelques minutes plus tard, il l'y avait rejoint, ouvrant si violement la porte que celle-ci avait manqué sortir de ses gonds.

- Enlève ta robe, ordonna-t-il, les dents serrées pour ne pas exploser de rage.

Sirius s'exécuta, restant torse-nu devant son père.

-Donne-moi ta ceinture.

-Non.

Il ne s'abaisserait pas à ça. Son père fut devant lui en deux pas, et le gifla violemment. Sirius essaya de se débattre, mais son père le plaqua contre le mur d'un coup de baguette, et lui enleva sa ceinture. Puis il le retourna, lui plaquant le visage contre le mur.

-Pose tes mains sur le mur !

Il obéit, la baguette pressée contre sa nuque ne lui laissant aucune alternative, et sentit deux secondes plus tard la boucle de la ceinture percuter son dos de plein fouet. Sirius mordit ses lèvres pour ne pas crier. Les coups s'enchaînèrent, inlassablement. Mais ce ne fut que quand, cédant à la douleur, un léger gémissement s'échappa de ses lèvres que son père cessa de frapper.

-Ca te fait mal ?

Sirius tomba à genoux, submergé par la douleur, mais ne répondit pas. Son père ne pourrait pas le forcer à répondre.
Celui-ci le considéra un instant avant de poursuivre.

- Il est plus que temps que je te reprenne en main.

D'un Accio informulé, il fit venir un livre et une canne torsadée de cuir noir. Il lui jeta le livre que Sirius attrapa machinalement au vol.

- Tu as une heure pour m'apprendre ça par cœur. Et je te conseille d'être incollable quand je reviendrai.

Il ressortit, et Sirius lut le titre du livre : Les secrets de la magie noire. Il jeta le livre sur son lit. Peu importe les menaces de son père, il refusait catégoriquement d'ouvrir ce livre.
Une heure après, son père revint.

-Alors ? Qu'est-ce que tu en as retenu ?

-Rien. Je ne l'ouvrirais pas.

Son père l'agrippa par la nuque et le jeta contre le mur, l'assommant à moitié, avant de saisir la canne. Il suffit de moins d'une dizaine de coups sur son dos déjà endolori pour lui arracher des gémissements de douleur.

- Tu ne sortiras pas d'ici avant ton retour à Poudlard. Tu n'auras pour tout repas que du pain, de l'eau et un bol de soupe. Et je reviendrais tous les matins pour une nouvelle séance. Jusqu'à ce que tu te décide à revenir à de meilleurs sentiments.

Il fixa la canne au dessus du lit de son fils d'un mouvement sec de sa baguette.

- Pour que tu n'oublie pas.

Orion black sortit enfin de la chambre. Sirius se releva péniblement en se tenant au mur, laissant échapper les larmes qu'il retenait depuis déjà plusieurs dizaines de minutes. Il chancela jusqu'à son lit où il se laissa tomber à plat ventre en gémissant.

- Plus que trois semaines, se répéta t il, plus que trois semaines..."

Sirius secoua la tête pour chasser ses souvenirs et leva les yeux vers Harry qui le regardait d'un air incertain. Sirius réalisa qu'il devait avoir un air sombre, aussi sombre que celui de Rogue, et qu'Harry se méprenait probablement sur ses sentiments.
Il soupira et tendis un bras vers l'adolescent.

- Allez viens là... On va essayer de se détendre un peu en attendant ta furie de frangine...

Harry se laissa glisser contre lui en soupirant de soulagement. Sirius n'était pas furieux contre lui. C'était tout ce qui comptait.

 

****

 

Les quinze jours de vacances passèrent comme un éclair. Dès le premier soir, Harry écrivit une longue lettre d'explication à ses amis, sans préciser qu'il avait été corrigé. Il savait que cela ne ferait que les inquiéter inutilement. Dementia lui avait fait un long sermon sur son attitude sous le regard légèrement moqueur de Sirius avant d'accepter de transmettre la missive.
Le lendemain c'est Remus qui l'avait pris à part pour lui demander de se calmer. Curieusement, Harry ne s'était pas sentit agressé, comme avec Rogue. Il avait expliqué à Remus combien les cours d'occlumencie lui pesaient et combien il ressentait ce besoin d'être agressif avec son père.

- Et bien retiens toi, avait rétorqué son ancien professeur.

Puis il lui avait promis qu'il essaierait de lui trouver un livre sur le sujet, mais qu'il ne devait pas s'attendre à des miracles. Il n'existait que très peu d'ouvrages traitant de l'occlumencie et ils n'étaient pas de son niveau.

Dementia allait et venait comme à son habitude, ne rentrant généralement que le soir, ce qui permettait à Harry et Sirius de passer de très longs moments en tête à tête. Sirius n'avait pu se résoudre à faire à Harry les reproches qu'il savait devoir faire, malgré les remarques plus ou moins acides de Remus et Dementia qui lui reprochait de leur laisser le mauvais rôle.

Très vite le moment du départ arriva et Harry dut se résoudre à lâcher Sirius qu'il tenait étroitement serré contre lui.

- Sirius, murmura l'adolescent.

- Quoi?

- Tu crois qu'il est encore fâché?

Sirius soupira.

- Je ne sais pas Harry... essaies de faire profil bas. Ne lui réponds pas inutilement. Et tout se passera bien.

Sirius serra une dernière fois Harry contre lui et le poussa en douceur vers Dementia qui l'attendait pour le faire transplaner à Poudlard.

Commentaires (6)

1. Morphée 18/02/2010

Tout à fait d'accord, Harry aurait pu le comprendre (remarque on a l'impression qu'il comprends jamais quand Rogue essaye de l'aider pour Ombrage -_-) , mais surtout, que voulez vous qu'il ai trouvé d'autre? "J'aime passer ma soirée avec Harry à boire un thé" ? xD

Sinon c'est vrai, le passage avec les Maraudeurs est terrible... wohw ! =D

Peut être que si les relations père-fils s'améliorent, un d'ces quatre ils pourraient peut être vraiment faire remonter des souvenirs d'avec ses parents !! ... Enfin, d'ici là...

nickel chapitre =)

Bravo, trop bien, félicitations !
En effet on devine un travail fantastique, une grande volonté pour écrire tout ça - et pas tout foutre en l'air, comme tu disais.
Pfiou, tu m'impressionne à chaque fois et j'ai beaucoup d'admiration, en fait je suis nickel d'accords avec Brigitte, tu peux relire son message x)
Orf, mais comme Harry aggrave son cas, c'est ridiculement ridicule >____< Pourtant, ça s'améliorait ces temps si ! Rogue était presque gentil, et en plus il le couvrait à chaque fois qu'il le pouvait pour Ombrage ! Rhôoo... Il a bien mérité que Rogue le boude là. Pff pff pff ! Aller, un ptit câlin à Evaeliane ça ira mieux ! ^^
Un détail m'as fait peur cependant; J'ai peur que Sirius meurt, comme dans le livre... Vais-je pleurer dans ta fiction?? Hummm... la toute puissance d'un auteur de fanfictions x)
J'ai beaucoup aimé, et apprécié la longueur. (même si Harry m'a énervé ^^)

puisque tu reprends le tome 5, je me demande jusqu'où tu y sera fidèle ! Ce qu'il y a de pareil, c'est qu'il est nul en occlumencie (ok on lui pas rien expliqué mais bon) et dans le livre c'est ce qui l'a empêché de se rendre compte que Sirius n'était pas en danger... Mais bon, si ça ce trouve il ne mourra pas, et il se mariera avec une grognasse x)
Je m'inquiète juste un peu parce que je ne veux pas qu'il meurt. Tu ne fera pas ça? *_*

Sinon, bonne chance pour l'écriture de prochain chapitre ! ;)

J'espère que tu guérira vite, et que tu n'as plus de migraine. Tiens, Schhhhhhhhhhhhhhhh... > je te souffle du courage.
Bisous, guéri vite, Morphée.
<3

2. RogueMaster 18/02/2010

Oh la vache ça part en vrille entre le père et le fils ! lol ! Harry est à bout, Rogue aussi... faut que je lise immédiatement la suite ! xD

Ba dis donc ça faisait longtemps que ça n'avait pas claquer comme ça entre eux d'eux ! rogue a été très sévère et Harry a été trop loin. Comment vont se passer leurs retrouvailles? Ct super bien trouvé le passage sur l'enfance de Sirius ! J'ai trop adoré!

Comme toujours ma chère Selene tu sais nous embarquer dans ton histoire, dans ton monde comme personne d'autre!!

Dans l'attente de te lire à nouveau dès que possible ! =D Merci pour ces magnifiques chapitres.

3. Charis 18/02/2010

Ca s'appelle de l'insolence gratuite. Cette fois, je suis presque d'accord avec Severus. Mais de là à retourner ses souvenirs contre lui, il doit quand même bien se douter qu'Harry n'allait pas le respecter du jour au lendemain.

Il aggrave encore son cas. Il aurait pu s'en tirer avec une petite correction, eh non, il oblige son père à sortir le grand jeu. Là, Severus risque d'avoir du mal à lui pardonner. Enfin, j'espère que la situation va quand même s'améliorer entre eux dans les prochains chapitres, et que Harry va apprendre à apprécier son père. Mais vu comme c'est parti...

4. Pensiluce 18/02/2010

j'aime beaucoup l'ambiance et le ton de cette histoire. La magie opère réellement à chaque chapitre, on est littéralement transporté. On tremble pour tes personnages, on rit avec, on pleurs aussi. Bravo.

5. Nancy 18/02/2010

Encore des chapitres géniaux =)
Bon courage pour l'écriture des prochains chapitres

6. Claire 18/02/2010

excellent chapitre!merci beaucoup, c'est vraiment génial!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site