chapitre 14

Harry se servit un bol de chocolat chaud et beurra un toast avant de mordre dedans de bon cœur.
Une ombre se profila derrière lui et il sursauta en entendant la voix grave de Rogue.

- Par le plus grand des hasards, aurais tu aperçu ta sœur ce matin ?

Harry prit volontairement le temps d'avaler sa bouchée et de la faire descendre avec une gorgée de jus de citrouille avant de répondre

- Non, père.

Rogue le regarda d'un air soupçonneux mais sans animosité. Harry écarquilla légèrement les yeux, devenant en un clin d'œil l'incarnation même de l'innocence.

- Tu ne diras rien, gronda Rogue

- Je ne sais rien, protesta Harry avec un manque flagrant de sincérité.

Rogue le jaugea quelques seconde et tourna sèchement les talons pour aller prendre son propre repas.

- Pourquoi il la cherche, demanda Ron

- Sais pas...

- Mais tu sais où elle est, insista Hermione

- Ça oui, elle est allée porter des trucs chez Sniffle.

- Pourquoi tu as rien dit à Rogue ? demanda Ron

- Parce qu'elle fait nettement plus peur que lui, sourit le jeune homme. Et parce qu'elle va essayer de le convaincre de me laisser passer noël au square.

- C'est génial, s'enthousiasma Ron, on y passe tous le réveillon !

- Vraiment Ron, soupira Hermione agacée.

- Mais quoi ?

- Comme ça si le professeur Rogue dit non, Harry déprimera encore plus !

- Mais pourquoi il dirait non ?

- On ne sait jamais !

Harry leva les yeux au ciel mais se garda bien d'intervenir dans la nouvelle dispute de ses amis.

- Entre Demi et ma mère, insista Ron, tu crois vraiment qu'il va prendre le risque de dire non ?

- On ne sait jamais, répéta Hermione, butée.

Ron secoua la tête mais abandonna la partie. Il se contenta d'échanger un regard avec Harry. Celui-ci eut un sourire moqueur mais ne fit aucun commentaire. Ron n'avait pas tort cela dit, il n'y avait aucune raison pour que Rogue lui refuse le droit d'aller chez Sirius, d'autant plus qu'il était le premier à dire que les vacances allaient être l'occasion pour Harry de s'éloigner un peu de Poudlard...et d'Ombrage...et comme le professeur ne quittait pas l'établissement pendant les vacances de noël... il ne voyait pas d'autre solution que de le laisser aller là où tous ses amis se retrouveraient.

Une heure plus tard, Harry accompagna Ron et Hermione jusqu'à la gare de pré au lard. Ron lui souffla un à bientôt sous le regard soupçonneux d'Hermione qui promit d'écrire à Harry si celui-ci ne les rejoignait pas très vite pour le réveillon.

Harry retourna dans le château, à présent désert, la présence d'Ombrage ayant fait fuir tous ceux qui restaient habituellement pour les vacances.
En parlant de la vieille mégère, se dit Harry, la voila qui rapplique.
En effet, la sorcière fonçait droit sur Harry, les sourcils froncés en une expression désapprobatrice.

- Que faites vous là Monsieur Potter ?

- Rien, madame, répondit il en se forcant à la politesse, je viens d'accompagner mes amis à la gare et je suis revenu aussitôt.

- A la gare, siffla Ombrage, vous etes donc sortis du château sans permission ?

Avant qu'Harry ne puisse répondre une voix froide s'éleva.

- Harry avait ma permission Dolores.

- Severus, minauda t elle, Mr Potter restant au château pour les vacances, il doit se plier au règlement, le favoriser en tant que fils de professeur ne serait pas très juste.

- Je peux vous assurer que Harry n'a aucun bénéfice à tirer de son statut, répondit Rogue sur un ton polaire, toutefois je suis d'accord avec vous sur le principe.

La sorcière eut un sourire mauvais en direction d'Harry qui s'était figé aux mots de son père.

- Cependant, Harry ne passe pas les vacances ici. Son départ est quelque peu différé, certes, mais il n'est pas inscrit sur les listes des étudiants restant. En fait, je crois qu'il n'y a pas un seul étudiant restant au château cette année. Toujours est il que je dois terminer de corriger quelques copies et préparer diverses choses, ensuite Harry et moi quitteront le château pour les vacances.

- Oh, répondit la sorcière ne sachant que dire.

Elle brulait de punir Harry mais ne pouvait trouver de raisons valables. Cela ne la gênait pas d'ordinaire, mais punir le garçon devant son propre père alors qu'il n'avait manifestement rien fait était au dessus de ses capacités. Elle misa sur la sévérité du maitre des potions dans l'espoir de gâcher les vacances du jeune homme.

- Avant votre départ Severus, il faudrait que je vous parle, minauda t elle avant de lancer un regard lourd de sous entendu à Harry

- Et bien j'ai un peu de temps devant moi, allons en salle des professeurs. Harry, va dans mon bureau, ordonna t il, je te rejoins.

Harry se rendit dans le bureau de Rogue en tremblant de tous ses membres. Ainsi il allait au manoir pour les vacances. Et comme Demi allait faire en sorte de passer ses vacances avec Sirius, il serait seul avec son père. Et connaissant Ombrage, celui-ci serait certainement furieux contre lui...Et.... Harry ferma les yeux découragé et posa sa tête sur ses bras repliés sur le bureau.

Une vingtaine de minutes plus tard, il sursauta en entendant la porte s'ouvrir brusquement. Il leva un regard inquiet vers son père qui s'installa en face de lui et le fixa sans mot dire.

- A ce qu'il parait, dit enfin Rogue après quelques minutes de silence, tu es insolent, irrespectueux et un élément définitivement perturbateur de cette école. Dolores suggère que j'emploie les vacances à te remettre dans le droit chemin à, comment à t elle dit... oui... à la force du poignet.

Harry resta silencieux et baissa les yeux en déglutissant.

- Je ne suis pas stupide tu sais, reprit son père sur un ton plus léger

Harry leva vivement la tête et croisa le regard légèrement amusé de l'homme en face de lui.

- Je sais que tu es insolent. Mais je ne t'ai jamais entendu réellement manquer de respect à tes professeurs. De toute façon, si tu le faisais, après que Minerva te sois tombé dessus, il ne resterait pas assez de toi pour que j'envisage de " te remettre dans le droit chemin "

Harry ne put retenir un sourire.

- Quand à être un élément perturbateur de l'école, je dois dire que c'est quelque peu exagéré. Surtout en comparaison avec ces fléaux ambulants que sont les jumeaux Weasley.

Harry retint difficilement son rire.

- Bien, poursuivi Rogue, à présent que tu sais que je ne suis pas en colère et que tu peux donc te détendre, parlons des vacances.

Harry se redressa dans son fauteuil, attentif.

- Dans deux jours, nous rejoindrons le manoir et, officiellement nous n'en bougerons pas. Le manoir étant protégé, je préfère que le ministère croie que tu y es enfermé. Demi te conduira chez ton parrain. Je ne sais pas de quoi Mme Weasley l'a menacé mais je suis...disons convié... au repas du réveillon. Je vous rejoindrais là bas le soir du réveillon. Tu y passeras en revanche la totalité de tes vacances et tu ne rentreras au manoir que la veille de la rentrée. Pendant mon absence je compte sur la présence de Lupin pour te tenir à l'écart des ennuis. Ne fais rien que je n'approuverais pas et garde à l'esprit que tout se sait un jour.

Harry acquiesça vivement ; la menace était claire. Mais il était ravi ! Il allait passer les vacances avec son parrain et ses amis. Même la présence de Rogue le soir de Noël n'entamait pas son optimisme.

- Pendant ses deux jours, je souhaiterais que mon bureau devienne ta seconde maison et que tu te plonge dans tes devoirs. Ainsi tu seras tranquille pour le reste des vacances et tu resteras hors du chemin de Dolorès Ombrage.

- Je vais avoir besoin de livres... je pourrais pas aller dans la bibliothèque ?

- La bibliothèque est fermée pour les vacances, vu qu'aucun élève n'est resté à Poudlard. Je ne veux pas que tu sois dans un endroit accessible à Dolores. Si c'est ma présence qui te gène, tu peux aller t'installer dans mes appartements.

- Non pas du tout...je...

- Harry, le coupa Rogue avec un vague sourire, crois-moi, je ne m'en formaliserais pas. J'ai moi-même horreur de me sentir observé lorsque je travaille.

Harry haussa un sourcil septique, se disant qu'il était un peu normal que des élèves regardent le professeur pendant un cours. Comprenant ses pensées, Rogue précisa.

- Je veux dire lorsque je prépare des potions ou que j'effectue des travaux de recherche ou de correction. Il est évident que je ne parle pas de la partie enseignement de mon travail.

Harry hocha la tête et se rendit à son dortoir pour y prendre ses livres et ses notes. Il redescendit ensuite dans les cachots.

- Monsieur Potter !

Il soupira et se tourna vers le professeur Ombrage.

- Oui professeur ?

- Que faites vous là ?

- Je vais faire mes devoirs.

- Retournez immédiatement dans votre dortoir.

- Mon père m'a demandé d'aller les faire dans ses appartements.

- Cessez de mentir effronté !

- Je ne mens pas, répondit il, les dents serrées.

Il vit Ombrage plisser les yeux et se dit qu'il était bon pour une nouvelle retenue. Il entendit un bruit derrière lui et soupira de soulagement en reconnaissant la démarche de Rogue. Il n'avait jamais été aussi heureux de le voir.
Celui fronça les sourcil en le voyant en compagnie d'Ombrage.

- Qu'est ce que tu attends pour aller te mettre au travail, dit il d'un ton sec

- Mais le professeur Ombrage... commença Harry qui s'arrêta net sous le regard sévère de son père

- File, siffla celui-ci, et ne crois pas t'en tirer à bon compte, j'arrive

Harry ne demanda pas son reste et détala. Il donna, essoufflé, le mot de passe au portrait qui lui jeta un regard soupçonneux avant de se décider à libérer le passage. Le cœur battant il posa ses cours sur la table et sursauta quand une porte claqua derrière lui.

- Salut, claironna Dementia

Elle regarda Harry et soupira

- Quoi encore ?

Avant qu'Harry ne réponde, la porte s'ouvrit à nouveau sur Severus et Dementia plissa les yeux en constatant le mouvement de recul de son frère. Toutefois avant qu'elle n'envisage de montrer les dents, son père prit la parole.

- Harry ?

- Pourquoi vous m'avez crié dessus comme ca ? C'est elle qui m'est tombé dessus alors que je venais ici !

- Harry, soupira Rogue, je voulais juste qu'elle pense que ses paroles avaient portées et qu'elle avait réussie à me rendre furieux contre toi. Je pensais que tu avais compris.

Harry hocha prudemment la tête, essayant de calmer les battements affolés de son cœur. C'était une mise en scène ; il aurait dû le comprendre.
Dementia décida qu'il était urgent de détendre l'atmosphère.

- Ok, bon, on va à pré au lard

- Pardon ? demanda Rogue

- Oui. On va à pré au lard. J'ai des courses à terminer. Harry doit s'occuper de ses achats de Noël et toi aussi tu as des courses à faire si je ne m'abuse. Alors on va à pré au lard, on se donne deux heures pour les courses et on va boire une bierreaubeurre aux trois balais.

- Vous n'avez pas... commença Rogue

- N'essaie même pas de te défiler, siffla Demi, c'est Noël, alors on va faire une sortie en famille ! Tu peux bien passer une heure avec tes enfants sans tomber malade non ?

- Très bien, capitula Rogue, qui détestait quand Demi montait ainsi dans les aigus. Allons-y !

Harry ravi, remonta en courant à la tour Gryffondor pour y chercher la bourse que lui avait remis sa sœur au début de l'année et se changer. Il enfila un jean et un pull et prit sa cape de poudlard. Il, redescendit tout aussi vite pour retrouver sa sœur et son père qui l'attendait dans le Hall.

- C'est pas trop tôt, grogne Demi

- J'avais la moitié du château à traverser moi, protesta Harry.

- Tiens, intervint Rogue en lui tendant une bourse, je suis passé à Gringotts le week-end dernier pour te retirer un peu d'argent sur ton compte. Je me suis dis que tu n'aurais peut être pas le temps d'y aller et que tu risquais de manquer de liquide pour tes achats de Noël.

- On est parti, lança joyeusement Dementia.

Une fois arrivés au village, les trois sorciers se séparèrent. Harry se rendit en premier à la librairie, où il avait commandé par hibou un livre pour Hermione. Il regarda autour de lui et se dit qu'il pouvait toujours regarder ici pour essayer de trouver un cadeau à son père.

- Vous avez besoin d'autre chose ? demanda le vendeur

- J'aurais voulu trouver un livre pour mon père, mais je ne sais pas quoi lui prendre.

- Quel genre de livre aime t il ?

- C'est le professeur Rogue, se contenta de répondre le jeune homme en constatant que le vendeur n'avait que quelques années de plus que lui.

- Ah, répondit celui ci en souriant, alors je vais peut être pouvoir vous aider. Le professeur Rogue me demande de lui mettre de coté toutes les nouveautés en matière de potions et de défense. Ce que je fais bien sur immédiatement. J'ai reçu deux livres, un en potion et un en défense. Ils ne seront mis en vente qu'après Noël, mais pour le fils de mon ancien directeur de maison, je peux faire une exception...

- Vous étiez à Serpentard ?

- Oui. Et vous

- Gryffondor.

L'homme se mit à rire.

- Ça doit être amusant au quotidien.

Harry se contenta de soupirer, accentuant le rire du vendeur, qui l'invita à la suivre dans l'arrière boutique. Il regarda les livres en question : un épais recueil de potions intitulé : les équivalences des ingrédients oubliés ; et un livre de défense, tout aussi épais, intitulé : sorts de protections évolués et contre sorts de magie noire.

- Ok, je prends les deux, décida Harry, mon père va passer, vous pouvez lui parler du livre de défense, je l'achète pour quelqu'un d'autre, mais si vous pouvez lui cacher l'existence du livre de potion....

- Pas de problème, de toute façon je lui le seul au courant pour ces livres. Je suis sure qu'il sera ravi. Donc ces deux livres plus le livre que vous aviez commandé, cela fait 75 Gallions.

Harry régla ses achats et sortit de la boutique après avoir chaleureusement remercié le vendeur. Il passa ensuite au magasin de quidditch pour prendre à Ron un livre retraçant l'histoire des Canon de Chudley ainsi que leur plus grands match, puis au magasin de fille, comme l'appelait Ron, où il acheta un collier pour Demi et un ensemble de pinces multicolores pour Ginny (sur les conseils avisés d'Hermione qui savait que ce coffret faisait envie à la rouquine tout comme un nécessaire de maquillage qu'elle lui avait elle-même acheté), il se rendit ensuite au magasin de farce et attrape pour faire un stock pour les jumeaux Weasley avant de faire un crochet par Honeydukes pour acheter quelques friandises pour Ron et lui-même.

Il jeta enfin un coup d'œil à sa montre. Il lui restait une vingtaine de minutes pour trouver quelque chose à offrir à Madame Weasley, qui avait toujours été si gentille avec lui et à Sirius. Pour Monsieur Weasley, il avait l'intention de faire un tour dans Londres pour lui acheter un assortiment d'outils moldus.

Il refit le tour de pré au lard et tomba sur une toute petite boutique qu'il n'avait jamais remarqué. Elle s'appelait le royaume de la ménagère. Décidé à trouver quelque chose pour Madame Weasley, il entra. Il fut immédiatement attiré par un ensemble de plat et cocottes qui interrompaient la cuisson d'eux même quand le plat était cuit. Il se rappelait que Ginny avait dit à Ron que leur mère aurait adoré cela mais que c'était bien trop cher pour eux. Ils lui avaient donc offert pour leur part des livres de cuisines. Il regarda le prix de l'ensemble qui comprenait 2 moules à gâteaux, un plat à gratin, une cocotte et deux poêles : 20 gallions. Il n'hésita pas une seconde, l'affection de madame weasley valait largement le prix du cadeau.

- Bon Sirius maintenant, soupira Harry en décidant de refaire un tour du village

Il faisait pour la seconde fois l'inventaire des différentes boutiques et allait se résigner à se contenter de mettre un gros nœud rouge au sommet du crâne de Dementia quand il croisa son père qui semblait avoir terminé ses achats et se dirigeait vers les trois balais.

- Quel regard désespéré, se moqua Rogue

- Je ne trouve rien pour Sirius, se lamenta Harry

Rogue retint de justesse une remarque acerbe sur l'ex prisonnier. Ce n'était sans doute pas le moment, Harry exploserait à la moindre remarque.

- Et bien, je crois savoir que Black est un fin amateur de liqueur et de whisky. Il y a une boutique derrière la tête de sanglier qui vend des coffrets assez intéressants.

- J'ai vu, mais l'entrée est interdite au moins de 17 ans.

- Et bien, dans la mesure où je suis avec toi, il ne devrait pas y avoir de problème. Ta sœur étant sans cesse en retard, je pense que nous pouvons nous permettre d'y aller dès maintenant.

Harry eut un large sourire, soulagé d'avoir trouvé une piste pour le cadeau de son parrain. Ils entrèrent dans la boutique et Rogue s'adressa au vendeur.

- Bonjour, ce jeune homme souhaiterait offrir un coffret de liqueurs à son oncle. Pourriez-vous le renseigner ? J'attends là, ajouta t-il a l'attention d'Harry

- Oui, merci père

Le vendeur lui présenta différents coffrets, lui expliquant que toutes les liqueurs présentes dans le magasin pouvaient y être associées. Harry tomba en admiration devant un coffret comprenant une bouteille et deux verres sur lesquels un cerf était ciselé. L'ensemble était absolument somptueux. Harry demanda à son père s'il pensait que la crème de whisky pourrait faire l'affaire et Rogue acquiesça. Il avait passé assez de temps au QG pour avoir entendu Sirius se plaindre à plusieurs reprises de ne pas pouvoir se rendre chez un marchand de liqueur. Il savait que l'ancien prisonnier avait toujours été très friand de crème de whisky et de liqueur de pomme. Le tout coûtait près de 27 gallions et il grimaça mais il s'abstient de tout commentaire.

Ravi, Harry remercia son père pour on aide et lui emboita le pas vers les trois balais. Ils avaient pres de 10 minutes de retard mais Dementia n'était pas encore arrivée.
Elle pénétra dans l'auberge quelques minutes après eux.

- Tu as tout trouvé ? demanda t elle à Harry

- Oui, père a tout réduit il y a un instant

- Donc je n'ai aucune chance d'y jeter un coup d'œil, marmonna t elle faussement boudeuse

- Et non !

Dementia éclata de rire et fit signe à la serveuse que Mme Rosemerta avait embauché depuis quelques semaines.

- Au fait, père, pourquoi avoir dit que je voulais un cadeau pour mon oncle ?

- Parce qui ne sait pas que le parrain de Harry Potter est Sirius Black depuis l'évasion de ce dernier ? Je ne voulais pas prendre le risque.

Harry hocha la tête, il n'avait pas pensé à ça. Heureusement qu'il n'avait pas contredit son père dans le magasin.
La serveuse s'approcha d'eux pour prendre leur commande. Lorsqu'elle posa les yeux sur Rogue elle se figea et balbutia.

- Qu'est ce ... euh... qu...que puis je vous.... Off...euh vous servir ?

- Un café pour moi, répondit Rogue, un thé au citron ? demanda t il à sa fille, un thé au citron confirma t il des qu'elle acquiesça et une bierreaubeurre, termina t il connaissant déjà le choix d'Harry

La jeune femme hocha vivement la tête avant de reculer précipitamment en embronchant la chaise de la table d'à coté.

- Elle n'est pas si maladroite d'habitude, murmura Dementia, songeuse, et puis elle parle plus que ça aussi...

Quelques minutes après, la jeune femme revint et posa précipitamment les commandes sur la table, manquant de renverser le thé brûlant sur le chemisier en soie de Demi en observant Severus à la dérobée. Puis elle posa le café devant Rogue en détournant les yeux et en rougissant.

- Merci

Ce simple mot eu pour effet de faire complètement s'empourprer la serveuse.
Alors qu'elle s'éloignait, Severus la suivit discrètement du regard, un vague sourire se dessinant sur ses lèvres. Il n'avait pas été aussi discret qu'il l'avait cru car Demi et Harry échangèrent un regard incrédule avant de se mettre à ricaner de concert.
Rogue leur jeta un regard sévère avant de boire son café.
Dementia et Harry échangeaient des regards malicieux que le maître de potion faisait semblant de ne pas remarquer.
Lorsqu'ils sortirent enfin de l'établissement, Dementia était au bord de la crise d'apoplexie à force de retenir ses éclats de rires.
Sur le chemin du retour, elle entama une chanson de bar, en chantant très faux, sous le regard amusé d'Harry et celui agacé de son père.

- Eh ! Toi ! Jolie serveuse !
Donne-moi la clef pour m'envoler
A l'ombre de tes grands yeux bleus
Merlin, j'suis foutu... j'suis amoureux !

- C'est fini oui ? Gronda Rogue, arrête de te donner en spectacle. Et puis c'est " eh ! Toi ! jolie danseuse "

- J'adapte, répliqua Demi du tac au tac

- Et elle a les yeux noisette, marmonna Rogue

- Ouh ! il a remarqué, couina Demi provocant le rire d'Harry

- Mais c'est pas vrai, il avait quoi dans ton thé ?

- Va savoir, elle te regardait tellement qu'elle a peut être confondu l'eau et l'eau de vie...

- N'importe quoi !

- Allez ! Avoue qu'elle te plait !

- Dementia ça suffit, gronda Severus d'une voix sèche.

Demi leva les mains en signe de reddition, mais elle garda un petit sourire sur les lèvres. Arrivés au château, elle prit la direction de la cabane d'Hagrid a qui elle voulait demander de jeter un coup d'œil sur son hibou qui lui semblait fatigué. Avant de partir elle déclara très vite.

- Au fait, elle s'appelle Evaeliane, Elle a 29 ou 30 ans, elle est célibataire et elle bosse tous les jours aux trois balais de 11h à 17h.

Et elle s'empressa de fuir avant que son père ne réponde quoi que ce soit. Celui ci tourna son regard noir vers Harry, haussant un sourcil dans un défi de prononcer le moindre mot. Le jeune homme fit un sourire innocent et dit sur un ton neutre.

- Vous avez trouvé des choses intéressantes à pré au lard ?

Rogue soupira et eu un demi-sourire amusé.

- Fiche-moi le camp, tu ne vaux pas mieux que ta sœur !

Harry éclata de rire et détala à son tour dans la même direction que Dementia, abandonnant ses paquets à son père. Celui ci leva les yeux au ciel et appela un elfe de maison pour qu'il ramène les nombreux sacs dans ses appartements.

Une vingtaine de minutes plus tard, Demi et Harry remontèrent vers le château. Harry déglutit en voyant Ombrage qui se dirigeait vers eux mais celle ci ne leur accorda pas un regard ; Sans doute la présence de Dementia avait elle dissuadé la sorcière de s'en prendre à Harry.

Harry demanda à Dobby d'aller lui chercher son sac dans la tour Gryffondor, n'ayant aucune envie de monter une fois de plus les sept étages qui le séparaient de la tour.

Ils rejoignirent les appartements de Rogue en silence. Celui ci s'étonna de la soudaine passivité de son fils et Dementia lui expliqua qu'ils avaient croisé Dolorès ombrage et que, bien qu'elle n'eut rien dit, Harry avait aussitôt perdu sa bonne humeur.

- Très bien, soupira Severus, Et si vous partiez aujourd'hui ? Je rentrerais moi-même demain. Harry si tu veux aller dès aujourd'hui chez Black, je n'y vois aucun inconvénient. Si tu préfère finir tes devoirs tranquillement à la maison et y aller demain soir comme prévu, c'est faisable aussi.

- Je crois que je vais faire mes devoirs avant d'y aller, ne serait ce que pour clouer le bec à Hermione, sourit Harry

- Très bien, tu es d'accord Demi ?

- Oui, sourit cette dernière, j'ai hâte de partir d'ici j'avoue. Cette Dolorès est vraiment imbuvable. Et Mme Pince croit que je vais passer les vacances ici à l'aider pour l'inventaire, alors je préfère fuir tant qu'il est encore temps !

Rogue eut un sourire moqueur et donna son accord pour un départ immédiat. Demi prit tous les paquets contenant ses achats réduits ainsi que ceux d'Harry. Son père refusa catégoriquement de lui confier ses propres achats. Puis il les accompagna jusqu'à la grille de Poudlard. Ils croisèrent à nouveau le professeur ombrage qui planta son regard hostile dans celui d'Harry qui se serra instinctivement contre sa sœur.
Demi passa son bras autour de lui et, tenant fermement la malle contenant leurs affaires de l'autre, elle les fit transplaner devant les grilles du manoir Rogue.

- Va te rafraîchir, ordonna t elle a Harry, Je préviens Kookie que nous sommes rentrés, et j'appelle Sirius pour lui confirmer que nous venons demain.

Harry sourit et monta dans sa chambre. Il se sentit soulagé d'avoir quitté Poudlard pour la première fois de sa vie et la perspective d'aller chez son parrain le lendemain soir lui conférait la motivation nécessaire pour expédier la tonne de devoirs que les professeurs leur avaient donnés.

Harry passa la fin d'après midi à faire ses devoirs de métamorphose, de sortilège et d'astronomie. Apres le repas, Dementia le laissa veiller et l'aida à faire ses devoirs de botanique, d'histoire de la magie et de soin aux créatures magiques. Il ne lui restait plus que le devoir de potion et celui de défense contre les forces du mal qu'il ferait le lendemain avec l'aide de son père. Le devoir de divination consistant à tenir un journal de ses rêves, il avait devant lui deux semaines de pure liberté.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site