chapitre 13

- Oh Merlin...

- Respire Harry

- Oh Merlin...

Dementia tendit la main vers Harry qui eut un mouvement de recul. Sa sœur se mordit la lèvre, blessée.

- Harry...

- Sirius est au courant ? la coupa t il brusquement

Incapable de répondre, Demi hocha la tête.

- Et c'est pour ça que Mme Weasley ne t'aime pas ! Tout le monde le savait ! Tout le monde sauf moi !

- Ton entrée dans la famille a été chaotique. Je n'ai pas voulut te perturber davantage, souffla Demi, ce n'était pas si important...

La cloche annonçant le début des cours retentit à l'instant même ou Harry explosa.

- Pas si important ? PAS SI IMPORTANT !!!?? TU ES LA FILLE DE BELLATRIX LESTRANGE !!! CELLE QUI A OFFERT UN ALLER SIMPLE POUR SAINTE MANGOUSTE AUX PARENTS D'UN DE MES MEILLEURS AMIS !!!!!!

- Je sais... murmura Demi, je te dirais tout ce que je sais Harry, tout ce que tu veux savoir... Mais calmes toi...

- ME CALMER ???? TU ES LA FILLE D'UNE PUTAIN DE MANGEMORT ET TU ME DEMANDE DE ME CALMER !!!!

- Harry...va en cours... reviens après... je te promets que je te raconterais tout. Ombrage t'as dans le collimateur...Elle s'est fait nommer grande inquisitrice par Fudge... Tu ne peux pas te permettre de rater des cours !

Harry la regarda fixement pendant quelques secondes avant de sortir en claquant la porte tandis que Dementia s'effondrait contre la porte de la plus proche cabine, l'estomac toujours douloureux.
Le jeune homme descendit dans les cachots, perdu dans ses pensées. Quand il arriva devant la porte de la salle des potions, il avait quinze bonnes minutes de retard.
Il passa sa main sur son visage comme pour essayer d'en effacer la pâleur et entra en oubliant de frapper.

- 20 points en moins pour Gryffondor, annonça sèchement Rogue sans regarder Harry.

Le jeune homme ne répondit pas et alla s'asseoir sans croiser le regard interrogateur de ses amis. Merlin, comment allait il pouvoir regarder de nouveau Neville dans les yeux sachant qui était la mère de sa sœur... Il comprenait à présent pourquoi elle lui semblait familière. Ce n'était pas tant la ressemblance évidente avec Bellatrix Lestrange, qu'il avait aperçu dans la pensine de Dumbledore l'année précédente avant que le vieux sorcier ne lui explique qui elle était, ce qu'elle avait fait et ses liens familiaux avec Sirius et les Malefoy... Non, ce qui l'avait dérangé chez Demi était un souvenir plus ancien... l'été précédent... La coupe du monde... Cette forme des yeux... ce nez droit... cette façon de relever la tête hautainement quand quelque chose la contrariait... comment avez t il pu oublier chez qui il avait rencontré ces détails ? Comment avait il pu ne pas comprendre en revenant à Poudlard et en croisant un autre sorcier qui avait ces même yeux ? Il les avait vu l'un a coté de l'autre ! La différence de couleur l'avait elle aveuglé à ce point ?
Harry secoua la tête pour chasser l'image de Narcissa Malefoy qui se superposait à celle de Dementia... Cela lui paraissait tellement évident à présent...

Il réussit à rester silencieux quelques minutes supplémentaires avant de craquer et de cracher, en faisant sursauter la salle

- Quand aviez-vous l'intention de me le dire ?

Rogue lui jeta un regard froid en haussant un sourcil interrogateur, tandis que la colère d'Harry se réveillait.

- Arrêtez de me regarder comme ca et répondez-moi !!!

Rogue se leva brusquement et fit un mouvement sec de sa baguette, inscrivant une série de question sur l'un des tableaux noirs de la salle.

- Sortez un parchemin, ordonna t il, vous avez une heure ! Toi, ajouta t il en désignant son fils, bureau, immédiatement !

Harry eut un instant d'hésitation. Il ne s'était pas retrouvé seul avec Rogue depuis que celui-ci l'avait...
Le maitre des potions interrompit ses pensées en le saisissant par le bras et en l'entrainant sans ménagement vers la porte donnant accès à son bureau.
Quand Severus entra à sa suite, ferma la porte sur eux et posa un sortilège d'insonorisation, Harry devint livide et eu un brusque mouvement de recul. Rogue leva une main en signe d'apaisement.

- Je n'ai pas l'intention de te frapper Harry...

Sa voix était bien moins sèche à présent qu'ils étaient seuls. Il dirigea Harry vers le canapé au fond de la pièce et le fit asseoir avant de prendre place sur une chaise face à lui.

- Respire profondément Harry... Merlin tu n'es pas loin de la crise de panique. Que se passe t il ?

- Vous m'avez menti...

- Je t'ai menti ?

- Dementia...vous...Sirius... tout le monde...

- Oh, murmura Rogue en comprenant, je ne t'ai pas mentit Harry. Je ne t'ai pas fais part d'une information qui ne te concernait pas et qui n'avait pas d'importance.

- Pas d'importance, coupa Harry, incrédule.

Ils s'étaient donné le mot ? Trouvaient ils vraiment le fait que sa sœur soit la fille de la plus grande supportrice de celui qui voulait le tuer depuis sa naissance n'avait aucune importance ?
Et bien il n'était pas d'accord ! C'était important ! Il avait le droit de savoir un truc pareil ! C'était comme s'il n'avait su que le professeur de potion portait la marque des ténèbres qu'après l'adoption !

- Non, retenti la voix grave de Rogue, ce n'était pas important. Cela ne change rien à qui est Demi, à sa personnalité... Elle n'a quasiment pas connu sa mère, Harry... Ce n'est pas elle qui l'a élevée.

- Mais...

- Non. Nous en parlerons plus tard... tout à l'heure... après les cours... Et avec Dementia.

- Je crois que je vais être malade, gémit Harry

Immédiatement Rogue le saisit par le bras et le poussa dans un petit cabinet de toilette comportant des toilettes et un lavabo.
Harry eut tout juste le temps de se pencher par-dessus la vasque avant de rendre le contenu de son estomac ...
Il sentit la présence de Rogue derrière lui tandis qu'il se relevait et se rinçait la bouche au lavabo, avant que ce dernier ne lui pose une main sur le front.

- Qu'est ce qui m'arrive, grogna Harry

- Rien, soupira Rogue, ce n'est que de la contrariété. Dementia a toujours eu le même genre de réaction dès que quelque chose la bouleverse...

Il s'éloigna pour fouiller dans son armoire et lui tendit une fiole avant de le pousser fermement vers le canapé.

- Avale ca, reprend toi et reviens en cours. J'enlève le sort d'insonorisation, prévint-il avant de sortir.

Resté seul, Harry renifla le contenu de la fiole d'un air dégouté. Une nouvelle nausée le prit, et, se disant que le remède ne pouvait pas être pire que le mal, il avala la potion d'une traite.
La nausée s'accentua un instant au gout infect et il cru qu'il allait vomir de nouveau. Puis, tout aussi rapidement, la potion fit effet et les hauts le cœur disparurent.
Harry s'assit au bureau de son père avec l'intention de se remettre quelques minutes avant de retourner dans la salle de cours. Il posa sa tête sur ses bras croisés sur le bureau et s'endormi.

Une dizaine de minutes plus tard, la porte s'ouvrit sur le professeur qui venait voir ce qui le retenait. Il eut un soupir mi agacé, mi inquiet en constatant que le jeune homme dormait. Il caressa un instant l'idée de le réveiller d'une taloche derrière la tête mais se ravisa et retourna dans la salle de classe sans un mot.

Hermione et Ron échangèrent un regard inquiet. Au bout de l'heure impartie, Rogue passa dans les rangs pour récupérer les parchemins. Au niveau de Ron et Hermione, il marqua un arrêt.

- Monsieur Weasley, veuillez aller chercher Harry dans mon bureau.

- Oui professeur.

Angoissé de ce qu'il allait trouver, Ron entra dans l'antre de son professeur de potion et se sentit immensément soulagé en constatant qu'Harry était simplement endormi.
Il s'approcha de son ami et le secoua légèrement.

- Eh ! Vieux !

Harry se réveilla en sursaut.

- quoi ! quoi ???

- Le professeur Rogue m'a demandé de venir te chercher. Qu'est ce qu'il se passe ??

- Je te raconterais plus tard...

Il se frotta les yeux et suivi Ron dans la salle de potion. Rogue leva un sourcil en direction de son fils.

- Tu te sens mieux ?

Harry hocha la tête. Rogue reprit son cours tout en gardant un œil discret sur le chaudron du jeune homme, soupçonnant que ce dernier aurait plus que du mal à se concentrer au vue des circonstances. Toutefois, grâce aux bons soins et à la vigilance d'Hermione, aucune catastrophe ne fut à déplorer.

A la fin du cours, Harry ne bougea pas, se constatant d'informer Ron et Hermione qu'il les rejoindrait plus tard.
Une fois les élèves partis, un silence pesant s'installa. Harry posa sa tête sur ses bras repliés tandis que Rogue s'abîmait dans ses pensées.
Une vingtaine de minutes plus tard, Demi passa la porte.

- Allons dans nos appartement, soupira Rogue qui se serait bien passé de la conversation à venir.

Tout en reconnaissant à Harry le droit de savoir de quoi il retournait, il devait avouer qu'il avait espéré n'avoir jamais à expliquer les circonstances de la naissance de Dementia. Ni a Harry, ni à sa fille. Heureuse dans sa famille nourricière, la jeune fille n'avait jamais demandé à en savoir davantage sur sa mère biologique que les maigres souvenirs qu'elle en conservait. Adolescente, elle avait consulté au ministère les minutes du procès de Bellatrix et, horrifiée, n'avait plus jamais voulut parler d'elle, ce qui avait bien arrangé Rogue.
Bellatrix étant bien au chaud (métaphoriquement parlant, Azkaban n'étant pas réputé pour la qualité de son confort) en prison, il n'y avait plus pensé. L'évasion de cette dernière remettait toutes ses illusions en cause.

Le trajet se fit en silence, Harry maintenant volontairement une distance de plusieurs mètres entre les deux adultes et lui.

Il ne leur fallut que quelques minutes pour atteindre les quartiers du maître de potion. Rogue s'installa dans son fauteuil tandis que ses enfants prenaient place dans le canapé, aussi éloignés l'un de l'autre qu'il était possible de l'être.

- Comment procède t on ? demanda Rogue d'un ton las, As-tu des questions ?

- Comment ? Pourquoi ? Je ne sais plus... soupira Harry

- Et si, intervint Dementia, et si tu racontais l'histoire en entier ? Sans interruption ? On posera nos questions ensuite.

- On ? s'étonna Harry

- Il me manque certains éléments à moi aussi, répondit elle en haussant les épaules.

Rogue se servit un grand verre de whisky-pur-feu et en bu quelques gorgées avant de prendre une profonde inspiration et de commencer son récit.

- Je crois que pour que vous compreniez ce qu'il s'est passé, je dois retracer le contexte de l'époque. Nous étions en 1976 et le seigneur des ténèbres faisait de plus en plus parler de lui. Il était au centre des conversations. Tout le monde craignait pour la vie de sa famille. Que ce soit les enfants de moldus, les sangs mêlés, les sangs purs... aucune famille n'était à l'abri des représailles.
Nous étions en sécurité à Poudlard, mais nous savions bien que, une fois dehors, nous serions plongés au cœur de la tourmente.
J'avais quinze ans, je venais de passer mes BUSEs. J'ai toujours été quelqu'un de solitaire mais cette année là encore plus que les précédentes. Apres une dispute mémorable, je m'étais irrémédiablement brouillé avec ma seule amie.
J'étais sans cesse en conflit avec Black et Potter.

Harry se redressa à l'annonce du nom de son père et de son parrain. Rogue balaya d'un geste de la main ce passage de sa vie et avala une nouvelle gorgée de whisky-pur-feu en essayant de rassembler ses idées et ses souvenirs, dans l'espoir de fournir un récit qui ne soit pas trop décousu.

- Grace à une dérogation spéciale d'Albus, j'avais pu passer un examen de potion me donnant le premier des trois degré nécessaires pour obtenir le titre de maitre de potion. On m'avait consacré un article dans un magazine de potions qui était bien entendu passé totalement inaperçu. Du moins le croyais-je. C'était en tout cas probablement le cas pour 99% des élèves.
Le soir je faisais mes devoirs et préparais le second degré de ma maitrise de potion dans un coin discret de la salle commune d'où je pouvais observer à loisirs.
Un groupe en particulier m'intéressait. Quelques élèves qui se pressaient autour du préfet-en-chef, Lucius Malefoy et de son meilleur ami Rodolphus Lestrange. Tout le monde savait qu'ils seraient tous les deux marqués à la fin de l'année et cela forçait le respect de tous les serpentard. Albus le savait aussi, bien entendu, mais sans preuve, il ne pouvait rien faire. Ils étaient donc le petit groupe de dirigeant de Serpentard, possédant de nombreux admirateurs, mais restant entre eux. Hormis Lucius et Rodolphus, il y avait quelques 6ème année, essentiellement McNair et Dolohov, ainsi que Rabastan Lestrange, le frère de Rodolphus et Narcissa Black, la petite amie de Lucius qu'il trainait partout avec lui.
Et il y avait Bellatrix...

Rogue s'interrompit un instant. Une fois n'est pas coutume, Dementia était silencieuse comme une carpe et Harry avait l'air d'un strangulot hors de l'eau.

- Bellatrix, reprit Rogue songeur, elle était également en 7ème année et elle était...comment dire...époustouflante. Un sens de l'humour décapant, un rire à faire dresser les cheveux sur la tête, un caractère impossible... Ce n'était vraiment pas un cadeau. Elle était sans cesse en train de livrer de violent combat verbaux avec Lucius. Il était de notoriété publique qu'elle était promise à Rodolphus mais ils ne s'affichaient pas ensemble. Je la trouvais talentueuse, enivrante et terriblement belle. Bien sur, elle ne posait jamais les yeux sur le pauvre 5ème année que j'étais et je n'avais jamais eu le cran de lui adresser la parole.
Il ne restait que quinze jours avant la fin de l'année.
Avec le recul, je réalise qu'au moins un élève avait lu cet article et en avait parlé à qui de droit.

- Voldemort, murmura Harry

Deux tressaillements, suivis de deux regards noirs lui répondirent.
Harry se tassa dans son coin du canapé avec un petit geste d'excuse. Rogue soupira et reprit son récit.

- Enfin bref, 15 jours avant la fin de l'année, donc, Lucius vint me voir. Il me fit un long discours alambiqué sur mes capacités qui ne devaient pas être mises au service de n'importe qui, sur l'honneur des serpentard, sur le pouvoir, le respect, la puissance... Il était extrêmement convaincant, mais je n'avais aucune envie de servir qui que ce soit. Je rêvais de reconnaissance, mais je ne voyais nulle gloire à vivre à genoux. Je me contentais de dire à Lucius que je réfléchirais et sortis de la salle commune non sans voir Bellatrix fusiller Lucius du regard.
Dehors, comme à l'accoutumée, une violente altercation ne tarda pas à m'opposer à Black et Potter. Je ne me souviens même plus quel en était le sujet. Je venais de réussir à désarmer Black quand Potter, après un magnifique vol plané, atterrit dans le lac.
Je fis volte face pour voir Bellatrix tourner les talons après avoir rangé sa baguette.
Le soir même, elle vint s'asseoir près de moi, dans la salle commune déserte. Nous n'échangeâmes pas un mot, chacun plongé dans un livre.
Enfin, elle se leva pour rejoindre son dortoir. Juste avant de sortir, elle murmura : bonne nuit Severus.
Je n'en dormis pas de la nuit.
Le lendemain, elle me questionna sur le livre que je lisais. Le surlendemain, prétextant qu'elle avait froid, elle se blottit contre moi.
Ca allait trop vite. Bien trop vite pour être réel.
Mais j'avais 15 ans, j'étais amoureux, Poudlard ne serait bientôt qu'un souvenir pour Bella.
Je n'ai rien vu venir.

Rogue se leva et se resservi un verre. Il se demanda vaguement s'il faisait bien de tout raconter puis il réalisa que si Bella prenait contact avec Dementia, elle ne serait pas tendre dans ses propos.
Il se rassit dans le fauteuil et bu une gorgée du liquide ambrée avant d'entamer l'avant dernière partie de son récit.

- On s'est embrassés tous les soirs pendant quelques jours avant que l'année ne s'achève. Trois jours après mon retour chez moi, j'ai recul un hibou de Bella me disant que sa sœur et ses parents étaient partis chez sa tante et qu'elle aimerait me voir. Ma mère était ravie et avant d'avoir pu dire Veritaserum, j'étais chez les Black. Et deux jours plus tard, j'étais dans son lit.

Harry fut prit d'une quinte de toux et Rogue eut un demi sourire moqueur.

- ça a duré une bonne semaine avant que ses parents n'annoncent leur retour.
Elle est revenue me voir quinze jours plus tard. Elle avait un air étrange, presque gêné. Et puis elle m'a annoncé qu'elle était enceinte. C'était effrayant. Je n'avais que 15 ans, j'étais à Poudlard. Elle en avait 17 et était sur le point de se marier. Elle m'a dit qu'elle ne me demandait rien, que je devais finir mes études. Puis avant de partir elle m'a annoncé que la naissance était prévue pour fin février, début mars au plus tard.

- Quoi ? Mais je suis née fin mars, protesta Dementia.

- Je sais. Même pour naitre tu étais en retard !

Lorsque le fou rire nerveux d'Harry se calma et que Dementia cessa de bouder, Severus continua.

- Inutile de s'attarder sur la grossesse et l'accouchement, je n'étais pas présent. J'étais à Poudlard et je recevais régulièrement des lettres, dans lesquelles elle me rappelait qu'elle ne me demandait rien mais ou elle me décrivait pas le détail tout ce qui lui arrivait. Depuis le premier coup de pied qu'elle avait ressentit jusqu'aux rêves qu'elle faisait, dans lesquels une petite fille brune enfilait des perles.

Harry eut un mouvement de sourcil étonné et Rogue expliqua.

- Il est très fréquent que les sorcières aient des rêves qui leur dévoilent le sexe de l'enfant. Je n'avais peut être pas revu Bella depuis l'annonce de sa grossesse, mais je savais déjà que bientôt j'aurais une petite fille. Elle m'a écris pour m'annoncer la naissance. Et même si le prénom choisi m'a fait grimacer, je ne pouvais pas lâcher la photo des yeux. J'ai même cassé le nez de Black à la méthode moldue quand il a essayé de me la prendre. J'ai décidé que je t'appellerais Demi, ajouta t il en regardant sa fille, ca me paraissait moins bizarre. Quelques semaine après ta naissance, elle est venue à Poudlard, au milieu du dîner et t'a collé dans mes bras. C'était la première fois que je te voyais en vrai. Elle m'a annoncé qu'elle devait se marier et qu'il fallait que je te garde quelques temps. Puis elle a disparut. Narcissa t'a arraché à moi pour te faire des câlins jusqu'à ce que tu réalises que ta mère n'était plus là. Tu as prit une grande inspiration et tu as hurlé. Narcissa t'a recollé dans mes bras et tu t'es calmé.
Mais je ne pouvais pas te poser une seconde. Tu refusais que je te lâche et tu hurlais à plein poumon si j'avais le malheur de te déposer dans ton berceau. J'ai passé quasiment une semaine avec toi vissé dans mes bras.
Puis Bella est revenue. Quand tu l'as vu tu as ris pour la première fois.
Elle m'a promis que je te reverrais bientôt si je le désirais.
Quelques temps après, je lui ais écrit pour lui demander de t'amener à pré au lard, le week end suivant.
Elle est venue seule.
Quand je lui aie demandé ou tu étais elle m'a dis qu'elle voulait me parler d'abord. Elle m'a emmené dans un endroit isolé et a dévoiler sa marque.

Rogue frotta machinalement sa propre marque.

- Elle ne m'a pas laissé le choix. Soit je m'engageais dès ma sortie de Pourlard et Dementia Black devenait Dementia Rogue ; soit je refusais et elle t'emmenait, Rodolphus te reconnaitrait et serait officiellement devenu ton père.

- Alors tu l'as fait...murmura Demi

- Demi, j'ai regretté beaucoup de chose dans ma vie. Mais jamais je n'ai regretté de te reconnaître et ce malgré les conséquences.

- Bon et ensuite, coupa sèchement Harry, s'attirant un regard surprit de sa sœur et un plus sévère de Rogue qui termina néanmoins son histoire.

- Quand j'ai enfin été marqué, Bellatrix a commencé à faire plus de mission sur le terrain puisque je restais dans le laboratoire et que tu restais avec moi. Puis, Draco est né et tu passais tes journées avec Narcissa, enchantée d'avoir affaire à une poupée vivante. Seize mois plus tard, Harry tu as défais le seigneur des ténèbres et peu de temps après, Bella a été arrêtée. Albus m'a disculpé en révélant mon rôle d'espion. Il m'a offert le poste de professeur de potion et j'ai passé un été horrible à essayer de convaincre une fillette de cinq ans vraiment très têtue qu'elle allait adorer vivre avec Charlus et Isabelle.

- Je ne voulais pas ?

- Tu voulais ta mère. Tu ne la voyais pas beaucoup, et jamais dans son rôle de mangemort. Tu étais bien trop jeune pour qu'elle ait commencé à te monter la tête. Tu ne la voyais en fait que pour ton bain et aller te coucher. Tu n'avais pas conscience de qui elle était vraiment. Elle est peu être folle et sanguinaire mais elle s'est comportée en simple maman avec toi.

- Je peux partir ? demanda brusquement Harry

Rogue fronça les sourcils mais acquiesça et regarda fixement Harry filer sans demander son reste.

- Je n'étais qu'un appât alors, murmura Demi

- Je me serais engagée de toute façon. Pour elle. Elle le savait. Elle t'a gardée parce qu'elle le voulait.

Dementia hocha vaguement la tête.

- J'ai besoin de digérer tout ca. Je crois que je vais aller dormir.

Demi se leva et se dirigea vers sa chambre. Elle marqua un arrêt à la porte.

- Papa

- Oui ?

- Tu crois que tante Cissy sait ou est maman ?

- Probablement. Lucius le sait forcement et il est fort possible qu'il l'ait révélé à son épouse.

Dementia hésita de nouveau

- Papa ?

- Quoi ?

- Tu regrette d'avoir adopté Harry ?

- Non. Absolument pas.

- Tu devrais peut être le lui dire.

Sans attendre de réponse, Dementia disparut dans sa chambre. Rogue resta immobile, les yeux fixés sur la porte par laquelle avait disparut la jeune femme. Les choses étaient toujours tendues entre Harry et lui. Il ne pensait pas que le gamin soit vraiment intéressé par le fait qu'il regrette ou non l'adoption. Peut être devrait il essayer de parler avec son fils...
Il soupira en s'adossant au fauteuil. Il n'avait rien d'un psychomage. Parler de discipline, d'autorité, de règles, là oui, il était dans son élément. Mais le coté affectif... Il n'avait témoigné son affection à sa fille qu'en de très rares occasions et presque jamais depuis qu'elle était adolescente.

Merlin...Il avait eu besoin de plus de deux verres de whisky pur feu pour aller au bout de son récit. Il regarda la bouteille et se dit que vu les circonstances, il pouvait s'autoriser un troisième verre.
Demi devait déjà dormir.
Harry devait être dans sa salle commune. Il lui parlerait plus tard. Rien ne pressait.


*********


- T'es pas sérieux, dit Neville d'une voix blanche.

- Si, soupira Harry

- Mais elle est gentille !

- C'est parce qu'elle ne la connaît pas, dit doucement Hermione, la cruauté n'est pas génétique, c'est une question d'éducation. Dementia ne se rappelle probablement plus du tout de sa mère.

- En tout cas, elle est dans un sale état, expliqua Harry, elle est bouleversée et terrorisée. Mais maintenant que cette folle est dehors il fallait que je vous le dise. Je ne voulais pas que vous l'appreniez et surtout pas toi, Nev', si elle lui envoyait une beuglante ou si ca faisait la une de la gazette...

Hermione et Ron hochèrent solennellement la tête. Neville se leva en chancelant légèrement.

- Merci Harry. Ne t'inquiète pas, je sais que ta sœur n'y ait pour rien dans cette histoire. Mais il faut que j'écrive à ma grand-mère.

Harry hocha la tête et serra la main que lui tendait son ami, soulagé que celui-ci prenne la chose de cette façon. Il n'était pas sur que, dans les même circonstances, il aurait réagit aussi bien.

- Tu as bien fait de le lui dire Harry, murmura Hermione. Il aurait pu réagir violement s'il l'avait apprit autrement.

Harry hocha la tête.
Quelques coups furent frappés à la porte et Hermione regarda fixement Ron sans dire un mot. Le rouquin soupira en levant les yeux au ciel et se leva pour aller ouvrir.
Le professeur Rogue entra dans la pièce, l'air sombre.

- Harry, on peut parler ?

- Euh... oui, répondit Harry surprit.

- Dementia imitant à la perfection la marmotte dans nos quartiers, je te propose d'aller dans mon bureau.

- Ok.

Harry se leva et emboita le pas à son père. Quelques minutes plus tard, ils étaient installés dans le bureau jouxtant la salle de potion.

- Alors, tu m'expliques ? demanda Rogue

- Vous expliquer quoi, demanda Harry en haussant les sourcils

- Ta réaction... tes interruptions... le fait que tu sois agacé par l'histoire de Demi...

- Je n'étais pas agacé !

- C'était drôlement bien imité ! Presque aussi bien que l'imitation de Demi du lapin blanc d'Alice...

Harry ouvrit de grands yeux à l'évocation de la littérature moldue et Rogue eut un sourire amusé.

- Alors ?

Harry soupira

- Ce n'est rien... et ça n'a rien à voir avec Demi... ou avec la folle furieuse qui lui sert de mère...

- Admirable description, monsieur Potter, sourit Rogue, plus sérieusement Harry, quelque chose t'as dérangé, c'est évident...

- Rien...

- Harry...

- Ce n'est rien, d'accord... c'est stupide... je voudrais juste un père moi aussi

- Je suis ton père Harry

Harry haussa un sourcil

- Harry, soupira Rogue, je vois ou tu veux en venir... Personne ne peut te rendre ton enfance... Ni moi, ni Black... Mais je crois que tu idéalises beaucoup trop ma relation avec Demi. Je veux dire que je n'ai jamais été un père comme l'a été Potter ou comme l'a probablement été Arthur Weasley. Ta sœur a passé les premières années de sa vie au milieu des mangemorts et en compagnie du bloc de glace qui se fait appeler Narcissa Malefoy. Enfin le bloc de glace qu'elle est devenue après son mariage...Crois moi quand je te dis que tout n'a pas été câlin et complicité. Elle était plutôt isolée. Je me contentais de la surveiller d'un œil en préparant mes potions et je crois qu'elle a toujours eu une relation plus approfondie avec son hibou en peluche qu'avec sa mère ou moi.

Harry hocha la tête et demanda à son père s'il pouvait se retirer. Il n'avait aucune intention de se confier et se sentait plutôt mal à l'aise à discuter ainsi avec le maitre des potions.
Rogue hocha la tête. Au moment où Harry allait franchir la porte, la voix de Rogue retentit.

- Je ne pensais pas avoir besoin de le préciser, mais à l'évidence j'étais dans l'erreur. Je ne regrette pas de t'avoir adopté, Harry. Bien au contraire. Je suis ce que je suis. Mais je suis content de t'avoir pour fils.

Harry sourit.

- Merci.

Sans attendre de réponse, il sortit. Sur le chemin qui le ramenait à sa salle commune, il ne put faire disparaître son sourire. Le poids qui comprimait sa poitrine depuis qu'il avait apprit la filiation maternelle de sa sœur venait de disparaître.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×