22. L'arrestation

Avec le recul, Harmony devait se demander comment les évènements avaient pu basculer aussi vite dans l’horreur.

Pourtant la soirée avait bien commencée…
Après le dîner, ils avaient joué aux échecs sorciers ; Harmony et Draco se liguant, pardon faisant équipe contre Lucius qui remportait néanmoins 2 parties sur 3.
Harmony passait son temps à essayer de déconcentrer Lucius et à détourner son attention tandis que Draco trichait sans vergogne et sans avoir à craindre de représailles de son père.
Harmony, mauvaise joueuse par-dessus tout, avait déclaré demander le divorce toutes les dix minutes et avait fini par se retirer du jeu.
A présent, blottie à coté de Lucius, elle lisait un de ses éternels vieux bouquins.
Après avoir jeté un coup d’œil sur le titre : « La révolte des géants de 1528, expression de la mentalité sanguinaire ou lutte pour la liberté ? », Draco et son père échangèrent un regard navré et replongèrent dans leur partie.

Aux alentour de 21h, on frappa à la porte.
Harmony interrogea son mari du regard. Il se contenta d’hausser les épaules en regardant la tour de son fils se faire massacrer par son fou.
Calicoo entra dans la pièce.

- Maître… Monsieur le ministre veut voir le maître…

- Fait le entrer, répondit Lucius d’un ton surprit

Calicoo ressortit quelques instants du salon et y revint presque aussitôt, précédant le ministre et une bonne dizaine d’auror.
Lucius et Harmony se levèrent pour les accueillir

- Rufus ? demanda Lucius, que me vaut votre visite ?

- Et bien, Lucius, répondit le ministre, les yeux baissés, c’est un peu embarrassant…

Un homme s’avança en claudiquant : Alastor Maugrey

- un instant Rufus. Lucius donnez nous votre baguette ; toi aussi mon garçon…

Instinctivement, Malefoy serra sa canne dans ses mains. Aussitôt, une dizaine de baguettes furent pointées sur lui.

- ne nous obligez pas à utiliser la force

Lucius regarda autour de lui. Ils étaient encerclés. Mais ce fut la présence d’Harmony, qui debout à ses coté, sans aucun moyen de défense, était exposée au danger, qui le décida à obtempérer. Il signifia son acceptation d’un hochement de tête.

- Accio baguettes !

La canne de Lucius ainsi que la baguette de Draco sautèrent dans la main tendue d’Alastor.

- Vous pouvez poursuivre, Rufus

- Merci Alastor, bien… comme je disais, c’est un peu embarrassant. Une amulette a été dérobée. Nous n’avons aucun témoin de ce vol, mais Septimus Lockart a été tué.

Harmony pâlit légèrement mais ne baissa pas les yeux.

- l’amulette, poursuivit le ministre avait fait l’objet d’une tentative de vol par un mangemort la veille même de son vol effectif. Le mangemort a été blessé par un auror de service mais a eu le temps et la force de jeter un sort mortel avant de transplaner.

- Tout ceci est regrettable, le coupa Lucius, mais en quoi suis-je concerné ?

Le ministre toussota d’un air gêné en fixant le sol. Il ne leva pas les yeux pour répondre.

- des accusations ont été portées Lucius… des accusations contre vous…

- c’est ridicule !

- certainement, mais nous devons vérifier. Le mangemort mis en cause a été gravement blessé à la poitrine. En conséquence de quoi, je vous demanderai de bien vouloir défaire votre chemise.

- C’est une plaisanterie ?

Le ministre releva brusquement la tête.

- encore une fois, Lucius, je préférerais ne pas avoir recours à la violence…

De nouveau, la crainte de voir Harmony blessée fit plier Lucius.
Il défit lentement sa chemise, conscient de ce qu’il allait exposer aux regards. Livide, Harmony ferma les yeux.

Tout se passa très vite. Dès qu’ils eurent vu la blessure qui barrait la poitrine de Lucius, les aurors lancèrent un sort d’incarcération et transplanèrent avec lui sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit à sa femme.
Puis Alastor se tourna vers Draco

- il va falloir nous suivre, mon garçon

Sortant de sa léthargie où l’avait plongée l’arrestation brutale de Lucius, Harmony se jeta sur les aurors pour les empêcher d’emmener Draco. Mais ils eurent tôt fait de la maîtriser et ils transplanèrent avec le jeune homme, la laissant en larme au milieu du salon.

Harmony mit de longues minutes à recouvrer son calme. Son premier réflexe fut de monter en courant à la nursery pour s’assurer que Falco et Lucretia n’avaient rien. Ils dormaient à poings fermés.
Par acquis de conscience, elle vérifia la chambre adjacente à la nursery, où dormaient parfois Bellatrix et Rodolphus, mais, comme elle s’y attendait, elle était vide. Si le couple avait été dans le manoir, il avait à présent disparu sans laisser de traces.
Elle entendit un bruit au rez de chaussé. Avant qu’elle n’ait eu le temps de s’affoler, une voix s’éleva.

- Lady Malefoy ?

La voix ne lui était pas inconnue. Oubliant toute prudence, elle dévala les escaliers et se retrouva nez à nez (ou plutôt nez à menton) avec Severus Rogue.

- que…

- un ami commun m’a prévenu. Je suis venu aussitôt car il ne peu malheureusement pas être vu en public.

- Un ami commun ?

- Rodolphus

- Oh !

Harmony mit quelques secondes à digérer l’information.

- bien, finit elle par lâcher, que va-t-il se passer à présent ?

Severus Rogue réfléchit quelques instants.

- Le mangemagot va se réunir demain pour statuer sur le cas de Lucius et Draco.

- Mais pourquoi avoir arrêté Draco ? ce n’est qu’un enfant !

- Non, Draco a eu 17 ans en juin, c’est un adulte. Le ministre est entré en guerre contre les partisans de notre maître. S’ils soupçonnent Draco d’être favorable au seigneur des ténèbres, il sera condamné comme un mangemort reconnu. Le ministère applique la règle : plutôt 100 innocents en prison qu’un mangemort en liberté !

- Oh merlin !

Severus regarda la délicate épouse de son ami et mentor, elle semblait si perdue, si fragile, si loin de la furie qui avait fait irruption dans sa classe pour l’accuser d’avoir manquer à ses devoirs.
A présent, elle n’avait plus rien d’une Walkyrie et tout d’une orpheline.

- allez dormir. Vous allez avoir besoin de toutes vos forces demain.

Trop anéantie pour protester, Harmony se retira dans sa chambre.

_________________________________________________________________________________________________________________________________

- Séance ouverte. Affaire 278B3671. Lucius et Draco Malefoy.

Le cœur battant, Harmony regarda le box des accusés. Malgré ses traits tirés, Lucius n’avait rien perdu de sa prestance et de sa dignité. Seule sa mâchoire crispée, signe qu’il serrait les dents, trahissait son inquiétude.
Draco, lui, était visiblement terrifié. Il se tenait contre son père, semblant avoir besoin de la présence de ce dernier pour le rassurer.
Harmony eut le cœur serré en le voyant, et regretta que Lucius n’ait pas un geste paternel pour son fils.

Les témoignages se succédèrent, plus ou moins précis, plus ou moins convaincants.
Le témoignage d’Albus Dumbledore fut accablant pour Lucius, celui de Ronald Weasley pour Draco.
Harmony entendit dire qu’Harry Potter et Hermione Granger avaient refusés de témoigner contre le jeune homme.

Pendant près de deux heures, l’interrogatoire des témoins et des accusés se poursuivi.
Enfin le mangemagot se retira pour délibérer.
Pendant la demi heure que dura la délibération, Harmony resta les yeux fermés, la tête dans ses mains, indifférente aux regards hostiles ou compatissants qu’on lui lançait.

Le mangemagot revint, prenant tout son temps pour reprendre place. Severus Rogue prit Harmony par le coude pour la faire se lever afin d’écouter la sentence.
Le ministre se leva :

- après délibération, il semble évident que Lucius Malefoy n’a jamais abandonné les anciennes pratiques et est un partisan actif de Vous-Savez-Qui.
Nous sommes par ailleurs convaincus qu’il est responsable du sort impardonnable ayant coûté la vie à un auror lors d’une effraction au ministère.
Il semble par ailleurs évident que Draco Malefoy partage les idées de son père et est prêt à prendre sa suite aux cotés de Vous-Savez-Qui.
En conséquence de quoi, les accusés Draco et Lucius Malefoy sont reconnus être des mangemorts actifs.
Ils seront conduits à Azkaban où ils recevront le baiser du détraqueur.

Personne ne su qu’elle fut la réaction des accusés à cette annonce. L’attention du public fut détournée par le cri que poussa Harmony avant de tomber, inanimée, dans les bras de Severus Rogue.
Celui-ci la souleva, et, adressant un hochement de tête à Lucius, en réponse à sa requête muette de prendre soin de la jeune femme, il sortit du ministère et transplana.

Après plus de deux heures d’inconscience, Harmony ouvrit les yeux dans une chambre qui n’était pas la sienne.
Sentant une présence à ses cotés, elle se tourna vivement et éclata en sanglots dans les bras de Bellatrix.

Celle-ci la serra dans ses bras sans un mot. Si elle se moquait éperdument du sort de Lucius qu’elle jugeait incompétent et responsable de la mort de sa sœur, elle ressentait une peine profonde pour Draco, condamné pour ses convictions avant même d’avoir pu faire ses preuves.

- où sont mes enfants ?

- Ton elfe s’en occupe. Le maître veut te voir.

- Non, je veux rentrer chez moi. Il comprendra.

Vaincue, Bellatrix fit entrer Severus Rogue qui reconduisit la jeune femme dans sa demeure.
La première chose que fit Harmony, après s’être assurée que ses enfants allaient bien et avoir ordonné qu’on lui installe un lit dans la nursery, fut de s’enfermer dans le bureau de Lucius et de se plonger dans les livres et les parchemins à la recherche d’un infime espoir de sauver sa famille.

Durant 4 heures, elle consulta tous les documents qu’elle pu trouver, n’acceptant même pas un verre d’eau.
Au terme de ce laps de temps, un hibou vint lui apporter une missive qui la fit fondre en larmes.
Quand Lord Voldemort vint la voir, il la trouva blottie dans le fauteuil de Lucius, secouée de sanglots incontrôlables.

- Harmony ?

Sans lui accorder un regard, elle lui tendit la missive qu’elle serrait dans sa main. Il parcourut le document rapidement.

« Chère Lady Malefoy,

Nous avons le regret de vous informer que Messieurs Draco et Lucius Malefoy n’ont pas survécu au baiser du détraqueur auquel ils ont été condamnés ce jour par le mangemagot.
Conformément au décret 114-B26, leurs corps ne peuvent être restitués à la famille et ils seront ensevelis dans une tombe sans nom dans l’enceinte d’Azkaban.

Veuillez agréer, Lady Malefoy, l’expression de mes hommages respectueux.

Octopus Squirell, Directeur de la prison d’Azkaban. »

Le mage noir poussa un soupir et posa la main sur l’épaule d’Harmony.

- bien, je peux comprendre ta peine mais nous avons à parler d’une affaire importante.

- De quoi veux tu parler ?

- De Lucretia.

 

Commentaires (1)

1. Mélody 05/07/2009

Oula, qu'est-ce qu'il va encore faire le méchante Voldemort ??

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site