21. Sauver sa vie

- saleté de cabine téléphonique, rouspéta Harmony en claquant violemment la porte de ladite cabine.

Cela faisait plus d’une heure qu’elle tournait en rond dans Londres à la recherche de la cabine masquant l’entrée des visiteurs du ministère et se trouvant, selon Lucius, à l’angle d’oxford Street et de Quelvilton road.
Elle tapa à nouveau : 2 2 8 4 6 2 3 5 5 2 8
Rien
Harmony inspira profondément. Pourquoi ça ne marchait pas ? Elle était pourtant bien à l’angle d’Oxford Street et de…Galvilston Road !
Bon.

Qui avait dit Blonde ???

- autant pour moi, murmura t elle

Quelques minutes plus tard, elle se trouvait dans la bonne cabine.

- on prend les même et on recommence, sourit elle en composant à nouveau 2 2 8 4 6 2 3 5 5 2 8

La machine s’ébranla et elle descendit vers le ministère de la magie. Celui-ci était désert en ce début de soirée. Harmony s’orienta très vite, suivant les indications de Lucius. Elle arriva devant une porte à laquelle elle toqua.

- entrez, bougonna une voix

Elle pénétra dans le bureau du directeur de la coopération magique internationale.

- puis je vous parler ?

L’homme se leva précipitamment.

- Madame Malefoy ! J’ai vu votre photo dans la gazette du sorcier, expliqua t il devant son air surprit. Je me présente Septimus Lockart.

- Lockart ?

- Aucun lien de parenté, soupira t il

Harmony émit un petit rire étudié, cristallin et séducteur en posant une main sur le bras de l’homme.

- désirez vous une tasse de thé ?

- volontiers

Il fit apparaître deux tasses sur le bureau.

- alors, madame Malefoy, que puis je pour vous à une heure si tardive ?

- appelez moi Harmony

- soit Harmony, reprit Lockart, visiblement sous le charme.

- Je vois que vous avez une bibliothèque généreuse sur les éléments de votre travail. Mon fils envisage de se tourner vers une carrière internationale après sa dernière année à Poudlard, aussi j’aurais voulut que vous me conseilliez un ouvrage pour lui. Mon époux ne sait rien encore de ses projets, c’est pourquoi je vous demande la plus parfaite discrétion.

- Bien entendu

Lockart se leva pour inspecter les rayonnages, à la recherche du livre adéquat. Sitôt qu’il eut tourné le dos, Harmony versa le contenu d’une petite fiole dans son thé.

- voila qui devrait répondre aux questions de ce jeune homme

- merci infiniment

Elle but une gorgée de thé et il s’empressa de l’imiter.
Elle regarda autour d’elle avec nonchalance. Avisant une petite vitrine, elle se leva pour en observer le contenu

- oh ! c’est magnifique !

- n’est ce pas ? c’est une amulette très ancienne. On a tenté de la dérober, ce que vous avez sous les yeux n’est bien sur qu’une copie.

- Oh

Elle se tourna pour lui faire face, il se tenait très près d’elle et, à voir l’éclat dans ses yeux, le filtre d’amour commençait à faire effet.

- j’aimerais tellement la voir vraiment et la toucher… minauda t elle

- je risque un allez simple à Azkaban pour cela.

- Je serais muette comme une tombe… et puis si mon mari apprenait que je me suis retrouvée seule avec un homme tel que vous, qui sait ce qu’il me ferait subir…la vie de femme mariée n’est pas aussi idyllique qu’il ne le parait lorsqu’on à un homme comme Lucius pour mari… j’ai si peu de distraction…

- Je comprends…

- Je ne veux que voir cette amulette, dit elle en faisant courir son doigt le long de la joue de Lockart

Totalement sous l’emprise du filtre, le directeur de la coopération magique internationale capitula

- je vais la chercher

Il ne fut pas absent bien longtemps et lorsqu’il revint, il lui remit l’amulette entre les mains, après avoir, à la grande satisfaction d’Harmony, posé sa baguette sur son bureau a quelques pas d’eux.
Imperceptiblement, la jeune femme l’éloigna du bureau en se rapprochant de la porte. Elle passa l’amulette autour de son cou avec un gloussement ravi.
Lockart eut un sourire indulgent.

- moi aussi j’ai un objet fétiche, un objet moldu… voulez vous le voir ?

- volontiers très chère

Elle sortie le petit révolver de son sac. Sans mouvement brusque, elle l’arma.

- regardez comme c’est joli !

- effectivement

Il tendit la main pour le toucher et elle recula d’un pas

- je vous montre comment ça marche, sinon, vous pourriez le casser

- allez y

Harmony pointa son arme vers la poitrine de Septimus Lockart

- Alors il faut le tenir comme ceci et ensuite…

Avant qu’une hésitation ne vienne ruiner tout son plan, Harmony tira.
Septimus Lockart, porta la main à sa poitrine, interloqué, et s’écroula sur le sol sans un mot.
Harmony retira l’amulette qu’elle enfouit dans son sac avec son arme et sortit rapidement du ministère, aussi discrètement qu’elle y était entrée.

Au manoir Malefoy, Lucius se remettait doucement de sa blessure. Il entendit la porte d’entrée s’ouvrir.
Harmony apparu sur le seuil du salon, le visage ruisselant de larmes.
Lucius se leva et l’attirant contre lui il la serra longuement dans ses bras.

- c’est fait? demanda t il dans un murmure

- oui, tout est arrangé.

Il s’assit dans son fauteuil en cuir de dragon et attira la jeune femme sur ses genoux où elle se blottit comme une enfant.
Ils restèrent là, sans bouger et sans parler durant près d’une heure.

Soudain l’atmosphère changea, un plop ! Retentit, et Lord Voldemort apparu devant eux.
Lucius repoussa doucement son épouse et s’agenouilla devant son maître. Harmony pouvait se permettre de rester debout ou assise en sa présence, pas lui.
Apercevant les larmes de sa cousine, le visage de Lord Voldemort se ferma.
Il leva sa baguette vers Lucius sans un mot.

- j’ai ton amulette, murmura Harmony

Le mage noir abaissa lentement sa baguette

- tu es sérieuse ?

- évidemment, que vas-tu imaginer

Elle saisit son sac et en sortie la précieuse amulette qu’elle lança à son cousin.
Celui-ci eut un sourire satisfait.

- et bien chose promise, chose due, ton échec est pardonné Lucius

- merci maître, répondit Lucius d’une voix grave

- Harmony, reprit le mage noir en s’approchant de la jeune femme et en lui relevant le menton, tu as réussi, pourquoi ces larmes ?

- J’ai tué quelqu’un Tom, je suis un assassin

Voldemort éclata de rire, faisant trembler Lucius et s’attirant un regard écœuré d’Harmony.

- ma chère petite cousine, reprit il, nous sommes en guerre, tout le monde est appelé à devenir un assassin. Moi, toi, ton cher et tendre époux qui a à son actifs nombres de crimes… les choses se sont toujours déroulées ainsi.

Harmony secoua négativement la tête, elle ne voulait pas entendre ça. Elle voulait seulement oublier le regard de Septimus Lockart quand la balle l’avait touché.
Voldemort posa un baiser froid sur la joue de sa cousine.

- nous somme en guerre Harmony, et que tu le veuille ou non, il te faudra choisir ton camps.

Harmony dévisagea son cousin puis elle accrocha le regard de Lucius. L’amour qu’elle lu dans ses yeux la conforta dans sa décision.
Elle plongea son regard dans celui de Voldemort.

- J’ai déjà choisi mon camp

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site