19. Sainte Mangouste

- Dray !

Draco alla s’asseoir devant le bassin à coté d’Harmony. La jeune femme faisait très jeune avec ses cheveux coiffés en queue de cheval et sa robe d’été abricot.

- tu veux des fraises ?

- non, merci. Dis moi les envies, c’est pas censé disparaître après l’accouchement ?

- chut !

Un cri se fit entendre dans le manoir, suivi de pleurs insistants. Harmony jeta un coup d’œil agacé vers la demeure.

- et allez ! Ca recommence ! ça fait des jours et des jours que je suis enfermée ici sans voir personne et sans sortir. Et je ne supporte plus ce bruit ! il va me rendre dingue !

Draco se leva et fit quelques pas vers le manoir

- apparemment les elfes n’arrivent pas à le calmer. Tu devrais peut être aller t’en occuper.

- Je ne peux pas entrer dans le manoir Draco, je vais tout tacher.

Draco se retourna vers elle et eut un mouvement de recul : de la taille au bas de la jupe, s’étalait une large tache de sang qui commençait à goutter sur le sol.

- Harm, gémit il

- Quoi ?

- Ta robe

La jeune femme baissa les yeux sur le vêtement

- quoi ma robe ? tu n’aimes pas la couleur ?

Draco s’assit brusquement dans son lit, le cœur battant.
Encore ce foutu cauchemar. Il le faisait toutes les nuits depuis trois semaines, depuis la naissance des jumeaux.
Des pleurs, bien réels ceux-ci, retentirent. Un des jumeaux s’était réveillé. Son frère à priori. Sa sœur ne faisait pas autant de boucan.
Il ne bougea pas.
Les elfes s’en occuperaient. Ou alors son père finirait peut être par sortir de son bureau, où il vivait depuis la naissance, pour aller s’occuper se son fils.
Draco se leva et alla s’asseoir devant la cheminée, dans le noir, la seule lumière provenant du feu mourant.
Un frisson le parcouru et, malgré qu’il soit mi août, il ranima le feu d’un coup de baguette.
Il entendit un elfe s’approcher de sa porte, hésiter, puis repartir.
Il ne bougea pas.
Son père se démenait, aboyant ordres et invectives à tous ceux qui avaient le malheur de passer à sa portée, lui avait besoin de calme et il était soulagé que l’on respecte son chagrin, son inquiétude et son besoin de solitude.

Il massa son épaule douloureuse. La trêve avec son père n’avait pas duré longtemps.
Preuve en était le violent coup de cane qu’il avait reçu sur l’épaule pour ne s’être pas écarter assez vite du chemin de son père.
Depuis, il n’avait plus quitté sa chambre.

La voix de son père retentit soudain dans le couloir, il aboyait encore sur les elfes, approchant dangereusement de sa chambre.
Sa porte, fermée à clef, explosa, sans que son père n’ait au préalable frappé pour laisser à son fils une chance de lui ouvrir.
Draco ferma les yeux, résigné, il savait que tôt ou tard, son père viendrait le déloger de son sanctuaire pour passer sa rage et sa frustration sur lui.
Il serra les dents, refusant de faire à son père le plaisir de le voir trembler.

- lève toi et suis moi, ordonna Lucius d’un ton sec

Draco ne prit même pas la peine de protester. Maintenant que Falco était né, il savait que plus rien n’empêcherait son père de se déchaîner contre lui. S’il le tuait…il avait désormais un autre héritier sous le coude.
Il suivit donc son père au salon en silence. Celui-ci lui mit sa sœur dans les bras et, prenant lui-même son fils, se dirigea vers la cheminée.

- suis moi

Il jeta une poignée de poudre de cheminette

- Sainte Mangouste

Perplexe, Draco serra sa sœur contre lui et prit le même chemin que son père.
Lorsqu’il sortie de la cheminée d’arrivage à Sainte Mangouste, il sourit en voyant le regard furieux de la blondinette.

- ne t’inquiète pas, Lucky, moi non plus je n’aime pas ce mode de transport.

Son père se dirigea d’un pas vif vers l’accueil. Il n’eut pas le temps de placer une parole.

- Ah ! Monsieur Malefoy ! s’exclama l’hôtesse, vous pouvez y aller. Salle 324, 3ème étage.

Malefoy senior s’éloigna, Draco dut courir pour le rejoindre, sans comprendre quoi que soit à ce qu’il se passait.
Arrivé au 3ème étage, il refusa soudain d’aller plus loin sans savoir ce qu’ils venaient faire ici.

- père, cria t il, s’attirant les regards désapprobateurs de deux médicomages qui passaient dans le couloir.

Lucius Malefoy se tourna vers lui en fronçant dangereusement les sourcils.

- que fait on ici, demanda le jeune homme en ignorant l’avertissement muet de son père

- j’ai reçu un hibou ce matin

Draco pâlit et instinctivement il serra le bébé contre son cœur. Lucius attendit que son fils relève les yeux vers lui pour continuer

- elle s’est réveillée.

Le cœur battant, Draco suivit son père dans la salle 324.
Là, il marqua un temps d’arrêt. Il avait devant les yeux deux Harmony.
L’une, les cheveux longs, pale pour ne pas dire livide, l’air fatigué et désorienté, allongée dans un lit ; l’autre, assise dans un fauteuil, les cheveux coupés au niveau de la mâchoire et un air narquois reconnaissable entre mille.
Bellatrix Lestrange.
Ce n’était pas la première fois qu’elle se faisait passer pour la jumelle de son amie pour pouvoir apparaître en public.
En voyant entrer Lucius et Draco, elle se leva en souriant et déposa un baiser sur la joue de son amie.

- je dois y aller à présent, le temps est presque écoulé. Je vais aller rendre compte au maître de ton état.

- File vite, dit Harmony d’une voix faible.

Adressa un rapide sourire à son neveu et un hochement de tête à Lucius, Bellatrix s’en alla.

Lucius s’assit sur le bord du lit et déposa Falco dans les bras de la jeune femme.

- Falco, je te présente ta maman

Puis sans rien dire, il posa son front sur celui de la jeune femme.

- j’ai cru qu’on t’avait perdu

- Je vais bien.

- Tu es restée inconsciente trois semaines

- Je sais, Bella me l’a dit.

Lucius déposa un baiser sur les lèvres de son épouse.
Draco était sidéré, c’était la première fois de sa vie qu’il voyait son père avoir un geste tendre en public envers qui que ce soit. Pour la première fois il envisagea la possibilité que Lucius Malefoy soit sincèrement éprit de son épouse.
Avisant le jeune homme, pale et tremblant, un peu en retrait, qui n’osait pas avancer vers eux, Harmony posa une main sur la joue de son mari.

- mon ange, veux tu bien aller me chercher un thé au citron ?

Lucius eut l’air surprit mais lorsque Harmony désigna discrètement Draco du menton, il comprit qu’elle voulait un petit tête à tête avec son fils.

- bien sur.

- Et fait apparaître deux berceaux, je n’ai pas assez de force pour tenir les enfants dans mes bras bien longtemps.

Lucius s’exécuta et déposa Falco dans son berceau avant de se retirer.
Dès qu’il eut passé le pas de la porte, Harmony tendit les bras vers Draco. Celui-ci déposa son précieux fardeau dans le second berceau et se laissa aller dans les bras de sa belle mère.
En sentant une larme dans son cou, Harmony le rassura

- Draco… Dray je vais très bien… c’est terminé…

Elle le saisit aux épaules pour l’écarter d’elle afin de le regarder. En le voyant grimacer, elle se rembrunit aussitôt.

- oh non, encore ?

- non, la rassura t il, c’était juste un peu tendu à la maison. Il m’a poussé un peu brutalement mais ça s’est arrêté là.

- C’est sur ?

- Laisse moi te présenter ta fille, détourna t il la conversation

- Oh oui, s’exclama t elle, les yeux brillant d’excitation, montre moi ma poupée.

Draco prit la petite fille dans ses bras et la déposa dans les bras de la jeune femme.

- Harmony Brooke Kendall-Malefoy, permet moi de te présenter Lucrétia Bellatrix Malefoy dites Lucky.

- Elle est parfaite. Et quel est le nom complet de Falco ?

- Falco Abraxas Malefoy

- J’aurais préféré Lucius

- Ah non, déjà prit, Lucius c’est moi qui en ai hérité !

Le dit Lucius revint dans la chambre avec le thé.

- j’ai parlé aux médicomages, si tu promets de te reposer, ils ne voient pas l’utilité de te confiner ici. Tu pourras donc rentrer avec nous dans 48 heures. Nous allons te laisser dormir. Je te laisse Lucrétia. Contrairement à Falco, elle ne t’empêchera pas de dormir.

Il embrassa tendrement son épouse et sortit. Draco lâcha à regret la main d’Harmony, comme si elle risquait de disparaître.

- fais toi discret, il est de bonne humeur.

Draco sourit

- a demain

Il prit Falco et rejoins son père.

48 heures plus tard, Harmony était de retour, et, ayant l’interdiction formelle de se lever, installée soit dans sa chambre, soit dans le salon, soit sous un dais dans le parc, elle se comportait en véritable petit tyran, heureuse comme une reine, blottie dans les bras de son mari, entourée de ses deux bébés, de sa meilleure amie et de Draco.
Voldemort n’avait pas fait une seule apparition, bien qu’Harmony ne semble pas lui en vouloir de sa décision.
Lorsqu’il se décida enfin à mettre les pieds au manoir, ce ne fut pas pour voir Harmony mais pour parler à Lucius.

- Lucius, mon ami, j’ai une mission pour toi, tu vas dérober une amulette. Une amulette très importante. MacNair t’accompagnera. Les aurors du ministère sont déjà sur sa trace. Trouve la avant eux.

- Oui maître

Apres le départ du seigneur, Lucius prévint Bellatrix qu’il partait en mission et lui confia la sécurité de sa famille.
Quand Harmony lui demanda ou est ce qu’il allait, il lui répondit simplement qu’il avait à faire au Ministère.
Il refusait de l’inquiéter.

 

Commentaires (1)

1. Mélody 05/07/2009

A, parce-qu'en fait elle est pas morte ?
Bon, bah...chouette ^^

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site