15. Harmony pète un cable

- Harmony peux tu me passer le sel ?

- Harmony ?

- …

Draco leva les yeux au ciel et passa le sel à son père.

- Draco ? Pourrais tu dire à ton père que le médicomage lui a recommandé de limiter l’apport en sel dans ses repas ?

Merlin merci, se dit Draco, je retourne à pourdlard demain. Je ne tiendrais pas longtemps dans cette ambiance.

Ca faisait 2 jours qu’Harmony n’avait pas décroché un mot à Lucius et ce, de l’avis du concerné comme de celui de Draco, sans aucune raison.
Harmony sortit de table et alla s’enfermer dans son bureau en claquant la porte.

Lucius reporta son attention sur son fils.

- prêt pour le second semestre ?

- oui père

- Tes notes vont s’améliorer j’espère !

- Je n’ai jamais en dessous d’acceptable.

Lucius plissa les paupières et Draco eut soudain très froid. Il venait de faire une erreur de débutant. En ripostant aux accusations infondées de son père, il venait de donner une excuse à ce dernier pour se déchaîner contre lui.

Levant sa baguette, son père la pointa vers son bureau et prononça une formule d’insonorisation.
Rien de ce qui se passerait dans cette pièce ne filtrerait dans le reste du manoir. Quand son père le saisit par le col de sa chemise et le propulsa vers le bureau, Draco eut un instant d’hésitation sur la conduite à tenir.
Ces quelques secondes de flottements lui ôtèrent toute chance d’alerter Harmony.
Il sentit confusément que son père allait lui faire payer tous ces mois de frustrations, depuis les notes jugées insuffisantes aux buses jusqu’à la colère inexpliquée d’Harmony.

Je ne crierais pas, se promit il, pas un mot, pas un son. Merlin aide moi. Pourvu que ça aille vite.

Dans son bureau, Harmony tournait les pages de son livre, « les révoltes et mouvements gobelins de la conventions nationales des créatures magiques de 1248 à nos jours », sans les voir.
Jetant machinalement un regard par la fenêtre, elle sursauta en voyant que la nuit était tombée.
Elle descendit au salon, et, surprise de le trouver vide, elle interpella un elfe de maison

- où est Monsieur ?

- Il est allé au ministère, jolie maîtresse.

- Grand bien lui fasse… Et Draco ?

L’elfe eut l’air gêné.

- Le jeune Monsieur Malefoy se repose dans sa chambre, jolie maîtresse.

- Si tôt ?

- Calicoo ne sait pas, jolie maîtresse, Calicoo ne sait rien

L’elfe se tortillait, gêné de lui mentir aussi ouvertement. Harmony haussa les épaules, le congédia d’un signe et monta à la chambre de Draco.
N’obtenant aucune réponse aux coups qu’elle frappa à la porte, elle entra doucement, légèrement inquiète.
La chambre était plongée dans la pénombre.

- Draco ? tu dors ?

Pas de réponse.
La respiration de Draco lui semblait trop irrégulière pour quelqu’un d’endormi.

- Draco ? Ca ne va pas ?

Silence. Harmony n’insista pas et ressorti de la pièce.

- Harm !

Elle rouvrit la porte, qu’elle avait commencé à fermer.

- oui ?

- reste.

- D’accord.

- Où est père

- Au ministère, je crois.

Elle crut entendre un soupir de soulagement. Elle commençait à s’habituer à la pénombre et pouvait distinguer la forme de Draco, allongé à plat ventre sur le lit.
Elle s’assit à coté de lui.

- qu’est ce qu’il y a ?

- rien.

- Depuis quand tu ne veux pas me parler de ce qui cloche ?

- Depuis qu’il n’y a rien qui cloche.

Alors là… elle espérait qu’il n’aurait jamais besoin de faire appel à ses talents d’acteur, parce qu’il n’était pas doué pour le mensonge.
Alors qu’elle… elle avait quand même réussit à faire croire à son père qu’il était victime d’hallucinations quand il l’avait surprise en train d’embrasser Billy Jenkins en 9ème année.
Enfin bref… on s’écartait du sujet.

- Menteur, dit elle en posant une main sur son épaule.

Draco sursauta comme si une guêpe l’avait piqué et ne pu retenir un gémissement de douleur.

- bon ok, là ça devient carrément pas drôle, Dray ! Alors dis moi ce qui se passe !

Draco s’obstina dans le silence.

- Le maître était très fâché contre Monsieur Draco, couina une petite voix.

Harmony se tourna vers l’elfe personnel de Draco, qui regardait son maître presque avec défi. Draco lui lança un regard glacial mais il n’était pas en état de faire plus. L’elfe disparut.

- bon… tu m’expliques ? où je dois deviner toute seule ?

Sachant qu’il ne pourrait se débarrasser d’elle, Draco se résigna à tout lui raconter : le sort d’insonorisation, les coups, le sort Doloris quand, lassé de ne pouvoir lui arracher un cri son père avait décidé de l’affaiblir, les cris qu’il n’avait pus retenir plus longtemps…
Quand il eut fini, il sentait une boule dure dans sa gorge qui menaçait de l’étouffer.
Harmony posa une main fraîche et apaisante sur son front.

- tu as le droit de pleurer, tu sais

- Il me tuerait

- Oui… c’est certain… mais il n’est pas là !

Draco secoua la tête. Hors de question. Il n’était pas faible. Mais la main d’Harmony, toujours posée sur son front, lui procurait un sentiment étrange. Il se sentait en sécurité et le droit de craquer. Il pouvait laisser de coté ses airs arrogants et sur de lui qu’il affichait en permanence, devant son père, les élèves et professeurs de Poudlard…
Il serra les dents pour retenir un sanglot mais renonça et se laissa aller, la tête sur les genoux de celle qui le protégeait plus que sa propre mère ne l’avait jamais fait.
La boule dans sa gorge diminua.
Il ne se calma totalement qu’après de longues minutes, tandis qu’Harmony lui murmurait des paroles apaisantes.

La porte d’entrée claqua, suivie de pas pressés dans l’escalier. Draco sursauta et paniqué, s’éloigna d’Harmony en s’essuyant les yeux.
Mais son père se rendit directement dans sa chambre.
La jeune femme se leva.

- Harm !

- J’ai juste deux mots à lui dire…

- Non ! s’il te plaît !

- Mais si !

- Harm ! je t’en prie ! il va me massacrer !

- Qu’il essaie seulement de t’approcher pour voir !

Elle sortit. Draco regretta de n’avoir jamais fait son testament. Il allait le tuer pour avoir osé se plaindre.
Salazar ! Il ne supporterait pas une nouvelle correction.

Pendant que Draco ruminait ses pensées, Harmony entra dans sa chambre. Sans un mot, sans un regard pour son mari, elle commença à mettre ses affaires dans un sac.
Lucius leva les yeux vers elle sans un mot, mais quand il la vit commencer à emballer ses bijoux, il craqua.

- Je peux savoir ce que tu fais ?

- Mes valises

- Tu vas quelque part ?

- Dès demain, après avoir accompagné Draco au Poudlard Express, je déménage chez mon cousin.

Lucius pâlit tant qu’il en devint transparent.

- qu’est ce qui te prend ? D’abord tu ne m’adresses plus la parole pendant deux jours…

- … j’avais rien à te dire…

- ET… maintenant tu fais tes valises et tu m’annonces que tu déménages ! J’ai le droit de comprendre ?

- Si je te dis sort d’insonorisation ? ça te parle ?

Lucius lança un regard furieux vers la chambre de Draco et se dirigea vers la porte. Aussitôt, Harmony le contourna et se campa devant lui, les bras croisés, lui bloquant le passage.

- il n’est pas en état de te parler.

- Je n’ai aucunement l’intention de parler…

- Encore moins !

- Laisse moi passer !

- Essais seulement !

- Harmony !

- Lucius…

Ils s’affrontèrent du regard quelques secondes mais Harmony n’avait jamais, de sa vie, été capable de tenir sa langue bien longtemps.

- et tu te demandes pourquoi je pars… Comment as-tu pu t’en prendre à Draco de la sorte ?

- c’est mon fils, Harmony !

- Justement ! Je t’aime, Lucius, Dieu seul sait pourquoi, et je soupçonne parfois mon cousin de m’avoir ensorcelé ou un truc comme ça, mais le fait est que je t’aime. Connais tu seulement la signification de ce mot ?

- Harmo…

- C’était une question rhétorique ! ça n’appelait pas de réponse de ta part ! Alors oui, je t’aime, mais dès que Draco sera en sécurité à Poudlard, loin de toi, je m’en vais. Parce que je refuse de prendre le risque que tu fasse à mon fils ce que tu infliges au tien !

- Wow wow wow! Minute papilles d’ion!

- Minute papillon…

- C’est pareil! Qu’est ce que tu raconte! Quel fils ?

- Ne change pas de conversation ! Laisse moi passer ! et ne t’avise pas d’aller embêter Draco !

- Et tu vas passer la nuit où ?

- On a 75 chambres… je crois que vais trouver.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site