13. Dans le Montana

Le surlendemain, Draco et Pansy étaient en train de faire leurs devoirs de vacances quand Harmony descendit les escaliers, l’air songeur.
Draco leva les yeux vers elle :

- qu’est ce qu’il y a ?

- quand j’ai dis à ton père que mon cousin était venu ici, j’ai cru que j’allais devenir veuve ! il est devenu tout blanc !

- tu l’as vu ? demanda Draco, pas franchement rassuré

- non, je lui ai envoyé un hibou.

- Alors comment tu sais qu’il est devenu tout blanc ?

- Je l’ai sentit en lisant sa lettre

Draco décida de ne pas discuter sur la possibilité ou non de « sentir » quelqu’un pâlir.
Harmony se laissa tomber dans un fauteuil.

- et encore, je ne lui ai pas parlé du Doloris

- ok

- Draco, je ne lui en ai pas parlé parce que je ne savais pas si tu voulais qu’il le sache.

- Le maître lui dira, de toute façon

Harmony ne répondit pas. Elle avait une furieuse envie d’étrangler sa saleté de cousin avec sa saleté de serpent.
Elle grimaça d’un air parfaitement indigne d’une lady.

- Draco ?

- hmm ?

- La seconde semaine des vacances, on doit faire quoi ?

- Rien. On reste au manoir. Pourquoi ?

- Et bien j’ai pensé…

Draco sourit, s’attendant au pire

- pourquoi tu souris, demanda harmony, parce que j’ai pensé ? enfin bref… j’ai pensé que tu pourrais me conduire à sainte mangouste.

- Tu sais pas ou c’est ?

- Si

- Ben alors pourquoi je dois t’y emmener ?

- Parce que je suis une moldue, banane, je ne pourrais pas trouver l’entrée toute seule !

- Ah. Bon ok si tu veux.

- Merci

Harmony avait une idée très précise de ce qu’elle devait faire. Il devait bien y avoir un potion ou quelque chose qui pouvait aider à la conception. Elle devait donc commencer par aller à Sainte mangouste.
Ensuite, elle soupçonnait fortement qu’elle n’arriverait jamais à tomber enceinte tant qu’elle ne serait pas en paix avec elle-même. Il fallait qu’elle tire un trait sur son passé, une bonne fois pour toute.
Elle avait donc écrit un hibou à son cousin pour lui expliquer tout ça. Il lui avait répondu de faire ce qu’elle pensait être le mieux et l’avait autorisé à se rendre en Amérique avec draco et Lucius pour essayer de régler ses problèmes intérieurs.
Elle ne l’avait pas dit à draco mais dans deux jours, après leur passage à Sainte Mangouste, ils transplaneraient tous pour Wolf point.
Elle espérait faire le bon choix car à Wolf Point elle ne serait plus Lady Malefoy mais Harmony Brooke Kendall, jeune fille insignifiante et fille de dan Kendall.

Drago s’ennuyait ferme. Il était assis dans la salle d’attente de la section gynécologie et il essayait de garder les yeux et les oreilles fermés pour ne plus entendre les mots : enfants, grossesse, accouchement… et pour ne plus voir toutes ces femmes enceintes.
Ca faisait une heure et demi que sa belle mère était enfermée avec le docteur et son père allait arriver d’une seconde à l’autre.

- Draco !

Ben tiens, qu’est ce qu’il disait ? Quoi que, pour une fois, il était plutôt content de voir arriver son père.

- elle est toujours là dedans ?

- oui

A ce moment la, Harmony sortit de la salle d’examen et ne pu s’empêcher de rire en voyant les têtes désespérées de ses deux hommes.

- elles ne vont pas vous mordre !

- ben tu sais, c’est pas dit… quand elles sont en bande…

Lucius sourit, il n’avait jamais remarqué l’humour de son fils. Harmony lui fit une grimace.

- bon vous restez la ? parce que moi, j’ai un transplanage à prendre !

- quoi ?

- Laisse tomber Lucius, c’est du moldu transposé en sorcier…

Lucius regarda son fils qui haussa les épaules l’air de dire de ne pas faire attention.
Ils devaient d’abord retourner au manoir pour terminer les bagages et les faire envoyer en amerique par les elfes de maisons dans la maison de village qu’harmony avait réservé par téléphone.
Quand Lucius s’était plaint que la maison était vraiment très petite, la jeune femme lui avait lancé son portable en lui disant de faire mieux s’il le pouvait.
Apres avoir secouer l’appareil une bonne dizaine de minutes, Lucius avait conclu que :

1°/ les moldus ne servaient vraiment à rien
2°/ les appareils qu’ils inventaient encore moins
3°/ il agrandirait la maison magiquement
4°/ il ne se remarierait jamais

Harmony le laissa marmonner dans son coin sans s’intéresser davantage à lui. Elle entendit plusieurs fois : « aucune considération » et « inadmissible » mais le reste étant inaudible, elle décida de faire comme si elle n’avait rien entendu.

Un peu nerveuse, la jeune femme vérifia plusieurs fois n’avoir rien oublié.

- il n’y a pas de boutique dans le Montana, demanda Draco, qui en retour à sa question reçut un magazine en pleine figure.

Pour la première fois de sa vie, l’adolescent partit se réfugier près de son père, dans le bureau de celui-ci. Il tapa à la porte et entra

- père ? ça ne te dérange pas si je reste avec toi ?

- non entre

- elle est déchaînée

- j’avais remarqué. Qu’est ce que tu as dans les mains ?

- un magazine moldu que je me suis prit en travers de la tête.

Lucius leva les yeux au ciel

- et quel crime as-tu commis ?

- j’ai demandé s’il y avait des boutiques dans le Montana

- tu aimes vivre dangereusement…

Draco sourit. Il fallait vraiment qu’elle soit douée pour les rapprocher ainsi son père et lui. Et tout ça en étant juste insupportable !
D’ailleurs, l’insupportable en question hurla leur nom, les faisant sursauter.

- Va voir ce qu’elle veut, ordonna Lucius

- Euh… c’est ta femme.

- Draco, fais ce que je te dis !

- Père, je te rappelle que pour l’instant je suis ton seul héritier !

Lucius lui jeta un regard noir. Sentant l’avertissement qu’il lui lançait ainsi, draco se leva en soupirant. Rapprochés, certes, mais il se doutait que proches ou non, il n’avait pas intérêt à désobéir à son père.

Il descendit dans le salon ou Harmony l’attendait de pied ferme.

- ah ben quand même !

- qu’est ce qu’il y a ?

- ou es ton père

- en haut

- d’accord d’accord, marmonna t elle. LUCIUS ! Hurla t elle faisant sursauter Draco.

Celui descendit immédiatement.

- oui ?

- on y va ! de suite !

Lucius passa un bras autour de son épouse, attrapa l’épaule de son fils qu’il étreignit d’une main de fer sans se soucier de son gémissement de douleur et ils transplanèrent.

Ils se retrouvèrent dans une vallée. Harmony ayant souhaité transplaner hors de la ville.

- Les hommes ! bienvenue chez moi !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×