12. Une visite inatendue

- ne m’appelle pas Tom !

- et tu veux que je t’appelle comment ? Voldinouchet ?

Draco étouffa un gémissement. Il l’avait toujours su, elle était givrée ! Elle allait réussir à se faire tuer !
Lord voldemort se leva et posa son regard froid sur la jeune femme

- Harmony…

- Si tu t’attends à maître, tu peux te brosser !

Le seigneur noir poussa un soupir

- je ne suis pas enclin à la sympathie… mais j’ai de la compassion pour ce pauvre Lucius qui doit croire m’avoir grandement déçu pour que je lui inflige un tel calvaire.

Harmony croisa les bras et posa sur son cousin un regard aussi froid que celui qu’elle recevait.
Draco ne put s’empêcher de se faire la réflexion dérangeante qu’il voyait enfin où était l’air de famille entre ces deux la.
Cela dit, harmony n’avait pas la pratique du maître car pour la première fois, il vit sa belle mère céder du terrain

- Cousin ! ça t’irait ? simplement cousin !

- Ce sera parfait

- Bon, tu n’es pas venu prendre le thé, je présume, alors que veux tu ?

- Toi, dit il a pansy, disparaît de ma vue

La jeune fille ne se le fit pas dire deux fois. Sur un oui maître tremblant, elle disparut en un battement de cils.

- bien, reprit Voldemort, je ne te cache pas que je ne suis pas satisfait de toi. J’attendais quelques chose de toi, harmony, et force est de constater que j’attend toujours.

Les yeux d’harmony flamboyèrent de colère

- je – ne – suis – pas – une – poule – pondeuse

- note bien que je ne te demande pas de faire une équipe de quidditch…

Harmony lui tourna le dos et se dirigea vers la fenêtre.

- encore heureux, marmonna t elle, je ne suis déjà pas prête à en faire un

- je n’ai pas le temps d’attendre que tu sois prête

- alors pourquoi tu ne demandes pas ça à une autre de tes cousines ? Ah non ! c’est vrai, je suis la seule qui te reste ! tu parles d’une joie !

Furieux, Voldemort sorti sa baguette. Harmony tressailli mais reprit immédiatement un air impassible.

- quand rempliras tu ta part du contrat ?

Harmony haussa les épaules sans répondre. Très bien se dit Voldemort, conscient que la jeune femme n’avait absolument pas peur de lui. A juste titre, d’ailleurs, il se savait incapable de lui faire le moindre mal… physiquement du moins… pour le reste, il était peut être temps de passer à la vitesse supérieure.

- viens donc par ici mon garçon.

Tremblant, Draco obtempéra. Harmony se tourna vivement vers son cousin, l’air suspicieux

- qu’est ce que tu fais ?

Souriant, ce qui était encore plus inquiétant, voldemort se tourna vers Draco

- que penserais tu d’avoir un petit frère ?

- si cela vous plait, maître.

- Et si je te disais d’épouser une moldue, et de lui faire un enfant ?

- Ce serait un honneur et un devoir de vous obéir, maître

- Bien, bien, je ferais part à ton père de ma satisfaction te concernant

Curieusement, malgré la perspective que son père n’ait rien à lui reprocher et même qu’il puisse être fier de lui, Draco fut loin, très loin d’être rassuré par l’attention soudaine que lui portait le mage noir.

- met toi a genoux fils, lui dit le maître d’un ton presque amical, crois moi, ça aide.

Livide, Draco se laissa tomber à genoux. Voldemort se tourna vers Harmony.

- endoloris !

Draco hurla, il n’avait jamais connu une telle douleur. Les corrections de son père n’étaient rien à coté de cela.
Harmony se jeta sur son cousin, essayant d’abaisser son bras afin de faire cesser le sort.
En vain.

- Je t’en prie !

- Donne moi ce que je veux

- Ces choses là prennent du temps !

- Combien de temps ?

- Je ne sais pas

- Combien, Harmony !

- Deux mois, déclara t elle, complètement paniquée par la vision de Draco se tordant de douleur sur le sol, dans deux mois, c’est promis. Cousin, je t’en supplie.

Voldemort abaissa son bras. Harmony se précipita vers Draco. Sanglotant nerveusement, il se laissa aller contre elle, la main fraîche d’Harmony sur son front l’apaisant peu à peu.
La jeune femme l’embrassa sur le front, écartant doucement les cheveux trempés de sueur de l’adolescent.

Voldemort eut un sourire

- Harmony ? n’oublie pas : deux mois

- Tu auras ce que tu veux. Maintenant fiche le camp de chez moi !

- Si je n’ai pas cette heureuse nouvelle dans deux mois, je rendrais une nouvelle petite visite à Draco. Une dernière visite.

Harmony ne répondit pas et ne tourna même pas la tête lorsqu’il transplana.
La respiration de Draco se calma peu à peu.

- je ne me plaindrais plus jamais de père, bredouilla t il

Sa belle mère sourit.

- ça n’arrivera plus

- promis ?

- oui promis

- comment tu vas faire ?

- ben tu sais… comme les fleurs, les abeilles et…

- … les lapins ?

- C’est ça… et les lapins.

- Et si tu n’y arrives pas ?

- Ne dit pas de bêtises…

Mais elle était beaucoup moins sure d’elle qu’elle ne le laissait voir.
Si elle ne tombait pas enceinte, elle signait à coup sur l’arrêt de mort de Draco, peut être même celui de Lucius.
Mais en même temps, un doute se frayait un passage dans son esprit : si elle tombait effectivement enceinte, si elle donnait à Lucius un héritier au sang mêlé, comme le voulait son cousin, combien de temps la « bienveillance » de ce dernier à son égard durerait elle ?
Après la naissance de cet enfant, son cousin ne voudrait il pas la rayer du monde de la magie de façon…définitive ?

Elle commençait à se dire que, être la cousine de l’homme le plus puissant du monde, ce n’était pas si bien que ça.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site