11. confidences au coin du feu

Il se hissa sur le toit et s’assit à coté d’Harmony.
Les yeux fixés sur les montagnes enneigées en face d’elle, elle ne le regarda pas mais lui tendit sa tasse.
Il bu une gorgée du liquide brûlant et se sentit moins frigorifié.
Il lui rendit sa tasse et elle but une gorgée à son tour.

- je n’aime pas du tout ce type.

Harmony se tourna vers lui, l’air interrogatif.

- Ludo, précisa t il.

- Pourquoi ? il ne t’a rien fait.

- Comme ça. Tu es sortie avec lui ?

- Avec Ludo ?

Harmony éclata de rire. Draco, vexé, lui jeta un regard noir. Reprenant péniblement son sérieux, elle posa une main sur son bras.

- il n’y a jamais rien eu entre Ludo et moi. Et il n’y aura jamais rien.

- Tu es sure ?

- Oh oui ! déjà je ne sais pas si tu es au courant mais je suis mariée. Et ensuite je ne suis pas son type.

- Il est difficile.

- Non, il est homosexuel

- Oh.

Draco en rougit de confusion. Harmony rigolait toujours, apparemment pas furieuse de son indiscrétion.
Au bout d’un moment, il décida d’essayer d’en savoir un peu plus sur sa belle-mère

- et sinon, depuis le temps que tu viens ici, tu as bien déjà…

- tu veux savoir quoi Draco ? si j’ai un amant ?

Draco s’empourpra. Il se demanda jusqu’où il pouvait pousser le bouchon avant qu’elle n’écrive à son père pour se plaindre de lui.

- et tu en as un ?

- non. Même si ça te parait inconcevable, j’aime ton père. Vraiment. Il n’est pas aussi froid que ce que tu penses.

Le silence retomba. Draco ne savait pas trop comment relancer la conversation et il se doutait qu’harmony ne lui faciliterait pas la tache. Il savait qu’il était allé trop loin et elle devait être furieuse mais il était rassuré de sa réponse et mourrait d’envie d’en apprendre plus sur sa belle mère. Mais il ne savait pas trop comment s’y prendre.
Finalement, harmony le prit en pitié et lui tendit la perche

- qu’est ce que tu veux savoir ?

- le plus de chose possible. Je ne sais rien de toi, même pas ta couleur préférée

- vert

- tu vois ce que je veux dire

- bon ok, je vais te faire un cours sur la vie d’harmony. Mais d’abord on rentre, tu ranimes le feu et je refais du chocolat.

Ils rentrèrent dans le chalet et quelques minutes plus tard ils se faisaient face dans des fauteuils placés devant le feu, un pichet de chocolat chaud et deux tasse posés sur le guéridon entre eux.

- vas y pose tes questions

- je ne sais pas… raconte moi du début.

- Alors, les fleurs et les abeilles…

- Non, ça je connais…merci

- Bon d’accord. Je suis née à Wolf point. C’est une toute petite ville de 2000 habitants dans le nord du Montana. Juste à la frontière du Canada.
Mon père travaillait à la scierie de la ville. Il avait deux passions dans la vie : la bière et les paris. Autant te dire que tout l’argent passait là dedans.
Je me rappelle que ma mère était rousse avec des yeux bleus, elle riait beaucoup et elle chantait tout le temps.
Et puis au fil du temps elle a arrêté de chanter et puis elle a arrêté de rire.
Elle est morte quand j’avais 12 ans.

- elle est morte de quoi ?

- elle s’est jetée dans le lac de Fort-Peck.

- Je suis désolé

- Enfin bref, après le suicide de ma mère, mon père a réalisé qu’une adolescente c’était pénible alors il est rentré le moins possible ; juste le minimum syndical. Du coup je suis devenue une ado totalement évaporée. Je ne pensais qu’à ma cote de popularité, aux fringues, au maquillage… jusqu’à ce que mon père s’aperçoive que pour me payer tout ça, j’opérais des coupes franches dans sa paye. J’ai reçu une sacré raclée je peux te le dire. Ca a été un déclic. Je ne me voyais pas vivre toute ma vie avec un type qui ne s’intéressait à moi que parce que je lui avais pris du fric. Alors j’ai trouvé un petit boulot après le lycée. J’ai économisé pièce par pièce, j’ai travaillé comme une dingue pour avoir mon diplôme et une bourse d’étude. Et dès que j’ai été diplômée, j’ai prit ma cagnotte et je me suis tirée. Je rêvais d’aller en Europe alors j’ai choisis l’Angleterre.

- Et comment tu en es venu à fréquenter des sorciers ?

- En faisant des recherches sur ma mère (elle était anglaise d’origine) j’ai découvert que le nom de jeune fille de ma grand mère était Jedusor. J’ai commencé à poser plein de questions sur eux dans le village de mes ancêtres et ça a du arriver aux oreilles de Volemort.

- Ne dis pas son nom !

Draco était devenu très pale en entendant le nom du seigneur des ténèbres. Il ignorait qu’elle le connaissait.

- désolée. Et donc il est venu me voir et j’ai appris que j’étais sa cousine et par la même occasion que les sorciers existaient.

- Tu es sa cousine !?

- Ton père ne t’avait rien dit ?

- Non. Mais pourquoi tu as épousé mon père ?

- Je suis tombée amoureuse. Bon, je ne suis pas stupide, je sais très bien que notre rencontre a été orchestrée par mon cousin…mais ça ne n’enlève rien au charme de ton père.

Draco fit une grimace éloquente.

- je ne vois pas comment il peut te rendre heureuse

- tu es sur que tu ne veux pas que je revienne sur les fleurs, les abeilles et les petits lapins ?

- non ça ira

Harmony sourit en voyant Draco si embarrassé. Apres tout s’il était la c’est bien que son père avait une certaine pratique, non ?
Elle lui fit une petite grimace

- a toi de passer sur le grill !

- quoi !?

- expression moldue ! cherche pas. A toi de répondre aux questions

- ah

- c’est sérieux avec pansy ?

Draco s’étouffa avec son chocolat.

- euh… ben je suis promis à elle.

- Ca veut dire quoi ? que tu l’aime ? ou que tu te plie aux projets de ton père ?

- J’aime être avec elle. Je me fiche de ses défauts. Je n’imagine pas en épouser une autre.

- Je vois. Elle est charmante… une voix un peu crispante, elle a tendance a monter dans les aigus, non ?

Draco acquiesça en se disant : c’est sainte Mangouste qui se fiche des Gallions !
Harmony bailla à s’en décrocher la mâchoire.

- bon, visiblement tu es crevé ! au lit ! au fait, ta chambre communique avec celle de pansy. Mais je te préviens, si ton père demande, je ne sais rien, je ne suis responsable en aucune façon et je n’ai pas pu vous en empêcher !

Draco éclata de rire et rejoignit Pansy, qui lassée de l’attendre s’était endormie.
Harmony, de son coté, avait du mal à trouver le sommeil. Le lit était grand, froid et vide ! Elle cherchait désespérément la présence de Lucius.
Finalement, vers 5h du matin, elle vaporisa du parfum à lui sur le second oreiller et pu enfin s’endormir en se maudissant de ne pas y avoir pensé plus tôt.

A peine 3heures plus tard, elle fut réveillée par un cri de pansy.
Elle se leva et dévala les escaliers.
Pansy, pale comme la mort, était plaquée contre le mur. Elle semblait terrorisée. Draco, a coté d’elle, tentait de faire bonne figure, mais n’en menait visiblement pas large.
Croisant le regard d’Harmony, il désigna un point derrière elle.

Elle fit volte face, le cœur battant et, dans la pénombre de la pièce, elle distingua une forme sombre…un homme…portant une cape dont il avait relevé le capuchon.

Harmony enclencha l’interrupteur. La lumière inonda la pièce.
L’homme se leva et repoussa son capuchon.
Draco blêmi et pansy se mordit les lèvres.

Harmony expira bruyamment, réalisant soudain qu’elle avait retenu son souffle depuis qu’elle avait avisé la silhouette.

- Tom ! tu m’as fichu une de ces trouilles !

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site