1. Un ordre innatendu

- Je vous demande pardon mais je n’ai pas du bien comprendre

Dans une maison lugubre, au sommet d’une colline, surplombant un vieux cimetière, deux hommes se tenaient l’un en face de l’autre.
L’un assis dans l’ombre, portant une cape dont il avait relevé le capuchon, avait joint ses mains aux doigts démesurément longs qu’ils avait portés à ses lèvres si fines qu’elles semblaient dépourvues de chair.
L’autre, agenouillé sur le sol, avait brusquement relevé la tête.

- Tu m’as parfaitement compris mon ami, ton épouse est morte depuis plusieurs mois, je souhaite donc te voir remarier avec la demoiselle dont je viens de te parler.

- M…mais c’est une…une Sang de bourbe

Le seigneur des ténèbres soupira, agacé. Il était le plus grand sorcier au monde mais la patience n’avait jamais été au nombre de ses qualités.
Une voix familière s’imposa à son esprit : « te casse pas la tête, Tom ; elle peut encore servir. »
Effectivement oui.
Et ce qui s’appliquait à sa tête pouvait s’appliquer également à ses fidèles mangemorts.
Il prit une longue inspiration et répondit à l’homme d’une voix égale.

- En aucun cas. Ce n’est pas une sorcière.

- Une Moldue ?! Maître !

Lord Voldemort soupira de nouveau. Il avait su dès le départ que Lucius Malefoy ne lui obéirait pas de gaieté de cœur. Il lui demandait en effet de renier ses idéaux dans le but ultime de le servir.
Il savait que c’était beaucoup demandé. Il savait aussi que, au bout du compte, son fidèle serviteur lui obéirait.

- Laisse moi t’expliquer. Les sangs purs se marient toujours entre eux. De ce fait, la consanguinité commence à poser de sérieux problèmes. Les descendants de plusieurs générations de sangs purs sont moins puissants que les sangs mêlés.
Mon armée n’en sera qu’affaiblie au fil des ans. Seul l’introduction d’une moldue dans une lignée de sang pur peut éviter cette catastrophe.
Tu es l’héritier de la plus vieille lignée de sangs purs ; avec cette alliance, ta lignée sera plus puissante que jamais.

Lucius Malefoy regarda nerveusement autour de lui. Il hésitait à poursuivre la conversation ; sachant que s’il contrariait le Lord Noir, les conséquences pouvaient être terribles.
Néanmoins, il ne put tenir sa langue bien longtemps.

- Mais maître, pardonnez-moi mon insolence mais si j’épousais une moldue, je serais la risée des sangs purs. Mon fils n’acceptera jamais de...

- Ton fils ? Coupa Lord Voldemort avec un sourire indulgent, il ne posera pas de problèmes. Rien qu’une de tes fameuses corrections ne puisse arranger.

Lucius eut un sursaut et baissa la tête, comment Voldemort était il au courant de sa sévérité extrême envers son fils ? Les corrections sanglantes qu’il lui infligeait étaient certes nécessaires mais il n’aimait pas l’idée que cela puisse se savoir. Il était hors de question que le mythe de la famille Malefoy, froide et parfaite, soit terni.
Alors comment Voldemort savait il ? Il savait que jamais Draco n’aurait parlé. Il avait trop honte d’être puni comme un enfant si souvent.

- Tu oublies que je suis légilimens. Mais la question n’est pas la, tu élève ta descendance comme bon te semble. Mais je veux que tu épouses Harmony. Et que conçoive un héritier.

- ne pourrait on pas la soumettre à un imperium ?


- non ! tu devras la séduire et l’épouser de la manière la plus traditionnelle du monde. Il est hors de question de la forcer. Je suis certain que tu es capable de te montrer charmant, si tu le décides.

Lucius prit une grande inspiration ; il ne pouvait pas s’élever contre son maître. Après tout, celui-ci n’avait il toujours pas agit au mieux…ou presque. Il n’avait pas le droit de mettre en doute ses ordres.

- Très bien maître, je ferais ce qu’il faut pour amener cette créature à m’épouser.

Lord Voldemort retint une réaction des plus violentes. Après tout Malefoy n’était pas devin, il ne pouvait pas savoir que ce terme lui déplaisait au plus haut point. Lui-même était partagé entre ses idéaux et son cœur ; sa haine contre son moldu de père et son affection pour une fille de sa race.

- Bien. Lucius, poursuivit il d’une voix froide, cette créature comme tu dis, mérite ton plus grand respect, je ne tolérerais pas de manquements envers elle. Me suis je bien fait comprendre ?

- Oui maître. Lucius eu un instant d’hésitation puis se lança : Maître puis vous demander pourquoi cet intérêt pour cette femme ?

Lord Voldemort hésité un instant à répondre. Après tout, rien ne l’obligeait à partager cette information. Malefoy allait obéir, il n’avait pas le choix.
D’un autre coté, son serviteur finirait bien par le savoir ; et puis ça ne ferait que renforcer son désir de mener à bien cette mission. Finalement oui, il était intéressant et fructueux de l’informer de ses liens avec la jeune personne en question. Il plongea son regard noir dépourvu d’expression dans -les yeux bleus et froids de Lucius.

- C’est ma cousine.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site